La France, pays des privilèges et des paradoxes

Publié le 21 août 2020 - par - 14 commentaires - 1 415 vues

Privilèges pour des clans, des partis, des familles politiques, qui depuis des années se complaisent dans leurs avantages, prônant à qui veut l’entendre que les lendemain seront meilleurs, mirifiques. La vie en France est conditionnée par la politique, où se trament, se construisent et se manœuvrent les décisions. Mais en fait, le peuple français n’est jamais concerné, consulté, pour la seule et bonne raison que tout se conçoit, tout s’échafaude par une minorité d’hommes de pouvoir.

Nous sommes prisonniers d’un système politique, qui, sans contre-pouvoir, nous mène et nous conduit comme des moutons. 

Nous pourrions rêver d’une réforme constitutionnelle, d’une réforme de nos administrations, de notre système éducatif, fiscal, juridique. En fait les Français rouspètent et critiquent leurs gouvernants, tout en continuant à bêler. Les réformes ? Remises à demain.

C’est la course aux privilèges, aux faveurs, aux avantages et les nouveaux élus réitèrent les mêmes antiennes, les mêmes, refrains et litanies que leurs aînés.

Les Français sont de plus en plus détachés de leurs élus, et le nombre exponentiel d’abstentionnistes en est une preuve irréfutable.

Il arrivera un jour où plus personne n’ira voter. Le mensonge, les promesses non tenues, les malversations, les prévarications, les « casseroles » que traînent nos élus ne les empêchent nullement de pérorer. Un petit scandale par ci, une petite condamnation (toujours avec sursis) par là et la comédie continue.

Viendra un jour peut-être où le peuple se réveillera et demandera des comptes.

Notre vie politique est de plus en plus sombre et plus personne n’y croit.

Il est certain que les Français ont soif de justice, d’égalité et ne peuvent admettre que l’État soit si délabré, que les élus (dans leur grande majorité) n’aient d’autre ambition que de « faire carrière » dans la vie politique, avec pour seul but d’être élu, et de bénéficier de tous les avantages de la fonction.

Quand on constate que certains pays ont eu le courage de supprimer toutes les prérogatives de leurs élus  : plus de voiture de fonction, déplacements en train, et en seconde, plus de faveurs, de bienfaits… alors qu’en France un élu est choyé, gâté et certains ne se privent pas de se gaver.

L’État, le gouvernement sont ébranlés par la crise que nous traversons.

Et c’est là la somme des paradoxes. Au pays de Montesquieu, de Voltaire, de Montaigne, au pays du bon sens, de la raison, nous vivons une période où les psychopathes et autres névropathes ont pris le pouvoir : une direction pusillanime, hésitante, incohérente qui nous mène à la confusion, à la désorganisation, voire au chaos.

Et en cette période de pandémie, nous assistons, impuissants, au retour de la barbarie qui se manifeste par des églises qui flambent, des scènes de violence urbaine qui progressent en intensité et périodicité. Face à cette situation, nos représentants s’empressent de déclarer tout pyromane, tout assassin, toute agressivité de dérives, de manifestations psychotiques, et ainsi les affaires sont réglées.

Personne, au sommet de l’État, ne s’étonne de la recrudescence des incendies d’églises, du comportement irascible, déchaîné de certains individus, ne respectant plus aucune autorité : police, gendarmerie, justice, pompiers…

Nous avons vécu depuis quelques années plusieurs scénarios, tantôt grotesques, comiques et toujours inopérants, inutiles.

Ce fut la période des « sauvageons » de S. Royal qui transformait tous les voyous en petits fantaisistes.

Ce fut la période d’une reprise en main de la situation par N. Sarkozy qui voulait « karchériser » les quartiers agités qui se solda par une publicité involontaire d’une marque de nettoyeur haute pression.

On en vient aujourd’hui à « l’ensauvagement » de Le Pen qui se borne à des péroraisons sans lendemain.

Puis c’est le festival des envolées d’éloquence que notre Président actuel pratique avec volupté.

Au diable tous les discours, la faconde et toute cette rhétorique qui masquent et étouffent la réalité.

La réalité est que nous sommes en plein déclin. La crise du coronavirus en est l’édifiante démonstration.

Notre gouvernement fut dans l’incapacité de gérer cette situation désastreuse : déclarations mensongères, puis contradictoires, tronquées, discréditées. Manque de matériels de protection, de soins… Ce fut une période de confusion totale où nos gouvernants, complètement déboussolés, se perdaient en conjectures, prenant tantôt l’avis des experts, virologues, épidémiologistes, qui se sont succédé sur la scène médiatique durant des semaines, ou d’experts économistes qui tentèrent de dramatiser la situation.

Face à l’intensification du communautarisme, face à l’extension de l’islamisme à tous les niveaux de la société, face à la multiplication des actes de barbarie, de sauvagerie, que nos dirigeants frileux nomment des incivilités, l’État français est en pleine déconfiture. C’est la faillite d’un pouvoir.

L’ horizon est sombre et les changements de pions dans l’échiquier politique n’y changeront rien.

Nous sommes mûrs pour une révolution ou une dictature, au choix.

Yves Rectenwald

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Gigi

Notre dégringolade prendra fin quand cet Etat mafieux acceptera officiellement de se vendre au Qatar et autres Bédouins.
Le financement de nos fins de mois est pour l’instant couvert par la dette.
Arrivera un jour où nous ne pourrons plus emprunter et ça, ce n’est pas nous qui le décidons mais tous nos créanciers. Mise en banqueroute, la France devra concéder le pays tout entier aux vautours. Parce que personne chez ces lopettes au pouvoir, n’osera recourir à la force pour régler le problème. Nous aurons le choix entre devenir une république islamique de l’Union pour la Méditerranée ou bien devenir une province allemande.
Quel enterrement.!

Jonathan Zaroff

Les Français, comme l’auteur de cet article, analysent la situation dans laquelle se trouve leur pays en raisonnant suivant des critères normaux, et s’étonnent du comportement de nos dirigeants (exemple : “personne, au sommet de l’état, ne s’étonne de la recrudescence des incendies d’églises, du comportement irascible, etc”).

Ils n’ont pas encore compris que ces critères ne s’appliquent plus parce que nos dirigeants ont voulu ce qui se passe et que leur but est justement de couler la France.

Jean-Paul Bourdin

Gouvernants déboussolés, incapables de gérer la situation ? Je n’y crois pas. Quand un candidat a été capable, mis en place par l’oligarchie de s’entourer de spécialistes de la communication, d’être lancé par les médias des milliardaires, tout était préparé et planifié. Et ces gens là se seraient mal débrouillés parce qu’ils étaient perdus ? Tu parles ! Cette chienlit est voulue. Car comment affaiblir un peuple, un salarié, mieux qu’en lui imposant des injonctions contradictoires ? Diviser pour régner, pousser les gens à la sidération, arriver à ce que Henri Laborit avait appelé l’inhibition de l’action lorsque les obstacles sont tels qu’on ne peut plus fuir ou combattre, telle est la réalité. Et c’est bien pire que de l’incompétence. C’est ainsi que naît une dictature orwellienne.

meulien

surement….la dictature

Laurent Droit

Oui, l’avenir de la France est sombre et même noir foncé…
Mais l’explosion de violence qui arrive permettra peut-être de nettoyer le pays et de repartir, qui sait, sur des bases saines.
Mais pour ma part, je n’y crois pas vraiment.

Filouthai

Le journal a osé titrer : « une musulmane.frappee et tondue » sans préciser qu’elle l’avait été par sa famille musulmane pour avoir osé sortir avec un chrétien, et envisagé de l’épouser.
La France de Manu Macron et Moussa Darmanin ! Ça promet des lendemains joyeux,

BERNARD

Et si on se posait la question de savoir pourquoi ces FranCons votent toujours pour les mêmes .. pourritures ?? Entre le mythe errant et le sarkome de kaposy, il n’y a toujours eu que la forme qui ait changé, jamais le fond (mais on y va )

Rien ne les y oblige après tout, et s’ils le font, c’est qu’ils sont contents du sort qu’on leur fait.. et vous voudriez qu’ils fassent la révolution.. ou pire encore que d’autres la fasse pour eux ?

Il ne faudra pas compter sur moi en tout cas, qu’ils se démerdent après tout et qu’ils écrasent leurs museaux,..enfin ils ont déjà la muselière maintenant, tout va bien dans le bon sens.

Quand aux prébendes des élus, c’est très simple, un escroc-si- sait bien profiter des cons qu’ils dépouillent.. ici remplacez dans la phrase cons par fRançais !

Jonathan Zaroff

Quoi qu’ils en disent et bien qu’ils ne fassent que se plaindre des gens qu’ils ont élus, la vérité est que les “francons” (moi, je dis “francouilles”) n’ont jamais voulu d’un gouvernement patriotique et nationaliste et c’est pourquoi il n’ont jamais voté et ne voteront jamais FN/RN (et ce n’est pas la question de savoir qui est le candidat de ce parti…).
L’union européenne plutôt que la France… La laïcité et puis l’islam plutôt que le christianisme… Chirac plutôt que JMLP…. des marches blanches plutôt que la résistance…
Moi non plus, je ne lèverai plus le petit doigt pour ce pays qui n’est plus qu’un pays de merde par la faute de ces cons de français – seuls responsables de tout ce qui est arrivé.
Qu’ils crèvent, ça débarrassera le plancher.

BERNARD

@Jonathan
Un grand merci !

Sylvaine

Bien dit, les marches “blanches” contre les terroriste, avec fleurs, bougies, peluches ne peuvent les effrayer ! Aucune pancarte pour demander la SECURITE !

Mantalo

…”L’Etat français est en pleine déconfiture”…
Un exemple récent : les tergiversations d’ un pion appelé préfet au sujet des tee-shirts PSG à Marseille. La meilleure preuve de la panique de nos gouvernants (sic) face à des QI d’huitre capables de terroriser une ville pour un sport de merde.
Oui, c’est la faillite.
Et mon exemple ridicule ci-dessus n’est que le fétu de paille qui cache la fôret sur nos médias.
Heureusement ce soir la jeune musulmane de Besançon frappée et tondue par sa famille pour être amoureuse d’un chrétien occupe un peu nos journaleux. “Putain, 2 sujets dans la même journée, c’est bon ça Coco !!! Demain on tire à 120 000 !”

"à la" poubelle !

Je suppose que c’est une foto d’une footeuse enragée qui se peinturlure en bleu blanc rouge uniquement pour les matches et le foot, et pas spécialement pour la France…

Jean-Paul Bourdin

Bien vu ! Y’a des chances que ce soit cela, en effet.

Mantalo

Et qui ira se faire (dés)honorer par des afwicains dimanche soir si les naigs’ gagnent.
Le matelas est prêt immeuble C escalier 8 cave 72….

Lire Aussi