La France doit dire son dernier mot

La rupture par l’Australie du contrat d’achat de sous-marins français, scellé officiellement en décembre 2016, représente un coup brutal porté à l’ingénierie navale française.

Soyons clairs : ce contrat torpillé par les Américains, les Anglais et les Allemands mettra globalement en difficulté des centaines de salariés dans le bassin d’emploi de Cherbourg. Ce contrat devait fournir près de quatre millions d’heures de travail pour les ouvriers, les techniciens, les collaborateurs et les ingénieurs de Naval Group et ses sous-traitants. Au-delà de cette perte considérable, la présence industrielle française en Australie liée à ce contrat risque de connaître également de sérieuses difficultés économiques et sociales.

La rupture brutale de ce contrat est un véritable camouflet pour la diplomatie et la politique stratégique de la France. Les convoitises des Américains, des Anglais et des Allemands dans l’Océanie ne peuvent que conduire à une escalade des tensions entre Washington et Pékin.

De surcroît, cette humiliation infligée à la France fragilise inéluctablement sa souveraineté dans cette zone géographique. À cet égard, ce n’est pas le fruit du hasard si ce coup de poignard porté dans le dos de la France intervient à quelques mois du troisième et dernier référendum prévu par l’accord de Nouméa en 1998 portant sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. En effet, cette consultation électorale se déroulera le dimanche 12 décembre 2021…

Les Etats-Unis, la Grande Bretagne et l’Allemagne viennent d’ouvrir la boîte de Pandore qui déclenchera certainement une série d’événements successifs et désastreux. Cela doit nous nous amener à nous interroger sur l’efficacité de nos services de renseignements ou, dans la pire des hypothèses, sur leur inintelligence, car la France vient de subir de plein fouet un revers économique et politique magistral.

Plus que jamais, notre pays se doit de diversifier ses partenariats économiques et industriels, notamment avec la Russie. Voilà pourquoi la récente rencontre entre Viktor Orban et Éric Zemmour en Hongrie soulève un espoir. Il convient de se libérer enfin des impulsions néfastes de la Commission de Bruxelles. Peu importe que Zemmour froisse la frilosité ambiante de nos élites européistes. Et sur cette frilosité européenne, autant se référer à Hubert Védrine, ancien chef de la diplomatie française, qui déclara le 14 février 2019 : « les élites européistes deviennent une locomotive sans wagons ».

Il convient de se rendre à l’évidence qu’Eric Zemmour fait donc preuve de courage et d’audace en disant non au déclassement de la France. En ce mois de septembre fort bien animé dans l’espace politique de l’hexagone, il est souhaitable de se rappeler le discours de Danton, prononcé le 2 septembre 1792 à l’Assemblée Nationale : «Tout s’émeut, tout s’ébranle… Le tocsin qu’on va sonner n’est point un signal d’alarme, c’est la charge sur les ennemis de la patrie. Pour les vaincre, messieurs, il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace, et la France est sauvée. »
Décidément, Eric Zemmour n’a pas encore dit son dernier mot !

Henri Ramoneda

image_pdf
0
0

13 Commentaires

  1. A Jean le Bon :
    Et oui les Allemands et les Suédois. Il faut savoir que les Suédois avaient et ont toujours
    un savoir faire unique en matière de moteur de sous marins (moteur Sterling) qui
    permet de rester en plongée très lontemps sans laisser de traces. L´entreprise
    s´appelle Kokum à Malmö. Il y a quelques années l´entreprise est passé aux
    mains des Allemands. Depuis il y a peu d´information sur le destin du moteur Sterling
    et connaissances des Suédois sur le sujet. Il faudrait aller voir du côté de Kiel et
    Rostock.
    Suédois des Cévennes

  2. C’est bien joli de dire non au déclassement de la France…Après concrètement on n’a pas trop compris comment faire.

  3. JE COMPTE ET RECOMPTE EN VAIN …
    QUAND MACRON AURA COMPTABILISE TOUTES LES VOIX DE GAUCHE IL SORT GAGNANT. JAMAIS CETTE ORGUEILLEUSE LE PEN SANS TALENT ET DONT LES FRANÇAIS N ONT PAS VOULU AUX RÉGIONALES NE DONNERA SES VOIX A ZEMMOUR .
    JE VOUS LE DIS VOUS AUREZ LE DEGENERE MARCOTTE ENCORE 5 ANS A MOINS QUE LA FRANGE DU PEUPLE QUI A ENCORE UN PEU DE FIERTÉ NE SE SOULÈVE SINON C EST LA FIN…

    Evitez les majuscule svp. Pour le confort des lecteurs. Merci
    La modération

  4. Je ne suis pas légiste donc je m’étonne qu’il n’y ait pas de pénalités en cas de rupture d’un contrat signé en 2016 …5 ans après ! N’y a-t-il pas un délai autorisé pour une rupture ? Je ne comprends pas….

  5. La rencontre Zemmour Orban , c’est sur cela va changer la face du monde, c’est comme croire vider l’océan avec un dé à coudre, de plus en plus risible

  6. un dernier mot : un nom dans un bulletin de vote
    abstention piège à con!

  7. Bel article, merci.
    Au passage, la photo en entête retient l’attention. Macron porte une expression de terreur sur son visage. Cet homoncule rompu aux perversions en tous genres perçoit que sa vie ne tient qu’à quelques fils, tenus par ceux qui se servent de lui comme une marionnette vouée, en cas d’échec du mondialisme, à finir bouc émissaire.

Les commentaires sont fermés.