La formidable une de Charlie Hebdo

Publié le 15 janvier 2015 - par - 505 vues
Share

Figaro-vs-Charlie-HebdoCe matin, en voyant la une de Charlie Hebdo en avant première à la télé, j’ai d’abord tiqué. Le dessin sur fond vert montrait Mahomet avec un écriteau sur le ventre sur lequel était écrit « Je suis Charlie » et au-dessus en noir « Tout est pardonné ». Je me suis dit, non pas eux, ils ne sont pas tombés dans le panneau de la propagande gouvernementale, de ceux qu’on appelle les bisounours qui soutiennent un Islam prétendument modéré !

J’ai un peu mieux regardé le dessin. Alors, mais c’est bien sûr, ça s’est éclairé ! Mahomet sur fond vert Islam. Bien entendu, c’est une mise en accusation implicite de l’Islam pour les crimes perpétrés. A travers Mahomet le créateur de cette religion, tous les musulmans se trouvent accusés, le pardon affiché servant à faire passer la pilule. C’est aussi une façon de se foutre de la gueule du gouvernement qui insiste bêtement pour exonérer la religion musulmane de ses crimes, ainsi que de tous ceux qui soutiennent cette vision stupide… et ils étaient nombreux à défiler dimanche, particulièrement ceux de Lille qui scandaient « Musulmans innocents ». Je n’aimerais pas être à leur place, eux qui se trouvent désavoués par celui qu’ils croyaient soutenir. La récup politique espérée prend un vieux coup dans l’aile.

Il y a aussi l’écriteau « Je suis Charlie » sur fond clair. Le fond noir de l’écriteau officiel de la manif, laissait supposer que Charlie était mort et enterré. Il n’en est rien. Le fond clair signifie « Charlie est encore vivant, vous avez raté votre coup ». Le blanc est la couleur de deuil des musulmans. Le message est donc pour les koufars qui n’avaient rien compris.

Enfin, l’unique larme versée d’un seul œil par Mahomet, montre bien que les musulmans se soucient comme d’une guigne de ce qui est arrivé au journal, et même qu’ils s’en félicitent. Mais comme dit le proverbe : « Tel qui rit vendredi à la mosquée, dimanche pleurera ». La larme est une larme de crocodile. La taqiya islamique a foiré. Par ce dessin Charlie  montre qu’il manie lui aussi parfaitement la taqiya, ce qui revient à dire aux musulmans « retour à l’envoyeur ».

Le dessin de Charlie est un chef d’œuvre d’humour et de dérision. Faire passer autant de messages dans un simple dessin est un exploit. Si j’ai raté autre chose, faites-le-moi savoir.

Ce matin, j’étais en voiture. En repensant à cette une, je ne pouvais pas m’empêcher de m’esclaffer. J’ai ri tout le long du parcours du bon tour joué par Charlie aux uns et aux autres.

Malgré l’explication sur BFMTV de l’auteur du dessin qui paraissait peu enthousiasmé par celle qu’il a donnée, probablement contraint et forcé, je maintiens mon interprétation des messages subliminaux contenus dans le dessin.

Charlie Hebdo, successeur d’un journal bête et méchant, est spirituel et intelligent. Hardi Charlie,  demain je m’abonne !

Marc Larapède

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.