La face cachée de l'Opus Dei, de Bruno Devos

L’auteur de ce livre, ancien numéraire installé en Pologne commence par présenter son itinéraire avant de nous démontrer que les pratiques de l’opus Déi sont « à l’opposé des idéaux qu’elle proclame »!
Le lecteur découvre le système fermé, totalitaire, destructeur qui au nom de dieu, coupe ses membres du monde pour les robotiser.
D’après des statistiques internes à cette secte fondée en 1928 par un franquiste, Josemaría Escrivá de Balaguer béatifié par le pape Jean Paul II en 1992 : sur 10 membres qui entrent dans l’opus Déi, sept en ressortent… dans un état physique et psychologique déplorable.
Chaque adepte, dès qu’il entre dans « l’œuvre de dieu » ne s’appartient plus, il est pris en charge, contrôlé, carrément broyé et gare au déviant et même à celui qui veut simplement revenir dans le monde des vivants, l’opus Déi détient un dossier personnel sur chacun, tout y est noté : ses idées, ses contacts, sa personnalité et ses incartades.
Le plan de vie imposé à chaque numéraire est « démoniaque » ,les dévotions y sont nombreuses et contrôlées et l’auto flagellation n’est pas de pure forme, chaque semaine le numéraire doit se fouetter lui-même avec des disciplines ( ces petits fouets en corde).

L’auteur de ce livre construit un diagnostic rigoureux et rien n’est laissé dans l’ombre.
Le lecteur découvre l’organisation de la secte avec ses cinq catégories de membres dont les numéraires qui , laïcs vivent ensemble dans les centres et s’engagent à rester célibataires et à donner tout leur salaire à l’œuvre.
De nombreux anciens membres de la secte apportent leur contribution permettant de lever définitivement le voile sur la politique de cette organisation officielle protégée par la hiérarchie catholique.
Joseph Ratzinger n’ignore pas la nature exacte de l’opus Déi- dans les années 60 il a cofondé la revue Communio avec le théologien suisse Hans Urs von Balthasar- mis à l’index par la secte et pour cause, le célèbre théologien avait accusé l’œuvre de relever de l’intégrisme catholique!
Comment peut-on accepter que des dizaines de milliers de personnes dans le monde soient ainsi livrées corps et « âmes » au bon vouloir d’ une secte protégée et disposant de relais puissants dans la société sur les cinq continents?
« Plus d’une personne sur deux prend des médicaments pour soigner une névrose ou une dépression chronique »!
L’OPUS DEI est une réelle machine infernale au service de la réaction la plus noire et beaucoup de catholiques, progressistes mettent en doute le caractère chrétien de l’œuvre qui remet en cause ‘l’aide désintéressée envers son prochain »!
Le catéchisme officiel de la secte opusienne ne définit-elle pas ainsi la charité :
« La charité des fidèles de l ‘Opus Déi doit les pousser à profiter de toutes les occasions pour approcher les âmes de Dieu ».Un point c’est tout!
Une seule conclusion à tirer pour nous : fermons le ban et exigeons la dissolution de cette secte!
Jean-François CHALOT
« La face cachée de l’opus déi
Documents secrets : les vérités qui dérangent »
livre de Bruno Devos
éditions Presse de la Renaissance
248 pages
16,90 €
Août 2009
L’AUTEUR
Bruno Devos est né en 1977 à Paris. Après avoir suivi des études de mathématiques, physique et chimie, il est devenu chef de projet informatique. Il a été membre de l’Opus Dei pendant une quinzaine d’années. Il a activement participé à l’expansion du mouvement en Pologne, comme trésorier du centre de Varsovie, assistant du Conseil régional et directeur du club des jeunes.

image_pdf
0
0