La désinformation médiatique marque une volonté délibérée de nous maintenir en léthargie

Publié le 17 avril 2013 - par - 3 821 vues
Share

Quand l’information prend la route de la désinformation. Il existe plusieurs techniques bien établies et connues pour donner, retirer ou diminuer le poids ou la légitimité d’une information. On oscille donc entre s’efforcer à démontrer ce qui n’existe pas et à minimiser un fait où une opinion qui ne serait pas politiquement correct où dans l’air du temps.

On aurait pu s’attendre à ce genre de tactique des chaînes publiques qui ont souvent une couleur politique. Mais force est de constater que la manipulation n’a plus de frontières. RTL-TVi, pour ne pas la nommer, est experte à ce jeu. Et si l’information ne peut pas être modifiée dans sa substance, on la présente de telle façon à exacerber l’un de ses côtés.

Il faut pouvoir prendre du recul et voir plus loin que le bout de son nez collé au petit écran. Il faut de l’entrainement pour déjouer les techniques d’influence et passer au travers de l’écran de fumée.

Le mariage pour tous. Un bel exemple de manipulation. Est-il important de démonter une institution séculaire et d’en faire une priorité alors que la classe moyenne croule et s’étouffe sous le poids de l’Europe ? Bel effet de diversion où comment créer un évènement ailleurs pour attirer le citoyen loin des vraies préoccupations et en décrédibilisant les opposants.

La crise mondiale. Une énigme pour le commun des mortels. Trop de paramètres, d’intervenants qui finalement découragent à suivre et à résoudre un problème trop complexe. On s’y enlise. On utilise un jargon financier, on tente de rassurer et on mélange bien le tout pour un maximum d’opacité. Finalement, tant que nous pouvons acheter des choses inutiles…

L’Europe. La vraie cause de nos malheurs. Mais interdiction de la remettre en cause. Toute publication contre cette belle réussite institutionnelle est systématiquement décrédibilisée voire ignorée par les médias en place qui tentent de mettre à mal l’opposition en lui demandant si elle serait capable de faire mieux. On joue sur la peur de l’inefficacité et du chaos qu’amènerait un retour en arrière.

L’Islam. Ou comment ignorer les preuves et jouer sur le doute. On admet qu’il y a un problème mais que des solutions sont apportées. Mais ces solutions ne servent pas à enrayer le danger mais à l’intégrer en espérant qu’il se dissolve. Les médias titillent notre côté altruiste et nous poussent à tendre la joue gauche. Surtout ne pas faire d’amalgame car il pourrait amener à des solutions plus radicales qui résoudraient le problème mais par là même remettraient en cause un discours bien rodé et orienté.

L’immigration. Une rumeur de plus bien trop exagérée malgré les chiffres. Quand le problème devient trop évident, il faut le rediriger. Ton moralisateur, on parle de l’arbre de la différence qui serait un plus mais qui en réalité cache la forêt de celle qui ne veut pas s’intégrer. Ne pas écouter la controverse.

La criminalité. Quand on accuse l’opposition de gonfler la psychose. Là, on n’ignore pas les preuves…on les relativise. On met en avant la prise de conscience des autorités. La police est présente (mais après les faits), la justice fait son boulot (quand elle ne regarde pas son nombril), la loi est faite pour tout le monde (mais surtout pas pour monsieur tout le monde).

La politique. Gauche ou droite…même combat. Le pouvoir et l’argent.  N’aborder que les sujets délicats en superficie, ne rien régler. Assurer la continuité au travers de bilans contestables en espérant que les Français comprennent que voter protestataire et utile ne signifie pas forcément la même chose.

Les exemples de lacunes, d’inefficacité, de mensonges, de tromperies et d’omissions sont légions. On le sait…et si on ne le sait pas…on le sent. Dans la Rome antique, les sénateurs donnaient du pain et des jeux à la plèbe pour qu’elle oublie sa condition et qu’elle se taise. Aujourd’hui, rien à changer. Nous avons « Qui veut gagner des Millions » et un « Mac Menu » avec additif d’anti-vomitif pour 2 euros. Et rien ne va dans notre société.

De là à parler d’une théorie du complot, il y a qu’un pas. Et je le franchis puisque qu’il y a une volonté évidente et délibérée de nous maintenir dans un état de semi léthargie.

A ceux qui ne dorment pas encore tout à fait…il est de votre devoir de  prendre en main votre vie et celle de vos enfants. Ne pas compter sur l’Etat pour vous valoriser ou pour assurer vos libertés. Il faut pagayer à contre-courant. Il faut élire des représentants politiques qui nous défendent et pas juste leurs intérêts financiers. Restez justes mais ripostez !

Alain Slachmuylder

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.