La déroute de la pensée « antiraciste » est notre victoire… idéologique

Publié le 13 janvier 2017 - par - 13 commentaires - 868 vues
Share

Jusque dans les années 2000, la pensée gauchiste était dominante, partout. Tout le monde se devait d’être ouvert, tolérant, anti-raciste. Le summum fut atteint en 2002, lors des fameuses présidentielles où, au second tour, pour la première fois, le Front National était passé : 16.86% des voix ; 16.18% pour Jospin, éliminé, et 19.88% pour Chirac.

L’horreur absolue pour beaucoup, qui fut vite rattrapée par le second tour, ou Chirac l’emportait avec 82.21% des voix. La supposée extrême droite retournait d’où elle venait.

Mais depuis, et même avant, en fait, les faits de la réalité se sont peu à peu imposés face aux idéologistes des belles tours d’ivoire.

Avant les années 2000, la critique de l’immigration était tout bonnement impossible. Depuis, les langues se délient petit à petit. Pourquoi ça a mis si longtemps ? Parce que le supposé raciste était, et est toujours pour le moment,  mis au ban de la société. Une campagne contre un supposé raciste, ça signifiait sa mort sociale. Licenciement, expulsion de syndicats, connaissances qui te fuient… Et, cerise sur le gâteau, tribunaux. La mort sociale et la mort économique comme châtiments pour ne pas avoir pensé et parlé comme tout le monde.

Mais les faits réels se sont tellement multipliés, la violence est devenue tellement courante, la régression intellectuelle et égalitaire se sont tellement fait écraser que, de nos jours, les gens en ont de plus en plus assez. Ils en ont assez de cette bien pensance qui se refuse à voir la réalité : délinquance, violence, drogue, viol, immigration, communautarisme, et, mêlant tout ça, islamisation de plus en plus visible.

Nous en avons marre de voir ces bien pensants publier à longueur de journée des articles militants allant toujours dans le même sens : les pauvres réfugiés, les massacres en Syrie, le racisme, le méchant Trump, les palestiniens victimes, les pressions des catholiques…

Il nous suffit de vivre une journée pour réaliser que tout ça, c’est du flan, comme « notre» président par ailleurs. Certes, et contrairement à ce qu’ils croient, personne ne prétend que les informations qu’ils diffusent sont fausses. Il y a du vrai, mais en quelle quantité ! Si minime que ces sujets ne devraient pas même être évoqués, par comparaison à des sujets bien plus importants, bien plus graves et bien plus massifs.

Et c’est pour leur montrer qu’ils se trompent, qu’ils se font manipuler, que de plus en plus de gens font suivre ou publient des articles issus de sites de réinformation. C’était impensable il y a encore vingt ans, parce qu’on se serait vite retrouvé seul, insulté de toutes parts. Désormais, c’est possible, parce que de plus en plus de gens pensent comme nous, et surtout, osent à nouveau le dire, même du bout des lèvres.

Et vous savez quoi ? Ces soi-disant anti-racistes, ces hommes et ces femmes qui tolèrent le voile, la burka, le burkini, le refus des musulmans de serrer la main aux femmes, leur refus d’apprendre quoi que ce soit qui va à l’encontre de leurs croyances, ces gens là qui concèdent tout aux étrangers, eh bien, les voilà qui se rebellent face à vos publications. Ce sont les premiers à commenter, à s’indigner, à vous expliquer que vous êtes raciste, intolérant, alors même que vous subissez leurs publications, leurs commentaires, leur avis depuis des mois voire des années, en toute tolérance. Mais les contredire, aller à l’encontre de ce qu’ils pensent être « bien », c’est forcément être son opposé : vous êtes un méchant. Raciste, qui plus est. Le summum de l’insulte, la crème de la crème, celle qui vous transforme en infréquentable.

Et voici donc ces championnes et champions de la tolérance vous suppriment de leur liste. Parce que vous ne pensez pas comme elles et eux.

Alors, certes, les faits, la réalité, le quotidien donnent, jour après jour, une sorte de revanche aux supposés racistes qui peuvent prouver de plus en plus régulièrement la véracité de leurs propos.

Mais les bien pensants sont mauvais joueurs ; plutôt que d’admettre leurs torts, plutôt que de se remettre en question, même un peu, simplement, assouplir un peu leur discours et prendre en compte la réalité, non ; ils préfèrent continuer dans leurs erreurs, continuer à dénigrer celles et ceux qui ne pensent pas comme eux, les supprimer de leurs listes, jusqu’à les traîner au tribunal au besoin. Tout ça pour prouver qu’ils ont raison et que vous avez tort.

Les faits nous donnent raison, certes. Mais c’est une revanche bien amère, avec des faits que nous voulions éviter, que nous redoutions : une France divisée, fragmentée, communautarisée, ou les différents partis se détestent de plus en plus ouvertement : musulmans radicaux, gauchistes, élites et le reste de la population, qui subit de plein fouet ces hostilités.

Olivier Pfister

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Alexandra Dougary

Je crois que nous allons vivre en mai 2017 un écrasant retournement de situation. Car la France silencieuse va voter et lorsque je vois le débat sur la primaire de gauche (celle d’hier) je rigole car sur les candidats de cette fameuse gôôche « risible » pas un n’a perçu et ne reconnaît que la principale inquiétude des français réside dans le phénomène migratoire que nous vivons depuis des mois. Ils restent bien coincés sur leur posture « humaniste » qui va les emporter dans le trou de l’échec… Je me régale d’avance…

Justice

les seuls racistes sont ceux qui critiquent le pays qui les a vu naître, celui qui les nourrit. Ils n’aiment pas la France, ils s’en servent car les gouvernements successifs ont tout fait pour les protéger des « méchants » blancs-français. Ils crient « sales français » alors qu’ils sont français ; n’y a t-il pas une loi pour condamner les traîtres ???

hathoriti

Il y a quelques années, j’achetais, dans un kiosque, mon journal « Présent » et l’étalai sur le présentoir pour lire les titres, car la vendeuse discutait avec une cliente très chic, très « je vote à droite » et je ne voulais pas les interrompre. La cliente se retourne, regarde la une de Présent, puis me toise et laisse tomber « c’est un journal raciste ça ! » Calmement, je referme mon journal et lui réponds » Madame, par les temps qui courent, il vaut mieux être raciste que collabo ! » ça lui en a bouché un coin ! Elle a salué la vendeuse rigolarde et est partie ! Et toc !

hathoriti

Mais on s’en fout de ce que pensent les « bien pensants » ! Ils ont déjà perdu la guerre, mais ils ne le savent pas ! Ils s’accrochent, et pourquoi ? Parce qu’ils ont tout à perdre, surtout…le fric et la position sociale ! La meilleure preuve est que, tous sont en faveur de l’immigration musulmane et l’accueil des « réfugiés » ! Mais combien d’entre eux ont-ils reçu chez eux, dans leur grand appartement parisien ou dans leur maison de campagne avec piscine et tout, combien ont accueilli des « réfugiés » ??? Aucun !!! Nous sommes racistes, paraît-il ? Ben, dites donc ! On leur construit des mosquées, combien y-a-t-il d’églises en Arabie saoudite ?

Arnaud

Vous n’avez pas dit l’essentiel : l’idéologie anti-raciste est au service du patronnat qui peut ainsi imposer depuis des décennies aux francais de souche des millions d extra-européens utilisés comme main d’oeuvre à bas coût dans l économie.
Allez contre en expliquant les dommages collatéraux : violence, ghettoïsation, islamisation, partition du pays, est tout simplement criminalisable.

Catherine Ségurane

On sait tous comment cela finira… très mal ! La vraie question est de savoir pour qui.

euréka

mon problème, c’est lorsque l’on semble se réjouir d’une « déroute » de la pensée anti-raciste, comme si on se félicitait d’une « victoire » de la pensée raciste! Donc, selon vous, le racisme est une vertu?

Billu

Eureka. Si un mot est à contre emploi il est impossible de faire une démonstration juste. Que signifie EXACTEMENT le mot raciste ? Nous appartenons tous à une race ou à une autre car les races existent avec leurs caractéristiques. Ce mot-révolver est un outil de propagande qui permet de ne pas nommer le vrai problème. Le véritable échec de l’humanité est le désir de nuire à autrui.

Olivier

Le problème, c’est que ce n’est PAS une pensée anti-raciste, mais autoproclamée comme tel. Dire l’inverse n’est donc pas raciste.

Ultra-Lucide

On ne peut pas mieux dire. @euréka: A partir du moment ou la soi-disante pensée anti-raciste a été dévoyée au service d’une idéologie anti-démocratique et perverse, elle ne représente pas un véritable anti racisme. Ce n’est qu’une propagande mensongère, et vide. En conséquence, aller contre cette propagande et la démonter n’est pas équivalent à l’apologie du racisme. Critiquer la religion islam n’est pas du racisme, refuser une immigration massive incontrôlée n’est pas du racisme, refuser le communautarisme n’est pas du racisme. Avez-vous un dictionnaire, Mr Eurélka? Vous devriez l’ouvrir de temps et temps, pour vous cultiver et vous remettre les idées en place..

Suisse Laurent

Tu n’as pas d’amis dans la vie,pour être sans arrêt sur ce site qui n’es pas fait pour les sbires de l’oppression des masses et de la pensée, ta prose fallacieuse assortie de pinaillage sémantique est la carte de visite des collabos en vogue, tu ne convaincras personne sur ce site et le contraire réciproquement! D’ailleurs partant du fait qu’il vaut mieux être seul que mal accompagner, ton adhésion ne nous intéresse pas,malgré la conjoncture: car on voit au quotidien les problèmes de la démago. et du large ratissage pour obtenir des suffrages,tu fais partie des incurables qui vivent dans le déni pathologique des réalités!

BOUDRY

les deux mon  » capitaine « …c’est selon…qu’on est bébête ou réfléchis !!

victoire de Tourtour

eureka
Comme d’habitude, vous n’avez rien compris .
L’antiracisme est une religion de substitution qu’on a cherché à nous imposer , et qui se distingue par sa vacuité, son fanatisme ,son « unilatéralité ».