La France est condamnée à disparaître comme Nation souveraine

Publié le 12 mai 2017 - par - 21 commentaires - 2 145 vues
Share

Après avoir hissé un bouffon à l’Élysée, tout au sommet de la France, les Français viennent d’y promouvoir celui qui se révèlera rapidement n’être qu’un mercanti servile au profit de la finance et un potentat ambitieux.

Issu de la « cuisserie » hollandienne, ce jeune exalté à la voix encore juvénile et aux accents parfois hystériques, au sourire de requin, ce maqueron à la dentition de piranha et au flegme étudié, sera le parâtre d’un nouvel européanisme hitlérien : le mondial socialisme.

La France est, hélas, condamnée à disparaître en tant que nation souveraine. Rares sont ceux qui ont compris…

Les « Français », les fils de la belle et grande France mourront, ils s’effaceront devant leurs remplaçant, mais ils ne le savent pas encore.

Cependant, lorsqu’ils  réaliseront qu’ils ont été, une fois de plus, trompés et trahis, leur réaction sera cette fois, volcanique.

En ce sens, Macron sera celui qui, contre toute attente, provoquera la Reconquista, précisément à cause de sa politique migratoire délirante et de sa gouvernance despotique.

Car viens un moment ou trop, c’est trop, même pour le plus délirant des immigrationistes. Lorsque s’imposent à lui l’intolérance et le mépris de l’envahisseur musulman envers sa propre famille et sa maison, alors, face au chacal, le (sous)chien se mue en loup. Et celui-ci, au contraire de la fable, chassera le chacal de sous son toit, celui de la France…

Voici, à la manière de Jean de La Fontaine, la fable du chien et des chacals, si pertinente en ce temps précis et à désormais plus fort encore envers les temps à venir.

L’auteur m’est inconnu, mais nul doute qu’il avait compris et mûri avant tout autre la menace qui pèse lourdement sur notre civilisation, nos personnes et nos enfants. Ainsi se profile ce que le maqueron a d’ores et déjà ourdi avec préméditation à notre encontre.

Du coquin que l’on choie, il faut craindre les tours

Et ne point espérer de caresse en retour.
Pour l’avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.
C’est ce dont je désire, lecteur, t’entretenir.

Après dix ans et plus d’homériques batailles,
De méchants pugilats, d’incessantes chamailles,
Un chien estoit bien aise d’avoir signé la paix
Avecque son voisin, chacal fort éclopé
À l’allure fuyante, que l’on montroit du doigt,
Qui n’avoit plus qu’un oeil, chassieux de surcroît,
Et dont l’odeur, partout, de loin le précédoit.

Voulant sceller l’événement
Et le célébrer dignement,
Le chien se donna grande peine
Pour se montrer doux et amène.
Il pria le galeux chez lui,
Le fit entrer, referma l’huis,
L’assit dans un moelleux velours
Et lui tint ce pieux discours :
« Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !
Profitez, dégustez, sachez combien je voue
D’amour à la concorde nouvelle entre nous !
Hélas, que j’ai de torts envers vous et les vôtres,
Et comme je voudrois que le passé fût autre !
Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »

L’interpellé eut très à cour
D’obéir à tant de candeur.
La gueule entière à son affaire,
Il fit de chaque plat désert
Cependant que son hôte affable
Se bornoit à garnir la table.
Puis, tout d’humilité et la mine contrite,
En parfait comédien, en fieffée chattemite,
Il dit : « Mais, j’y songe, mon cher,
Nous voici faisant bonne chère
Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,
Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
Toute ma parentèle tant nue que maigrelette.
Allons-nous les laisser jeûner jusqu’au matin ? »

« Certes non ! » répliqua, prodigue, le mâtin,
Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
Quarante et un chacals parmi les moins sincères.
Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules
Des grands et des menus, même des minuscules.
Ils avoient tant de crocs, de rage et d’appétit,
Ils mangèrent si bien que petit à petit
Les vivres s’étrécirent comme peau de chagrin
Jusqu’à ce qu’à la fin il n’en restât plus rien.

Ce que voyant, l’ingrat bondit :
« Ah ça, compère, je vous prédis
Que si point ne nous nourrissez
Et tout affamés nous laissez
Tandis que vous allez repu,
La trêve entre nous est rompue ! »

Ayant alors, quoi qu’il eût dit,
Retrouvé forces et furie,
Il se jeta sur son mécène,
Et en une attaque soudaine il lui récura la toison,
Aidé de toute sa maison.
Puis, le voyant à demi mort,
De chez lui il le bouta hors.
Et l’infortuné crie encore
« La peste soit de mon cœur d’or ! »

Retenez la leçon, peuples trop accueillants :
À la gent famélique, point ne devez promettre.
Ces êtres arriérés, assassins et pillards
Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.
Vous en invitez un, l’emplissez d’ortolans,
Et c’est jusqu’à vos clefs qu’il vous faut lui remettre.

Quant à Marine, lors du dernier débat d’avant le second tour, elle a pu sembler lamentable face à ce sournois menteur et manipulateur Macron. Elle s’est laissé influencer par l’aplomb de ce fourbe perfide, elle qui est cependant d’ordinaire si brillante dans ce genre de débat, face à l’animosité, quelle qu’en soit la violence.

De fait, Macron a accumulé les mensonges, que ce soit à propos d’Alstom et de SFR. Marine n’a rien confondu, elle a bien distingué ces dossiers l’un de l’autre, malgré les affirmations péremptoires de Macron, notamment lorsqu’il prétendait n’être pas concerné par la vente de SFR. Or, c’est rigoureusement faux : c’est bien lui qui a signé l’acte de vente !

Mais tout était joué dès les primaires des partis.

L’élection d’un président devrait se faire sans primaire aucune et en un seul tour, afin d’éviter l’enfumage que nous avons vécu.

Dans le mot « élection » il y a l’acte d’élire. L’élection consiste à désigner celui qui sera « élu ». Ors, les primaire procèdent à l’envers : par élimination.

Ces primaires des partis, issues de l’esprit retors des socialistes, biaisent la démocratie. Elles faussent la règle. Quand au second tour des élections, là encore, beaucoup deviennent, par le biais des primaires, obligés de voter non pour leur candidat qui a disparu des listes, mais voter contre celui qu’il ne veulent pas voir élire. C’est cette mécanique perverse qui a permis de désigner un maqueron aussi imprévisible que sans mérite.

Ces procédés sont scandaleux, vicieux et antidémocratiques, surtout du fait que beaucoup de Français, de par leur bonne fois, leur crédulité au système et leur sensibilité aux critiques, se conduisent en veaux et moutons, manipulables et influençables à merci par une presse aux ordres et une classe politique qui a fait de l’insulte son principal argument. Comment ces menteurs peuvent-ils invoquer à propos de Marine, un « danger pour la démocratie », la « faillite de la France », un « parti de fascistes », etc., alors que ce sont eux – et eux seuls – qui devraient être qualifiés de la sorte !

Cette élection, fruit d’innombrables manipulations et de prises de parti vomitives de la presse subventionnée aux bottes du pouvoir politique, est le résultat d’un montage machiavélique d’une perversité inouïe…

Pierre Malak

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Desvignes

Merci riposte laïque de faire paraître que les commentaires qui vous plaisent, on a échappé à la catastrophe avec vous, bon vent

Desvignes

Les français des lâches ,des salauds,des collaborateurs, des cons,il y en a même un qui souhaitait des attentats avec des victimes qui aurait voté Macron,,,
là le qualificatif qui vous colle bien je peux pas l’écrire ça serait censuré

quiditvrai

2022 SERA LE POINT DE BASCULE SOIT VERS L’ISLAMISATION OU VERS LA DÉSISLAMISATION DE LA FRANCE.
DÉFINITIVEMENT UNE NOUVELLE FRANCE.

Le Drômois

Je pense à mon jeune oncle, mort pour la France en ’45, et de tous ses camarades disparus pour nous rendre la liberté. Il y en avait un parmi eux qui écrivait à sa mère quelques semaines avant sa mort : « Chère maman, nous voici, 40 mille fous qui se battent pour 40 millions de salauds… » Les patriotes sont toujours dans la minorité, donc pas forcément une raison de baisser les bras. Se replier, panser ses blessures, revoir sa stratégie, se relever, et continuer…

Romanin

Eh bien aujourd’hui c’est jour de fête sur RL, après un génial Gérard Brazon commémorant Victor Hugo, nous avons un grandissime Pierre Malak nous expliquant comment nous sommes en train de disparaître. Dommage qu’il ne puisse nommer l’auteur de cette jolie fable, mais une fois mort…
Belle analyse sur notre devenir « trop » proche et merci au passage d’avoir glissé un petit mot d’ « excuse » pour Marine.
Et tout comme AContresens et maintenant Marcus, je pense que le sursaut est définitivement derrière nous.
D’ailleurs, je n’arrête pas de l’exprimer dans certains de mes commentaires d’y hier et d’aujourd’hui. Nous sommes « morts » et nous ne le savons pas encore! Mais moi, je l’ai vu lors de mes derniers contrôles en tant que délégué habilité aux opérations de vote. Priez très fort!

Marcus

Tout à fait d’accord avec AContresens. Pour qu’il y ait, comme vous dites, une « réaction volcanique », il faudrait que la majorité des français ait encore une paire de c…. entre les jambes, ce qui n’est plus le cas pour au moins 80 %
http://www.bvoltaire.fr/cette-presidentielle-cest-charlie-gagnee/

logaro

Aidez à la préparer du deuxième tour des législatives avec vos ordinateurs
message important
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/05/passation-de-pouvoir-ou-d-impuissance.html
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/05/appel-du-18-juin.html

s comme à son habitude

Pierre Malak,

Tout à fait d’accord avec vous : les primaires, c’est bon pour les américains, tout comme l’éléction à 2 tours : ce n’est pas démocratique.
Personne n’est élu avec une majorité réelle et donc non démocratique. La 5ieme a été pondu pour simplifier la vie politiques des professionnels de la politique, rien d’autre.
Cordialement.

AContresens

Je crois que vous vous bernez. Il n’y aura JAMAIS de sursaut français.
Les français sont des lâches en plus d’être des collabos.

markorix

Bravo! Est-ce que le nouveau ministre de l’éducation demandera d’inscrire cette fable dans les cours de récitation? Au fait, ça existe encore ?

s comme à son habitude

« Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet » Chateaubriand.
Cordialement.

RASPAIL

Comment disait on « autrefois » ? Ah oui = DES MOUCHES DANS LE LAIT ! Bientôt ce sera = QUELQUES GOUTTES DE LAIT DANS LES MOUCHES ! Les sans voiles , et non « muslims » se compteront facilement chez nous ! Des français  » complices se sont arrangés pour que cela ait lieu !! Ce fut lent , mais avec macron , ils passeront à la vitesse supérieure ! Il y a fort à croire que les générations futures s’en mordront les doigts ..Plus dur sera le réveil pour eux , hélas !

Logaro

en effet si l’on lit les  » small points  » , les petites lignes du projet Macron, on va être totalement intégré dans l’Europe et on deviendra simplement un » état » à l’Américaine dans l’Europe. Pour cela battons-nous pour éviter une  » majorité absolue » pour Macron. Soutenons les autres partis pour équilibrer le Parlement
lire et suivre http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/05/nique-bayrou.html
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/05/valls-a-temps-mort.html
http://sleazy-caricatures.over-blog.com/
2017/05/olle.html

Franc

Votre article est excellent. Cela remonte le niveau de certains commentaires. Nous assistons au cheval de Troie. La République est à prendre pour la voiler.

Laurent P.

La caricature qui illustre l’article est excellente.
La voici à une résolution bien meilleure (1200×1200 pixels) :
https://pbs.twimg.com/media/C-7pXNfXYAUiZfz.jpg

Raminagrobis

Tout à fait d’accord sur l’excellence de la caricature.Elle exprime ce qui se passe en ce moment.

Laurent P.

Coquilles :
> Ors, les primaire procèdent à l’envers
Or (sans s), les primaires (AVEC s) procèdent etc.
Ors (avec s) c’est dans l’expression « les ors de la république »
Et « primaire » (sans s) c’est l’adjectif singulier ou UNE élection intermédiaire

markorix

Oui il ne vous reste visiblement que celle-là de liberté… Ramasser des coquilles sans penser à l’essentiel. Pensez plutôt à sauver ce merveilleux coquillage nommé France et laissez tomber les coquilles qui, elles, peuvent être remplacées si facilement. Merci.

OTOOSAN

Faudra penser à changer le nom du pays !

UltraLucide

Maghrebistan Euroland

angora

Pour aller où? Toute l Europe est pourrie le Canada pareil la Hongrie pas encore mais les gauchiasses financés par souris s’y mettent aussi. Même chose pour l’Australie. En Russie peut être mais il faut plusieurs générations pour se faire une place acceptable. Pas comme en France ou les étrangers sont prioritaires en tout.