La France : le pays au ciel couleur blue-jean délavé

Il y a quelques années j’avais écrit un petit article sur les chanteurs français amoureux des musiques du monde et inversement, les chanteurs du monde ou d’origine étrangère amoureux de la France.

https://ripostelaique.com/la-vraie-diversite-cetait-avant-nana-mouskouri-johnny-mouloudji-rika-zarai-moustaki.html

J’y déclarais que le mot « diversité » avec lequel on nous rebat les oreilles n’était autre chose qu’américanisation + islamisation, et que la vraie diversité culturelle, c’était ces musiques que diffusaient les ondes durant les années 50, 60 et 70. Grâce aux merveilleux artistes d’alors, on pouvait entendre à la radio des chansons et des musiques du monde entier, en plus de celles du terroir; ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui’hui.

Je remercie les commentateurs pour avoir signalé mes oublis, chose à laquelle je vais tâcher de remédier.

Il est donc de mon devoir de nommer pour commencer l’immense Jean Tennenbaum, dit Jean Ferrat, ainsi que Nathan Korb, dit Francis Lemarque, tous deux juifs d’origine russe. Le premier est auteur de « Ma France », le second de « À Paris » (rendue célèbre par Yves Montand).

https://www.youtube.com/watch?v=XAbbzXe8NwM

https://www.youtube.com/watch?v=tH6Jowp1-qg

Moins connue est l’italienne Rita Pavone qui chantait en 1972 « Bonjour la France »:

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=a3igHaUurQs

Le charmeur japonais Kenji Sawada chantait en 1975 « Mon amour je viens du bout du monde » :https://www.youtube.com/watch?v=rgcQIk7mcrU

N’oublions pas non plus Gaston Ghrenasia dit Encico Macias, juif pied-noir qui comme tant d’autres, avait dû quitter l’Algérie. C’est avec grande tendresse qu’il rendait hommage aux gens du nord de la France. https://www.youtube.com/watch?v=Fop4XlaizSY

La diversité c’etait également les régions de France ainsi que les territoires d’outre-mer qui étaient représentés par nos artistes. Le compositeur, chanteur et multiinstrumentiste breton Alan Stivell avait fait renaître la harpe celtique ainsi que les anciens chants de la Bretagne. En fusionnant les musiques traditionnelles avec les sonorités modernes, il avait créé un nouveau style qui avait permis le renouveau de la culture celtique.

https://www.youtube.com/watch?v=Vs74awcedOk

Je dois nommer à nouveau le grand Henri Salvador qui chantait aussi bien en créole qu’avec l’accent parigot et qui aimait le blues, le jazz et la bossa nova. Il était par ailleurs un excellent guitariste. Avec tendresse ou avec humour il savait toucher le cœur des petits et des grands. https://www.youtube.com/watch?v=RKbl7mN5JLk

Pour continuer dans la bonne humeur, souvenons-nous de cette chanson bavaroise interprétée par notre merveilleuse Annie Cordy de Belgique : https://www.youtube.com/watch?v=ZTQtrnV1P_w

Ou de cette chanson russe qu’elle interprétait en duo avec Carlos, notre barbu préféré : https://www.youtube.com/watch?v=MG5Gxiiv3Qo

Cette liste est loin d’être exhaustive et je remercie d’avance ceux qui m’aideront à la compléter.

Cependant, il y a un grand oublié dont j’aimerais parler plus longuement. Il s’agit de Herbert Avraham Haggiag Pagani, dit Hébert Pagani. Cet italien-juif-libyen, chansonnier, compositeur et artiste-peintre, avait été parailleurs très apprécié comme animateur à RMC où il fut le premier disc-jockey.

Ayant séjourné récemment en France chez mes parents, j’y ai retrouvé un de ses albums vinyles qui ont bercé mon enfance : « Les années de la rage et les heures de l’amour » de 1974.

Ses idées politiques l’avaient approché des artistes chiliens exilés en Europe, c’est donc tout naturellement que ce disque se trouva dans la collection de mon père.

Toutes les chansons y sont interprétées dans un parfait français et sans le moindre accent. Certains se rappelleront peut-être de « La bonne franquette » qui évoquait les soirées entre amis dans les HLM de ces formidables années 70.

Un des morceaux que je n’ai cessé d’écouter en boucle ces jours-ci porte le curieux titre « Couleur blue-jean délavé ». C´est par « ce bleu particulier » qu’y est décrit le ciel de France à la belle saison.

Ma redécouverte en cette période estivale ne pouvait pas mieux tomber !

Dans cette chanson, Herbert Pagani nous raconte son périple d’été, de la Bretagne à la Provence, à la découverte du pays profond car, comme il est dit dès le premier vers : « Paris n´est pas la France ».

C »est tout en légèreté et dans un esprit très « baba cool » qu’il nous fait partager ses découvertes « de fleuves en cathédrales, de forêts en châteaux forts », en n’emportant qu’une brosse à dents, un chapeau de paille, un maillot de bain, ainsi que quelques feuilles de dessin pour y peindre les rivages d’Atlantique, les pins des Landes ou les Pyrénées.

C’est aussi le peuple français et son sens de l’amitié qui est mis à l’honneur : « l´amitié qu’on y cultive a des fruits qui sentent bon ».

Il évoque l’hospitalité dont il a bénéficié tout au long de son voyage : « du Croisic à La Croisette ce fut la même chanson : Reste là, ce soir tu couches à la maison ! »

Et c’est plein de gratitude qu’il chante pour ceux qui l’ont accueilli : « Toi Judith et toi Juliette, et toi Pierre d’Avignon ».

Enfin il promet de revenir l’été suivant pour y découvrir l’Est et le Nord et rend hommage aux filles de France aux yeux couleur blue-jean délavé.

 

Une chanson à redécouvrir d’un grand artiste qui aimait la France.

Voici les paroles et le lien pour l’écouter :

 

Que Paris n’est pas la France,

on me l’avait déjà dit

mais je suis aussi buté que Saint Thomas,

qui ne croit pas aux miracles,

qui ne croit que ce qu’il voit,

J’ai dit “bon, pour cet été, pas d’Italie”.

 

Brosse à dents, chapeau de paille

puis quelques feuilles de dessin,

un maillot pour me glisser dans l’océan.

Des cortèges de nuages

me poussaient vers l’occident,

j’étais libre, j’étais seul, j’étais vivant.

Et de fleuves en cathédrales,

de forêts en châteaux forts,

j’ai défoncé mes deux sandales

et mes plumes « Sergent-Major ».

Mais j’ai découvert la France,

à cheval sur un été,

de la Bretagne à la Provence,

sous un ciel couleur blue-jean délavé.

 

Les rivages d’Atlantique,

le galop de ses marées,

son parfum de confiture d’océan.

Et voilà les pins des Landes,

et voilà les Pyrénées,

les cigales déjà me parlent en occitan.

 

Toi Judith et toi Juliette,

et toi Pierre d’Avignon

je voyage rien qu’à dire vos prénoms.

Du Croisic à la Croisette,

ce fut la même chanson :

« Reste-là, ce soir tu couches à la maison ! »

 

Et de fleuves en cathédrales…

 

Je retourne à mes olives,

mes oranges et mes citrons

mais je reviendrai bientôt dans ce pays.

L’amitié qu’on y cultive

a des fruits qui sentent bon

et je sais pour qui je chante mes chansons.

 

Au revoir les cathédrales

et merci les châteaux forts,

j’achèterai d’autres sandales

pour voir l’Est et puis le Nord.

Et merci le ciel de France

de ce bleu particulier

dont j’ai sur moi la référence

couleur de mes blue-jeans délavés.

 

Et merci, les filles de France,

j’ai rêvé tout un été

dans vos yeux couleur blue-jean délavé.

https://www.youtube.com/watch?v=a8R_XGPqcvk

Santiago Cartagena

 

 

image_pdf
0
0

26 Commentaires

  1. « La France aux chansons » ? Encore ? Terminé.
    Leurs paroles se sont éteintes avec le temps… Les artistes ont disparu…
    « Vous avez chanté tout l’été ? Eh bien, Dansez maintenant » !
    Sur les Braises, tout est en feu….

  2. Superbe article très intéressant sur ces immenses artistes. Un bel hommage.

    La musique est un de mes sujets de prédilection.

  3. Un seul élan, ils aimaient la France et la France était belle…
    Ils étaient français, de cœur, d’âme et profondément « de souche » par amour.

    Aujourd’hui, le ton est donné. Chacun revendique sa « petite identité » crachant avec désinvolture sur le Pays qui avait intégré et assimilé leurs grands parents. La belle prairie est devenue bourbier… Ceux qui viennent (ou qui sont fortement incités à le faire) ne sont là que par esprit de revanche (l’intox mensongère gaucho a accompli son « œuvre destructrice ») et ils nous détestent…
    Avec cela, nous nous renions. Ne nous aimant plus nous-mêmes, comment pourrions-nous être aimés et respectés ?…
    Le vieux Pays doit se courber, oublier ce qu’il a été, oublier gloire et fierté pour ne recevoir qu’injures et salissures.
    C’est ainsi que naît la haine !

  4. les juifs « pro-France » de l’époque ? -quand il était ordonné de poursuivre la doctrine politique du judeo-Christianisme, d’accord ; mais dès sos-racisme dans les eighties, ils ont initialisé une rupture officielle afin d’ épouser la stratégie du judeo-islamisme, et ils se sont, depuis, tous engoufrés dans le créneau. (revoir les déclarations de peillon et des autres)

  5. Aujourd’hui, en 2019, la diversité c’est une diarrhée sonore qui s’appelle le rap. Triste époque.

  6. Vous auriez pu citer également Rika Zaraï et Mike Brant, tous deux franco-israéliens et qui enchentèrent nos oreilles dans les années 60-70. Et Claude François et Dalida, tous deux originaires d’Egypte. Et Dario Moreno, turc ayant vécu de longues années au au Mexique, etc, etc…

    • Claude François n était pas originaire d Égypte , il était le fils de Aimée François , qui était un Francais employé’ par la société ( Francaise ) , du canal de Suez et s occupait de régulation du trafic sur le canal , ( construit par le Francais Ferdinand de Lesseps ) , et sa mère était Italienne .

      • Claude François, surnommé « Cloclo », né le 1er février 1939 à Ismaïlia (Égypte). Ces parent étaient métropolitains.

  7. Le côté obscur de la médaille, entre autres:
    -La France est un pays de flics (Renaud)
    -J’m’en fous d’la France (le Forestier)
    -Je suis rital et je le reste (Claude Barzotti), largement compensée, admettons-le, par « la France aux français » quelques années plus tard.
    Article touchant, sinon.

  8. Santiago très sympa votre article 👍 cela fait du bien au moral .
    Merci

  9. Ce sont les humanistes dégénérés qui portent des « blue jeans » car ils n’aiment pas la FRANCE. Il est temps que le Front NATIONAL remette de l’ordre en FRANCE et mette tous ces bitnick en prison.

    • trop drôle, autrefois porter des  » jean’s  » c’était un critère défavorable des flics.Je ne pense pas être un  » humaniste dégénéré  » mais je porte des jean’s, bleu jean là, mort de rire, vous retardez un peu, quand même ?

      • “Jeans” est l’abrégé de “blue jeans” inventés par Jacob Davis et Levi Strauss en 1873. Le mot « Jeans » en lui même provient de la ville de Gène, en Italie, où le textile appelé « jean » ou « jeane » (toile de coton et de lin) très similaire au velours côtelé, était fabriqué au 19eme siècle, ede plus  » denim  » vient de la toile de … Nîmes !

          • @ eric delaitre : à l’autre idiot, M.Chalabert, qui dit que les « dégénérés qui portent des « blue jeans » n’aiment pas la FRANCE », il y a quantité de patriotes qui en portent, ceci dit je pensais ajouter de l’eau au moulin en précisant l’origine européenne du jean et vous souhaite le bonjour. L.

            • Désolé, ce n’était pas vraiment clair pour moi, je bas ma coulpe

  10. DALIDA italienne d’origine, née au Caire, miss Egypte 1954 : « Si la France » de Guy Beart, ou encore « la chanson du mundual 82, allez la France » ou bien « le jour le plus long »

  11. SANTIAGO, merci de nous avoir fait revivre tous ces merveilleux souvenirs. Ce sont des moments inoubliables pour moi ; et je pense ne pas être la seule dans ce cas. Quelle époque ce fût ! Nous avons connu la meilleure. Extraordinaire. Merci encore, portez-vous bien.

  12. Merci beaucoup d’avoir rendu hommage à l’immense et talentueux Herbert Pagani que j’adorais. C’était un génie.

    Le titre « Plaidoyer pour ma terre » est tristement toujours d’actualité.

    Et aussi Sabrina Lory.

    • Faut pas charrier cette époque véhiculait aussi beaucoup de conneries que seule la nostalgie, qui est encore ce qu’elle était, nous fait digérer. Pour moi les grands créateurs de chansons de l’époque sont plutôt : Brassens, Léo Ferré, Béart, Charles Trenet, Stivel,…

      • Dehache. Les fabuleuses années 60, autant en rock qu’en chanson française. Y a toujours eu des conneries aussi, c’est vrai. Mais avec les.conneries d’aujourdhui (Pokora, Kenji, De Pretto, L’Eurovisionné teint en blonde, etc) on touche le fond, et le fond de la cuvette avec le bruit robotique ( la techno) et le bruit agressif (le rap).

    • Écoutez Sabrina Lory « J’ai la musique en moi ». Elle enterre les nullités Angèle, Clara Luciani, Christine and the gouines.

      • Entièrement d’accord avec toi. J’attends une intégrale de toutes ses chansons de Sabrina Lory.

        • Sabrina Lory, dans la lignée d’Esther Galil « Le jour se lève ».

        • Qui se souvient encore de Jacqueline Dulac,de Marie Laforet,et pourquoi oublier dans votre Panthéon musical l’immense Barbara?

Les commentaires sont fermés.