A quand la fin des prières illégales à la Goutte d’Or ?

Publié le 23 septembre 2011 - par - 3 029 vues
Share

A dater du vendredi 16 septembre, les prières collectives et illégales de rue sont interdites. Cette grande première (interdire ce qui est illégal) a-t-elle été suivie d’effet ?

Les deux mosquées du 18ème arrondissement de Paris étaient closes aux « fidèles » et des panneaux indiquaient le nouveau lieu de prières, situé à l’intérieur de la caserne de la rue de la Porte des Poissonniers, offerte par la république « laïque ».

Devant la mosquée de la rue Polonceau, nous avons pu entendre et filmer les imprécations haineuses et racistes d’un salafiste incitant jusqu’à la révolte armée, le tout ponctué de l’affirmation hurlante et répétée qu’ « allah est grand », suivie d’applaudissements.

Puis, nous nous sommes rendus à la caserne, tout en appréciant de petits groupes vociférant des propos légers, comme « Mort aux juifs ! », entre autres, certainement objets de futures poursuites judiciaires impitoyables de SOS-Racistes et autres ligues habituelles…

De légers heurts, heureusement sans gravité, se sont produits entre le service de sécurité, composé d’agents relativement âgés, et quelques salafistes aux couleurs du Hamas, criant au scandale et incitant à la violence.

Le calme rétabli, et la prière de plusieurs centaines de participants terminée, tout ce monde s’en est allé, sans autre violence que parlée.

Selon des témoignages concordants, une prière de rue illégale et interdite s’est déroulée au même moment devant la mosquée fermée de la rue Myrha.

Il n’y avait, en tous cas, nulle présence policière visible, partout où nous nous sommes rendus.

Attendons le prochain vendredi pour la suite de l’expérience.

Mais, dès aujourd’hui, nous remarquons que, même si des entorses au respect de la loi ont été relevées, le rappel des règles républicaines a globalement été suivi d’effet.

Comme quoi il suffirait d’un peu de détermination des autorités pour éviter des lendemains qui déchantent…

Précision importante :

Un ami musulman nous signale une erreur malencontreuse de traduction : les groupes de musulmans se dirigeant vers la caserne-mosquée ne hurlaient pas le slogan édulcoré de « Mort aux juifs ! », mais plus sincèrement « Égorgez les juifs ! », ce qui manifeste non pas l’incitation à la haine, mais l’incitation directe au MEURTRE rituel quasi-religieux.

Nous attendons avec sérénité les réactions indignées des organisations « antiracistes » professionnelles et de la justice républicaine…

Guy Sauvage

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.