La fossile et le marteau : la France est une Union soviétique qui aurait réussi

CaptureStaline.png

« Sur le plan économique, la France est une Union soviétique qui aurait réussi. »

(Jacques Lesourne, économiste, ancien directeur du journal « Le Monde »)

Le premier à faire une comparaison – osée – entre la France et l’URSS, est Jacques Marseille, mort en 2010 et bien oublié depuis. Il était spécialiste d’histoire économique et chroniqueur, connu pour ses prises de position ultras libérales.

Fils d’un cheminot, il avait fait des études d’histoire à la Faculté Catholique de Lille. Reçu premier à l’agrégation d’histoire en 1969, il adhérait, la même année, au Parti Communiste.

Pour lui, notre Empire colonial, à compter de 1930, fut surtout « un débouché pour un capitalisme archaïque soucieux de retarder au maximum une restructuration imposée par l’évolution internationale ». A l’époque, chez le camarade Staline, tout allait sans doute beaucoup mieux !

Comme « seuls les imbéciles ne changent pas d’avis », ce qui les différencie des girouettes, il effectue un virage radical vers le libéralisme débridé : l’économie de marché  après celle de Georges Marchais (1). Il écrira, par exemple : « Le libéralisme reste un combat pour la tolérance et la liberté. Entré dans le monde comme critique de l’Ancien Régime, de l’absolutisme royal et du pouvoir de coercition d’une Église exclusive, il affirme le droit naturel de l’individu à la liberté… ».

L’homme est assez lucide puisqu’il déclare, en 2006 :« J’ai gardé de mon passage au PCF une méfiance absolue et finalement justifiée envers la social-démocratie française. Le Parti Socialiste a toujours eu cette posture anti-argent et anticapitaliste tout en faisant des promesses d’égalité qu’il a toujours trahies. Seule une droite assumée et fière de ses valeurs peut faire ce que le PS est incapable de faire : établir une société plus équitable ». Certes, sa droite n’est pas la mienne, mais la dernière phrase me convient parfaitement puisque Maurice Barrès disait en gros la même chose en 1920.

Marseille fustigeait également « un secteur public pléthorique aux privilèges sans égal, d’un côté ; une insécurité croissante de l’emploi plus forte que dans la moyenne des pays européens, de l’autre. » Cette dichotomie était pour lui « le cancer qui ronge le modèle social français. »

Il était aussi très critique envers le baccalauréat contemporain : Il le qualifiait de « monument d’hypocrisie nationale » et d’« instrument d’inégalité sociale ». Et pourtant, en 2010, nous n’avions pas encore un taux de réussite de 95%.

La comparaison entre l’ex-URSS et la France a été reprise, ensuite, par Jacques Lesourne qui fait un parallèle entre l’URSS et le modèle à l’origine des « Trente Glorieuses », années de croissance ininterrompue (entre 1945 et 1975). Comme en Union Soviétique, l’Etat et sa Nomenklatura  ont joué un rôle moteur dans la modernisation d’une économie restée longtemps à dominante agricole.

Mais, pour Lesourne, là s’arrête la comparaison: en France, l’Etat n’a pas engendré le Goulag. Qui plus est, la planification n’a pas autant déterminé l’évolution de l’économie. Quoi qu’il en soit, le modèle français a, selon lui, atteint ses limites sous l’effet de trois grandes évolutions.

a)- L’émergence de la société d’information, du « tout image », des réseaux sociaux.

b)- La mondialisation qui est l’une des causes de notre désindustrialisation.

c)- Le vieillissement de la population française.

Sans aller jusqu’à parler de « Perestroïka » et de « Glasnost », Jacques Lesourne appelle à un effort d’adaptation, en suggérant une  troisième voie, entre l’ultralibéralisme et l’économie solidaire: une série de réformes qui concernent la fonction publique, les prélèvements obligatoires, le marché du travail, et même l’Education nationale.

Toutes ses suggestions ne sont pas mauvaises, loin s’en faut, mais elles sont imprégnées, imbibées, dégoulinantes, de l’idéologie humaniste des économistes de gauche, ces gens qui pérorent sur les plateaux télé et qui passent leur vie à se tromper.

Pourtant, oui, la France de Macron ne manque pas de similitudes avec l’ex-URSS.

  • L’information y est aussi peu honnête que ce qu’écrivait « la Pravda » sous Staline.
  • La radio et la télévision sont à la solde du pouvoir.
  • Depuis les lois Gayssot, Taubira et consorts la liberté d’expression et d’opinion est morte.
  • On ne déporte pas les opposants au Goulag mais on les traine devant les tribunaux.

                                                                                                                                                        -2-

  • On a réinventé le « commissariat au plan » pour donner un hochet à François Bayrou (2).

Le « Commissariat au Plan » c’est ce qui a permis jadis à l’URSS de livrer des chasse-neiges… au Burkina Faso du capitaine marxiste Thomas Sankara, celui que la presse de gauche adulait et surnommait « le Che Guevara  noir ». Il ne neige JAMAIS au Burkina Faso mais le plan quinquennal prévoyait de construire des chasse-neiges pour les pays amis ou satellites de l’URSS…

Emmanuel Macron, qui, soit dit en passant, se moque de l’avis de Bayrou (3), nous annonce régulièrement ses plans à venir. La dernière ineptie en date étant la « grande Sécurité Sociale » : une des plus belles entourloupes inventée par ce mégalomane narcissique.

Au motif que les Mutuelles-Santé augmentent très fortement leurs tarifs, le gnome élyséen voudrait englober tous les remboursements dans un seul organisme.

Ce type est un escroc, un imbécile ou un menteur (voire les trois).

En effet, à quoi faut-il attribuer la hausse importante des tarifs des Mutuelles ?

Aux meilleurs remboursements audios, optiques et dentaires, sachant que, dans ces trois domaines, forts coûteux, la « Sécu » ne rembourse quasiment rien.

Et qui, par démagogie électoraliste, a fait en sorte que l’optique, le dentaire et l’auditif soient mieux remboursés ? Emmanuel Macron en personne ! C’est une décision « jupitérienne ».

Signalons au passage que cette « grande Sécurité Sociale » serait un organisme privé car les directives européennes s’opposent à la mainmise de  l’Etat sur la Santé. C’est d’ailleurs ce qui a fait le bonheur des Mutuelles jusqu’à présent.

Je pourrais continuer longtemps les comparaisons entre Macron et les dirigeants de l’ex-URSS  mais je crains de lasser mes lecteurs.

Le drapeau de l’ex-Urss était rouge. Le nôtre ne devrait pas tarder à  adopter l’arc-en-ciel des LGBTHPZ (4). Le drapeau rouge des Soviétiques est frappé de la faucille et du marteau.

Nous avons presque les mêmes emblèmes :

Emmanuel et Brigitte … la fossile et le marteau.

BrigitteMacronCE.jpgmacron-rire-sardonique.jpg

En 1989, la chute du mur de Berlin a marqué l’effondrement du bloc communiste. Je me prends à rêver qu’avril-mai 2022 marquera  la fin du macronisme.

Cédric de Valfrancisque

Le 19 novembre 2021

1)- « Super Marchais » sévissait à la tête du PCF juste avant « Super Hue »

2)- Le « crétin des Pyrénées », compromis dans une affaire d’emplois fictifs au MODEM, a quitté le gouvernement par la porte pour y revenir, en loucedé, par la fenêtre.

3)- Mais a besoin du MODEM pour sa réélection…

4)- Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres, Hermaphrodites, Pédophiles et Zoophiles ; ne soyons pas sectaires, mes minorités ont droit à leur drapeau.

image_pdfimage_print
11

10 Commentaires

  1. Permettez-moi de rectifier votre titre : La France est une union soviétique qui a mis un peu plus de temps à sombrer que son modèle.
    Sinon, la fossile et le marteau, c’est bien trouvé ! 🙂

  2. Le visuel représentant le président et deux enfants, dit absolument tout.
    A mon sens, et en poussant le raisonnement jusqu’à l’extrême, les mots en deviennent même inutiles.
    Cela dit, l’article ne manque pas d’à-propos et de pertinence.

  3. Et dire que tout ça a pu arriver parce que les français, comme pour Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande, ont voté MACRON parce qu’on leur a DIT de le faire (matraquage médiatique et journalistique 3 semaines à un mois avant les élections : 3si vous votez Le Pen, vous êtes des méchants racistes ! »); pour « Faire barrage au Front Nationnnaaaaaaallll ! ». Alors, les CONS, il tient bon, votre barrage ? Vous en êtes contents ?
    Sérieusement; avec le recul, aujourd’hui : croyez-vous vraiment que MLP aurait fait la même chose, voire pire que ce dictateur fou ? MLP est une incapable, doublée d’une conne. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a viré du parti tous les cadres dirigeants qu’elle estimait plus intelligents qu’elle, c’est-à-dire environ les trois quarts de ses effectifs. Elle aurait gouverné comme un conne, avec un gouvernement de CONS; bref, un Gouvernement Hollande bis. Mais je ne crois pas qu’elle aurait fait un dixième de ce qu’à fait Macron. Dans toute l’Histoire de France depuis 1789, seul PETAIN a été aussi pourri que MACRON.
    Tiens; une question pour vous démontrer que j’ai raison : à votre avis, pour qui vont (re)voter les français en Mai prochain; mais surtout : pour quelle(s) raison(s) ? Vous prenez les paris ?

    • Trouver les mêmes conneries sur R L que sur les sites de gauchistes ou libéraux mondialistes,me fait dire que l’honnêteté intellectuelle n’est nulle part…..
      La comparaison entre le MAFIEUX MONDIALISTE MACRON,et le Maréchal Pétain est d’une mauvaise foi evidente…..
      Ce n’est pas de cette manière que vous allez convaincre qui que ce soit……
      Dommage !

    • Pétain a été un grand guerrier qui a dû subir le lûger sur la tempe, il n’a jamais invité la werhmacht à envahir la france, ce qu’ont fait en revanche TOUS NOS DIRIGEANTS DEPUIS DE GAULLE contre espèces sonnantes et trébuchantes.

  4. Startup colony mondialist BOOBALAND

    La colonisation = prébendes de copains de la Caste = ruine des souchiens (Marseille où rapport Edmond Giscard à Léon Blum)

    http://www.rts.ch/archives/tv/culture/dossiers-de-l-histoire/3436298-debut-du-colonialisme.html
    (l’historien Guillemin)

    « Les actuels moutons de l’intelligentsia ne connaissent plus que trois crimes inadmissibles : racisme, antimodernisme et homophobie. » Guy Debord

    « La conscience de soi est en soi et pour soi quand et parce qu’elle est en soi et pour soi pour une autre conscience de soi ; c’est-à-dire qu’elle n’est qu’en tant qu’être reconnu.» Hegel, La Phénoménologie de l’Esprit.

    traduction Debord SdS 217:

    «Le parallélisme entre l’idéologie et la schizophrénie établi par Gabel (La Fausse Conscience) doit être placé dans ce processus économique de matérialisation de l’idéologie. Ce que l’idéologie était déjà, la société l’est devenue. La désinsertion de la praxis, et la fausse conscience anti-dialectique qui l’accompagne, voilà ce qui est imposé à toute heure de la vie quotidienne soumise au spectacle; qu’il faut comprendre comme une organisation systématique de la «défaillance de la faculté de rencontre», et comme son remplacement par un fait hallucinatoire social: la fausse conscience de la rencontre , l’«illusion de la rencontre». Dans une société où personne ne peut plus être reconnu par les autres, chaque individu devient incapable de reconnaître sa propre réalité. L’idéologie est chez elle; la séparation a bâti son monde.»

  5. Si c’est une Union Soviétique qui a réussi, on n’a pas à se plaindre.

    J’ai l’impression que l’auteur préférerait un Saint Empire qui aurait raté.

  6. pff, l’union soviétique d’europe de l’ouest va bientôt être sur le point d’être balayée…..où est passé gavin newsom gouverneur démoncrate de l’état de californie depuis au moins trois semaines ? depuis le 27 octobre.

Les commentaires sont fermés.