1

La France victime d’une population excédentaire

« Surplus people ». Personnes excédentaires.
C’est une notion exprimée dans une lettre écrite par James Boyd, agent d’émigration par intérim pour le port de St. Andrews au Nouveau-Brunswick, en juin 1848, relatant l’émigration des Irlandais qui fuyaient leur pays frappé par la famine.

C’est le nom qu’a pris un projet associatif d’Afrique du Sud né dans les années 80 et qui vise à aider les populations noires expropriées lors de l’apartheid à retrouver leur terre (CCFD terre solidaire, Thousand Currents).
En matière de population excédentaire, le site Persée nous renvoie à un article de Robert Rochefort de 1954 qui évoque les migrations de population dans l’Europe d’avant et après-guerre 1939/1945 (Politique étrangère, n°2-1954- 19°année. L’Europe et ses populations excédentaires).

Robert Rochefort terminait son exposé de manière optimiste, mais contradictoire avec ses prémisses.
Optimiste car voici la mièvrerie qu’il nous assène :
« Ce qu’il faut voir, c’est que chaque pays d’émigration essayant de trouver des débouchés pour ses enfants, chaque pays d’immigration cherchant à se procurer la main-d’œuvre dont il a besoin, participent à une tâche qui les dépasse les uns et les autres, une tâche qui les hausse au-dessus d’eux-mêmes, qui, pour reprendre en l’élargissant le mot de M. Van Zeeland, tend à élever le monde par la grâce de l’union. Car, ce à quoi ils participent, c’est la croissance et le développement de l’humanité, sa répartition harmonieuse à travers le monde, l’appropriation humaine de la terre ».

Or en préambule il soulignait que le problème des populations avait servi d’alibi pour alimenter le conflit sous la forme d’espace vital et de rattachement de populations (Sudètes pour la Tchécoslovaquie, Anschluss pour l’Autriche par exemple) :
« Le problème des populations excédentaires de l’Europe — problème qui, entre les deux guerres, avait joué si puissamment contre la paix, puisqu’il avait servi de base à la théorie de l’espace vital et de prétexte à une politique d’agression… ».

On ne voit en effet pas pourquoi un problème de population excédentaire européenne qui avait joué si puissamment contre la paix ne pourrait pas se poser en des termes identiques avec des populations non européennes qu’on aurait fait venir en masse en Europe.

En 1954, Robert Rochefort raisonnait sur la base d’une population mondiale de 2,5 milliards d’habitants, une Europe en pleine reconstruction, méconnaissait les effets dévastateurs de la surpopulation sur l’écologie de la planète, les malveillances musulmanes à l’égard des non musulmans qu’ils veulent exterminer, ainsi que l’effet de masse africaine qui va entraîner tout le continent européen vers la misère généralisée moyenâgeuse si rien n’est fait pour empêcher dès aujourd’hui toute entrée.

En 1954, il extrapolait 4 milliards d’habitants en l’an 2000, nous sommes près de 8 milliards en 2020, les taux de fécondité sont tels dans certaines régions du globe que l’Humanité court à la catastrophe dès 2030.
On note au passage que curieusement, au nom des droits de l’Homme, l’Europe, à laisser prospérer le musulman sur son sol, n’a rien fait d’autre que de laisser s’installer un nouveau nazisme qui va revendiquer, un jour l’autre, son espace vital.

Migration pour cause de famine, réappropriation de terres, migration économique, c’est encore un transfert de populations excédentaires d’un endroit pour leur donner une chance d’intégration ailleurs qui a présidé à l’élaboration et la signature du pacte de Marrakech.
Dans le même ordre d’idées d’imbéciles qui fait l’impasse sur les problèmes mortels à venir, les dernières déclarations de madame Ylva Johansson : « Permettre aux migrants d’entrer en Europe par des voies légales sera un élément central du nouveau pacte sur les migrations ».

Ce qui est proprement incroyable c’est de voir ces idéologues jouer avec la vie des populations comme on jouerait au Lego, en se moquant des conséquences et des milliers, peut-être même millions ou dizaines de millions de morts que l’on peut déjà pronostiquer dans les guerres tribales prévisibles. À côté, le Covid aura été une simple anecdote.
Quelques événements sont susceptibles de donner l’échelle des maux à venir, qui seraient la famine d’Ukraine dans les années trente provoquée par Staline, les déplacements de population sous le régime hitlérien, la déportation des Juifs à Babylone ou encore la destruction de Jérusalem par les Romains et l’extermination de ses habitants.

En France, il suffit de regarder l’état de nos banlieues pour imaginer la trajectoire de l’entassement de population surnuméraire.
La Seine-St-Denis, les banlieues de Paris, Marseille, Lyon, Toulouse et autres grandes villes sont dans le hit-parade mondial de la délinquance.

Il y a là toute une population à laquelle on est en droit de donner le qualificatif d’excédentaire.
Toute une populace qui tient les murs du matin au soir et du soir au matin, va brûler les voitures, les gymnases, les écoles, les médiathèques et casser tout le mobilier urbain.
Qui pourrit la vie des travailleurs, des mères de famille, de jeunes qui, en dépit de leur condition sociale déplorable, ont encore la volonté d’aller apprendre à l’école et à l’université pour s’en sortir un jour.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit, cela fait maintenant des dizaines d’années et des centaines de milliards d’€, le citoyen ordinaire ne veut pas le savoir, que la France a développé son « surplus people project » sous le nom de « plans banlieue ».
En vain. Pour un résultat nul.

Il y a de plus en plus de délinquance, de viols, de vols, de tabassages, de lynchages, de caillassages. Ceux-là aussi ont développé leur programme de revendication d’espace vital, comme les musulmans.
Cette faune racaille, c’est le surnuméraire qui pourrit la vie d’un organisme et dont personne ne sait que faire. Inadaptables, inemployables, incontrôlables au sens social du terme, un gouffre à pognon.
J’avais déjà prévu un taux de chômage phénoménal en fin 2020 (RL du 20 mai 2020, Marché du travail et régularisation de clandestins).
La crise, de sanitaire, va se transformer en crise économique et sociale, puis probablement en crise financière.
Et sans rien vouloir voir de cette crise qui ruine déjà la Nation, nos guignols, exécutif, députés, sénateurs, sont en train de préparer un texte de prise en charge des migrants jusqu’à leur 21 ans à raison de 50 000 € par an par tête de pipe (Rapport n° 448 (2019-2020) de M. Alain Marc, fait au nom de la commission des lois, déposé le 20 mai 2020).

C’est toute la classe politique européenne, chez nous, des écolos aux communistes en passant par les « en marche » qui agissent en chef de file des modem, des socialistes et des républicains, qui sont en train de planter les graines d’une nouvelle montée des formes radicales de revendications d’espace vital, de lebensraum en allemand.
Dans notre pays, ce ne sera pas seulement comme dans les années trente, le Juif qui sera considéré comme excédentaire par l’allogénat, mais tous les habitants autochtones, nés de souche sur le sol gaulois ou de descendance lointaine.

Ne croyez pas les dégénérés qui vous parlent en pérorant sur le XXIe, du siècle des droits de l’Homme, du retour du fait religieux, du progressisme et du mélange harmonieux de la diversité du genre humain.
Tous ces bobards, c’est de la couille en barre pour désarmer les consciences et masquer les réalités des combats à venir.
Ce siècle inaugure le retour des années Hitler.
Le seul progressiste à l’arrivée, c’est celui qui aura préservé son quignon de pain et son espace vital.
Alors il est temps d’être prêts, et pragmatiques.
Si les tribus importées s’entretuent comme on le voit avec les Tchétchènes qui s’embrouillent avec les Arabes, la chose devrait être considérée comme l’irruption du divin salutaire dans le quotidien de l’autochtone.
Si la communauté turque se faisait génocider par une alliance de Marocains et d’Algériens qui ne les supporteraient pas, il n’y aurait pas lieu de contrecarrer les projets d’Allah.

Si une alliance de toutes les importations se mettait à exterminer notre classe politique, ce serait une grande avancée dans la rénovation nationale qu’offrirait le Christ à la fille aînée de l’Église sans avoir à se saloper les paluches.
Certains seraient probablement presque tentés d’aider, je les mets en garde sur la vanité qu’il y aurait à se mêler des affaires du Ciel qui nous dépassent.
Mais le risque est qu’une alliance des importations, avant partage entre eux des richesses mal acquises, se mette en marche pour revendiquer un espace vital sur toute la France au détriment de tous les historiques qui ont le droit immémorial pour eux.
C’est pour cela que je renouvelle mes vœux pour la tenue d’assises nationales de tous les partis patriotes en vue de préparer les réduits de résistance, et la création d’une armée, d’une police et d’une justice parallèles pour préparer le conflit inévitable, et se tenir prêts à prendre le pouvoir vacant.
Car on l’a vu avec la pandémie, il n’est plus possible de compter sur l’appareil d’État actuel, ce serait se retrouver dans la situation de mai 1940 à courir chercher un Dunkerque quelque part pour embarquer. Mais pour aller où ?
Londres est tout aussi assiégé, envahi.

Une dernière pour la route ?
Quand le Président Macron s’adresse aux gens du pays dans les grands médias nationaux, la moitié de la population refuse de comprendre son dialecte français.
Incroyable non ? Quel est le crétin qui parle d’Union nationale ?

Jean d’Acre