La dette : enfumage politicien et rigueur indécente

La rigueur est déclarée, les duettistes Sarkozy et Fillon l’ont décidée… et jusqu’en 2016, s’il vous plait !
Remarquons au passage que Mme Merkel,  patronne de l’Europe, adoubée par « notre » président de la République, nous promet, elle, au moins dix années de « vaches maigres »… C’est dire que nous devons nous attendre à d’autres tours de vis, et bien pires, après les élections prochaines.
D’autant que la récession pointe son nez et que les mesures annoncées par les « chefs européens » ne règleront rien.
Et ne croyez surtout pas que le Hollande de service ferait autre chose … Certes il a vilipendé les décisions annoncées. Mais c’est une posture habituelle : quand un politicien « d’opposition » commente les décisions de celui qui dirige, il les déchire puis annonce qu’il fera mieux….Cela marche dans tous les sens (voyez en Grèce, ou en Espagne où l’ami socialiste de Hollande a conduit le pays vers le pire en matière de dette et de taux de chômage…). Et le Hollande de service ne fait que copier, bêtement, ce qu’ont fait ses amis avant lui en espérant recueillir les suffrages des citoyens qui auraient la mémoire courte, mais qui n’ont pas beaucoup de choix, vu que la bipolarisation de l’échiquier politique voulue par le système présidentiel et européanisé ne permet que de passer de la peste au choléra .
Car tous ces proclamés socialistes qui ne sont, en fait, que des prébendiers hypocrites jouissant de privilèges qu’ils espèrent faire fructifier en ajoutant à leurs pouvoirs locaux, territoriaux, parlementaires, le pouvoir exécutif de la présidence suprême, ont déjà occupé largement l’espace politique et décisionnel et de manière majoritaire.
Tenez, au moment de la « gôche » plurielle et du sieur Jospin… Aurait-on oublié, après le rôle joué par Mitterrand et Delors lors de l’élaboration du traité de Maastricht,  le traité d’Amsterdam promu par Jospin et entré en vigueur en 1999, qui le prolonge et l’aggrave ? Et le traité de Nice, en 2001, qui organise l’élargissement tous azimuts de L’UE ? Et la création de l’euro (Ah ! DSK, alors ministre des finances, mordant libidineusement dans une pièce d’1 euro, à la télévision, pour nous en montrer la solidité !) ? Et le protocole de Lisbonne ( année 2000) qui tue la formation et l’enseignement en les considérant comme de simples marchandises ? et les accords de Barcelone ( mars 2002) contre les services publics, pour la libéralisation de l’énergie, pour la mise en cause des retraites ?
Sans oublier, depuis,  le fameux traité constitutionnel qu’Hollande défend becs et ongles de conserve avec Sarkozy, et qui, repoussé par le vote populaire,  a été remplacé par le traité de Lisbonne sans aucune consultation populaire….
Bref, la mise en place de tout ce qui a conduit à la primauté du pouvoir européen sur la souveraineté nationale, tout ce qui porte en soi les raisons profondes de la crise actuelle, tout ce qui organise politiquement et économiquement la mondialisation qui donne aux puissances financières le pouvoir de choisir les dirigeants des pays, tout ce qui pèse aujourd’hui aussi bien sur l’indépendance nationale que sur la vie de chacun d’entre nous tout en organisant la disparition de nos valeurs historiques et la destruction de notre identité.
Tout cela sous l’égide des « socialistes » dont le chef politique a longtemps été….le sieur Hollande !
En matière d’enfumage politique, de tromperie de l’électeur, de négation des vraies valeurs auxquelles sont attachées nos concitoyens  et de leurs  besoins primordiaux, en voilà un qui s’y connaît…et qui n’a rien à envier au locataire actuel de l’Elysée dont le mondialisme, l’européisme, l’atlantisme ne sont plus à démontrer, au point qu’il n’a pas hésité à jeter 500 millions d’euros pour apporte la « charia » en Lybie et participer ainsi à la recomposition politique du Maghreb et du Moyen Orient à laquelle se livre (et d’autres étapes sont annoncées) l’empire US.
Locataire de l’Elysée qui, pour faire preuve encore plus de sa soumission aux lois édictées par les oligarchies financières qui mettent en coupes réglées la planète entière, se lance dans l’écrasement  financier, social, sociétal des Français appelés à participer encore plus à l’absorption d’une dette qui se crée sans cesse tout simplement parce que l’Etat actuel, et depuis la loi Pompidou de 1973, loi jamais remise en question, s’est interdit d’emprunter à sa banque nationale, aujourd’hui sans réel pouvoir par l’action conjuguée de la création de l’euro et de l’article 123 du traité de Lisbonne approuvé conjointement par les libéraux européens et leurs frères socialistes…
La rigueur imposée est donc indécente à plusieurs titres : elle est née des décisions mêmes de ceux qui, depuis trente ans, ont imposé l’Europe technocratique, ruineuse, illégitime, qui nous organise contre notre volonté dans un ensemble au service de la mondialisation financière libérale…
Elle trouve une de ses raisons majeures dans la volonté de mettre les Etats et l’argent public au service des « marchés » dont la quête du profit maximum est la loi d’airain …
Elle est imposée par le déséquilibre des finances publiques dont une très large partie est détournée pour faire une place aux millions de migrants, légaux et illégaux, qui viennent vendre pour trois fois rien leur force de travail à des entrepreneurs avides, qui viennent déstructurer l’espace social et sociétal qui nous organise, pour le plus grand profit des forces politiques et économiques dominantes, un peuple communautarisé est un peuple inoffensif pour elles…
Elle est confortée par le pillage de la ressource publique auquel se livre la caste politicienne, tous partis confondus, se nourrissant largement sur « la bête », accrochée à ses privilèges comme une tique au pelage du chien…
Elle est alimentée par toutes les fraudes de tous ordres qui, du plus « haut » au plus « bas » de notre société, marquent dangereusement les pratiques quotidiennes… par tous les gaspillages éhontés dénoncés par la Cour des Comptes et jamais corrigés par le pouvoir politique.
Elle est soutenue par des structures administratives et politiques redondantes et inutiles : 6 échelons administratifs pour gérer notre pays ! Combien d’associations, de comités, d’observatoires, de hauts conseils, de commissions…. superflus et coûteux ?
Le système politique, économique, social et sociétal imposé par l’Europe, la mondialisation, l’atlantisme, détruit notre indépendance nationale, la souveraineté de notre pays, son assise laïque et démocratique, son développement économique.
 Il pèse sur le niveau de vie de chacun, aggrave l’insécurité quotidienne sous toutes ses formes, apporte la régression en matière de soins, d’éducation, de formation, limite l’accès à l’information par le carcan de la pensée unique et nuit à l’expression démocratique par l’imposition du bipartisme.
Il ne faut compter ni sur l’UMP (et ses alliés), ni sur le PS (et ses satellites) pour le mettre en cause, eux qui en sont les promoteurs et les bénéficiaires.
Seule une force nouvelle, assise sur un résultat probant aux prochaines élections, pourra oeuvrer efficacement pour s’opposer à l’avenir décidé à Bruxelles et à Cannes.
Robert  Albarèdes
 

image_pdfimage_print