La gauche collabo-socialo-écolo veut faire perdre Jean-Luc Mélenchon, contre Marine Le Pen !

Publié le 28 mai 2012 - par - 1 332 vues
Share

Depuis que, courageusement, Jean-Luc Mélenchon, à qui aucune circonscription n’avait été réservé, ce qui avait provoqué mon indignation, a choisi de s’inviter dans la circonscription d’Henin-Beaumont, les masques tombent chez ceux qui osent encore s’appeler la gauche, et qui ne sont que des social-traitres, collabos du système capitaliste et mondialiste, j’ai nommé les dirigeants du PS et les bourgeois écolos.

Remarquons la forfaiture de ces personnages. Premier temps, tout le monde se moque du président de Parti de gauche, et ne voit dans sa démarche qu’une indécente volonté d’occuper le devant de la scène. Il suffit alors qu’un premier sondage donne Jean-Luc Mélenchon gagnant pour que, tout de suite, cela soit la panique chez les bobos de la rue de Solférino et les illuminés Verts.

Le khmer Vert Jean-Vincent Placé, qui n’a jamais postulé à la moindre élection, et se retrouve malgré tout président du groupe écolo au Sénat, ose faire la leçon à l’ancien candidat aux présidentielles, estimant que cette circonscription est imperdable pour la gauche. Que ne s’est-il pas présenté lui-même ?

Quant à Martine Aubry, elle ose faire porter sur le Front de gauche la responsabilité de l’échec des discussions menées avec le PS et les Verts, pour arriver à des accords politiques en vue de faire échec au Front national.

Bien évidemment, le président de Front de gauche n’est pas homme à laisser passer de pareilles accusations, sans renvoyer dans ses buts l’amie d’Amar Lasfar.

La vérité est ailleurs, et elle confirme tout ce que j’ai écrit dans mes différents articles, avant le premier tour. Jean-Luc Mélenchon dérange beaucoup plus la gauche collabo que la droite et le Front national, car il est leur mauvaise conscience, et en même temps une alternative à leur trahison future. Les communistes ont voulu se servir des qualités exceptionnelles de Jean-Luc, pour mieux se vendre, je n’ose dire se prostituer, au Parti socialiste. Cela confirme mon analyse : Mélenchon a été très mal conseillé par le trio Delapierre-Coquerel-Corbière. Il n’aurait jamais dû appeler, dès 20 h 01, à voter socialiste au deuxième tour, sans poser la moindre condition. Le pire ennemi n’est pas Marine Le Pen, c’est François Hollande et ses complices, qui vont vendre la France à l’Europe de la mondialisation libérale. Parce qu’ils savent qu’élu député, Jean-Luc ne mangera pas de ce pain là, et bénéficiera d’une tribune pour exprimer le discours de la vraie gauche, ils ont tout fait pour le priver de circonscription.

A présent qu’il est sur le point de gagner son pari, ils font tout pour le descendre, préférant que Marine Le Pen soit au Parlement, plutôt que le leader de Parti de gauche. Je m’attends à toutes les trahisons de la part des socialo-écolos. Je pense que Jean-Luc sera en deuxième position, devant le candidat socialiste. Ce dernier se retirera-t-il ou pas ? Je m’attends à tout. S’il se désiste, les socialistes voteront-ils Mélenchon contre Marine Le Pen ? Ils diront qu’ils le feront, mais je ne suis pas certain qu’ils le fassent, tant leur inquiétude est grande de voir enfin un porte-parole emblématique incarner la vraie gauche, celle dont ils se sont éloignés depuis trente ans.

Joël Locin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.