La France est devenue un Etat fragile

Publié le 16 juin 2016 - par - 4 commentaires - 990 vues
Share

PinatelhollandeaupiedUn Etat fragile, c’est quoi ? Il y a différents facteurs qui caractérisent un état fragile, et nul besoin qu’ils se cumulent. En fait, un seul facteur peut rendre un état fragile, et un Etat peut rapidement se fragiliser, comme par exemple la Côte d’Ivoire, qui a sombré de 1980 à 2012, sans qu’aucun signe précurseur ne soit visible.

Un état fragile, cela peut être un gouvernement sans autorité, sans légitimité ou/et une population pauvre.

Or, qu’en est-il de la France ? Eh bien, ça se dégrade année après année.

L’Etat n’a depuis longtemps plus le monopole des frontières, ni des lois, ni des taxes. La majorité provient de l’Etat, mais bon nombre de lois ou de taxes sont issus de l’UE.

Niveau sécurité et justice, c’est le grand plongeon. La justice est à deux voire trois vitesses, et niveau sécurité, je pense que tout le monde aura relevé qu’elle empire de mois en mois ; ceci étant en partie dû à la justice par ailleurs.

Le réseau des services est encore acceptable, eau, électricité, routes, transports… mais ceci est surtout dû au passé de la France, en aucun cas aux gouvernements actuels. De plus, même s’ils restent satisfaisants, ils sont de plus en plus chers et de moins en moins surs (insécurité, une fois encore).

La répartition des richesses est de plus en plus contestée. D’abord, de par le copinage de plus en plus flagrant, généralisé et injuste, avec moult personnes incompétentes aux salaires exorbitants ; mais aussi par le nombre de prélèvements, de plus en plus nombreux et élevés, et la redistribution, de plus en plus focalisée sur les « cités » et autres migrants, empêchant de plus en plus de Français de se soigner par exemple.

La corruption et les détournements ne sont pas en reste, et même lorsqu’ils sont attrapés sur le fait, les auteurs ne sont pas forcément condamnés, ou de façon très laxiste, justice à deux vitesses oblige…

Ajoutons à cela les marchés parallèles, notamment ceux des trafics. Il n’existe aucun pays sans marché parallèle, mais arrivé à un certain niveau, ces marchés mettent en péril l’Etat, et c’est ce qui arrive de plus en plus, avec des trafics brassant des milliards d’euros et des intermédiaires de plus en plus armés…

Pour finir, les nombreuses grèves et manifestations entraînant désormais systématiquement des casses et des blessés, quasiment toujours du côté des policiers, prouvent de ce fait que l’état est de moins en moins légitime et a de moins en moins d’autorité.

L’Euro en cours marque par ailleurs une nouvelle étape dans cette déchéance, les autorités, malgré l’état d’urgence, malgré les moyens mis en place, n’arrivent plus ni à anticiper suffisamment, ni à contenir les « débordements », qui ont eu lieu non seulement durant des matchs, mais aussi avant et après, un comble ! Les hooligans et l’alcool ont bon dos quand c’est le gouvernement lui-même qui est incapable de gérer ce genre de situation, pourtant prévue depuis des années.

Cerise sur le gâteau à tout cela, certainement LE point qui fragilise le plus grand nombre d’état à travers le monde : la division. Et à ce niveau, les gouvernements ont fait très fort : ils divisent non seulement les Français entre eux par leurs jeux politiques malsains, stigmatisant une partie de la société de plus en plus importante (classée à l’extrême droite), mais en plus, ils y déversent de nombreuses nouvelles ethnies via l’immigration, à la sensibilité culturelle totalement différente.

Et à ce sujet, la non gestion démographique est aussi un grave problème en France, de façon différente que les pays africains comme le souligne Serge Michailof dans son ouvrage Afrikanistan, mais tout de même : ne pas gérer l’explosion démographique est une chose, mais ne pas gérer sa stagnation ou tout miser sur l’immigration, c’en est une autre, aux conséquences pouvant être tout autant catastrophiques, parce que les nouveaux venus n’ayant rien cotisé, comment financer leur intégration en plus des nombreuses dépenses classiques ?

La réponse passe par la dette abyssale de la France, qui est aussi révélatrice d’un état fragile : malgré plus de 1000 milliards de prélèvements par an, on réussit l’exploit de dépasser 2000 milliards de dettes, rendant depuis longtemps impossible tout espoir de remboursement, puisque les recettes ne financent plus que les intérêts.

Et je n’évoque même pas le Grand remplacement qui en découle, de plus en plus visible et revendiqué, même par ceux qui le nient.

La France, et plus généralement, les pays européens, sont en train de glisser dans un état de fragilité, voire sont déjà fragiles (Grèce), ce qui n’augure rien de bon quant à notre avenir à moyen et long terme, en espérant que ce ne soit pas déjà le cas à court terme.

Il n’est pas (encore) trop tard, mais une des urgences, c’est de virer les « élites » incompétentes qui entraîne le pays avec eux… Force est de constater que la tâche est grande tant ils sont nombreux.

Olivier Pfister

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
BALT

La France sera fragile tant que ses dirigeants seront naïfs,incapables, incompétents.

La Mécréante !

-La France n’est plus un Etat. c’est juste une province à la botte de l’Allemagne.
-l’Europe est à la botte de l’Allemagne.
-c’est l’Allemagne qui dicte ses règles aux bouffons de Bruxelles.

les boches ont tout gagné au final.

echecetmat

Vous oubliez notre armée, devenue force supplétive de l’OTAN qui dans l’ignorance des Français, participe depuis le 1er juin 2016, à l’exercice « Saber strike », avec la Pologne, en Lettonie, alors que le Pacte de Varsovie n’existe plus et avec lui, la menace soviétique. L’armée française devenue l’un des pions de l’aventurisme guerrier étasunien, manipulée par des politiques ploutocrates et mondialistes, semble avoir oublié, avec ses généraux sa mission principale qui est de sauver la France, attitude peu glorieuse qui s’apparente à une non assistance de la Nation française en danger de mort. Un sérieux limogeage s’imposerait, parmi nos généraux courtisans,… lire la suite

noway

Belle analyse, les « contributions » synonymes d’impôts en socialie, ne couvriront même plus les intérêts dans peu de temps.
La taxation de ceux qui veulent entreprendre servant à alimenter ceux qui ne font rien d’autre que du trafic et du bon musulman, français d’office par le seul fait d’être né sur le territoire national, le pays va, au mieux, à la banqueroute.