1

La doyenne des Français est mahoraise, vive la France islamique !

Pendant que certaines glosent sur les vertus du vivre-ensemble et de la diversité joyeuse, d’autres, sensiblement plus réalistes, constatent qu’en lieu et place d’une grande communion des cultures, c’est un carnage auquel nous assistons, avec comme victimes premières les Occidentaux.

Occidentaux dépouillés de leur identité – rendue insane par des propagandes infâmes visant à culpabiliser, tant historiquement que génétiquement, le Blanc –, et parfois de leur vie, depuis que la pédagogie a pris le pas sur la justice en laissant courir des individus qu’une balle dans la tête raisonnerait bien mieux que des discours lénifiants sur l’exclusion dont ils auraient été victimes avant de massacrer des innocents !

Évidemment, cette mansuétude judiciaire ne concerne pas les contrevenants à ce cosmopolitisme à marche forcée, que Renaud Camus a fort justement baptisé le grand remplacement, sorte de transhumance accélérée des peuples dits opprimés – souvent par leur propre impuissance à construire des sociétés viables chez eux ! – vers les pâturages bien verts de l’Europe.

Et, comme pour renforcer cette idéologie multicolore – mais de plus en plus dominée par l’atroce uniformité de l’islam –, une nouvelle a de quoi réjouir les thuriféraires de la diversité car, désormais, la « doyenne des Français, Tava Colo, aura bientôt 115 ans et elle est originaire de la commune de Mamoudzou, à Mayotte. Elle succèderait à Honorine Rondello, âgée de 114 ans. »

(http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/10/14/01016-20171014ARTFIG00129-la-doyenne-des-francais-est-mahoraise-et-elle-aura-bientot-115-ans.php)

Mayotte, que la bêtise – ou le cynisme – de certains responsables politiques a définitivement incorporée à la France, suite aux résultat du référendum du 29 mars 2009, où 95 % des votants (57 % des électeurs) ont confirmé leur volonté de rester rattachés à la France, faisant, le 31 mars 2011, de cette île le 101e département de France (source : Wikipédia).

Sauf que Mayotte est un territoire islamique, avec ses us et coutumes sensiblement différents des nôtres ! Et Le Parisien, il y a quelques années,  avait beau titrer un article « À Mayotte, l’islam tranquille », son contenu prouvait l’omniprésence de l’islam sur ce caillou de l’Océan Indien, qualifié par ailleurs de Lampedusa français par La Tribune, étant donné l’importante immigration clandestine en provenance des Comores.

(http://www.latribune.fr/economie/france/mayotte-un-caillou-dans-la-chaussure-du-gouvernement-483761.html)

Ainsi, dans l’article du Parisien, un directeur d’établissement déclarait gentiment : « Savoir lire le Coran est la chose la plus précieuse pour un musulman. » Plus loin, on apprenait que si la polygamie était interdite depuis 2004, les unions existantes n’étaient pas concernées. Et si, « officiellement, les Mahorais ne peuvent donc plus avoir plusieurs épouses […] dans les faits, rien ne les empêche de continuer à contracter des mariages multiples devant un cadi, – juge de paix (et notaire) inspiré de la tradition coranique le juge musulman. » Ces mêmes cadis sont des fonctionnaires de l’État !

(http://www.leparisien.fr/magazine/grand-angle/a-mayotte-l-islam-tranquille-27-05-2013-2840623.php)

Bien entendu, les Mahorais ont des traditions propres, et je ne le conteste pas, mais je persiste à dire qu’ils n’avaient pas leur place parmi la communauté française. Leur indépendance eût été la solution. Quant à ceux qui me causent d’un islam paisible, je leur répondrai que l’islam est comme un volcan : éteint mais jamais mort. Autrement dit, cette île, qui a sa part d’intégristes musulmans, pourrait devenir une bombe islamique.

Aussi, permettez-moi de ne pas considérer Tava Colo comme la doyenne des Français, étant entendu que Mayotte ce n’est pas la France !

Charles Demassieux