1

La droite française, cette passivité cérébrale invincible

Droitefrancaise.jpg

« Hélas ! le monde risque de perdre la liberté, de la perdre irréparablement, faute d’avoir perdu l’habitude de s’en servir… »

Georges Bernanos, La France contre les robots 

L’été dernier ont eu lieu une cinquantaine de séminaires et de vidéo-conférences en Europe centrale et orientale, notamment dans le milieu universitaire et au sein d’académies, dans le cadre desquels je reprenais les déclarations de membres de l’Institut de France et de professeurs français ainsi que leurs publications académiques afin de démontrer leur parfaite niaiserie sur le plan anthropologique. Ensuite, je faisais le lien avec les déclarations de leaders politiques, français également, ce qui me permettait d’établir que les chefs de file de droite principalement, ces prétendus réformateurs, étaient l’incarnation d’un cerebral sorting négatif.

Leurs équipes sont composées d’anthropoïdes du même type, et ce, des courants post-chiraquiens (habituellement, j’analyse les « immenses intellectuels » fabriqués par des cercles gravitant autour de Marie-France Garaud) jusqu’à Marine Le Pen ou Zemmour, en passant par les courants de droite les plus fantaisistes. Me fondant sur leurs déclarations, je prouve au sein d’écoles de diplomates de pays de l’Est ou encore devant des académiciens ou des grands éditeurs des mêmes nations qu’un cerveau passif fabriqué en Occident est en général mû uniquement par ses intérêts personnels, qui ne sont rien d’autre que le besoin grégaire de s’accaparer des ressources basiques. Il est sélectionné pour sa lâcheté passive qui canalise ses choix, politiques également, dans les limites d’un champ autorisé par ceux qui ont ordonné cette sélection après la Seconde Guerre mondiale. Il est donc impossible d’espérer une quelconque réforme de ces droitards (je n’accable jamais la gauche dont le sens premier est de toute façon la destruction) prisonniers d’une niaiserie quasi robotisée.

         Droite française : de la méthode globale aux anachronismes

J’ai ainsi axé certains de mes séminaires en Europe centrale et orientale sur la tentative de Zemmour (ce futur réformateur et géopoliticien de la droite française !) d’analyser sur RMC le 8 mars 2022 la géopolitique et le passé militaire russes. Il se réfère aux mêmes d’Encausse systémiques, qui se sont trompés, en tant que « spécialistes » de la Russie et de l’URSS, toujours et sur tout – il n’y a qu’à se souvenir de leurs prophéties ridicules sur la chute de l’Union Soviétique ! – et qui, pour leur bêtise, ont été promus à l’Académie française. Zemmour nous répète (car il n’en est plus à son premier exploit d’ignorance flagrante) que les Russes sont tellement cruels qu’ils sont allés jusqu’à brûler Moscou, leur capitale (SIC), pendant l’affrontement avec Bonaparte en 1812 : « Je répète ce que j’ai déjà dit, c’est que quand Napoléon les bat [les Russes <Anatoly Livry>] à côté de Moscou et qu’il prend leur capitale [SIC], ils brûlent leur capitale [reSIC]. Pour ne pas la laisser aux troupes françaises. Ce sont les seuls à avoir fait ça dans l’histoire de l’Europe. Ils ont brûlé leur capitale [rereSIC], ils sont capables de tout. »[1]. Quelle honte d’inculture, Monsieur Zemmour ! – et la France regorge de ce type d’« intellectuels » injustement portés aux nues, depuis les professeurs de la Sorbonne jusqu’aux Académiciens !

Cet Éric Zemmour qui nous parle sans cesse de Napoléon Ier ne parvient pas à comprendre que ce brave Bonaparte a pu mener ses réformes exceptionnelles non seulement parce que c’était un esprit barbare (autrement dit : sain) structuré par une antique civilisation, mais surtout parce qu’il était entouré d’une élite culturelle qui a débordé la monarchie française démographiquement grâce aux réformes natalistes de Louis XV et ce n’est que porté par cette noblesse d’esprit dont il était à la tête que Napoléon Ier a pu systématiser ses réformes victorieuses. Tandis qu’un pseudo-intellectuel tel que Zemmour ne fait que heurter des débiles mentaux à la télé avec ses citations de Chateaubriand, mais est incapable de capter un fait basique : si Moscou est effectivement l’actuelle capitale de la Russie, peut-être faut-il s’autoriser à penser que ce n’était pas le cas pendant l’invasion de la Grande Armée en 1812 ? Et ce, bien qu’en 1941, pendant le plan Barbarossa, Moscou était redevenue la capitale russe, dans le cadre soviétique naturellement, ce qui changeait encore une fois totalement la donne militaire et géopolitique.

L’horreur est que c’est de l’univers russe qu’a démarré en 2022 cette troisième guerre mondiale de moins en moins hybride. Et le pseudo-intellectuel de « droite » Zemmour répète ses âneries anachroniques de grand savant mois après mois. Le pire n’est pas que lui soit inculte et donc inapte à gouverner un grand État tout en réformant l’Union européenne, c’est que, dans son équipe, il ne s’est pas trouvé un seul conseiller pour lui dire d’arrêter ses débilités. Ces réformateurs autoproclamés sont donc enfermés dans une niaiserie du niveau de TikTok, dans l’instantanéité issue de la méthode globale qui leur fait ouvrir la page Wikipédia sur la Russie pour en trouver le nom de la capitale. Et là sont des limites de leur haute réflexion géopolitique. Je le répète : cela est le fait non seulement de Zemmour, mais de toute son équipe qu’il commercialise comme de futurs réformateurs.

Les clans des politiciens de la droite française composés de crétins incultes

En effet, le ridicule de Zemmour ne s’arrête pas à ce seul anachronisme du 8 mars 2022. Quasi à la veille du premier tour – soit un mois après cette bêtise lâchée sur RMC, à savoir le 4 avril 2022 lors des « Matins présidentiels » de Franceinfo https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/video-massacre-de-civils-en-ukraine-selon-eric-zemmour-vladimir-poutine-salit-l-image-meme-de-son-pays_5061661.html –, notre réformateur géopoliticien répète : « Je rappelle toujours que quand Napoléon les a battus [les Russes <Anatoly Livry>], ils ont brûlé leur capitale [SIC] pour ne pas lui laisser. Je l’avais prévenu depuis le début »[2].

Cela veut dire en termes simples qu’entre le 8 mars et le 4 avril 2022, toute l’équipe, depuis les jeunes arrivistes jusqu’à Philippe de Villiers, qui entourait Zemmour n’a pas été foutue de lui rappeler cette évidence : à l’époque des guerres napoléoniennes, Moscou n’était pas la capitale de la Russie, mais, redevenue capitale à l’époque soviétique, elle a précisément à ce titre été défendue au sacrifice de quelques millions de vies. En quasi un mois, alors qu’était lancée cette guerre hybride mondiale autour de la Russie, durant la campagne présidentielle française, dans l’équipe de Zemmour, il ne se trouvait pas un seul non-oligophrène qui aurait pu lui rappeler que pendant les guerres de Napoléon, c’est St-Pétersbourg qui était la capitale de la Russie, et c’est précisément pour cela que Moscou a été sacrifiée par Koutouzov. L’on a laissé le réformateur-géopoliticien Zemmour se ridiculiser à maintes reprises lors de sa campagne présidentielle.

Pas mieux chez tous ces fameux professeurs universitaires, académiciens et leurs sous-fifres (puisque Zemmour se réfère toujours à la Zourabichvili – Carrère d’Encausse). Il y a une forme de dégénérescence encadrée par la méthode globale qui se pare de pseudo-intellectualisme de robots de la passivité cérébrale inaptes à se réformer eux-mêmes.

Le ridicule international de la droite universitaire française

Cela fait de l’establishment français un clan d’Untermenschen dans le premier sens nietzschéen du terme, c’est-à-dire anthropologique. Les politiciens de droite sont incapables de réformes, car leurs professeurs universitaires sont des crétins, et ce, depuis plusieurs générations. Je parle naturellement des professeurs universitaires qui se disent eux aussi de droite et qui ont appris leur « spécialité », ne faisant dès lors que répéter depuis des décennies ce qu’ils ont appris pour paraître cultivés. Néanmoins, leur cerveau est aussi collectivisto-passif que celui d’un professeur sociologue woke adepte de la théorie critique de la race.

Les cerveaux passifs des professeurs universitaires français submergés par cette faiblesse tribale de ne jamais vouloir affronter la réalité en se mettant en « danger cérébral » (autrement dit : en acceptant les critiques et en entamant des réformes) réagissaient à l’information selon laquelle ils étaient la matière de mon enseignement académique avec leurs gourous de l’Institut de France par un ricanement totalement simiesque. Ainsi, j’ai décidé de daigner intervenir sur de grandes chaînes, voire sur des chaînes d’État de pays de l’Est.

Désormais, ce sont non seulement via des canaux académiques (mes séminaires étrangers consacrés à des clans universitaires français et à leurs élèves politiciens ont été vus par plus de 200 000 personnes : http://anatoly-livry.e-monsite.com/pages/15.html), mais aussi sur des chaînes d’État (ainsi la télévision publique de l’État de Biélorussie ou même YouTube, pourtant inamical envers ce pays) que sont diffusées mes analyses et le nombre de spectateurs pour l’émission où je décris la déchéance anthropologique occidentale et ridiculise les professeurs universitaires français a dépassé 460 000 :

https://www.youtube.com/watch?v=1YPHQCXEqkg

Dr Anatoly Livry, Altdorf, Suisse

[1] « L’intégrale de l’Interview « 2022 Grand Format » d’Éric Zemmour face à Apolline de Malherbe », RMC, le 8 mars 2022, https://www.youtube.com/watch?v=21f23zx62Es.

[2] Éric Zemmour,  « Les Matins présidentiels », Franceinfo, le 4 avril 2022, https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/video-massacre-de-civils-en-ukraine-selon-eric-zemmour-vladimir-poutine-salit-l-image-meme-de-son-pays_5061661.html.