La disparition de Paris démonte l’imposture de la maire Hidalgo

HidalgoParis.jpg

Dans ce livre Didier Rykner, fondateur de La Tribune de l’Art, alerte sur l’état dramatique du patrimoine urbain et le massacre de la capitale.

Si ces dernières semaines, la campagne d’Anadingo s’enlisait pitoyablement, la sortie de La disparition de Paris tombe à point nommé pour adorner l’image de la candidate, réjouir ses adversaires et tant d’amoureux de Paris, outrés et désespérés.

L’auteur détaille la gestion catastrophique du patrimoine et les graves dégradations de l’espace public, que dénoncent des Parisiens excédés par l’état de la ville, avec  #SaccageParis, ce mot-dièse lancé sur Twitter en mars 2020. Deux millions de publications avec photos à l’appui… contre lesquelles Anadingo s’insurge, n’ayant pour seule défense que de les qualifier d’extrême droite…

Tout Paris est négligé, sale, abimé, atrocement enlaidi, les églises, les fontaines, les places… même les touristes s’en offusquent et s’affolent. Les premiers chapitres de l’ouvrage énumèrent les innombrables maux dont souffre Paris, sans oublier la disparition du mobilier historique tels les bancs Davioud à double assise, les réverbères en fonte, les jolis kiosques à journaux, etc., remplacés par de de véritables horreurs, à l’instar des Naturinoirs ou Uritrottoires…

Autre problème majeur: l’omniprésence de publicités qui défigure la ville, par des panneaux jouxtant des façades classées ou gâchant les perspectives. L’interdiction de la publicité étant soumise à l’appréciation de la mairie, c’est bien un choix délibéré d’Anne Hidalgo.

En matière écologique aussi, Didier Rykner accuse Anne Hidalgo « d’imposture ». Celle, qui se présente à la présidentielle affichant une sensibilité verte, prétend « rendre Paris plus vert et protéger les arbres », alors que la ville est victime d’une surdensification anéantissant d’innombrables îlots de verdure, « pendant que les coupes d’arbres se multiplient sans qu’on ne comprenne vraiment la raison »​.​​

Le Champ-de-Mars « mérite à lui seul un chapitre de ce livre tant il est emblématique de la disparition de Paris ».​​​ La mairie est « incapable d’entretenir les espaces verts existant – une grande partie des pelouses du Champs-de-Mars sont déjà dans un état désastreux ». Qu’importe! Anadingo annonce sans vergogne « une progression de 40 % des jardins et espaces végétalisés ». Un chiffre officiel qui ne correspond pas à la réalité du projet selon les associations de riverains et celles de défense du patrimoine. Quant au projet d’aménagement du « futur rayonnant Champs-de-Mars », « la ville de Paris, qui a depuis longtemps laissé les lieux à l’abandon, compare des vues existantes en montrant une situation effectivement désastreuse, au jardin féerique que nous promet le nouvel aménagement »…

Le dernier chapitre liste les mesures de « bon sens, qui devraient s’appliquer à toute gestion municipale qui se respecte ». Bon sens et gestion sont deux termes totalement inconnus de la présomptueuse Anadingo.  Il faudrait déjà se débarrasser de cette naufrageuse, laquelle réélue, avec 17% des voix,  a encore le temps de multiplier les catastrophes d’ici 2026.

Cet excellent ouvrage n’a qu’un défaut: son titre. Il aurai dû s’appeler: Le saccage délibéré de Paris.

Mitrophane Crapoussin

La Disparition de Paris, de Didier Rykner, Les Belles Lettres, 240 p., 19 €.

Déclarations d’Anadingo en 2021.

https://www.youtube.com/watch?v=Uwqa66Yk6W8

30 minutes de bobards et propagande (2020)

https://www.youtube.com/watch?v=euf4fCX94QY

image_pdfimage_print
13

7 Commentaires

  1. Merci de multiplier les articles contre Hidalgo. Je vais devoir subir cette conne pour plusieurs années alors que j’ai dû me résoudre à voter pour l’autre cruche de Dati, en vain, moi un type de gauche. Par contre, soyez irréprochable et évitez les délires et les outrances qui caractérisent la quasi totalité des articles de RL. C’est quoi l’idée ? Se démarquer en racontant n’importe quoi pour faire le buzz ? Pas sûr que Zemmour voit ça d’un bon oeil. D’ailleurs pas une seule interview de lui ici alors qu’il passe sa vie dans les médias. Étonnant nan comme dirait mon ami Sobieski ?

  2. Les cambodgiens n’ont pas choisi Pol Pot qui les a massacré sauvagement !
    Les parisiens, eux, ont par deux fois, voté pour Annie Dalgo. Ils ne doivent pas se plaindre du massacre de leur ville.

  3. Et pourtant, elle a été élue… ! À moins que ce soit notre système électoral, lui-même, qui soit naufrageur et ne produit que des épaves… qui polluent notre environnement.

  4. Faudra bien se résoudre à comprendre que toutes les élections sont pipées.
    J’ai fait hier un saut à Paris que j’ai quitté il y a plusieurs années. C’est effectivement dramatique, triste, sale, envahi par des humains inhumains sales agressifs. Et encore j’étais vers Luxembourg /saint Michel . Ville à fuir.

Les commentaires sont fermés.