La gauche complice de la colonisation de la France

Tchoislamocollabos.jpg

Tout le monde en fait maintenant le constat, la gauche française est devenue une mouvance d’extrême droite fascisante pire que les Pasdaran, les milices de Pol Pot et la police politique stalinienne réunis : au nom d’une morale dont ils ont oublié la définition, ce mouvement gaucho-colonialiste woko-indigénisto-anti-Blancs a mis en coupe réglée les réseaux sociaux, les universités, les organes de l’État comme les départements des sciences molles du CNRS ou autres organismes de recherche académique comme l’INED où les voix dissonantes comme celle de madame Tribalat sont traquées à mort sociale ensuivie.

Un domaine en exemple qui montre le virement extrême droitiste pris par la gauche de France : les gauches du XXe siècle ont milité pour la décolonisation. Vietnam, Algérie, Afrique noire ont été de ces combats pour que ces pays retrouvent leur indépendance. Sartre et Beauvoir soutenaient les porteurs de valises pendant la guerre d’Algérie, ainsi que de nombreux intellectuels, journalistes et hommes/femmes de médias qui se disaient progressistes.

Il s’agit là, selon la formule consacrée, d’un des marqueurs de la gauche, l’émancipation de peuples avec le droit à vivre comme ils l’entendent sur les terres dont ils sont les héritiers.
Or qu’en est-il aujourd’hui ?

La France a été colonisée par un complot de Grand Remplacement de sa population ourdi par une classe politique vendue aux grands capitaux mondialistes et droits-de-l’hommistes, et l’ensemble de la gauche française, non seulement accompagne le mouvement de colonisation mais y participe activement au travers de son tissu associatif et de ses ONG.
Ainsi la gauche française du XXIe siècle est devenue ce qu’elle reprochait aux partis de droite du XXe siècle, un groupement de colonialistes qui pousse à l’extermination des Blancs historiques du pays de Jeanne d’Arc et de Napoléon.

Et dans le même temps macronien, c’est le mouvement qualifié d’extrême droite qui, voulant défendre le droit aux Français de souche à vivre comme ils l’entendent avec qui ils l’entendent sur leur terre séculaire reçue en héritage, qui est devenu par cet étrange renversement des déontologies le dépositaire des valeurs des partis anticolonialistes du siècle passé.
On voit ici l’inversion renversante des morales, la gauche devenant ce que l’on qualifiait d’Algérie française et l’extrême droite devenant la porteuse de valises des Français blancs de souche qui veulent retrouver leur indépendance.

Ainsi Sartre et Beauvoir seraient nécessairement zemmouriens à bourrer les valoches avec l’allégresse des premiers communiants qu’ils n’ont jamais cessé d’être, Camus boirait du petit-lait, ragaillardi par les combats de l’occupation retrouvés, et de Gaulle clamerait qu’il a les a tous compris, parlant de Reconquête de Colombey-les-deux-Mosquées, se déplaçant de nuit pour plastiquer les minarets de son bled comme un général félon de quarteron qui aurait aussi dans le même temps compris Zeller, Challe, Salan, Jouhaud, Vincent, Paul, François et les autres.
Curieux, non ? cette présentation du réel pour qui réfléchit aux vraies positions sur l’échiquier de l’éthique, et non pas aux positions supposées et admises par la taxinomie de l’ancien temps qui n’épouse plus les réalités d’aujourd’hui, et jamais contestée par paresse de l’esprit dans les médias de grande écoute, à moins que les acteurs de ces médias ne participent activement du complot également.

Dérangeant même pour la gauche qui, du coup, n’a plus la morale avec elle puisqu’elle a quitté les horizons qui étaient sa raison d’être, et c’est pour cela qu’elle n’est plus.
Car la morale ne change pas de côté qui est toujours du côté des non-colonialistes, donc de l’ONU et du principe de sa charte du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

C’est donc le mouvement qui est qualifié d’extrême droite française qui a repris le flambeau de la morale en bandoulière, tandis que la gauche française est devenue le parti des illégitimes envahisseurs colonialistes anti-ONU, alliée aux soi-disant républicains et aux centristes qui sont en réalité également des immigrationnistes forcenés qui organisent tout aussi activement le Grand Remplacement des Blancs de souche de France : vous avez donc là la liste de vos ennemis si vous cochez les cases de la légitimité historique, et la seule chose qui vaille est de se questionner sur le droit à exterminer ses ennemis en temps de guerre, puisque celle-ci va éclater un jour ou l’autre sur le sol national, il faudra donc que votre liste soit exhaustive et à jour.

Le Français moyen qui vit sa réalité et qui voit ses droits réduits comme peau de chagrin au profit des droits des allogènes plus ou moins colorés, plus ou moins basanés, plus ou moins babouchés au fur et à mesure de son remplacement, a bien compris où se situait son intérêt : le parti décolonialiste-remigrationiste est devenu sa bouée et le canoë auquel il se raccroche pour éviter de sombrer dans le furieux courant migratoire.

Beaucoup d’observateurs politologues s’interrogent sur le naufrage de cette gauche française, ils ne cherchent pas toujours au bon endroit visiblement quand car bien peu osent regarder en face ce seul fait colonial qui explique le score prévu pour les partis de écolos-gauchiste pour ces élections 2022.

Pour essayer de ne pas perdre la face ni des voix, les forces de gauche ont bien entendu leur réservoir de supporters dans les illégitimes au pays des Français, et cela pose une question électorale qu’il faudra bien résoudre : le vote d’un illégitime à un pays de Blancs chrétiens-laïcs est-il valable dans le cadre d’élections françaises ?
Par quelle mystification électorale un haineux allogène d’Afrique ou du Moyen-Orient devrait décider de l’avenir de Blancs de souche dans leur propre pays ?

On le voit, les élections à venir ne sont pas une fin mais bien le début de sacrés combats futurs qui pourront même prendre une forme armée, on a l’exemple de l’Algérie qui a rejeté les Européens avec violence, par parallélisme il serait normal et plus que légitime, quand le seuil d’intolérance est franchi, que les Français blancs de souche qui veulent leur autonomie en fassent de même dans un trajet inversé pour l’allogénat devenu indésirable.

De la morale aux grandes figures de l’Humanité qui incarnent la libération des peuples colonisés opprimés, le candidat Zemmour, petit Juif berbère né dans l’oued comme d’autres Gavroche de Paris naissent dans le ruisseau, serait ainsi devenu dans l’imaginaire collectif de l’Hexagone tout à la fois l’Aimé Césaire, le Franz Fanon et le Che Guevara de la lutte pour l’indépendance des Blancs de France.

Je n’ai pas osé le dépeindre en Jeanne d’Arc, il n’est pas sûr que son image supporte le kilt sur les plateaux TV, il me pardonnera sans doute.

Jean d’Acre

image_pdfimage_print

3 Commentaires

  1. Zemmour est né à Montreuil, hein, pas à El Oued ou à la porte du même nom.

  2. la gauche et la droite molle qui se soumet à la gauche; mais ce seront les gaulois réfractaires qui en payent le prix, moralité allEZ voter

Les commentaires sont fermés.