La France en révolte contre l'État policier de Macron


Quel plaisir de voir que les Français sont résolus à en finir avec Macron, et qu’après avoir tourné leurs regards vers le passé du mandat social-calamiteux de Hollande-UBU, ils tendent leurs pensées vers l’avenir de l’après Macron, vers une politique nouvelle par le peuple et pour le peuple. Si les Français sont révoltés à Paris et dans tout le pays, on peut voir en cela un mauvais présage pour l’avenir de la macronnerie vulgaire !
Ce qui doit arriver finit toujours par arriver. En conséquence, on ne doute pas que la France vienne à bout de tous les LREM, dont on n’ignore pas qu’ils sont des socialistes recyclés en clowns incompétents.
Mais, que l’entreprise soit menée ou non à bien avant la fin du quinquennat, les Français seront de toute façon en révolte à Paris, car avec l’air toxique de la macronnerie vulgaire que l’on respire en France, on subit un bourrage de crâne pour attraper une mentalité d’esclave et de soumission à Macron totalitaire et il n’y a absolument pas de place en France pour une opposition vraiment libre. En France, tout ce qui pense est réprimé par la force vulgaire de la censure et les violences incessantes de la police politique de la Castapo.
Depuis Macron, une véritable médiocrité de l’esprit et l’anarchie générale règnent au sommet de l’État avec la bêtise incarnée par les LREM sur les plateaux des télés publicitaires de la médiocratie en continu.
Et Macron obéit en cela aux consignes de Berlin. Il devient de plus en plus clair qu’il faut chercher un point de rassemblement pour les Français qui pensent vraiment et pour les esprits vraiment libres. Il est clair que le projet de la Droite Nationale va au-devant d’un besoin réel et en fin de compte il faudra que les besoins réels obtiennent une satisfaction politique réelle. La France ne doute pas de la réussite de l’entreprise, pour peu qu’on s’y mette enfin avec sérieux. Il semble y avoir plus grave encore que les obstacles extérieurs.
Et ce sont les difficultés intérieures qui font obstacle au mouvement pour l’union des droites.
Car si la France en révolte contre Macron n’a pas de doute sur le « d’où venons-nous ? », il règne en revanche une confusion d’autant plus grande dans la France en révolte sur le « où allons-nous ? ».
Non seulement une anarchie générale fait rage parmi les groupes sociaux en révolte, mais chacun de ces groupes devra bientôt s’avouer à lui-même qu’il n’a pas une idée exacte de ce que demain devra être.
C’est là précisément le problème, à savoir que nous n’anticipons pas sur le monde de demain par la pensée créatrice, mais qu’au contraire nous ne voulons changer le monde nouveau des LREM qu’au terme de la critique de Macron. Jusqu’ici, les collabos de la CFDT gardaient dans leurs tiroirs la solution de toutes les énigmes de la retraite par points, et ces braves imbéciles du monde de Macron croient qu’ils n’auront qu’à ouvrir tout grand leur bec pour que les alouettes de la macronnerie vulgaire leur tombent toutes rôties !
En France la politique s’est sécularisée dans les mouvements de révolte et la preuve la plus frappante en est que la conscience politique elle-même est impliquée maintenant dans les déchirements de la lutte, non pas seulement de l’extérieur, mais aussi en son intérieur, avec le cavalier seul de la CFDT et de l’UNSA.
Inutile de vouloir tirer des plans pour l’éternité. Ce que l’on doit réaliser dans le présent n’en est que plus évident avec la critique radicale de l’ordre existant parce qu’elle n’a pas peur des menaces de Macron.
C’est pourquoi nous devons nous efforcer d’aider les Français à voir clair dans leur propre révolte. En clair, le communisme est une vision totalitaire et une promesse imaginaire impossible après les révélations d’Alexandre Soljenitsyne avec L’Archipel du Goulag (en russe Архипелаг ГУЛаг) sur la terreur stalinienne, qui définit le communisme réel comme la manifestation de la terreur et du totalitarisme contre l’humanisme. Il s’ensuit que la suppression de la propriété privée et de la liberté par le communisme, repris par Macron, est synonyme du totalitarisme et de la terreur communiste qui a vu s’opposer la révolte des Français à Macron.
Et ce n’est pas un hasard si Macron a peur de sortir dans la rue, tant il s’est coupé du peuple par ses insultes. Lui-même n’est qu’une actualisation particulière et très provisoire du principe totalitaire autocratique.
Et le principe du totalitarisme policier socialo-LREM dans son ensemble n’est que l’une des faces de la réalité de la véritable nature des LREM, dont nous devons nous occuper sérieusement pour liquider le racket fiscal de Macron et faire de la religion de Bercy et de la science de Bercy l’objet d’une critique résolue.
De plus nous voulons agir pour la France, et plus particulièrement sur nos contemporains révoltés. La question est : comment s’y prendre avec quelque chance de succès pour enfin évincer Macron totalitaire ?
La mystification de la réforme des retraites de Macron contre les retraités, après le coup fumeux de la CSG usurpatrice de la République des Homards contre les retraités pauvres, est le sujet qui est aujourd’hui au centre de la révolte des Français. Il faut prendre comme point de départ l’état de pauvreté dans lequel Macron a mis la France. La révolte des Français existe vraiment, et pas toujours sous une forme prudente.
On doit relier la critique de la mystification de la réforme des retraites de Macron à toutes les formes de mystification de la macronnerie vulgaire répandues contre la conscience et la révolte populaires et dégager les mystifications propres de la réalité existante par la propagande LREM sur toutes les télés en continu pro-Macron. Son objectif est le déni de la réalité véritable de la conscience et de la juste révolte populaires.
En ce qui concerne la vie réelle des Français, l’État policier de Macron totalitaire veut agir là même où il n’est plus pénétré par les exigences démocratiques et où il renferme toutes les formes du totalitarisme contre le peuple, contre l’humanisme et contre les exigences de la raison. Et il ne s’en tient pas là.
Il impose partout la raison de l’État policier de Macron totalitaire pratiquée en contradiction avec les exigences démocratiques réelles des Français. Le conflit de l’État policier de Macron totalitaire avec tous les Français développe partout en France la réalité des tensions de plus en plus violentes des rapports sociaux.
Si la grève est la réalité des combats politiques de la révolte des Français, l’État policier de Macron totalitaire est la réalité de ses combats contre la France et contre les exigences démocratiques des Français.
L’État policier de Macron totalitaire est l’expression, sous sa forme la plus odieuse, de toutes les luttes de la grand-bourgeoisie contre les nécessités de la France et contre les toutes vérités sociales et populaires.
Ce n’est nullement s’abaisser, ni porter atteinte à la faiblesse de Macron totalitaire qui vit dans la peur du peuple, que de poser des questions politiques sur le bourrage de crâne des télés vulgaires en continu pour une mentalité de soumission imposée par l’air toxique de la macronnerie vulgaire que l’on respire en France.
L’objet de la critique ne fait qu’exprimer en termes politiques la différence entre le gouvernement pour le peuple et par le peuple et le règne toxique de l’État policier de Macron totalitaire contre le peuple.
Donc non seulement la révolte des Français contre l’État policier de Macron totalitaire doit entrer dans le débat politique, en montrant la nocivité du système représentatif détourné par des élus LREM incultes dans un système aux ordres de Macron, mais elle intéresse pratiquement la place de la démocratie dans la nation.
En abaissant le système représentatif sous sa forme politique LREM jusqu’à sa forme généralisée de larbin de Macron totalitaire et en niant la signification véritable et la place de la démocratie dans la nation qu’il oblige du même coup, Macron totalitaire croit pouvoir aller au-delà de lui-même, car triompher reviendrait pour lui à échouer. C’est pourquoi la révolte des Français contre l’État policier de Macron totalitaire doit prendre, pour point d’application de la critique, la critique de la politique de Macron totalitaire, la prise en considération en politique des luttes réelles des Français, et identifier le combat politique à ces luttes des Français.
Les LREM bavent sur toutes les télés vulgaires en continu : « Voici la vérité, à genoux devant Macron ! Il a raison parce qu’il a été élu. » Il apporte au nouveau monde les principes de la mondialisation prescrite par la grand-bourgeoisie et que lui-même a repris contre la majorité des Français. Ils disent : « Ce que vous faites est très mal, il faut arrêter les grèves, les riches commerçants qui vous piquent votre argent soufrent trop et la TVA de Macron est en baisse : laissez-là vos combats, ce sont des fadaises ! Il faut respecter Macron ! »
Les retraités appauvris par Macron vont lui crier le vrai mot d’ordre du combat : démission !
Ils vont devoir lui montrer pourquoi le combat continue parfaitement, quand le peuple de France a pris conscience de lui-même, conscience qu’il devra développer de plus en plus dans la lutte. La réforme très mensongère des retraites par points, voulue par Macron pour diminuer les pensions, a consisté à redonner au peuple de France la conscience de lui-même et à le tirer du sommeil politique que la propagande des LREM sur toutes les télés vulgaires en continu a voulu lui imposer pour ne pas avoir à lui expliquer ses mensonges.
Tout ce que nous voyons dans la réforme mensongère des retraites par points de Macron totalitaire ne peut être rien d’autre que de réduire les pensions au seul profit de la grand-bourgeoisie contre les pauvres.
Les grèves du peuple contre le règne toxique de la macronnerie vulgaire contre le peuple ont abouti à une forme humaine de la lutte contre Macron consciente d’elle-même. Il faut comprendre que la réforme de la conscience dans la lutte contre Macron est la transformation de la conscience mystifiée, et obscurcie par les mystifications de la réalité existante par la propagande LREM sur toutes les télés en continu pro-Macron.
Les grèves du peuple de France contre Macron ont permis aux Français de posséder réellement ce qu’il leur manquait : la conscience claire de leur force dans la lutte. Cette prise de conscience, la clarification opérée par les grèves du peuple de France contre Macron, ce peuple fier de ses propres luttes et de ses propres aspirations, est une lutte nécessaire pour tout le monde. Il ne peut être que l’œuvre de beaucoup de forces réunies. Il s’agit de dénoncer les social-traitres et les syndicats collabos, incarnés par les dirigeants de la CFDT et de l’UNSA, contre la base militante engagée dans un combat juste contre Macron totalitaire.
En ce qui concerne Macron, la critique de la grand-bourgeoisie contre les pauvres est terminée, pour l’essentiel, car la critique de Macron totalitaire contre le peuple est la condition préliminaire de toute critique.
Macron totalitaire n’aura trouvé, dans la réalité du monde imaginaire du spéculateur Soros, où il se rêvait en surhomme, que le pâle reflet de lui-même, où il ne pourra penser que par l’apparence de la com’ !
Macron totalitaire croit pouvoir nier sa vraie réalité. Le fondement de la révolte contre l’État policier de Macron totalitaire : « Ce n’est pas l’homme qui fait la grève, c’est la grève qui fait l’homme » ! Certes, la lutte est la conscience de soi et le sentiment de soi qu’a l’homme qui s’est enfin trouvé lui-même dans la lutte contre Macron totalitaire. Mais l’homme qui lutte n’est pas un être abstrait planqué quelque part hors du monde réel. L’homme qui lutte contre Macron totalitaire, c’est le vrai monde de l’homme révolté contre l’État-LREM.
Le seul profit de la grand-bourgeoisie contre les pauvres est la théorie générale de ce monde LREM.
C’est sa forme usurpatrice, sa logique de la spoliation des pauvres sous sa forme LREM vulgaire, et son point d’honneur mondialiste, sa morale du surprofit, son complément politique forcé, sa consolidation LREM et sa justification perverse universelle. Elle est la spoliation fantastique des retraités, parce que l’être humain de ceux qui ne sont rien ne possède pas de vraie réalité aux yeux de Macron gay-friendly totalitaire.
Lutter contre la France, c’est donc lutter contre ce monde-là de ceux qui ne sont rien, dont la religion est l’espoir spirituel. La révolte des Français est l’expression de la détresse réelle provoquée par Macron et la protestation contre cette détresse réelle par la révolte des Français. La grève contre Macron totalitaire est la révolte de la France opprimée, c’est l’âme de la vraie France contre le monde pervers GOF-LGBT de Macron.
L’âme de la vraie France est l’esprit de la révolte sociale contre la politique de Macron totalitaire d’où l’esprit est exclu. Le retrait de la réforme des retraites par points de Macron totalitaire, en tant que promesse illusoire du bonheur universel égalitaire du bas peuple, est l’exigence que dit l’engagement dans la lutte réelle.
Exiger que le peuple en révolte renonce aux illusions de la réforme des retraites par points de Macron totalitaire, c’est exiger qu’il renonce à une situation de soumission qui a besoin des mensonges de Macron.
La critique de la réforme des retraites par points de Macron totalitaire est donc la critique de la vallée de larmes promise pour les retraités les plus pauvres dont la réforme des retraites est l’annonce contestée.
C’est donc la tâche de la lutte contre Macron totalitaire pour la disparition de la réforme des retraites, avec la nécessité absolue de démasquer la mystification de la réforme de Macron, et de rétablir la vérité sur la baisse prévue des pensions pour ruiner les retraités les plus pauvres après le scandale de la CSG.
L’idéologie de l’État LREM-GOF-LGBT fait abstraction de l’homme réel. Elle n’est possible que parce que l’État LREM-GOF-LGBT fait abstraction de l’homme réel et ne satisfait pas la famille normale réelle de l’homme total par la propagande gay-friendly du monde pervers LREM-GOF-LGBT. En France, les grévistes savent que si les peuples d’Europe l’ont fait, leur lutte est leur claire conscience morale de classe. La révolte contre l’État policier de Macron totalitaire, c’est l’épine enfoncée au plus profond de la chair de l’État-LREM.
Moralité : Le Samouraï à Macron : « Si tu crois avoir gagné, c’est que tu as déjà perdu ! »
Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. Il ne fallait pas voter pour lui et c’est bien fait pour tous ces moutons qui s’en prennent plein la tronche aujourd’hui c’est l’effet boomerang ! Quant on jette une allumette dans la paille la grange brûle. Les votants macronistes ont voté pour le déshonneur et bien maintenant ils ont le déshonneur et la guerre. Je les conchis et qu’ils aillent au diable !

  2. Si on attend le résultats des urnes pour se délecter de la défaite de nos adversaires, il y a encore beaucoup de boulot a faire.
    Je reviens de province où j’ai rencontré une fratrie de six adultes de 60 à 69 ans. Tous ont été élevés traditionnellement. Foi, honnêteté, amour du prochain, etc. Bref, éducation parfaite. Sur les six, il y en avait un seul parisien.
    Eh bien, seul, le parisien ne votera pas pour M….N.

  3. Va mal finir le petit merdeux. Et quelques crétins de sa suite aussi.

  4. « Article » abscon, répétitif, lassant et en effet qui ne fait pas sens car hors sol. Que de temps perdu à s’écouter parler. Triste et inutile.

  5. il faut que les gaulois réfractaires pensent à d’autres façons de s’exprimer que les manifs où les sbires se défoulent sur des gens paisibles en regardant les racailles casser, bruler et voler
    je souris quand j’entends qu’un théatre a été « assiégé » qu’une ministre a préféré s’enfuir, qu’un permanence cfdt a été « prise d’assaut »
    des petits riens qui leur pourrissent la vie comme ils le font envers les gueux

  6. Article trop long et sans sens de l’efficacité pédagogique qui a comme effet de créer plus de confusion que de lumière sur le sujet qu’il aborde.
    En fait , une nuisance plus qu’une solution.
    Une incompétence.

  7. Pour ceux qui désirent réellement en finir avec le racket fiscal du maquereau macron en langue picarde, il suffit de nréler amendes, impôts, taxes, redressements douaniers et fiscaux par lettre-deux-chèques-manuels-eneuros-sur-la-banque-de-polynésie-à-l’-ordre-du-trésor-public ainsi que je pratique avec succès depuis plus de dix ans avec à chaque fois, pour chaque règlement ainsi effectué par mes soins, le récépissé du percepteur concerné. C’ est ainsi que la république en marche du maquereau macron en langue picarde finira à genoux cruellement atteinte là où cela lui fait très mal: au portefeuille!!!
    Fernand CORTES de CONQUILLA Cercle Légitimiste de France 31, place Sylvain Dumon 82400 Valence d’ Agenais Tél.: 06 04 08 46 36 fcdc@bbox.fr

Les commentaires sont fermés.