Discrimination réhabilitée : Athéna à la borne, discriminer ou disparaître

Publié le 29 mars 2019 - par - 9 commentaires - 567 vues
Share

Ce vendredi, des jeunes militants de Génération Identitaire sont montés sur le toit de la CAF de Bobigny, et ont réclamé que les prestations sociales soient réservées aux seuls Français, et pas aux étrangers.

Naturellement, immédiatement, tout le monde se déchaîne contre eux, on parle de stigmatisation, de haine, et les collabos, qui vivent grâce à l’immigration, exigent la dissolution de ce mouvement.

Ils ne réclament pourtant que la discrimination positive… pour les Français, quand toute la caste politicienne et médiatique, Macron en tête, appliquent quotidiennement la discrimination positive en faveur des étrangers, contre nos compatriotes.

Éric Zemmour avait été condamné par la 17e chambre pour incitation à la discrimination, quand il avait expliqué que « depuis trente ans une invasion dans les innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées se jouait une « lutte pour islamiser un territoire », « un djihad ».

Les animateurs de Riposte Laïque sont régulièrement traînés devant les tribunaux à cause du fameux article 24-8 de la loi sur la presse, voté en 2004, qui interdit d’inciter à la haine, à la violence ou à la « discrimination » contre une personne ou un groupe de personnes en raison de son appartenance à une nation, une ethnie, une race ou une religion. Autrement dit, après les propos de Macron sur le voile, et l’affaire Etam à Montpellier, quiconque refusera d’embaucher une voilée pourra se voir inculper pour « discrimination ».

C’est dans ce contexte lourd de menace qu’il faut lire et déguster le livre de Thibault Mercier, publié aux éditions PGDR, « Athéna la Borne. Discriminer ou disparaître ? ».

Ce livre commence par cette évidence, rappelée par Philippe Muray : « La discrimination, on rougit de le rappeler, est à l’origine, et littéralement, l’action de distinguer des objets de pensée, ou de discerner les choses les unes des autres. Il n’y a pas un propos, dans quelque langue que ce soit, il n’y a pas une phrase issue d’une pensée quelque peu construite, qui ne soit, en son essence, discriminatoire. La parole ne s’énonce que pour distinguer ou différencier. Toute opinion est un tri. Toute remarque, même la plus évasive, commence par écarter ce dont elle ne parle pas et que, par conséquent, elle « discrimine ».

Tout au long de cet ouvrage, avec de nombreuses références philosophiques, Thibault Mercier, par ailleurs avocat, cite mille et une anecdotes qui montrent dénoncent les Tartuffe de la pensée unique et répressive. Inquiet, il relève que toutes les identités, collectives ou individuelles, sont menacées de disparaître, par le fétichisme de la non-discrimination, qui transforme tous les individus de la planète en être interchangeables, dépourvus de toute histoire, de toute racine, de toute culture, de toute identité. Il pointe du doigt la culture de la victimisation permanente, totalement étrangère à la pudeur de ce qu’était notre civilisation, il y a encore quelques décennies.

Avec prudence, l’auteur finit par s’interroger si on dispose encore de la liberté de préférer…

Un livre à savourer, et peut-être quelques arguments à trouver pour les futures victimes de procès inquisitoires…

Jeanne Bourdillon

Lire également :

Livre : Athéna à la borne. Discriminer ou disparaître ? , de Thibault Mercier

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
DUFAITREZ

Tous ceux qui citent Philippe Muray ont droit à mon respect.
A lire donc !

emile

descriminer des gens qui viennent s’incruster , profiter , sans pour autant s’intégrer , c’est non seulement légitime , mais un devoir .

Le Blob

Ils n’ont pas besoin de nous pour se discriminer, ils le font d’eux même en refusant nos codes.

Larapède

Très bon article plein de finesse et de bon sens.

Chassaing Jacques

En France seuls les radars peuvent être discriminants
.

BobbyFR94

Pierre-André TAGUIEFF, dans son essai paru en 1988,  » La force du préjugé  » disait :

 » Vouloir forger un homme sans qualités, sans appartenance, seul capable d’être un homme de bonne volonté, ne pourrait être obtenu que par un gouvernement totalitaire mondial décrétant le métissage OBLIGATOIRE pour tous.  »

 » De bonne volonté » doit se traduire par  » Sans plus aucun sens critique, un QI d’une huître, bref, un MUZZ dans les faits !!!  »

Cet auteur avait très bien vu ce qui allait se passer dans les décennies qui suivrait, tant les faits, aujourd’hui, donnent raison à cette déclaration-là !!!

La grosse merkel a fini par lâcher le « morceau » en parlant d’abandon de souverainetés et de gouvernance mondiale, les « complotistes » avaient donc tous raison…

BERNARD

Le métissage obligatoire, en France, c’est Sarkome de Kaposy qui l’a dit le premier.. grâce lui soit rendue.
https://www.youtube.com/watch?v=1XIhTG6JyW0
JMLP a encore discriminé lui aussi dans sa dernière interview
Karim Zéribi n’était pas content, il a grogné toujours avec son air moralisateur qui plait tant !

ven85

le fameux zeribi que l’on voit sur tout les plateaux de tv, celui qui a ete condamner pour detournement de fonds public pour une de ses campagnes electorales

Le Blob

Ça c’est vrai, et pour preuve son épouse Carla Bruni qui a essayé le métissage en se faisant tringler par une grande partie du show baise.