La galaxie du comité Adama Traoré : ennemis déclarés de la France

Publié le 15 mars 2019 - par - 20 commentaires - 1 906 vues
Share

Eu égard à l’importance de l’information et au peu d’intérêt des autres médias, je me permets de mettre en ligne une enquête réalisée par Valeurs actuelles sur la famille Traoré (j’espère qu’ils ne m’en voudront pas).

https://www.valeursactuelles.com/societe/la-galaxie-de-la-famille-traore-104805

https://www.valeursactuelles.com/societe/revelations-sur-lintrigante-famille-traore-104311

« La galaxie de la famille Traoré »

Par 

Louis de Raguenel

Le 19 juillet 2016, Beaumont-sur-Oise sombre dans la violence. Un homme bien connu de la police, Adama Traoré, vient de faire un arrêt cardiaque après avoir été interpellé par des gendarmes du Psig de l’Isle-Adam, qui cherchaient à interpeller son frère Bagui. Il n’en a pas fallu plus pour que le Val-d’Oise s’enflamme.

Les policiers et les gendarmes mobilisés dans les jours qui ont suivi le 19 juillet 2016 s’en souviennent comme si c’était hier. Alors que l’attention médiatique est concentrée sur l’attentat islamiste de Nice qui vient de causer la mort de 86 personnes, pendant cinq jours et cinq nuits, les forces de l’ordre de Persan et Beaumont-sur-Oise, accusées d’avoir tué Adama Traoré – l’autopsie révèlera qu’il était cardiaque et sous l’emprise de cannabis – essuieront une cinquantaine de coups de feu. Un bus sera utilisé pour servir de bélier pour entrer dans la caserne de Persan. Au cours d’une nuit, les soutiens d’Adama Traoré, mobilisés par sa famille, tenteront même d’abattre un hélicoptère de la gendarmerie.

À l’issue de ces nuits d’ultraviolence, la famille Traoré mobilise associations antiracistes, anarchistes et de Black Blocs (Le Cran, Sos racisme, Nation of Islam, BAN, MIB, UNPA). Les comités Justice pour Adama et Vérité pour Adama sont créés, largement soutenus par des artistes et des personnalités connues (Omar Sy, Black M, Mathieu Kassovitz, Mouloud Achour…). À la tête des collectifs de soutien à la mémoire d’Adama Traoré, sa sœur, Assa Traoré occupe une place centrale. Si elle souhaite la justice pour son frère, progressivement son combat consiste plutôt à venger sa mort. À la manœuvre derrière elle, une galaxie d’amis, dont la plupart sont connus de la police pour délinquance, violences contre les forces de l’ordre ou encore radicalisation.

Valeurs actuelles s’est penché sur ces profils de l’ombre, et a reconstitué une partie de la galaxie de la famille Traoré.

La famille Traoré

Le père d’Adama Traoré, un polygame aux quatre femmes, a eu dix-sept enfants. Originaire du Mali, il est mort en 1999.

Adama Traoré

Sans profession, il est connu des fichiers de police pour recel, violences volontaires contre les forces de l’ordre, extorsion avec violences, menaces de mort, outrages, conduite sans permis, usage de stupéfiants, vol à la roulotte… L’homme de 24 ans a été incarcéré à deux reprises : de septembre 2012 à juillet 2014 puis de décembre 2015 à mai 2016. Au cours de sa peine, il a été mis en cause par son codétenu pour viol.

Assa Traoré

Âgée de 31 ans, la sœur aînée d’Adama Traoré est considérée comme une sorte de chef « de clan » à la tête de la famille Traoré depuis la mort de son père. Après avoir obtenu un diplôme d’éducatrice spécialisée en 2007, elle travaille depuis 2009 dans une fondation. Depuis 2016, elle est parvenue à construire autour d’elle un réseau puissant aussi bien dans les associations antiracistes, mémorielles, islamiques et de promotion de la politique de la ville que dans le monde du spectacle ou encore dans les médias et le monde politique.

Almany Kanouté

Connu des services de police, il a créé la brigade antinégrophobie. Membre aussi de Nation of Islam, il a rencontré Assa Traoré dans son milieu professionnel. Il est considéré comme son éminence grise. Pas une sortie médiatique sans qu’Almany Kanouté autorise, relise ou valide ses propos. Cultivant la discrétion, il cherche de manière quasi obsessionnelle à échapper à l’attention des services de renseignement.  Il s’inscrit dans le courant des activistes racialistes de Black Lives Matter, représenté en France par Amal Bentounsi, elle-même fondatrice d’Urgence notre police assassine.

http://almamykanoute.blogspot.com/

Samir Elyès  B.

L’homme s’identifie à un « éveilleur de consciences ». Sans emploi, il est très impliqué dans le tissu associatif antiraciste, Samir Elyès est membre des associations « bouge qui bouge », « DIP social Klub », un collectif pro-palestinien luttant aussi contre la ségrégation du « peuple noir » et MIB (Mouvement Immigration banlieue).

https://www.youtube.com/watch?v=vCbnJC6s5zc

Abderaouf A.

Ancien élève de l’école internationale irakienne puis algérienne, il est président d’une association véhiculant un discours prosélyte et diffusant les théories salafistes. Ce membre de Nation of Islam est aussi connu pour avoir géré une mosquée clandestine salafiste, fermée il y a quelques années à la suite d’une mesure administrative.

Hamza A.

Connu à Écouen pour son discours prosélyte et surtout antisémite, l’homme est proche de l’association Union des Associations musulmanes du 95. Celle-ci est présidée par un de ses amis, connu pour ses liens avec les milieux islamistes et pro-palestiniens.

Fousseny D.

L’homme est connu pour son fondamentalisme. D’après nos informations, sa famille possède un garage dans un parking souterrain servant de mosquée clandestine. »

Comme on peut s’en apercevoir, la France nourrit un serpent. Le clan terrorise et rackette le Val-d’Oise.

Le Comité Adama inquiète au plus haut niveau depuis qu’il a été aperçu en tête de cortège des manifestations sociales ultraviolentes du 1er mai 2018. Il réalise ce jour-là un tour de force en intimidant jusqu’aux dirigeants de La France insoumise et de la CGT afin de s’imposer au premier rang. La banderole « Justice pour Adama » parvient à ouvrir un cortège également infiltré de 1 200 Black Blocs venus pour casser dans les rues de Paris. La présence du Comité Adama, ce 1er mai, joue un rôle clé : c’est un de ses militants qui filmera la fameuse scène de la place de la Contrescarpe mettant en cause Alexandre Benalla. En deux ans, le collectif a considérablement étendu son emprise.

Depuis cette date, les enquêteurs ont mis au jour, à travers ce comité, une véritable collusion entre quartiers, associations pro-immigration et gauche radicale. Le monde du spectacle est également concerné, avec des figures comme l’acteur Omar Sy, le rappeur Black M ou le réalisateur Mathieu Kassovitz. De la lutte contre le colonialisme à l’antisionisme en passant par la promotion de l’afro-féminisme, aucun combat n’est exclu du Comité Adama. Certains de ses militants comparent même insidieusement les gendarmes liés à l’affaire aux soldats de Tsahal…

Les Black Blocs de tous horizons viennent régulièrement prêter main-forte au Comité dans les manifestations. Ils s’y associent pour contrer les gendarmes, à qui ils tendent des pièges, par petits groupes de 5 à 10 personnes. Les deux mouvances s’organisent dans la clandestinité grâce aux messageries cryptées.

Une autre évidence saute aux yeux : l’entourage d’Assa Traoré est exemplaire de la convergence des luttes tant espérée par les islamo-gauchistes, formant une nébuleuse anti-institutionnelle proche de la mouvance islamiste. Mais revenons à Almamy Kanouté : condamné pour violences contre la police, il dispose d’un puissant réseau révolutionnaire et de liens avérés avec la mouvance salafiste.

C’est Kanouté qui présente Samir Elyes, fondateur du Mouvement de l’immigration et des banlieues (Mib), à Assa Traoré. La mission de Samir Elyes est de durcir le mouvement contre la police. Autour du clan Traoré, on trouve encore Hocine Ras, militant pro-palestinien, proche d’associations fondamentalistes, mais aussi un certain Fousseny D., dont la famille est connue pour prêter un box servant de lieu de prière clandestin.

Enfin, Abderaouf A., lui, évolue dans la mouvance salafiste, prônant un « prosélytisme actif ». La plupart d’entre eux « détestent les Blancs, perçus comme des envahisseurs. Ils se considèrent comme la norme et les Blancs comme périphériques », nous expliquent les enquêteurs.

En quête de respectabilité, le Comité Adama s’est rapproché d’Olivier Besancenot et de Jean-Luc Mélenchon. Lors de la dernière campagne présidentielle, la gauche s’est même scindée en deux à son sujet. D’un côté, les partisans de la ligne Valls-Cazeneuve, qui soutiendront sans réserve les forces de l’ordre, de l’autre, la gauche révolutionnaire et celle de Benoît Hamon, qui appuieront le comité. Cette stratégie opportuniste a aussi permis d’attirer des intellectuels d’extrême gauche comme l’écrivain Édouard Louis et le sociologue Geoffroy de Lagasnerie.

Assa Traoré appelle désormais à une stratégie d’alliances autour d’associations radicales, parmi lesquelles le Cran, SOS Racisme, Nation of Islam ou le Mib évoqué plus haut.

Œuvrant pour une convergence des luttes, le comité cherche à nourrir le procès permanent en illégitimité contre les forces de l’ordre. Si possible avec le soutien de médias et de stars. Une asymétrie morale ne reculant devant rien : lors du saccage de l’Arc de Triomphe le 1er décembre figurait un tag… « Justice pour Adama ».

Polygamie, trafic de drogue, islamisme, violences multiples, outrages, viols, récidives, communautarisme, prosélytisme islamique, antisémitisme, soutien au terrorisme palestinien et musulman, relais internationaux dans la galaxie islamiste, racket, prise d’arme et guerre contre les soldats français (attaque d’une caserne, tentative d’abattre un hélicoptère !)

Il y a 100 fois assez pour emprisonner, renvoyer et en tout état de cause se débarrasser de toute cette vermine raciste anti-Blancs, antichrétiens, antisémite, anti-France, qui ne pense qu’à détruire la France qui l’a trop généreusement accueillie, qui agit en terrain conquis en jouant sur la lâcheté de tous nos politiques.

Ces gens-là sont nos ennemis. Ils ne s’en cachent même pas. Si l’État ne s’en charge pas rapidement, il y aura bientôt la guerre avec eux. La seule question, c’est quand.

Albert Nollet

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Allobroge

Curieusement la famille TRAORE, malienne , ne trouve rien à redire de la présence de soldats français, blancs pour la plupart, sur le sol de leurs ancêtres qu’ils ne sont pas capable, eux, les TRAORE, de défendre !

Allobroge

Retour au Mali où ils seront reçus comme des héros ou moqués et perdront la face !…

DUFAITREZ

A quand un Abd el Kader pour ramener toute cette Smala chez elle ?

wika

Que du beau monde qui fait sa loi via des associations subventionnées par nos impôts.
La France nourrit le ver qui la mangera

sara duboi

que la famille traore retorne dans leur beau pays a moins que ces vilains blancs les chasse a coup de pieds dans le cul

fulpin

sur 9 commentaires que des propos haineux et raciste chapeau!!!!!!!

MAXIMUS

Pensez vous que les soutiens de theo et trahore ne sont pas haineux? ??

HOULLEBEY Jean Christophe

Occuper vous de vous même et de vos famille et éteigner un peu la télé

jan le Connaissant

cet article démontre en fait la collusion avec le pouvoir, qui entretient cette force anti France, anti blanche, car c’est son intérêts aussi
Le pouvoir ne fera que le service minimum, défendre les gendarmes, pour donner le change..

Boadicea

On ne sait même pas si elle est la vraie soeur ni qui est le vrai frère ou la demi-soeur du demi-frère du demi-frère de la demi-soeur. Ouf quel bordel !

Abdul Partouz

C’est l’Afrique

Yohann le debattant

Quelle famille pourrie. Et l’autre pouf communautaire de Ludovsky qui prend la pose avec la daronne. Voilà qui prend en orage les Gilets jaunes.

Jill

Si le Traire avait obtempere lorsque les gendarmes l’ont interpellé, une intervention musclée n’eût pas Été nécessaire en supposant qu’elle soit la cause de la mort du malfrat.

laurent barre

Rien que de bons français…

Yohann le debattant

Des français de papiers toilette…

Le Blob

Le problème, s’il y à la guerre avec eux, ce sont les dommages que subiront les blancs qui seront pris dans leurs filets. À partir de là on peut tout imaginer: viols, tortures, imposer des relations incestueuses et forcer le groupe familial otage à « admirer ». Décapitations seront au rencard, viols pédophiles aussi, inhérents aux mahométans. Bon, j’arrête la liste parce que ça va donner des idées à certains. En résumé, vous venez, Monsieur Nollet, de nous dresser la liste d’un groupe terroriste qui fout la chiasse à Mélenchon, Besancenot et à toutes les putes de leur engeance. Il est grand temps de se réveiller; en Nouvelle Zélande certains ont agit: Dieux est grand !

PIstou

Qu’est ce que la france attend pour renvoyer toute cette tribu dans son pays . Pourquoi restent ils dans un pays qu’ils haïssent. La soupe est bonne en france pour ces racailles.

Asma bint Marwan tuée par Mahomet

J’aimerais bien que tous ces individus justifient leurs revenus.De quoi vivent-ils ?Qui les nourrit ?

Jeanyemar

Tes impôts et les prélèvements sociaux !

ven85

si le pen avait ete elu contre chirac, si le general bigeard,aurait ete elu president de la republique,toutes cette racaille aurait ete reconduit au bled, car eux etaient de vrais francais,ceux qui aujourd’hui n’existe plus,le cerveau lave par les mediats,le reveil sera douloureux et dans le sang car la guerre civile approche, et les francais de souche ne seront pas gagnants,les islamistes des banlieues sont armees jusqu’au dents et n’ont pas peur de mourrir,le paradis d’allah les attends,les francais n’ont plus envie de se battre et sont pret a devenir les esclaves de l’islam