La France a-t-elle vocation à devenir une enclave israélo-palestinienne ?

Hier soir, il fallait être à la Bastille, en plein Paris, pour assister en direct à une représentation du cultissime conflit israélo-palestinien.

A en croire les trois malheureux médias mainstream qui ont bien voulu, après un très long silence, donner quelques informations purement formelles, il ne s’est rien passé de grave. Sur BFM TV, nous avons eu droit à une courte vidéo filmée à partir d’un portable où l’on ne distinguait rien, et selon RTL et 20Minutes, « aucun incident majeur n’a été constaté par l’AFP », tout au plus y a t-il eu quelques « provocations verbales et invectives » mais absolument rien qui mérite d’être signalé. Circulez donc regarder TF1 et Endemol, bonnes gens, il n’y a rien à voir !

Dans aucun de ces médias n’est mentionné le nom de la LDJ (Ligue de Défense Juive). Le site JSS News, en revanche, évoque le groupuscule classé « à l’extrême droite des instances représentatives juives françaises » si l’on en croit Wikipédia.

Le site JSS nous explique que la LDJ n’est en rien responsable des « quelques débordements » qui ont eu lieu lors du rassemblement entre les pro-Dieudonné et leurs opposants – confirmant donc qu’il y a bien eu quelques soucis non répertoriés par l’AFP –  et que ceux-ci « s’expliquent par le ressentiment et la colère de nombreux jeunes juifs indépendants qui sont par définition difficilement contrôlables malgré les appels à la raison des organisateurs parmi lesquels figure la LDJ ».

La LDJ apparaît donc comme l’élément pacificateur de la soirée et est clairement dédouanée par JSS de toute responsabilité.

Wikipédia nous indique cependant que la LDJ est « connue pour ses actions violentes, et plusieurs de ses membres et responsables ont fait l’objet de condamnations ». Diverses organisations dont le MRAP notamment avaient signé une pétition réclamant sa dissolution « pour violence, en protestant de l’impunité dont elle jouit ». En outre, le président du CRIF avait pour sa part souhaité se démarquer de ce mouvement « vociférant » mais avait cependant rejeté l’idée de sa dissolution au prétexte que cela ne lui « paraît pas être un sujet d’une grande urgence. Je ne pense pas que la LDJ ait été accusée de méfaits graves ».

Pas de méfaits graves… ce n’est pas exactement ce que nous rapporte le Libération du 10 mai 2010 relatant la mort d’un vigile noyé dans l’Ourcq après avoir été sauvagement tabassé par des membres de la LDJ. L’avocat de la victime Saïd Bourarach dira même que « une chape de plomb préoccupante et regrettable a été posée sur cette histoire ».

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NV6NbPbAddc#t=27[/youtube]

Un cameraman filmait la manifestation de la Bastille lorsque des membres de cette mouvance lui ont sauté dessus et l’ont frappé violemment afin qu’il efface son enregistrement. On voit la scène sur la vidéo « faut qu’il efface putain ! On va se faire gauler les mecs ! ». On entend l’un d’eux demander à « David » d’arrêter de frapper l’homme à terre. Quelques tweets de témoins passent… « Je vais te casser la gueule, je te défonce toi et ta caméra ».

L’homme finit par se relever et sur l’image on voit les CRS debout, alignés à seulement quelques centimètres de la victime. Ils ont assisté à la scène sans bouger, cédant leur tâche de garants de l’ordre pour lequel nous les payons à ces petits nervis communautaires. L’homme aurait pu en mourir… On les entend se justifier, ils avaient des ordres pour ne pas intervenir, pour ne pas le secourir…

On ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec le zèle dont ont fait preuve ces CRS lorsqu’il s’agissait de traquer les méchants parents hétéros qui osaient, ces racailles, se vêtir de t-shirts de LMPT !!!

Dans quel pays sommes-nous ? Le pays des droits de l’Homme vraiment ?

Un policier en retraite commente leur inaction : « quelle honte, en tant que flic en retraite, j’ai honte ».

Cette manifestation avait tout le parfum d’un trouble à l’ordre public et cependant Manu-le-Chimique n’a pas jugé utile de l’interdire. Avait-il des ordres supérieurs ?

Et que penser de ces drapeaux israéliens flottant sur la Bastille ? Ces gens ne sont pas français et les CRS ont l’ordre de les laisser faire la loi chez nous ? Les Français n’ont-ils pas déjà été suffisamment humiliés et bafoués par les drapeaux étrangers le soir du 6 mai 2012 à cette même place ? Va t-on encore longtemps nous prendre la Bastille, à nous, Français ?

Banderole-LDJ-d-abord-les-juifs-et-les-homosQue penser encore de cette curieuse pancarte inscrite « d’abord les Juifs et les Homos » ? Ca veut dire quoi dans un pays où les premières victimes ne sont ni juives ni homos mais des gens bêtement ordinaires, sans étiquette particulière, des Français sans adjectif ? Combien de temps encore allons-nous être niés par ces associations, par ces médias, par ces politiques ?!

Les Français en ont plus qu’assez de cette libanisation de la France, de ces communautés qui brandissent leurs drapeaux communautaires respectifs pour importer leurs conflits chez nous en saccageant nos biens. Oui, parce qu’il faut vous dire qu’un café a été saccagé aussi dans la foulée… Les médias ne vous en ont rien dit ? C’est normal, ils ont des ordres eux aussi.

« Juifs et arabes se foutant sur la gueule, devant des Français de souche hébétés et pris en otage dans une guerre qui ne les concerne en rien »

Ici c’est la France, ce n’est ni la Palestine ni Israël. Les Français ont des difficultés à ne plus savoir qu’en faire, on les fait disparaître à petit feu. Alors que ceux dont on entretient soigneusement la haine et qui veulent se f… sur la g… partent le faire ailleurs, en Iran, au Sahara, à Gaza, à Pétaouchnok, où ils veulent, mais pas chez moi !

Caroline Alamachère

http://www.youtube.com/watch?v=7S3IBS_C4-0

image_pdfimage_print