La France condamnée par la CEDH pour refus de rapatrier deux djihadistes et leurs enfants

CEDH.jpg

Le verdict est tombé hier, la France est condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), pour avoir refusé de rapatrier, depuis la Syrie, deux femmes djihadistes de nationalité française et leurs enfants. Ces deux femmes étaient parties en 2014 et 2015 en Syrie, où elles ont donné naissance à 3 enfants, et sont maintenant détenues dans un camp du nord du pays.

Il est bien entendu que les pères des enfants sont des djihadistes de l’État Islamique. La CEDH avait été saisie par les parents de ces femmes, après le refus de la France de les rapatrier.

LA CEDH a estimé que la France n’avait pas motivé sa décision et que les requérantes n’ont pas eu la possibilité de contester les motifs de ce refus. De plus, la France violerait ainsi l’article de la charte stipulant que « Nul ne peut être privé du droit d’entrer sur le territoire de l’État dont il est ressortissant ». La France devra donc réexaminer individuellement les cas de ces deux femmes, ainsi que ceux de 250 autres qui ne manqueront pas de se manifester, après cette décision qui fera jurisprudence. Précisons de plus que la jurisprudence s’appliquera de facto à tous les pays membres de la CEDH concernés par des faits similaires.

Nous avions déjà souligné, dans un article précédent, que la sortie de la CEDH était une nécessité absolue, tellement cette institution est nuisible et sape notre souveraineté. En résumé, nous allons devoir rapatrier 250 raclures djihadistes et leurs enfants, soit environ 800 personnes. Rappelons que ces enfants, bien que de mère française, ne sont pas encore français, pour la bonne et simple raison qu’ils ne sont pas nés sur le territoire français et n’ont jamais été déclarés à l’état civil. Cependant, de par ce sacrosaint « droit à mener une vie familiale normale », ils seront rapatriés avec leur mère. Les mères seront, à leur arrivée, placées en détention, jugées et emprisonnées pour certaines. Ce sont donc des centaines de petits djihadistes en puissance que nous nous devrons d’accueillir très bientôt, qui seront bien entendu à la charge de la société, et que nous serons sommés d’intégrer dans les écoles, avec nos propres enfants.

Point n’est besoin d’être un grand devin pour prévoir ce qui va arriver ; il est absolument certain qu’un pourcentage non négligeable d’entre eux, qui ont grandi en Syrie au milieu des combattants djihadistes, deviendront des criminels et des meurtriers. Vous pouvez dès maintenant ressortir les mouchoirs, les bougies et les pancartes « Vous n’aurez pas ma haine ».

Mais si l’on va jusqu’au bout du raisonnement, il n’est pas interdit de penser que les pères de ces enfants puissent, dans un futur proche, également saisir la CEDH, faisant valoir leur droit à une vie familiale normale avec ces derniers. Ils viendront donc en France, feront un peu de prison, puis seront libérés, régularisés et naturalisés.

La CEDH est une tumeur maligne qui métastase de la jurisprudence à une vitesse que nous ne soupçonnons pas. Chaque mois, le nombre de décisions en défaveur des États ne cesse de grandir, et l’accélération du processus est flagrante.

Si nous voulons garder une toute petite chance de reprendre notre destin en main, il nous faut en sortir au plus vite. Nous n’avons pas de leçon de droit de l’homme à recevoir d’un juge letton, estonien ou lituanien, pays dans lesquels, il faut le préciser, les russophones sont traités comme des citoyens de seconde zone, depuis l’accession à l’indépendance des pays baltes en 1991.

Alain Falento

image_pdfimage_print

18 Commentaires

  1. Je préfère ne pas dire ce que je pense de la CEDH, ca pourrait porter préjudice à RL…

    Je pense que cette structure est un cancer pour notre pays et pour les nations européennes, or un cancer ça se traite aux rayonnements radioactifs, ou ça s’enlève à coups de bistouri…

    Delenda est Carthago, disait Caton ! Alors agissons comme Rome !

  2. que les juges les prennent chez eux ! et leur tendent l’autre joue et surtout le cou. ces gens qui ont brulé leurs passeports …

  3. La France ? la France est condamnée ? qui est condamné, qui condamne ? Les français, eux, condamnent tous ceux qui tenteraient de nous forcer à nous laisser envahir puis égorger par des gens qui ne viennent chez nous que pour nous nuire !!!

  4. La France n’est pas condamnée. La CEDH demande juste un complément de justifications sur ses décisions. Nuance !!

  5. Les enfants nés en Syrie n’ont jamais été déclarés à l’ambassade de France. Ils ne sont pas français. Avec le droit du sol ils sont Syriens!

  6. Ces pourritures de techno-merde n’ont pas à intervenir dans nos lois ni dans nos décisions!!! mais évidemment, comme c’est le p’tit nazillon moumoute-man qui en est le roi en ce moment, il prêche surement pour en se planquant comme tout bon traître qu’il est envers son peuple!! Tout et son contraire, comme dab!!

  7. « …Nul ne peut être privé du droit d’entrer sur le territoire de l’État dont il est ressortissant… » Il ne sont pas ressortissants de notre territoire français ! En partant ils ont déchiré leurs passeports démontrant ainsi qu’ils n’étaient pas français. S’ils veulent revenir, qu’ils présentent leurs passeports. Quand au 47 connards en robe bleue, ils sont priés de s’occuper de leur cul et de foutre la paix à la FRANCE. Messieurs-dames, je vous emmerde !

  8. Une seule info nécessaire et qu’il convient de diffuser massivement :
    NOUS POUVONS ECHAPPER AUX DIKTATS DE LA C.E.D.H. SIMPLEMENT PARCE QUE L’ARTICLE 58 DU CONTRAT D’ADHESION comporte une clause LEGALE de RENONCIATION : à l’issue d’un certain délai (de préavis) le pays signataire est DELIVRE DE TOUTE APPARTENANCE à cet ORGANISME. Qu’on se le dise BIEN HAUT ET FORT. Halte à l’hypocrisie de nos gouvernants qui le savent parfaitement !!!!

  9. Il faut éliminer tout ce qui est djihadiste « français » ou pas, enfant, femme ou homme, c’est une infection mortelle pour tous les pays où ils se trouvent.Ou à la rigueur les installer chez les bien-pensants qui les défendent… mais pas en France.

  10. Respect aux « momans «  et à leur progéniture irénique :Filles de Garches et enfants de Puteaux.

  11. L.’avis de ma concierge :allez crever dans votre cour!

Les commentaires sont fermés.