1

La gauche a gagné parce que la France a perdu!


Rendons à la gauche l’hommage qu’elle mérite.
Les Occidentaux sont maintenant des peuples composés majoritairement d’abrutis à force de propagande. En France, le délitement de l’enseignement primaire et secondaire, la célébration permanente de la laideur, de la vulgarité, l’inversion systématique des valeurs ont formé des générations de décervelés n’ayant plus aucuns repères esthétiques, culturels et politiques. Certains se croient rebelles en bêlant à l’unisson des lieux communs entendus dans les médias d’État. Ils ne sont en réalité que des pantins dépourvus d’un esprit critique courageux, s’appuyant sur des sources d’informations diverses et contradictoires, seul moyen d’approcher, autant que faire se peut, la réalité d’une situation. Bien au contraire de cela, nous pouvons observer avec consternation une consanguinité idéologique faire des ravages.

La gauche a gagné et elle jubile. La fabrique de demeurés tourne à plein régime, le nivellement par le bas s’accélère. Le troupeau des esclaves modernes se multiplie, le cheptel des courbés, des dociles s’accroît.
Oyez ! oyez ! pauvres gens, au royaume des crétins les médiocres sont rois. Ce royaume de crétins, voulu par la gauche, est devenu une réalité ; les médiocres sont donc logiquement installés à tous les niveaux du pouvoir. Pour longtemps, malheureusement, leur peuple devenu de plus en plus stupide réélira ceux qui lui ressemblent.

« C’était mieux avant » lanceront en guise de provocation et en ricanant les lobotomisés d’aujourd’hui. Oui, c’était mieux avant sauf pour les demeurés, bien sûr, avant que le programme d’abrutissement général soigneusement organisé par le camp du Bien ne donne ses fruits.

En 2017 Hollande ne s’est pas représenté à l’élection présidentielle et c’est dommage pour lui. Candidat idéal pour la gauche, ne sachant ni écrire ni parler français, se foutant comme d’une guigne des intérêts de la France, incapable de comprendre une cérémonie protocolaire dans laquelle il se présentait toujours cravate de travers et sourire crétin, occupé surtout, tel un livreur de pizzas, à sillonner la nuit les rues de Paris sur son scooter, ce clown était bien meilleur que Macron. Hollande a sous-estimé, à tort, son propre niveau de nullité et donc ses chances de l’emporter.

Les Européens d’aujourd’hui, moutonniers, bien formatés, ont leurs références culturelles comme le prouve l’Eurovision 2022 :

https://www.youtube.com/watch?v=UiEGVYOruLk

Les Européens d’alors avaient les leurs dans cette Eurovision de 1969 gagnée par la France :

https://www.youtube.com/watch?v=aEW3rAkbgJI

La gauche a gagné. La très talentueuse Frida Boccara, chanteuse aux capacités vocales exceptionnelles, rigoureuse dans le choix de ses interprétations souvent inspirées de la musique classique, n’aurait pas la moindre chance aujourd’hui car, dans ce genre de concours maintenant intégralement truqué et d’une vulgarité à gerber, elle n’y aurait tout simplement plus sa place.

La gauche a gagné, la laideur, l’avachissement se répandent, s’affichent, que dis-je, s’exhibent fièrement puisque la mocheté est devenue la norme, la référence. Les beaux jours revenant, les vêtements légers réapparaissant dans les fêtes populaires et champêtres, nous pouvons admirer de plus en plus de jeunes couples avec enfants dont l’homme, casquette à l’envers, promène deux bras entièrement tatoués et deux anneaux aux oreilles, comme sa femme, bras multicolores, élégamment chaussée comme pour une marche en montagne. Des parents qui transmettent leurs références esthétiques à leur progéniture prête plus tard à voter pour les héritiers « intellectuels » et « culturels » de Moumoute 1er et sa clique.

La gauche a gagné, le vomitif se propage puisqu’il apparaît maintenant doucement mais sûrement dans les publicités.
Que les peuples deviennent cons n’est pas suffisant, ils doivent devenir laids. C’est la mission dont la gauche s’est investie.
Des nouveaux journalistes apparaissent, chemise ouverte et froissée, mal rasés et avec chignons pour des hommes, avec une filasse sur la tête soigneusement en bataille pour des femmes. Ils sont les nouveaux standards et les nouveaux caniches des sociétés progressistes. Ils en possèdent tous les codes dont une qualité première, la servilité.

La gauche a gagné. La bêtise oui, bien sûr, la laideur, un plus aussi, mais s’il y manquait la lâcheté, la collaboration et le sectarisme, le tableau ne serait pas complet.
Un peuple de cons est fait pour marcher droit. Il ne doit donc plus savoir d’où il vient et être guidé par des folliculaires imbéciles, des piètres journaleux qui, eux, ne savent pas où ils vont, comme le sénile Aphatie : « la priorité est de raser Versailles ». Pauvre parasite, pauvre vieux morbac, pauvre type ! Enfin… pauvre… intellectuellement, car côté revenus mensuels, nous sommes carrément dans l’indécence. Comme quoi, contrairement aux idées reçues, le métier de larbin peut s’avérer extrêmement lucratif quand il sert avec zèle les maîtres du monde.

Un peuple de cons doit être en rééducation permanente, comme le préconise l’arrogant Barbier : « Il faut prendre exemple sur la Chine ». Pauvre tête de nœud sans col roulé mais à écharpe rouge autour d’une tête à gifles !

La gauche a gagné ! Le décervelage porte ses fruits. Macron, pour de nouvelles nuisances, pour de nouvelles trahisons, est toujours à l’Élysée, Estrosi la girouette niçoise qui tourne plus vite que son ombre et que le vent, Hidalgo la Dingo et sa Ville Lumière devenue ville poubelle mais qui distribue en 2020 plus de 540 000 euros d’argent public, est-il besoin de le préciser, à treize villes étrangères, africaines, asiatiques, pour gérer leurs… ordures, ces parasites sont toujours en poste pour de nouveaux avantages, de nouveaux privilèges, de nouvelles malfaisances, financés par un peuple masochiste, aveuglé, qui mérite de plus en plus son sort d’asservi.

La gauche a gagné ! Les déclarations de plus en plus stupides, les analyses de plus en plus niaises, les sentences de plus en plus crétines ont voix au chapitre par voies médiatiques.

La gauche a gagné. La France de Gabin, d’Audiard, de Michelle Morgan, d’Arletty, de Pagnol, de Brassens, de Trenet, de Bécaud, Gainsbourg, Gréco, Barbara, des Frères Jacques, des Compagnons de la chanson n’existe plus. La France de Jacques Anquetil, de Raymond Poulidor, de Michel Jazy, d’Alain Mimoun, de Jean-Claude Killy n’est plus qu’un souvenir. Celle de Jean Cocteau, de Jean Marais, de Bourvil, de Brigitte Bardot, d’Alain Delon de Jean-Paul Belmondo appartient au passé. Qui se souvient encore du Petit Conservatoire de Mireille, des émissions des Carpentier, du Grand Échiquier de Jacques Chancel ? La télévision d’alors s’adressait à un autre peuple, un autre public, celui d’avant la grande lobotomisation. Que reste-t-il du peuple de France ? Une large majorité d’abrutis, de demeurés qui votent comme leur commande la lucarne à fabriquer des crétins en mode industriel.

La gauche a gagné. Ce pays est irrécupérable, d’ailleurs, ce n’est plus un pays mais une contrée multiculturelle où règnent la violence, l’injustice, la corruption, l’assistanat et la bêtise. La réalité est que Moumoute 1er règne sur un merdier, un foutoir qui lui ressemble et dont il profite, dont il jouit. Au royaume des crétins… etc… etc… Mais il est trop aveuglé pour comprendre que la branche pourrie sur laquelle il est assis se brisera tôt ou tard, quand ceux qui font encore tourner la machine seront épuisés ou morts. Et à ce moment il aura beaucoup de souci à se faire, mais nous n’en sommes pas encore là… malheureusement !

La gauche a gagné. La société de débiles qu’est devenu le peuple français a voté avec ses pieds, avec son ignorance, avec sa veulerie. Les moutons se sont exprimés. La bêtise, une fois de plus a gagné mais c’est logique puisqu’elle est majoritaire. Que peut-on attendre d’un groupe humain aux cervelles lessivées ?
La gauche a gagné, le vrai peuple de France restant et encore lucide est en si petit nombre qu’il n’a plus aucune chance de continuer d’exister en France. L’exode s’accentue, les cerveaux s’en vont, remplacés par des estomacs.

Éric Zemmour, vivant confortablement des fruits de son travail et de ses talents, n’a été poussé dans cette bataille, ou cette galère, que par son amour pour la France. Il n’a pas réussi à rassembler le camp des patriotes qui apparaît de plus en plus comme celui des boutiquiers.
Que faire alors avec une telle masse d’électeurs imbéciles auxquels on propose de voter pour une telle clique de gougnafiers de droite comme de gauche, si gauche et droite veulent encore dire quelque chose ?

Zemmour a été remarquable, enthousiasmant, admirable, mais, dans une société française devenue mafieuse, dans ces élections truquées par une propagande d’un niveau jamais vu, il n’a rien pu faire. Nous le savons tous, à l’impossible nul n’est tenu, cet impossible qu’il a envisagé et tenté d’atteindre.

La gauche a gagné parce que la France a perdu. Un lent travail de destruction de notre pays entrepris il y a quarante et un ans arrive à son terme. La France est mourante parce que son peuple l’est aux trois quarts. Elle est aux mains de traîtres et de corrompus dont nous devons maintenant attendre le pire.

Jim Jeffender