La fable palestinienne (4) : le mandat britannique et la politique anglaise (suite)

Publié le 12 février 2019 - par - 16 commentaires - 900 vues
Share

CHAPITRE 4, LA FABLE PALESTINIENNE : STOP, CHAPITRE 4

Suite de notre article du 11 février 2019, https://ripostelaique.com/la-fable-palestinienne-3-le-mandat-britannique-et-la-politique-anglaise.html

 3e)   le mandat britannique et la politique anglaise (suite)

  le 15 mai 1947, l’assemblée devant laquelle Bevin a porté le problème palestinien le 14 février 1947, en vue d’élargir son mandat pour créer un Etat fédéral garanti par la Grande Bretagne, crée une commission spéciale, l’UNSCOP, avec 11 Etats non liés au problème. (Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Canada, Australie, Inde, Iran, Pays Bas, Suède, Pérou, Uruguay, Guatemala). Les arabes refusent de recevoir la commission en Juillet. Quant aux juifs représentés par Weizmann, ils acceptent le principe d’une partition qui soppose aux principes de 1917 et de 1919 (accords judéo arabe, voir ci-dessus). En juillet 1947, 2 ans après la fin de la guerre, 200.000 juifs sont encore dans les camps. Et les Etats d’Europe ne manifestent pas l’intention de les accueillir, pas plus que les Américains. Les juifs acceptent donc le partage, l’internationalisation de Jérusalem, et qu’il y ait 50% d’arabes dans la zone juive. Mais le haut comité arabe refuse cette solution. Il est ensuite décidé que le mandat britannique prendra fin le 1er mai 1948. Mais le tracé des frontières laisse perplexe: il y aurait pour Israel trois tronçons qui ne communiqueraient entre eux que par un point géométrique, et 14.000 km2 seulement pour l’Etat juif au lieu des 116 .000 km2 km2 prévus, les arabes se faisant encore attribuer 102.000 km2.

Le 29 novembre 1947, l’assemblée générale de l’ONU, représentant 56 nations, approuve la partition et donc la constitution de l’Etat juif par 33 voix contre 13 et 11 abstentions: un Etat juif en 3 parties sur 18% de la Palestine, un Etat arabe en 3 parties sur 82% (le royaume hachémite de Jordanie créé en 1949, par la fusion de la Cisjordanie, et de la Transjordanie déjà créée en 1921), une zone internationale de Jérusalem. Il est décidé que la mandat britannique prendra fin le 1er aout 1948 au plus tard au lieu du 1er mai 1848, et que le plan entrera en vigueur le 1er octobre. Jusqu’au 1er octobre, le territoire sera administré par une commission internationale de l’ONU.

3 f)   les attaques anglo-arabes contre les rescapés des camps

 Dans la nuit qui suit la décision de l’ONU, les arabes, dirigés par les Britanniques, et bien que les décisions leur soient favorables, attaquent les juifs, faisant des embuscades sur les routes contre les autobus, le Haut comité arabe faisant distribuer immédiatement des fusils et lançant un appel à la guerre sainte. Le 30 novembre, l’appel est repris par Azzam Pacha, secrétaire général de la Ligue arabe, et par les étudiants de l’université musulmane du Caire. Les radios arabes du Caire, de Damas, de Bagdad annoncent leur intention de rejeter les juifs à la mer@ quand les Britanniques seront partis, faisant pression en utilisant la carte du pétrole. Le 30 novembre 1947, les arabes attaquent un bus entre Natanya et Jérusalem (5 morts), un autre entre Hadéra et Jérusalem, (1 mort), poignardent un juif à Jaffa, défilent par centaines en criant « tuons les juifs » à Naplouse et Beth Shean. Le 1er décembre sont attaqués des dizaines de bus, cafés et synagogues sous l’oeil bienveillant des Britanniques qui désarment les juifs qui se défendent. Des armes confisquées aux juifs sont retrouvées sur les arabes tués lors d’affrontements.

Le 8 décembre 1947, les chefs des gouvernements arabes indépendants (Egypte, Irak, Arabie Séoudite, Yemen, Transjordanie, Syrie, Liban) se réunissent au Caire et, dans un communiqué final, affirment qu’ils vont mener jusqu’à la victoire la lutte pour l’indépendance de la Palestine alors que la Transjordanie a été créée sur la Palestine et que le nouvel Etat arabe en 3 parties y est également créé. Le 13 décembre 47, les Anglais annoncent qu’ils mettront fin à leur mandat le 15 mai suivant, et les Etats arabes susmentionnés  ajoutent que le même jour ils passeront à l’attaque. Ils veulent rester en bon terme avec la Grande Bretagne qui exploite leur pétrole. Fawzi Kawkji doit conduire l’insurrection en Palestine. Libanais musulman, il a organisé dans les années 30 des pogromes contre les juifs en Palestine, puis est parti à Berlin pendant la guerre. Mais c’est surtout Hadj Amine El Husseini le grand mufti qui appelle au massacre. Les marchands d’armes du monde entier flairent la bonne affaire et approvisionnent le Caire. Du 30 novembre  au 31 décembre 47, ils tuent 6070 personnes dont beaucoup sorties des camps. Le 30 décembre 1947, 39 ouvriers des raffineries de Haiffa sont égorgés avec l’aide des Britanniques.

Le 1er janvier 48, les Britanniques détournent à nouveau sur Chypre un bateau de 15.400 immigrants tous rescapés des camps. Des bandes d’arabes venus de Syrie et du Liban entrent en Palestine pour attaquer les kibboutz Dan et Kfer Szold. Le 14 janvier, c’est un quartier de Jérusalem qui est attaqué. De janvier à mai 48, le village de Goush Etzion est attaqué par la légion arabe: des dizaines de personnes sont assassinées et les survivants mâles du village sont amenés en captivité en Jordanie où ils disparaissent. Les Anglais voient qu’ils ne peuvent plus tenir, et évacuent le 28 janvier 1948 deux mille britanniques.

L’Irgoun lance de nouvelles actions de janvier à mars. Le 10 février 48 le centre commercial de Jérusalem est attaqué par des centaines d’arabes et un immeuble de la poste est attaqué avec l’aide des Anglais. Le 18 février 1948, le gouvernement Atlee déclare que le mandat ne l’autorise pas à remettre la Palestine aux juifs. Le 22 février 48, les Anglais mettent à Jérusalem un camion bourré d’explosifs et font 48 morts et plus de 200 blessés. Le 11 mars, c’est une voiture piégée devant l’Agence juive qui fait plus de 30 morts et plus de 100 blessés. D’autres attentats du même type ont lieu partout. A Jérusalem, 150.000 juifs sans armes sont bloqués, attaqués par les arabes dirigés par Abd el  Khader el Husseini, cousin du grand mufti, qui bombardent. Les assiégés n’ont plus deau , les canalisations ayant été coupées par les Britanniques, et ils sont affamés. Dans la vieille ville, la situation est encore pire: 1.700 juifs, dont la plupart des vieux, sont attaqués par 20.000 arabes. Les convois qui les ravitaillent sont attaqués. Les bombardements sont faits par l’anglais Glubb Pacha (son vrai nom est Sir Henru Bagot)  dès le 10 avril et font en un an 5 fois plus de victimes civiles qu’à Londres pendant la première année de la seconde guerre mondiale.  Le 26 mars 48, sur la route de Naharya à Yehiam, 500 arabes tuent les 47 juifs qui allaient alimenter le village encerclé de Yehiam.

Toutes les troupes juives réagissent. Le 1er avril, les juifs reçoivent des armes Skoda des Tchèques. Le 10 avril 1948, le village arabe de Deir Yassine est attaqué. Deir Yassine est un village par où passent les armes et les combattants arabes qui attaquent les convois. C’est un point stratégique. L’Irgoun veut y mettre un aéroport, seul lien entre Jérusalem assiégée et la côte. Avant l’attaque, l’Irgoun envoie des camions équipés de hauts parleurs pour avertir la population du village et l’inciter à partir. 200 habitants du village sortent, et restent indemnes, ce que reconnaît la brochure l’agression israélienne,  publiée par la Ligue arabe elle même en page 10. L’Irgoun renonce ainsi à profiter de l’effet de surprise qui lui aurait été favorable, ce qui lui coûte 40 morts et blessés. De plus, les arabes assaillis mettent aux fenêtres des drapeaux blancs, laissant entrer dans le village les juifs, qu’ils tuent par derrière. Le combat dure 8 heures dans le village qui est essentiellement occupé par des soldats, irakiens et jordaniens, plus quelques civils qui n’ont pas quitté le village. Ce sont les Anglais qui vont faire de Deir Yassine un mythe.

Les arabes continuent leurs attentats: le 13 avril, des centaines d’arabes se ruent sur un convoi et assassinent plus de 70 médecins et infirmières juifs, l’armée britannique ayant renseigné les arabes sur le passage du convoi et s’occupant d’empêcher tous renforts aux juifs.  Et les arabes font de nombreuses attaques. Le contingent syrien dirigé par Fawzi Kawzi compte des britanniques dont un major qui est tué lors d’une attaque sur le petit village de Mishmar Haemek..Les Transjordaniens attaquent le Kibboutz Guésher et les Anglais qui tiennent à côté du kibboutz un poste de police pointent leurs canons contre le kibboutz et préviennent la Légion arabe (commandée par les officiers britanniques) qu’ils vont se retirer le 27 avril.

Mais les juifs parviennent à prendre le poste et les arabes qui attaquent le village avec des blindés du 15 au 24 mai ne peuvent pas le prendre .Dès avril 1948, le village de Ramat Rahel au sud de Jérusalem est encerclé, et subit une forte attaque des Irakiens le 22 mai. Le 1er mai c’est le village de Ramot Naftali qui est attaqué par les Syriens. Tous les villages juifs sont attaqués. En plus des attaques contre les juifs par les troupes régulières, les villages juifs subissent aussi les razzias des populations arabes. Les quatre kibboutz du groupe Etzion: Kfar Etzion, Messout Yitsak, Ein Tsourim, et Revadim, sont attaqués par les bandes commandées par Abdelkhader el  Husseini, neveu du grand mufti. Un groupe de jeunes gens, partis les secourir, rencontre un berger bédouin qui les voit, mais par humanité ils lui laissent la vie sauve. Le berger rameute des centaines d’arabes qui viennent les assassiner. Le 4 mai, la légion arabe, sous le commandement anglais, attaque les quatre kibboutz, avec l’aide de l’aviation britannique lâchant contre eux des dizaines de milliers d’obus, et le 12 mai, un colonel britannique, à la tête de 40 blindés, entre dans les kibboutz, après un siège de 47 jours. Les assaillants sont 10 à 15.000 hommes, tandis que les habitants, en majeure partie des femmes et des enfants, sont en tout pour les quatre kibboutz 500 personnes qui sont toutes assassinées.   Le 5 mai 1948, à 5h du matin, le secrétariat de la Ligue arabe diffuse un communiqué appelant à la guerre générale.

 3 g) l’évacuation anglaise

 Le 14 mai, les Anglais finissent d’évacuer. Le 15 mai, les Syriens attaquent le village Deganya avec blindés, canons, camions, avions mais ils se heurtent à une résistance acharnée et reculent. Le 16 mai,  le village kibboutz de Mishmar Hayarden est attaqué par les troupes de Kawzi et tous ses habitants (60 personnes) sont assassinés.  Les arabes font une grande propagande sur Deir Yassine, prétendant que ce sont les juifs qui ont assassiné, afin de pousser des centaines de milliers d’arabes à entrer en Palestine, mais le résultat est le contraire: effrayés, des centaines de milliers d’arabes sortent, d’autant plus que le grand mufti les exhorte à sortir pour revenir avec les armées arabes victorieuses mettre le pays à sang.

En partant, les Anglais font des cadeaux aux arabes:

– hiver 47- 48: ils font une série de pactes avec les Etats arabes. En janvier avec l’Irak. Le 14 mars avec la Transjordanie (12 millions de livres par an au roi Abdallah pour payer la Légion arabe. Et si les juifs entrent en Transjordanie, la Grande Bretagne interviendra. Si ce sont les arabes qui entrent en Israël, ils ne bougeront pas).

– embargo sur les armes pour la Palestine, et fournitures d’armes aux arabes.

– les stocks de pétrole et d’essence des raffineries de Haiffa sont évacués sur Tripoli et Beyrouth pour alimenter la machine de guerre arabe et paralyser les transports juifs

– quelques jours avant la fin du mandat, des sommes énormes sont versées aux Aoeuvres religieuses@ du grand mufti

– les arabes sont informés au fur et à mesure de l’évacuation des forteresses dans lesquelles on leur laisse armes et munitions. Les forteresses destinées à tomber par leur emplacement dans les mains des juifs sont par contre laissées vides. (Cf les mémoires du général irakien Tahar Hachemi)

– le camp militaire de Safarand est vendu par les britanniques aux arabes pour 750.000 Livres

– les juifs assaillis par les arabes dans les villages comme à Kfar Ouriah sont arrêtés et désarmés par les britanniques ce qui est contraire au mandat.

Le chef de la Légion arabe, Glubb Pacha,  est en fait … un Anglais, dont le vrai nom est Sir John Bagot. En 1948, la Légion arabe compte 16.000 hommes bien entrainés, entretenus par les Anglais, et munie de blindés. Tous les officiers sont aussi anglais. Elle reçoit chaque année 6,5 millions de Livres des Anglais.

A suivre ; Chap 5 : l’Etat d’Israël et les guerres israélo-arabes  (prochainement)

Rappel des chapitres:

Chap 1 : la population originelle de la Palestine  (publié le 9 février 2019) https://ripostelaique.com/la-fable-palestinienne-stop.html

Chap 2 : le nationalisme juif (publié le 10  février 2019) https://ripostelaique.com/la-fable-palestinienne-2-le-nationalisme-juif.html

Chap 3 : le mandat britannique et la politique anglaise

https://ripostelaique.com/la-fable-palestinienne-3-le-mandat-britannique-et-la-politique-anglaise.html

Chap 4 : le mandat britannique et la politique anglaise (suite)

Chap 5 : l’Etat d’Israël et les guerres israélo-arabes  (prochainement)

Chap 6 : l’Etat d’Israël et les guerres israélo-arabes (suite)  (prochainement)

Chap 7 : le mur et les plaintes des « Palestiniens »  (prochainement)

Louise Guersan

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Ludovic Lagrogne

Vous avez tort. Les musulmans radicalisés ont l’ habitude de lancer comme une boutade ce qui est leur plan de domination du monde: « Après le samedi (sabbat), le dimanche (jour de la célébration de l’ eucharistie chez les chrétiens) ». FDS, même et surtout athée, vous êtes inclus dans le scénario.

Ludovic Lagrogne

Elle ne serait pas la seule à s’ être fait… gruger par le téléévangéliste manipulateur. La preuve il est président et ceux qui ont « veauté » pour ce théâtreux de bas étage sont nombreux à se la prendre et se la mordre.
La haine du bonimenteur n’ en est que plus forte chez eux.

Clamp

Je savais les anglais capables d’abjections, mais ça va quand même au-delà de ce que j’aurais pu imaginer, c’est vraiment écœurant et révoltant. Espérons qu’il existe un futur où ils auront à rendre des comptes. Souhaitons également qu’Israël puisse retrouver un jour tous les territoires dont l’archéologie atteste qu’ils sont d’anciens lieux de vie du peuple juif, ce qui en fait des terres israéliennes par définition.

JACOU

Merci de mettre un lien à vos dires.

Mousquetaire

Bravo à vous et à Riposte Laïque d’oser proclamer les vérités qu’un journalisme servile et des politiciens tombés en dhimmitude refusent de voir. Comme nos millions d’euros gaspillés dans nos banlieues pour acheter une paix sociale qui n’est qu’une soumission de plus, diaboliser Israël et entretenir la fable d’un peuple palestinien permet à nos élites d’endormir les consciences pour mieux poursuivre l’islamisation de l’Europe. Quoi de plus embarrassant en nos technocrates qu’un État qui ose revendiquer ses frontières, son identité, sa culture, son art de vivre face à l’islam conquérant ! Notre histoire, en tant que Chrétiens, commence à Jérusalem… lire la suite

JACOU

Plutôt des milliards d’euros.

DUFAITREZ

Acte IV ? En général, la pièce est terminée….

Ludovic Lagrogne

L’ ennui avec celle-ci c’ est qu’elle dure depuis 70 ans et coûte « un pognon de dingue » à Israël pour sa sécurité et au « machin », l’ ONU, pour soutenir les « falestiniens » (pas de « f » dans l’ alphabet arabe)…

Patrick Granville

Super super sujet traité qui ne laisse pas les ami.e.s d’Israel Indifférents. Merci Louise pour cette leçon d’Histoire hors pair et que peu connaissent. Je crains que les gaulois pour libérer la Gaule se retrouvent un jour dans la même situation de combats de libération que les valeureux juifs rescapés des camps nazis! C’est pour bientôt!

Stefdu53

Bonjour, vos articles sur le sujet sont intéressants et bien racontés. Par contre vous ne citez pas vos sources . Dommage

Ludovic Lagrogne

Voir à ce sujet le film « O Jérusalem » de 2006 (détesté par la critique antisémite de gauche) et le livre éponyme de Dominique Lapierre et Larry Collins de 1971 (format poche téléchargeable format Kindle ou papier), 50 millions d’ exemplaires vendus à travers le monde . Une enquête fouillée sur ces événements de 1947 1948.

Jesse James

article bidon .

Malou30

Pourquoi appelle t on la GB la perfide Albion ? La réponse dans ce récit très très bien détaillé ? Je ne suis pas étonnée, non plus , que la GB soit déjà musulmane !

Malou30

Zut ! après détaillé il faut ! Et non ?

André Léo

Encore Merci, Madame Guersan pour ces raccourcis historiques saisissants et clairs. Les anglais ont été décidément de « sales types ». Dans le chapitre 3,vous avez à peine esquissé le rôle du « héros » de l’arabisation de la palestine, le fumeux Lawrence d’Arabie. Anglais, homosexuel, qui recrutait ses « amis » parmi les bédouins, écrivain à ses heures, homme politique et crypto-diplomate, il a beaucoup œuvré pour créer une « grande Syrie » dont la population juive aurait été absente. Les manœuvres de cet aventurier, mort en 1935 ont été magnifiées par des livres et le cinéma. Ce que vous rapportez s’ajoute au contentieux existant entre les… lire la suite

jan le Connaissant

Mince, les anglais ont été de véritables salopards dans ces événements !!
Quelle perfidie !!