La France des policiers face aux élites : politiques, magistrats, journaleux…

Quand les élites trahissent, les sociétés meurent (Albert Camus)

images

Les manifestations policières continuent. L’immense majorité de la population est derrière ses forces de l’ordre même si pour l’instant cette majorité demeure le cul dans son fauteuil à regarder les policiers défiler sur les Champs-Elysées.

En quelques jours, nous avons eu deux sortes de manifestations qui symbolisent la fracture française.

D’abord celle des magistrats. Ils n’ont pas apprécié que Hollande les traite de «lâches». Ensuite celle des policiers, ces hommes et ces femmes perçus comme de la viande à barbecue par une bonne partie de la nomenklatura.

Magistrats et policiers, deux univers de plus en plus irréconciliables

Les premiers appartiennent à l’élite. Ils ne veulent avoir de comptes à rendre à personne. «Le parquet n’est pas obligé, par exemple, d’explique un “appel”», dit Michel Neyret, ex-commissaire de police lyonnais, en parlant de son cas. «Ce sont les juges qui communiquent à la presse les pièces des dossiers», affirme Zemmour sur Paris Première.

Les juges, ces chantres de la bienveillance de l’Etat envers les criminels et les minorités, ces pères sévères quand il s’agit de punir ceux qu’ils taxent facilement de fascistes, de racistes, d’homophobes… ont donné de la voix pour se dire humiliés par les propos de Hollande. Mais ceux qui se sentent écrasés, oubliés, effacés par les magistrats –comme les policiers- n’ont que le droit de se taire.

Au sein de l’élite, en compagnie des magistrats, il faut évidemment ajouter les très discrets banquiers, les richissimes hommes d’affaires comme Pinault et Arnault, les politicards nationaux et européens, les “vedettes” du show-biz, les universitaires, qui voient le peuple comme un rassemblement de médiocres, d’imbéciles facilement heureux, de crétins congénitaux.

Ne pas oublier les journalistes

Ceux-là ne supportent pas que leurs discours sur les bienfaits de la mondialisation, sur le bonheur de vivre dans une société multiculturelle ouverte, sur l’identité heureuse, sur Poutine le nouvel Hitler, sur l’immigration (90 % des Français sont contre, mais 90 % des journalistes y sont favorables) ne soient plus gobés tout crus par le peuple. Pour eux, Internet est insupportable parce qu’il véhicule une parole qui n’est pas la leur, une parole qu’ils ne peuvent contrôler et qui fait un malheur dans les couches de la société qui jusqu’ici étaient tenues à l’écart de tout: opinion réelle des “Grands”, petits secrets entre amis, coucheries politico-médiatiques, manœuvres, alliances… Ce que Guilluy appelle la «France périphérique» est aujourd’hui mieux informée et surtout autrement informée, et cela les médias meanstream ne peuvent l’accepter.

Les policiers, eux, sont dans l’autre camp. Ils sont dans le sous-monde, celui des petits ouvriers, petits paysans, petits commerçants. Ce sont les Untermenschen (sous-hommes) de la société contemporaine, les déclassés relégués avec les «sans dents» de Hollande, les «analphabètes» de Macron, dans ces «classes populaires (qui) manquent de capital relationnel et donc de moyens d’analyse» pontifie Alain Mergier, sémiologue et sociologue proche du P.S.

Autrement dit, des cons.

Comme les pompiers, les militaires, les ouvriers, les employés, les paysans, les enseignants (mais eux ne l’ont pas encore saisi, ils croient toujours faire partie de la caste et donc perpétuent la culture de l’excuse), les policiers subissent les vexations, les insultes de la racaille et des juges, l’arrogance et le cynisme du pouvoir.

Leur révolte est un signe formidable.

Un pays comme une civilisation peut s’écrouler rapidement. Pour les sauver, il faut deux choses:

-une élite qui sert le pays et non qui se sert sur le pays, une élite qui aime et défend la grandeur de la nation.

-un peuple ancré dans son héritage, un peuple sûr de lui-même et de ses racines.

Une nouvelle élite doit naître et le peuple retrouver un destin.

Les policiers depuis quelques jours ouvrent la voie. A nous de les accompagner.

Marcus Graven

image_pdf
0
0

24 Commentaires

  1. Encore une belle analyse sur notre société et nos « élites ». Moi je pense très sincèrement que nous avons les dirigeants que nous méritons, ils sont à notre image, ils ont nos défauts, mais eux ont fait le nécessaire pour ne pas avoir à faire partie de ce « rassemblement de médiocres, d’imbéciles et de crétins congénitaux » que nous sommes. Ils se sont donnés les moyens d’ être au-dessus du panier tout en sachant que nous serions là pour les maintenir à leurs postes, et depuis soixante dix ans et à chaque élection, nous leurs signons un chèque en blanc pour les récompenser! Parce-que nous avons pris l’habitude d’être lâche, sans conviction et que nous aimons être pris pour des médiocres!

  2. « Elites » ces repris de justice qui ont toutes eu à faire avec la Justice ?

    Juppé, Sarkosy, Cambadélis, Julien Dray, Cahuzac, Baylet, Guigou…..

    Des pourris oui !

  3. Mais pourquoi continuer à parler des élus politiques en les nommant des « élites ». Ca va pas ou quoi ? Ces abrutis qui détestent leur pays, sont bien contents d’en profiter sur le dos des français. A part la honte condamnable, arrêtez de dire « élites » ou alors, dites « les élites du crime ». Soyons aux cotés de tous ceux qui doivent faire respecter la loi, pas aux cotés des margoulins politiques élus !

    • L’article concerne essentiellement les magistrats et les journalistes. Mais les politiques font également partie de l’élite, groupe minoritaire qui, dans notre société, tient une place prépondérante notamment parce qu’il dirige le pays et qu’il est valorisé socialement. Ce sont les politiques épaulés par les médias qui façonnent l’opinion en monopolisant la parole sur les plateaux de télévision, dans les réunions publiques, dans les colonnes des journaux.

    • Ne vous en déplaise @Dunois, ce sont pourtant bien des « élites » et ils ont raison d’ en profiter sur le dos de ceux qui les élisent sans discontinuer. Et cela continuera encore après 2017, même avec des bilans désastreux et l’annonce d’une possible régression économique qui se met lentement en place(chômage, crise bancaire, sécuritaire, industrielle…). Et vous(nous), nous nous prendrons ça en pleine poire pendant que nos élites(avertis) prendront leurs pieds sous des attitudes ensoleillées! Vous comprenez maintenant pourquoi on les appellent les « élites »!
      Put**n qu’est-ce que j’aimerai être une « élite », pour pouvoir vous faire un »bras d’honneur » le moment venu!!
      Un vieux militant fn

  4. La République s’est discréditée lorsqu’elle a cru qu’elle pourrait impunément violer la constitution en passant outre un referendum.

    Elle s’est suicidée lorsqu’elle a estimé « normal » de gazer les poussettes

    Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est la conséquence de ces deux sacrilèges : la constitution est sacrée, l’enfant également.

    Mais si la république est morte, et n’en finit pas de mourir, la France est toujours vivante et ne cesse plus de le rappeler.

    Le pays reel descend dans la rue pour signifier à l’oligarchie qu’elle n’est plus le pays légal.

    Le pays légal n’en revient pas !

  5. Les élites… Les élites, c’est vite dit ça. Les élites font bien des conneries. Un type avec des convictions et une vision pour la France, élu par des élections c’est bien mieux. Mais des politiques ou des capitaines d’industries parachutés de l’ENA ne peut que nous emmener là où nous sommes rendus.

  6. Les prochaines élections présidentielle et législatives constituent l’ultime recours démocratique du peuple français pour éviter le désastre. Voter pour un candidat de l’UMPS (si, si…) constituera un suicide collectif pour la nation et j’ose l’affirmer, un suicide réussi !

    • exact , malheureusement quand on entend les conversations dans la rue , les gens ne parle que de ce qu’ils ont vu au jt …sarko, juppé,macron……consternant de voir tous ces moutons qui n’ont rien compris au système corrompu !!!

  7. La déchéance morale de la Ve République est le résultat de la Démocratie. L’électeur recherche souvent son intérêt particulier (allocation, niche fiscale, profession réservée), le politicien et son parti agrègent ces demandes en offre de programme. Centralisée, notre République s’est usée d’autant plus vite, les demandes de rentes acceptes par les gouvernements ont explosé le budget. Pis encore l’offre clientéliste d’indulgence pénale a mis à mal l’ordre public. Le gouvernement use mal de ses pouvoirs, car il en a trop. La société civile doit obtenir la décentralisation de la chaine sécuritaire, et pouvoir élire ses responsables Justice et Police locaux, comme chez nos voisins européens.

    • Ce n’est pas la démocratie qui est en cause, c’est ce que nos énarques en ont fait depuis Giscard. Les plus naïfs sont bien le peuple qui gobent leurs soi-disant solutions chiffrées et réfléchies et chaque fois ineptes.

  8. Cela fait belle lurette qu’il n’y a pratiquement plus d’élites dans ce pays. Alors, parlons d’élus terme beaucoup approprié. Le terme élite c’est faire trop d’honneur à ses nullissimes incompétents.

    • Vous avez dit élites ?
      Il vaudrait mieux parler d’une 5ième colonne qui nous trahit, comme pendant l’invasion en 40.

  9. En fait il y a de vraies et de fausses élites. Les vraies ont fait leurs preuves dans des réalisations concrètes et sont reconnues dans leur profession par leurs pairs, et à l’international. Examinons nos président, gouvernement, parlementaires : ils ne se sont pas illustré dans aucun domaine ni avant ni après leur prise de fonction, ce ne sont pas de vraies élites, ni des responsables au vu de leur actes gouvernementaux, simplement des dirigeants politiques. La Démocratie n’amène pas les vraies élites au pouvoir, car elles n’aiment pas flatter l’opinion mais lui dire la vérité. Si le gouvernement n’est pas l’élite, il peut mal faire, dès lors la société civile doit lui limiter son pouvoir.

  10. « …. qui voient le peuple comme un rassemblement de médiocres, d’imbéciles facilement heureux, de crétins congénitaux. »
    Z’ ont pas totalement tort ces soit-disantes « z’élites ». Élites par leur fric, leur trahison et leur entre-soi seulement. Car pourquoi croyez vous que la France soit parvenue à un tel délabrement moral, un tel marasme politique et économique si les « crétins congénitaux » ne se laissaient pas aussi facilement manipuler précisément par ceux qui se croient des élites ? Et vous allez voir qu ‘ils vont remettre ça en mai 2017. Désespérant !

  11. J’ai entendu aux zinfos que 56 % des policiers, gendarmes et militaires sont favorables à un vote FN. Mais alors, qu ‘attendent-ils pour faire un putsch ? Moi, qui pourtant suis démocrate, je verrai ça d’ un très bon oeil car au point où le Pays en est arrivé, je ne vois pas comment on peut le sauver autrement que par un gouvernement provisoire autoritaire musclé s’ appuyant sur la force armée. En face, ils sont armés et hyper déterminés et nous ne les vaincrons pas en agitant des rameaux d’ olivier. Pour gagner une guerre, il faut, au minimum, lutter à armes égales.

    • Un putsch ? Raté comme en Turquie ? Vous voulez une épuration à la Erdogan ? Inepte. Militez ! et votez et faites votez dans six mois !

    • Dois-je comprendre qu’en tant que « démocrate », vous Martin (duGard), vous voudriez que le fn fasse »provisoirement » le sale boulot tout en s’appuyant sur la force armée??
      Donc en clair, vous pensez sincèrement que les cinq millions 1/2 de gens qui votent fn sont des anti-démocrates et anti-républicains justes bon à nettoyer le bordel créé par les vos amis démocrates??
      Permettez-moi en tant que vieux facho frontiste d’être « un peu étonné » par vos commentaires! Pour l’instant et à preuves du contraire, ce parti n’a jamais eu à prendre de décisions politiques engageant l’avenir du pays. Vos « élites » ont totalement raison de vous voir comme un  » rassemblement de médiocres, de crétins et….

  12. Tout à fait . Il faut un déclencheur .,Le peuple en a ras le bol de ce gouvernement ultra minoritaire malgré les médias aux ordres . Les sans-dents se voient. Imposer des migrants dont une écrasante majorité ne veut pas , qui arrivent en conquérants imposant leurs mœurs exogènes que nous rejetons massivement .
    Nos policiers se font cramer par les dealers , voire les gauchistes toujours prêts à casser du flic , quand ce n’est pas un Hopital pour enfants … les pompiers sont caillassés , les médecins et infirmiers sans oublier les enseignants frappés à coups de couteaux , certains élèves également .
    Il n’y a plus de sanctuaires ( ah si l’Elysee , la place Beauveau sont bien gardés ) ..

    • Ces courageux « sauvageons » s’en prennent qu’aux gens modestes, jamais aux oligarchies au pouvoir.
      Recevraient ils des ordres?

      • Manipulés par le Qatar avec la complicité de Hollande collabo et traître à la patrie. Hollande palpe pour çà. Vous n’êtes pas au courant ?

    • La mèche est prête. Il manque le briquet pour tout allumer. Aprés est-ce un bien? À voir… Il nous reste 2017 pour rétablir les choses avec ordre. Sinon on s’applatit devant les muzzs et on crève. C’est ce que veulent les islamistes que ça s’enflamme, et là-dessus ils ont raison ça va çraquer.

      • Je doute que les français pantouflar prennent un jour les armes .Molossons jusqu au bout des ongles ,adeptes du vivre ensemble et dupasdamalgames .Les muzz le savent et c est pour cela qu ils ne sont pas inquiet d une probable manifestation de ras -le-bol .Les muzz au moins sont actives dans les revendications et n ont pas peur à défier les autorités de leur pays et manifester leur désaccord avec détermination et conviction .

      • Attendre 2017 est une erreur, voire une faute.

        Pendant ce temps là, Hollande fait rentrer à vitesse grand V des dizaines de milliers de clandestins qu’il va régulariser, voire nationaliser, afin qu’ils lui apportent (en tout cas au PS) les voix nécessaires à la réélection. Et ce sera trop tard pour les citoyens qui auront « loupé le coche » et précipité la mort de la France et des Français qui seront islamisés avec enfants et petits enfants.

Les commentaires sont fermés.