1

La France a besoin d’un vrai chef d’État !

Comment ne pas voir l’état de déliquescence dans lequel s’enfonce quotidiennement notre pays ? Qui respecte qui et quoi ? Les interdits en deviennent ridicules ! Du coup, les fauteurs de troubles et autres vandales sont toujours plus nombreux à verser dans l’inacceptable. En France, on peut sauter à plusieurs sur le toit d’une voiture immobilisée par la foule alors que le ou la propriétaire se trouve au volant, jeter des pavés contre des vitrines ou en direction des forces de l’ordre, vociférer des heures entières en pleine rue, le tout sans encourir les sanctions que cela mérite ! Désormais, la « chienlit » dont parlait le général de Gaulle n’est plus que du « pipi de chat » !

Pourtant, il faudra bien que cette dérive prenne fin, et cette fin n’aura de commencement que lorsqu’un homme fort sera aux commandes de l’État. Or, qu’est-ce, en l’occurrence, qu’un homme fort ? C’est quelqu’un qui ne se prend pas pour quelqu’un, et qui pense d’abord à l’intérêt des Français avant de songer à son intérêt personnel, à son éventuelle réélection, voire à sa place dans l’Histoire. Mais pour être cet homme, encore faut-il savoir conjuguer la simplicité et la force : sans la première, on verse dans l’orgueil ; sans la seconde, on verse dans l’impuissance. Ceux qui nous dirigent feraient bien de s’en souvenir !

Maurice Vidal