La France de Macron osera-t-elle commémorer le 19 mars 1962 ?

Le 19 mars 2016, le président de la République, François Hollande, s’était déshonoré en prenant la décision de commémorer, pour la première fois, le 19 mars 1962 et les “Accords d’Evian”.

Il ne m’étonnerait guère qu’Emmanuel Macron, dont on connaît l’amitié qu’il accorde au gouvernement algérien, commémore également cette date, qui sera un jour (nous l’espérons) inscrite dans l’histoire de la France, comme celle d’une abdication honteuse devant un ennemi vaincu sur le terrain.

Oui, le président de la République a eu raison de l’affirmer « il y a bien eu « crimes contre l’humanité » en Algérie mais ils ont été commis par les assassins du FLN et de l’ALN le 19 mars 1962 et les semaines qui ont suivi jusqu’en juillet de cette même année.

Le 19 mars 1962 : fin de la guerre d’Algérie, c’est un mensonge éhonté.

Les “Accords d’Evian” obligeaient la France à un “cessez le feu” mais autorisaient le FLN et l’ALN à enlever, assassiner, massacrer, à volonté, de jeunes soldats, des civils innocents et des harkis, alors que l’armée française avait l’obligation de rester l’arme au pied, sur ordre de De Gaulle.

Ce même jour, 19 mars 1962, à Eckmühl (Oran), 16 personnes, dont 3 femmes, sont enfermées dans un hangar et l’ALN (Armée Nationale Populaire) y met le feu. Elles sont toutes carbonisées.

Ce même jour, la gendarmerie d’Oran signale que des dizaines d’Européens sont séquestrés, jusqu’à ce que mort s’ensuive, pour servir de donneurs de sang pour les combattants de l’ALN. On les retrouve la peau collée aux os et totalement vidés de leur sang.

Après ce 19 mars 1962, et je cite sous le contrôle de M. Eugène-Jean Duval, inspecteur général des armées et les “archives officielles” :

91 actions de guerre de l’ALN et du FLN contre la France.

Le 20 mars 1962, 18 soldats tués et 3 blessés.

90 soldats français disparus.

239 soldats français, faits prisonniers par l’ALN, qui ne sont jamais revenus.

1580 civils européens disparus (dont des dizaines de femmes expédiées vers des bordels militaires de l’ALN).

Entre le 19 mars et le 5 juillet 1962, plus de 5000 enlèvements.

1165 civils assassinés.

1773 disparus.

Plus de 60.000 harkis massacrés ainsi que leur famille.

Interdiction, par le gouvernement français, à la Croix Rouge Internationale de s’y intéresser : télégramme (très secret) signé Louis Joxe et daté du 2 avril 1962 : “Je serais, pour ma part, hostile à une intervention quelconque de la Croix Rouge internationale dans tout ce qui concerne les arrestations et détentions d’européens”.

Après le 19 mars 1962, blocus de Bab-el-Oued. L’armée, l’aviation, les tanks, tirent sur les habitants.

Le 26 mars 1962, sur ordre de De Gaulle, confirmé par Christian Fouchet, Haut-commissaire en Algérie à l’époque et ministre de l’Intérieur par la suite, l’armée française tire sur une population désarmée qui manifestait devant la Grande Poste de la rue d’Isly, à Alger : plus de 46 morts et 200 blessés.

La France a reconnu officiellement des “morts pour la France”, en Algérie, après le 19 mars 1962, c’est bien la preuve que les “Accords d’Evian” n’ont jamais marqué la fin de la guerre.

Sous les ordres des généraux Ailleret et Katz, l’armée française a terminé cette guerre, gagnée totalement sur le terrain, dans le déshonneur le plus total.

Monsieur le président de la République et Messieurs les maires des villes et communes de France, dans lesquelles vivaient ces jeunes soldats et leurs familles, quand vous célèbrerez cette date, ce prochain 19 mars 2018, et que vous oserez garder une minute de silence, vous les entendrez, tous ceux qui sont morts après le 19 mars 1962, vous hurler leur mépris et leur colère.

Leurs noms ont-ils été inscrits sur nos monuments aux morts ?

Le 19 mars 1962, le chef de l’Etat français et son gouvernement ont “autorisé” un crime contre l’humanité.

56 ans plus tard ne soyez pas leurs complices !

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

20 Commentaires

  1. Je réponds au titre  » LES CONS CA OSE TOUT C’EST MÊME A CA QU’ON LES RECONNAÎT « 

  2. Cher Manuel Gomez , Votre article est parfait en tous points et pour avoir vécu ces heures douloureuses de l’Algérie Française à Oran , je confirme l’exactitude de tous les propos que vous tenez . Merci pour ces rappels historiques qui , 56 ans après me tordent encore les tripes .

  3. Selon beaucoup de témoins, la plupart des faits relatés par Manuel Gomez sont véridiques ou très probables.

  4. En effet, la mention « Fin de la guerre d’Algérie » est en violation avec les textes de loi.
    Voici les références des textes de loi concernés:
    La loi du 9 décembre 1974 a fixé la période des opérations en Afrique du Nord, du 1er janvier 1952 au 2 juillet 1962.
    La loi du 18 octobre 1999 a substitué l’expression « opérations en Afrique du Nord » à celle de « Guerre d’Algérie et combats en Tunisie et au Maroc » tout en confirmant cette période du 1er janvier 1952 au 2 juillet 1962.fin officielle des opérations de guerre en Algérie (avec 120 jours à cheval sur cette date)
    Le 19 Mars fut un armistice comme celui de Juin 40 sans l’excuse de la défaite !

  5. Macron pourrait en faire un jour férié. Dans la foulée, il pourrait en faire un pour Trafalgar et autres jours mémorables du même tonneau.

  6. si ce pourri organise quelque chose il faut mettre le souk ,pendant ce léchage de babouches

  7. Ce ne fut qu’un « armistice » respecté d’un seul côté ! Pas une Paix !
    Respect unilatéral d’un « Accord » !
    Le célébrer, donner des noms de rues, est une atteinte à la Dignité !

  8. Il est capable de tout cet irresponsable : surtout du pire malheureusement.

  9. Le massacre de la rue d’Isly commandé par De Gaulle ;faut pas pousser …Quant aux harkis ils choisirent pour la plupart de rejoindre leur foyer .Anciens fellouzes pour la plupart,ils n’ignoraient pourtant pas la barbarie de leurs anciens compagnons .
    En avril 1962,le capitaine Grillot patron du fameux commando Georges consulta ses hommes ;204 étaient présents …manquait une quarantaine .Trois possibilités leur étaient offertes :engagement au 8° RIM qui reste à Saïda …engagement dans un corps de la métropole ou des FFA …retour au foyer avec la perception d’une prîme .180 choisirent la 3° option …que dire ? C’est de la faute du Général si ils ont fait le mauvais choix .Les Français n’étaient pas responsables de la sauvagerie des Algériens .

    • Quelque temps avant les accords d’Evian, le jeune s/lieutenant que j’étais en Kabylie à cette époque, se souvient des nombreuses désertions de harkis dans les 2 harkas du régiment, avec souvent, non seulement des emports d’armes, mais hélas le massacre des métropolitains (expression d’alors) qui partageaient les mêmes cantonnements. Beaucoup sentaient déjà le vent tourner, ou du moins en avaient été avisés. Ont-ils fait le bon choix pour autant ? Pour beaucoup d’entre eux, la désertion ne les a pas rachetés. Selon le code de l’honneur, trahir une fois, n’exclut pas une deuxième trahison !

      • Les harkis étaient incultes et sans conviction politique …La plupart d’entre eux n’avaient pas choisi la France,ils sont allés dans le sens du vent ou en fonction d’intérêts particuliers .

  10. Je ne répéterais pas la célèbre citation d’Audiard sur les cons;elle est trop galvaudée.
    Mais,nous sommes dans ce cas de figure .

  11. Pensez plutôt qu’après toutes ces trahisons, cela continue aujourd’hui. Ma rage et ma colère c’est de voir, que depuis, c’est les enfants de nos ennemis d’hier, qui occupent les postes dans les ministères, la télé, la radio, les collectivités, l’assemblé et le sénat; nous donnent des ordres et nous insultent. Personne chez les enfants de Harkis n’occupe ces postes là; quelle amertume est la notre ! La France n’a pas finie de payer pour ses forfaitures. Pourquoi s’étonner de ce que devient la France, quand vous avez fait entrer les criquets. Ils font ce que leur nature et religion leur commandent.

  12. trop tard, la FNACA sud ouest va fêter le 19 mars, rien ne change pour eux, ces communistes qui ont pris la main sur les anciens!!

  13. Bravo vous avez raison,j’étais en Algérie de 1962 à juillet 1964,avec la peur au ventre ,nous n’avions pas la possibilité d’intervenir,j’étais à oran,de juillet 1962 à juillet 1964 ‘535 miltaires français sont officiellement reconnus morts pour la France.

  14. Malheureusement, Monsieur Gomez, parmi les complices de cette infamie, se trouvent même maintenant des associations patriotiques qui envoient leur délégation, voire leur porte-drapeau, aux cérémonies de commémoration. Par exemple, le président de la Section des Médaillés Militaires dont je fais partie va se rendre demain à la « cérémonie »… Le monde à l’envers, quoi.

  15. Ben apparemment il ose tout le paltoquet ; à St. Honoré c’est pas toujours du gâteau !

  16. Avec un usurpateur et dhimmi pareil ,vous vous attendez à quoi d’autre??????????????

Les commentaires sont fermés.