La France mérite mieux qu’un deuxième tour Sarkozy-Hollande

Ils ont tous décidé que nous devrions choisir, le 6 mai prochain, entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, entre l’UMP ou le PS. Les sondeurs nous le martèlent depuis des mois, cela ne peut pas être autrement. Les éditocrates, apparemment ravis de cette perspective, nous l’assènent à chaque émission, nous gavant du dernier sondage qui confirme le précédent. Auront-ils raison ? Le matraquage médiatique aura-t-il fini par convaincre nos compatriotes que les deux grands partis qui dirigent la France, depuis plus de trente ans, et l’ont mené à la situation catastrophique que nous connaissons,  sont incontournables ? S’ils avaient raison, si les sondages ne sont pas manipulés, comme le sous-entend Jérôme Cortier, cela signifierait que, peu rancuniers, les Français auraient passé  l’éponge sur la trahison (entre autres) de leur vote de 2005 par le président de la République, aidé par ses complices socialistes, en 2008…

Pourtant, nous l’avouons, nous serions aux anges si l’un des deux grands partis qui cannibalisent la vie politique française passait à la trappe, le 6 avril, et n’osons imaginer ce que serait notre extase si les deux se retrouvaient au tapis, tel un Jospin le 21 avril 2002. Cela voudrait dire que, conservant son rôle frondeur qui a toujours désarçonné les élites de notre pays, le peuple de France aurait infligé un tel pied de nez au système que le séisme politique qui suivrait serait inévitable.

Nous avons beaucoup aimé que lors de cette campagne, les Verts montrent ce qu’ils sont vraiment, en présentant une candidate qui parle très mal le Français, malgré 50 ans de présence sur notre sol, qui a la double nationalité franco-norvégienne, et qui n’a cessé de montrer que pour elle, le mot « France » était un gros mot. Que Placé et Duflot, qu’André Bercoff appelle « Les Thénardier des Verts » aient pu penser qu’un tel personnage pouvait séduire le peuple de France montre le décalage entre les bobos Verts et le monde réel. Nous remercions encore les électeurs verts des crises de fou rire que certaines sorties d’Eva Joly nous ont procurées… Nous avons vérifié que les pires ennemis de la Nation, ceux qui veulent que notre pays se dissolve dans l’Union européenne, étaient incapables d’assumer devant les Français la réalité de leurs options, et qu’ils devaient faire semblant de parler « Nation » « France » ou « République » pour donner le change.

Nous n’avons pas du tout aimé, dans cette présidentielle, le fait qu’UMP comme PS aient tout fait pour empêcher la candidature de la présidente du Front national, et aient osé envisager sereinement qu’une postulante qui regroupe aux alentours de 20 % sur son nom ne soit pas en mesure de se présenter. Nous n’avons pas davantage apprécié l’attitude particulièrement agressive de la caste journalistique, tout au long de cette campagne, envers la présidente du FN, mais aussi envers des « petits  » candidats, qu’ils ont méprisés ouvertement, quand ils ne les ont pas carrément insultés, comme l’a fait  Apathie avec  Jacques Cheminade. Le coup de gueule de Dupont-Aignan contre Denisot-Apathie a fait plaisir à beaucoup. Nous n’avons pas plus goûté – et c’est peu de le dire- l’attitude du candidat de Front de gauche, qui a multiplié les insultes et les appels à peine déguisés à la violence contre Marine Le Pen et ses militants, ressuscitant les pires pratiques du stalinisme. Mais que dire d’associations anti-racistes qui, détournant l’argent public qui leur est généreusement octroyé, ont multiplié les manipulations politiciennes, dont la dernière, un clip et une brochure spéciale de la Licra, serait distribuée dans les écoles, rien de moins ! Nous n’avons naturellement pas oublié la grossièreté de la manipulation qui, durant 48 heures, suite aux assassinats de Toulouse et Montauban, a ciblé la seule piste d’extrême droite, amalgamée à la présidente du FN, avant que la caste médiatique et anti-raciste ne découvre avec horreur que le tueur s’appelait Mohamed Merah ! Dans un autre registre, celle du bal de Vienne et de l’agression présumée de Montebourg et Pulvar n’étaient pas mal non plus…

Nous sommes obligés de constater que, sans la présidente du Front national et celui de Debout la République, personne n’aurait envisagé la possibilité de sortir de l’Union européenne, et de revenir au franc. Même le prétendu révolutionnaire Mélenchon ne peut envisager une telle audace. « Hors du parti point de salut » disaient les commissaires politiques communistes. « Hors de l’euro, point de salut » dit aujourd’hui le « révolutionnaire Mélenchon », relayant le bêlement de tous les autres candidats, et de tous les éditorialistes et économistes bien-pensants. 

Nous sommes obligés de constater par contre que, sur l’immigration, l’islamisation de notre pays et l’insécurité, Nicolas Dupont-Aignan est resté  aux abonnés absents. La polémique sur le halal a montré la connivence de toute la classe politique, de toute la caste médiatique, sur le thème : « Pas touche à mon islam, pas touche à mon halal ». Nous l’avouons, nous regrettons, malgré le courage dont elle a fait preuve en nombre de circonstances, que le thème de l’islamisation de notre pays n’ait pas tenu une place plus importante dans la campagne de la présidente du FN.

Faut-il rappeler pourquoi nous serions aux anges si François Hollande était éliminé au premier tour ? Parce qu’il incarne tout ce que nous exécrons au Parti socialiste. Il n’aurait jamais été là, si Strauss-Kahn n’avait pas eu ses mésaventures américaines, car il n’a aucune des qualités nécessaires pour prétendre légitimement à la magistrature suprême. Tout en lui sonne faux. Héritier de Jacques Delors, le père de Martine Aubry, il aurait tout aussi bien pu faire carrière à droite, et on ne voit vraiment pas en quoi il est si différent de François Bayrou. C’est un homme sans principe, sans parole, ce n’est pas nous qui le disons, c’est Jean-Luc Mélenchon en personne, quand il évoque l’élection du premier secrétaire du Parti socialiste, en 1997. La gauche qu’il incarne n’a plus aucun lien avec le peuple. C’est un homme qui porte en lui la disparition de notre pays, soumise à la gouvernance mondiale, à l’Union européenne et à la dictature de la finance. Au nom d’un internationalisme dévoyé, il appelle de ses vœux à encore plus d’immigration, et davantage d’islam en France. Il a si peu le respect de ses compatriotes qu’il est prêt à accorder le droit de vote à des personnes qui n’ont pas fait l’effort de demander à devenir français, ni à en accepter l’esprit républicain et patriote. Ce personnage falot, sans envergure, ne peut incarner la France que nous aimons, fière, rebelle, souveraine, imprévisible. Sa défaite dès le premier tour serait un véritable séisme pour toute la gauche, et, espérons-le, réveillant les moutons de Panurge qui continuent à voter pour ces gens-là, serait peut-être l’électrochoc nécessaire pour que le PS redevienne de gauche.

Faut-il rappeler pourquoi nous serions aux anges en cas de défaite de Nicolas Sarkozy ? Parce qu’il a trahi tous les espoirs que son élection de 2007, obtenue par un langage – celui de Guaino – rompant avec le politiquement correct – avait suscités. C’est un homme sans conviction, sans colonne vertébrale, qui ne gouverne qu’aux sondages, et ne fonctionne qu’aux effets d’annonce, qui peuvent par ailleurs se contredire en 24 heures. C’est un bonimenteur, certes excellent orateur, mais qui n’aime pas la France – il l’a avoué à Philippe de Villiers – et est convaincu que l’islamisation de notre pays est inévitable. Nous ne lui pardonnerons jamais les 1.250.000 d’immigrés, majoritairement arabo-musulmans, qui sont entrés en France en 5 ans, en période de chômage de masse. Nous ne lui pardonnerons jamais d’avoir continué à laisser nos policiers se faire canarder par les racailles, et ne pas leur avoir donné les moyens de se défendre. Nous ne lui pardonnerons jamais d’avoir laissé les imposteurs de l’anti-racisme imposer leur dictature, ni d’avoir été incapable de remettre au pas une justice qui déraille de plus en plus. Nous ne lui pardonnerons jamais d’avoir arrimé la France à l’Union européenne, et, par idéologie européiste, de mener notre pays droit dans le mur en nous mettant sous le coupe de l’Allemagne. Nous n’avons pas oublié son ahurissante vidéo, en 2008, sur le métissage obligatoire, ni sa honteuse comparaison entre l’islamophobie et l’antisémitisme, même si nous lui sommes gré d’avoir fait voter une loi contre le voile intégral. Cet homme n’est qu’un parleur, et son bilan est catastrophique. Son seul atout est la faiblesse de Hollande, et la dangerosité sans égale du projet politique PS-FG-Verts et de leur préférence immigrée.

Sarkozy et Hollande n’aiment pas davantage la France l’un que l’autre, comme le prouvent plusieurs vidéos. Nous en avons assez qu’on nous explique qu’il n’y a pas d’autre solution que l’UMP ou le PS. La gauche, totalement dégénérée, n’a tiré aucune leçon du 21 avril 2002, et Nicolas Sarkozy n’a capitalisé aucune des espérances qu’il avait engendrées. Pour le renouvellement de la vie politique française, il faudrait un schisme équivalent à ce qui s’était passé il y a dix ans. Qui pourrait causer une telle surprise ? Marine Le Pen est la mieux placée, mais pourquoi pas, également, la surprise Mélenchon, passant devant Hollande, comme le rêve notre amusant lecteur Joël Locin ? Nous croyons difficilement que François Bayrou puisse renouveler son score de 2007, et menacer les deux premiers, mais si cela arrivait, quelles que soient les réserves que nous émettons sur le président du Modem, nous serions ravis de la défaite de l’un des deux gros.

Avouons-le, si Mélenchon était au deuxième tour, notre seul plaisir, mais il ne serait pas mince, est que ce serait un cataclysme pour Hollande et tout le PS. Mais ce ne serait pas qu’une bonne nouvelle eu égard à son projet totalement stalinien et liberticide, comme le démontre Christine Tasin dans son JR et dans cet article. Malgré tout, nous serions amusés de voir les socialistes et les illuminés écolos appeler « spontanément » à voter pour lui. Nous serions curieux de voir les meetings communs se mettre en place…

Avouons-le également, si Marine Le Pen était au deuxième tour face à Sarkozy, nous salivons d’avance à imaginer Hollande, Mélenchon, Poutou, Arthaud appeler à voter Sarkozy, pour barrer la route à « la bête immonde », et nous ne résisterions pas au plaisir d’entendre Efa Choly, créditée de 1,5 % d’intention de vote, nous expliquer : « Che fous en zupplie, che fous appelle tous à foter contre le fazisme ».

Avouons le également, un deuxième tour Marine Le Pen contre Mélenchon ne manquerait pas d’allure, non plus. Ils feraient quoi, les Sarkozy-Copé-Fillion-Juppé-Bayrou ? Nous feraient-ils du Kosciusko-Morizet, et appelleraient-ils à voter à gauche contre « l’extrême droite » ? Cela pourrait, comme dans le Bobo Jocelyn, signifier l’explosion de l’UMP. Rappelons que dans cet fiction écrite par Pierre Cassen et Christine Tasin, Perrine Marienne, déjouant tous les sondages, arrivait en tête au premier tour, et Francis Laslande, après une quinzaine marquée par la dictature de la bien-pensance, finissait par être élu au deuxième tour…

Alors, électeurs, faites ce qui vous plaira, votez pour qui bon vous semble, mais faites-nous plaisir, faites un formidable pied de nez aux sondeurs, et contribuez à virer au moins un des deux favoris, à défaut des deux, dimanche prochain, parce que, tout de même, la France mérite mieux qu’un deuxième tour Sarkozy-Hollande !

COMMANDER LES LIVRES DE RIPOSTE LAÏQUE

Commande d’un exemplaire de La faute du bobo Jocelyn, 19 euros pour un exemplaire, 30 euros pour deux exemplaires, 50 euros pour 4 exemplaires, frais de port compris (pensez à vos cadeaux de Noël mais pensez aussi que c’est peut-être l’occasion ou jamais d’offrir autour de vous, à tous ceux qui n’ont pas encore compris ce qui se passait, un roman qui peut les éclairer en douceur, par le biais de la fiction).

Commande de notre dernier livre, Apéro saucisson-pinard (édition Xénia), 21 euros.

Découvrez également le site web dédié à cet ouvrage :
http://www.saucisson-pinard.com
Ainsi que la page Facebook :
http://www.facebook.com/pages/Ap%C3%A9ro-Saucisson-Pinard/289441557769069

Autres ouvrages de Riposte Laïque : Les dessous du voile, La colère d’un Français, Résistance républicaine, Les Assises sur l’islamisation de nos pays : 10 € pour 1 livre, 16 € pour 2 livres, 20 € pour 3 livres (frais de port compris).

Autre ouvrage à vendre : Vérités sur l’islam, de David Vaucher, 19 euros, frais de port compris.

Le plus facile est de payer directement sur notre compte paypal (en haut à droite de notre site, cliquez sur « faire un don » et précisez la commande effectuée.

Sinon, merci d’envoyer les commandes accompagnées des chèques correspondants libellés à l’ordre de Riposte Laïque, BP 10001, 78570 Chanteloup-les-Vignes.

Vous pouvez aussi les commander par Amazon :

http://www.amazon.fr/Faute-du-Bobo-Jocelyn/dp/2953604235

image_pdf
0
0