La France de Macron vers la libanisation

On prenait le terme « libanisation » comme un concept un peu mentalement lointain voué à ne toucher que des pays exotiques au-delà de nos mers sur lesquels pèserait une fatwa séculaire conduisant aux tourments permanents de l’instabilité et des guérillas urbaines pratiquées par des bandes armées aux ordres d’une communauté contre les autres, le tout menant aux faillites éternelles et à la disparition durable de toute paix sur ledit territoire.
Avec sa Constitution, sa laïcité, sa tradition séculaire de bien se supporter entre originaires des différentes régions, bretons, alsaciens, marseillais, basques, occitans, moulés à l’ancienne louche comme un bon camembert d’Orbec par une école républicaine aux enseignement éclairés à l’aune d’une histoire commune partagée, on pensait la France à l’abri de telles dérives qui aboutissent fatalement à la guerre civile comme dans l’ex-Yougoslavie ou le Liban.

Or la classe politique française dominante, droite gauche écolos confondus, en quelque trente ans, a réussi le tour de force d’emmener tout un pays vers sa perte et son éclatement.
Il y a des signes qui ne peuvent plus tromper.
Prenons les élections actuelles et les grands titres de médias :
Ainsi on apprend que les électeurs musulmans ont voté en majorité pour Jean Luc Mélanchon :

https://www.fdesouche.com/2022/04/11/election-presidentielle-69-des-electeurs-musulmans-ont-vote-pour-jean-luc-melenchon-selon-un-sondage-ifop/

Nous sommes bien là en présence d’un vote confessionnel dont s’est approprié les suffrages le créoliste forcené.
Pour le deuxième tour des Présidentielles, les musulmans de France appellent à voter pour Emmanuel Macron :

https://www.fdesouche.com/2022/04/16/les-musulmans-de-france-ex-uoif-la-branche-francaise-des-freres-musulmans-appellent-a-faire-barrage-a-marine-le-pen-et-a-voter-pour-emmanuel-macron/

Ici encore un appel au vote confessionnel, Emmanuel Macron est devenu le chef babouche des mahométans installés en France.
Vous me direz que Sœur Emmanuel pratique ici aussi le « en même temps », puisque les rabbins de France appellent également à voter Macron, des éditorialistes peu amènes susurreraient même qu’il va s’aiguiser les canines à tous les râteliers des manuscrits de la Mer Morte mâtinés des exégèses des ulémas docteurs de la mauvaise foi, sachant que mauvaise foi rime foncièrement, à défaut de formellement, avec classe politique française vu l’historique récent de l’hexagone :

https://www.fdesouche.com/2022/04/16/pour-les-celebrations-de-la-paque-juive-les-rabbins-ont-du-relayer-un-message-institutionnel-appelant-a-voter-macron/

S’agit-il de rassembler derrière la même bannière la proie et son prédateur naturel dans une écologie de bien-vivre ensemble ?
On voudrait le croire mais quand les intérêts des uns vont se heurter aux intérêts des autres, que va-t-il en rester, un cordon de police à perpet’ séparant les deux communautés comme dans l’état Hébreux avec des phases aigües sanglantes d’empoignades entre imams et rabbins dans les ruelles autrefois paisibles de France ???

Si nous prenons pour kopeck comptant le livre témoignage de Noémie Halioua, le bien-vivre ensemble est un mythe créé sciemment par les politiciens français :
« La journaliste Noémie Halioua a grandi à Sarcelles, la «ville-monde» du Val-d’Oise où l’on recense une centaine de nationalités. L’autrice de «L’affaire Sarah Halimi» revient avec un nouveau livre, «Les uns contre les autres – Sarcelles, du vivre-ensemble au vivre-séparé». Il paraît ce jeudi 3 mars. ». «Le vivre-ensemble tel qu’on l’imagine est un mythe créé par les politiciens» affirme-t-elle.

Les épiceries rares, l’orthodoxie juive, les sacs Chanel à 50 francs… Dès les premières lignes des « Uns contre les autres », on reconnaît l’ambiance si particulière des rues de Sarcelles, la « ville-monde » du Val-d’Oise. Revenant dans cette commune dont elle est originaire, la journaliste Noémie Halioua découvre une réalité différente. Juifs, chrétiens et musulmans qui la peuplaient et rêvaient d’une société nouvelle sont rattrapés par la « guerre des identités ».

https://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/sarcelles-le-vivre-ensemble-tel-quon-limagine-est-un-mythe-cree-par-les-politiciens-03-03-2022-NGRAYKOK4FGE5GVZMQRLEDZXOI.php

https://www.fdesouche.com/2022/03/03/noemie-halioua-le-vivre-ensemble-tel-quon-limagine-est-un-mythe-cree-par-les-politiciens/

Autre phénomène constaté, le vote des catholiques. Si l’on en croit le Figaro, les tenants de la Croix se tourneraient vers ceux que l’on qualifie d’extrême droite : Le Pen, Zemmour et Dupont Aignan scoreraient à 40 % dans la bestiole, un comble pour une religion censée en principe aller vers l’autre et non lui tourner le dos puisque selon la doxa dominante tout ce petit monde politique extrémiste serait raciste à mort et même un danger pour la démocratie :

https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/presidentielle-2022-le-vote-des-catholiques-se-deplace-a-l-extreme-droite-20220411

La hiérarchie catho en a tiré conséquence, compte tenu du nombre de fidèles qui votent RN, elle ne donne aucune consigne de vote :

https://www.fdesouche.com/2022/04/17/les-eveques-catholiques-ne-donneront-pas-de-consignes-de-vote-avant-le-24-avril-afin-de-faire-barrage-au-rn/

https://www.la-croix.com/Debats/Consignes-vote-dilemme-eveques-2022-04-15-1201210581

Il semble donc qu’à la classique partition oppositionnelle droite gauche ou travailleurs contre bourgeois-élites s’est substituée une opposition identitaire chrétiens-laïcs contre les croyances d’importation radicalisées islam / rabbinisme, sachant que tout juif n’est pas nécessairement soluble dans le rabbin et peut avoir ses propres tentations Zemmouriennes du Christ, autrement nommé plus philosophiquement son libre arbitre.

Le multiculturalisme cultuel se double d’une partition géographique des impétrants : ainsi il est de notoriété que la plupart des juifs ont quitté Sarcelles ( cf Noémie Halioua supra) ou la Seine St Denis pour convoler vers d’autres lieux de paix : c’est le vote du pauvre que d’aller donner ailleurs son suffrage par la paire de basket qui déménage.
On note ici l’écart de perception des choses de la vie entre les autorités ecclésiastes et le petit pékin de la synagogue qui doit cohabiter, à l’insu de son plein gré disent les coureurs cyclistes, dans l’espace public : imams et Rabbins d’en haut appellent comme un seul homme à voter pour un seul homme, notre bonne Sœur-Mère Emmanuel, tandis que les confessionnels d’en bas et de la rue caltent des lieux islamisés pour ne pas tendre le cou au coutelas du tenant de Mahomet.

En un sens, le politicien optimiste du mythe du bien-vivre ensemble vous assènerait qu’en déménageant de ses lieux de naissances que les entassements migratoires ont rendu insécures, le confessionnel de base de la synagogue prend sur lui le bien d’autrui en voulant éviter la tentation au mahométan de commettre l’irréparable.
Bien entendu le politicien pessimiste islamisé qui sait le mythe peu sauveur de l’avènement des réalités quotidiennes vous assènera de son côté qu’en déménageant ainsi sans laisser au coranique le droit et le devoir d’accomplir les sentences de sa religion lui ôte le moyen d’accéder aux 72 vierges éternelles, ce qui confine sans covid au blasphème de non chair.

Ainsi aux religieux qui ont en tête l’au-delà ici-bas, le français moyen historique vit seulement dans son ici-bas d’aujourd’hui en gilet jaune sans penser au-delà, l’entente est donc par nature malaisée.
Déjà, compte tenu du nombre ineffable d’actes anti-Chrétiens commis désormais sur son sol, la France est en train de prendre le chemin de croix de l’Espagne où les processions catholiques font l’objet d’attaques régulières de la part des maures comme au bon vieux temps d’avant la Reconquista, au surplus en pleine période de Pâques :

https://www.fdesouche.com/2022/04/16/grenade-espagne-une-enieme-procession-catholique-caillassee-par-une-bande-de-mineurs-isoles-etrangers-plusieurs-attaques-similaires-ont-eu-lieu-durant-cette-semaine-sainte/

Plus terre à terre, on peut circonscrire à titre d’exemple le litige entre petites villes encore peinardes et qui entendent le rester, et grandes villes banlieues gangrenées de violences, de viols, d’insécurité et de cultualisme haineux, comme dans le Mantois :
« Élection présidentielle après élection présidentielle, la tendance se confirme. L’extrême droite cartonne dans beaucoup de villages à l’ouest de Mantes-la-Jolie. La ville, qui a plébiscité Mélenchon comme ses voisins Limay, Mantes-la-Ville, Rosny, Magnanville et Buchelay, est ceinturée vers l’ouest par des petites communes qui votent RN : Follainville-Dennemont, Guernes, Saint-Martin-la-Garenne, Freneuse, Bonnières-sur-Seine, Bréval, Longnes, Dammartin-en-Serve et bien d’autres encore ».

Ainsi l’opposition classique campagnes vs grandes villes se double maintenant d’une partition territoires sécures, donc civilisés, contre territoires d’insécurité, donc tribaux où la paix n’a plus d’existence.
C’est que le mythe, donc l’artificialité irréelle d’un bien-vivre ensemble, ne résiste pas à la vie au quotidien, un Maire d’une petite ville de la région de Mantes en témoigne :
« J’ai pu le constater quand j’avais un projet de logements sociaux et que les habitants venaient me dire : on ne veut pas de gens comme ceux de Mantes ».

https://actu.fr/ile-de-france/auffreville-brasseuil_78031/pourquoi-ca-vote-rassemblement-national-dans-les-villages-autour-de-mantes-la-jolie_50256351.html

Les choses allant empirant, les banlieues insanes enflant jusqu’à avaler les campagnes alentour partout autour des métropoles, le conflit va être inévitable entre la France aux coutumes de tranquillité et de la sécurité qui entend la conserver, et la non France de l’insécurité qui va vouloir s’imposer sur tout le territoire.

La mécanique de la libanisation est documentée dans une introduction à un texte de sciences-po :
« Les guerres successives et imbriquées qui ravagent le Liban et frappent ses populations entre 1975 et 1990 préfigurent à de nombreux égards les conflits civils qui vont éclater dans les décennies suivantes aux marges d’anciens empires européens. Dans les États nouvellement formés sur ces empires démantelés, l’identité nationale est objet de contestations entre communautés locales religieuses, confessionnelles ou ethnolinguistiques autant que de stratégies d’instrumentalisation de la part de nouvelles élites en compétition ».

https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/la-guerre-civile-au-liban.html

Premier élément clef, c’est quand chaque communauté veut ses propres représentants et ses propres règles de vie, ce qui conduit nécessairement à la contestation d’une identité nationale.
Ainsi le coin est déjà enfoncé dans le fût du chêne quand les musulmans placent le Coran, la charia et les hadiths au-dessus de la Constitution Française.

Deuxième élément clef, quand la classe politique instrumentalise les communautés confessionnelles ou ethnolinguistiques pour arriver ou se maintenir au pouvoir.
Ne riez pas, on y est en France en 2022, les politiciens de la doxa générale racolent dans les mosquées et synagogues, ils devront à ce titre rendre des services particuliers à leur clientèle électorale soit en termes financiers, soit en termes de droits spécifiques. Or à partir du moment où, dans un pays, certains ont plus de droits ou moins de devoirs que d’autres, on est bien dans la contestation d’une identité nationale.

On peut alors schématiser la situation électorale française actuelle ainsi pour le scrutin du 24 avril 2022 : au vote campagnard laïc-Chrétien de paix, de sécurité et de tranquillité de petites bourgades s’oppose le vote ethno-africain rabbino-islamique de haine, de violence et d’insécurité des grandes métropoles et leurs banlieues.
En fonction du résultat qui perpétuerait ou non la montée de l’islamisme et la submersion migratoire qui sont autant de coups donnés à la cohésion historique de ce pays et qui donneront inexorablement lieu un jour ou l’autre à une ou des partitions, vous devrez donc, ou non, commencer de courir les ambassades afin de vous doter d’une nationalité de rechange qui vous permettra un accueil dans un pays qui ne court pas un tel risque de guerre interne.

Si la survenue d’un califat français conduisait à votre déchéance de nationalité parce que non musulman, vous ne seriez toutefois alors pas apatride dans votre propre pays de naissance puisque vous auriez toujours la faculté d’exhiber l’ausweis de secours. Un simple visa de touriste vous autorisera alors à séjourner, pour un temps au moins, dans votre maison ou appartement usuel.

Ou alors sur option, il vous faudra suivre la voie Ukrainienne à défaut de la piste andalouse, préparer les stocks d’armes et rejoindre l’armée du Salut.

Jean d’Acre

image_pdfimage_print

8 Commentaires

  1. Le politicien français est à l’image de celui qui vote pour lui : un couard fini. Les Français vont capituler devant les injonctions de la gauche totalitaire et génocidaire. Ils s’apprêtent à voter majoritairement pour leurs futurs bourreaux. Dans ce vote du suicide civilisationnel français, les retraités porteront une responsabilité et culpabilité écrasantes. Près de 1 retraité gamellard sur 2 a voté pour le président sortant et s’apprête à recommencer. Si MLP n’arrive pas à convaincre les retraités de voter très massivement pour elle, elle n’a strictement aucune chance d’être élue. Ce sont les retraités qui choisiront le futur président français (plus de 16 millions, soit 1/3 de l’électorat français).

    • ouais la retraite à 65 ans !!! les retraités sont pour ! avec les insoumis, les écolos, la gauche caviar etc.

    • Désolée je suis retraitée « pauvre » et je vote Marine et Zemour

  2. Dans son livre, l’auteure ne mentionne pas le nombre impressionnant d’hommes politiques, journalistes, historiens, enseignants, metteurs en scène, artistes…issus de sa communauté religieuse, qui ont milité pour que la France devienne progressivement une terre d’islam ?
    Elle ne parle que des juifs qui ont été obligés de quitter Sarcelles ?
    Ca fait plus de 30 ans que des Français ce culture catholique fuient les HLM où ils vivaient sereinement avant l’arrivée massive des Afro-musulmans.
    Cela fait des lustres que les Français sont harcelés, dépouillés, violés, tués…et cette auteure n’a écrit un livre sur ce sujet qu’après le meurtre de Madame Sarah Halimi ?
    Son réveil est bien tardif, je trouve.

  3. Les couleurs de l’illustration la font ressembler aux anciennes boites de Banania ou des bouillons Kub.

Les commentaires sont fermés.