La gauche et la tentation totalitaire : le fascisme a changé de camp

Antifas, black blocks, ultra gauchistes, woke, fanatiques de la cancel culture, décolonialistes, LGTBQ-Q, multiculturalistes, genrés bi ou tri (sinon plus), néo-féministes et autres MeToo acharnées à traquer l’hétérosexuel blanc, écolos radicaux, antispécistes, déconstructivistes, antiracistes… tous ces islamo-compatibles sont autant de rejetons fourbus de la gauche qui, au nom de l’antifascisme, se font les idéologues d’une dictature progressiste.

Est-ce à l’image de Staline, « le petit père des peuples », ténor des « lendemains qui chantent », qui a martyrisé son peuple, l’a affamé, emprisonné, déporté ? Et ce aux applaudissements des communistes du monde entier. Une politique initiée par Lénine qui, au dire de l’anarchiste Emma Goldman, était « le politicien le plus souple de l’histoire », lequel n’hésita pas, après les élections libres de 1917, à dissoudre la Douma où les bolcheviks étaient minoritaires. Démocrate oui, mais à condition de détenir le pouvoir. N’hésitant pas, après ce coup de force anti-démocratique, pour lequel il avait fait appel aux marins de Kronstadt, à liquider ces derniers, en 1921, quand ceux-ci s’inquiétèrent de la dérive bolchevique. Répression menée par Trotski, chef de l’Armée rouge, qui, durant la guerre civile, combattit plus férocement les anarchistes de Makhno que les blancs de Wrangel et Denikine.

L’utopie sanglante lancée au nom de Marx et de la dictature du prolétariat (sur qui ? le peuple…), ne s’arrêterait plus. Dignes continuateurs de Lénine, Staline, Mao, Pol Pot et quelques autres réussirent à liquider 60 millions de personnes, le nazisme seulement 25 ! Un « terrorisme d’État » permanent qui a exploité ses propres populations au nom d’un « avenir radieux », rappelle Nicolas Lecaussin, essayiste d’origine roumaine qui a vécu sous la férule de Ceausescu. Et qui n’oublie pas de rappeler que les dictatures progressistes ont toujours cours au Laos, au Vietnam, en Erythrée, en Corée du Nord, en Chine, ou encore à Cuba et au Venezuela (qu’affectionne tant notre leader maximo Mélenchon), soit un cinquième de la population mondiale.

Selon Lénine, admirateur de Robespierre le guillotineur, le parti a toujours raison sur le peuple. Faut-il, pour autant, comme le disait ironiquement Brecht, dissoudre le peuple ? Une vision que semblent partager nos progressistes, acharnés à faire table rase de notre civilisation. Tous ces valeureux combattants du fascisme (vaincu en 1945, voilà bientôt 77 ans !) continuent à nous annoncer son retour, se référant sans cesse aux années trente, piètres acteurs d’un mauvais théâtre qu’ils ânonnent depuis quarante ans au lieu de se pencher sur les problèmes d’aujourd’hui.

À l’opposé du consensus démocratique qui permet à chacun d’exprimer ses idées afin de permettre aux électeurs de faire leur choix, les antifas et autres justiciers de série B décident qui peut être toléré, qui doit être empêché. Ce déni a un nom : totalitarisme, lequel est divers. Ce qu’avait montré l’Austro-marxiste Otto Rühle qui, dans les années trente, publia Fascisme brun, Fascisme rouge. En 1939, le pacte germano-soviétique confirma son analyse en montrant la similitude et la connivence des deux dictatures. Quant à nos socialistes et radicaux français, ne votèrent-ils pas, à quelques exceptions près, les pleins pouvoirs à Pétain et n’est-ce pas eux qui fournirent les premiers fonctionnaires de Vichy ? Rappelons aussi que Mitterrand, élu en 1981 premier Président socialiste de la Ve République, fut un jeune homme acquis aux thèses maurassiennes, plus tard Secrétaire d’État de Pétain, décoré de la Francisque par le Maréchal, et qu’il ne renia jamais ses amis de la Collaboration, comme Bousquet qui envoya de nombreux juifs à la mort. Après un passage à vide et bien des intrigues et des discours trompeurs, le grand imposteur enfila l’habit socialiste et s’associa aux communistes (avant de les étouffer) pour accéder au pouvoir. Habile politique, il sut manipuler les foules en lançant le slogan Front républicain rempart contre l’hydre fasciste. Mais, derrière ses professions de foi socialistes, l’homme s’employa à inféoder notre pays à l’Europe. Ce que poursuivirent allègrement ses successeurs de droite, toujours lâches et obtus, toujours en quête de bonne conscience. Pourtant, à force de trahisons et de reniements, le PS a perdu son électorat, plafonnant aujourd’hui à 3% d’intentions de vote pour la candidate Hidalgo.

Côté communiste, Fabien Roussel, candidat crédité de 1%, qui voudrait empêcher Zemmour de se présenter aux élections, devrait se rappeler ses glorieux aînés, Duclos en tête, qui n’hésitèrent pas à demander à l’Occupant allemand l’autorisation de faire reparaître L’Humanité, et qui entrèrent en résistance seulement en 1941 quand le Reich envahit l’URSS. On le voit, les comportements “révolutionnaires” peuvent cacher bien des turpitudes.

Le combat qui avait du sens quand il s’agissait de lutter, au péril de sa vie, contre les nazis et leurs alliés collabos, n’est aujourd’hui qu’une pantalonnade qui désigne un ennemi inexistant, en refusant de voir les islamistes comme l’ennemi principal, islamistes qui ont assassiné plusieurs centaines de Français, en ont blessé des milliers d’autres, ciblant en priorité juifs et chrétiens, qui attaquent les forces de l’ordre, font régner une insécurité généralisée et gangrènent le pays. Mais nos gauchistes se voilent la face, en les cautionnant quand ils vont manifester à leurs côtés, quand ils refusent de condamner le voilement des femmes, leur enfermement, quand ils réclament l’accueil généralisé aux migrants sans se demander comment notre pays pourra les supporter et quelle sera alors la place des “Français de souche” qui, pour nos « pourfendeurs du mal », sentent le moisi et méritent de disparaître.

Une gauche qui a renié les valeurs que hier encore elle défendait, qui a troqué la lutte des classes pour la lutte des races, et a substitué aux ennemis d’hier (le bourgeois, le capitaliste, le réactionnaire) de nouveaux démons : l’homme blanc, forcément colonialiste, forcément prédateur sexuel. Une gauche souvent antisémite qui se camoufle derrière un antisionisme justifié par la défense de l’intouchable cause palestinienne. Une gauche qui encense le multiculturalisme et accable le patriotisme. Qui dénonce en permanence l’islamophobie, une invention des Frères musulmans. Qui voit en ses compatriotes mal-pensants des coupables et dans l’étranger (fût-il un ennemi déclaré de la France, voire un criminel) une victime. Qui veut éradiquer notre histoire, nos racines, nos lois, notre art de vivre, notre culture, notre patrimoine, notre langue, pour y substituer d’autres cultures, d’autres façons de vivre souvent inconciliables avec les nôtres. Mais pour ces gauchistes en manque de révolution, dont les parents “firent 68”, en se jouant le grand frisson quand il s’agissait tout au plus d’un pétard mouillé qui permit aux plus malins (Geismar, Cohn-Bendit,…) d’accéder au pouvoir et de devenir des notables, les choses ont changé.

La gauche, en refusant de voir la réalité, en rejoignant les troupes du libéralisme et du mondialisme, en substituant au social le sociétal branché, en reniant ses idéaux, en accablant ce qu’hier encore elle défendait, est devenue, derrière ses allures de matamore, une alliée du pouvoir macronien. À qui servent-ils ces nervis qui veulent interdire toute parole à qui n’a pas leur assentiment, qui n’hésitent pas, si besoin, à recourir aux injures, aux menaces, aux calomnies, à l’intimidation, à la violence pour imposer leurs idées haineuses. Qui menacent de décapitation Tanguy David, le jeune Noir pro-Zemmour, car pour ces antiracistes autoproclamés, en fait racistes anti-Blancs, un Noir qui cautionne le diable Zemmour ne peut être qu’un collabo. Bonjour le communautarisme obligatoire et la pensée unique. Pourtant, ces militants biberonnés au lait trotskiste, maoïste ou castriste, se gardent bien de rejoindre les pays communistes, notamment la Chine que, hier encore, ils célébraient, laquelle incarne le plus haut point de la dictature technologique, qui musèle et enferme ses contestataires. Une dictature sans limites telle que l’avait imaginée Orwell.

Encagoulés, nos gauchistes anonymes s’achètent une bonne conscience anticapitaliste en attaquant un ennemi imaginaire version grand guignol, et en se drapant dans le drapeau de la radicalité peinturluré aux couleurs de l’écologie, des minorités sexuelles et de l’utopie diversitaire. Dans leur entreprise de mise à sac de leur propre pays, ces nihilistes, disons plutôt ces dhimmis, conjuguent leur esprit de soumission face aux conquérants, à leur violence vis-à-vis de leurs compatriotes. On en a eu un exemple jeudi 16 décembre 2021 dans l’émission de Cyril Hanouna où Zemmour fut interrogé trois heures durant, notamment par les chiens de garde du prêt à penser : Caron l’antispéciste, Corbière l’insoumis, Moreno la ministre chargée de l’Égalité hommes-femmes et de la Diversité. L’invective à la bouche, ils offraient un bel exemple du totalitarisme en marche. N’y aurait-il pas chez eux, comme le dit Bock-Côté, « une étrange fascination pour la tyrannie » ?

On aimerait savoir comment ces nouveaux croisés réagissent au livre que vient de publier William Goldnadel, Manuel de résistance au fascisme d’extrême-gauche, où il affirme que le fascisme a changé de camp. Les groupuscules antifas seraient-ils l’équivalent des milices fascistes d’hier ?… Assertion inacceptable pour la bien-pensance idéologique : il n’est en effet de fascisme que de droite, hier le Front national, aujourd’hui Zemmour, même s’ils ne bafouent pas les lois de la République, même s’ils n’ont pas commis de meurtres. Harceler, traquer, interdire de parole ceux qu’ils stigmatisent devient un devoir pour ces guerriers du néant qu’applaudissent les nostalgiques de la « gauche morale ». Du moins ce qu’il en reste.

Max Chaleil

image_pdfimage_print
48

61 Commentaires

  1. si Zémmour ou MLP sont élus en 2022 a l’Elysée l’ont verra tout s’beau monde manifester contre l’eventuelle election de Zémmour ou MLP et venir tout casser dans les rues,il faudra avoir une poigne trés ferme et donner les ordres qu’il faut pour leur renter dans’lard,etre ferme sans rien laisser passer,dissoudre trés rapidement toutes associations d’extreme gauche.

    • kabout
      Si Z ou MLP sont élus ,les flics et l’armée seront le doigt sur la gachette …..et là l’ IGPN sera prié de rester dans ses bureaux
      ( les FO en ont tellement marre d’etre pris pour des cons)

      • Effectivement, la Police, comme l’Armée ont toujours été aux ordres du pouvoir en place. Des jours sombres se dessinent pour les années à venir.

  2. Le fachisme n’a pas changé de camp. Hitler et Mussolini étaient tous deux des socialistes (cf Mein Kampf). C’est Staline qui inventé cette fable au tribunal de Nuremberg, et les socialistes collaborationnistes français ont été trop content de relayer cette fable.

  3. Oui, la gauche est totalement partie en vrille au point d’être assimilée à un vrai dépotoir à ciel découvert. D’ailleurs, beaucoup de gens qui votaient traditionnellement à gauche dans les années 70/80/90 et 2000 s’en sont détournés tant celle-ci est devenue méconnaissable.

  4. « Le fascisme a changé de camp ».
    Le fascisme est ici, pour ne pas changer, employé dans son acception biaisée, c’est à dire dans sa qualification de « totalitarisme ».
    Donc les partis communistes présents et passés dont le parti communiste français n’ont pas été /ne sont pas des partis totalitaires jusqu’à aujourd’hui où ils le sont devenus ?
    Le totalitarisme a toujours été, est,très majoritairement, du côté des partis marxistes. Et aussi en France où depuis de nombreuses décennies se revendiquer de la vraie droite équivaut à la mort sociale, particulièrement dans le monde du spectacleacle et de la fonction publique.
    Le fascisme n’a pas changé de camp, les bolcheviques sont ce qu’ils ont toujours été. Les milices antifa des années 1930 étaient encore bien plus violentes que celles d’aujourd’hui.

    • BRAVO @ANONYME !
      Il y a suffisamment de mots pour la dictature négative et destructrice des ROUGES : Léninisme, stalinisme, bolchevisme, maoïsme, Khmers Rouges, castristes, autant de pays touchés, autant de millions de morts, autant de pourritures souhaitant se métastaser dans le monde entier…
      Balancer du « Fascisme » à tout va, c’est faire leur jeu : se venger des seuls qui ont osé leur taper sur la gueule : VIVE LES SQUADRISTI ! Per sempre !
      Que les ignorants lisent au lieu de répéter bêtement les idioties des ROUGES !
      NON, le Fascisme n’a jamais été de Gôôôche ! Voir mon commentaire précédent avec preuves à l’appui.

  5. Les camps de rééducation ou de travail de Staline = c’était du Fascisme ?
    Le Maoïsme, la Grande Marche où les 3/4 sont morts d’épuisement ou de faim alors qu’ils étaient censés faire la rééducation des paysans et punir les nobles… c’était du Fascisme ?
    Les prisons sanguinolentes du Che ou de CASTRO : c’était du Fascisme ?
    Les massacres de Pol Pot : c’était du Fascisme ?
    La pauvreté de vocabulaire fait tout porter sur le dos du Fascisme et innocente nos adversaires roublards, violents et ignares…
    Continuons donc à être les idiots utiles des Gôôôchiasses (150 millions de morts) !

    • NON ! Le FASCISME n’est pas de Gôôôche contrairement à ce que disent les ignorants…
      https://clio-texte.clionautes.org/la-doctrine-fasciste-pamphlet-de-propagande-de-1929.html
      « L’erreur fondamentale du marxisme est de croire que dans l’Etat il n’y a que deux classes : celle des ouvriers et celle des capitalistes. Erreur encore plus grave : croire que ces deux classes sont en éternel conflit entre elles. »
      « Selon la doctrine socialiste, les capitalistes ce sont les bourreaux, les vampires du pauvre prolétariat. Selon la doctrine fasciste, les capitalistes modernes sont des capitaines d’industrie, de très grands organisateurs … »
      Lorsqu’il a créé le FASCISME, MUSSOLINI avait déjà quitté le Socialisme dont son père était chef de secteur à Predappio.
      https://www.fayard.fr/histoire/mussolini-9782213604473

  6. Bravo. Superbe article, à diffuser dans toutes les écoles et universités. À la gauche tout est permis ; à la droite tout est interdit. J’expose la même thèse dans mon dernier livre « L’élection de la dernière chance ».

  7. ça fait longtemps !
    Malraux, 1948, postface des « conquérants »
    les techniques discursives du stalinisme, c’est d’abord de déshonorer l’adversaire, rendre impossible la discussion, attaquer surtout sur le plan moral, il faut que l’adversaire soit un scélérat.
    le son unique de cette propagande c’est l’indignation, la fin qui justifie les moyens…
    et aujourd’hui raquel garrido insulte un jeune zemmourien et les médias aux ordres n’y voit aucun « dérapage »

  8. Et la Hidalgo, reine de la « protion canapé » (car ce n’est pas par son modeste Q.I d’attardée mentale qu’elle est arrivée au poste qu’elle occupe actuellement, mais bien par d’autres talents cachés, et, sachant par ailleurs que dès qu’elle ouvre la bouche il en sort un flot de con…ries , elle fait appel à son ex, père de sa fille, par ailleurs ex-Président de la République F.H. qui avoue qu’elle est un véritable « boulet » pour lui le harcelant sans cesse pour des conseils car elle se sait incapable d’assurer son travail de maire, malgré le fait qu’elle soit entourée de collaborateurs compétents (mais pas tous, ,,

  9. Avez-vous entendu la dernière de la Hidalgo, surnommée « la Dingo » ? Elle compare les conditions de vie des muzz d’aujourd’hui à celle des Juifs de 1930 en France !!!! sans se soucier par ailleurs que certains déportés des camps nazis sont encore en vie, de même que leurs descendants. Et çà se présente aux élections présidentielles !! A ce stade, cette Maire inspire la pitié : il n’y à qu’à voir ce qu’elle a fait de Paris qui était un petit bijou avant qu’elle ne sévisse dans ses fonctions et fasse de Paris une « Cour des miracles » à son image, crasseuse et pourrie où des parisiens ont été confrontés à une horde de cafards à bord du bus 75, sans compter les rats qui pullulent, la Gale et autres maladies pourtant éradiquées depuis des décennies. Paris est le visage et le résultat du délire de cette maire inapte, incapable qui porte bien son nom « la Dingo ».

    • les conditions de vie de cette saloperie de secte musulmane, n’ont rien à voir avec les délires du Mechancon et de cette concierge espagnolo Dingo. Ceux qui vivent l’enfer se sont les français et non pas ces tarés de boucs qui décapitent, qui violent, qui pillent. Il y a quelques jours la procession chrétienne qui s’est faite insulter et menacer de mort, par des merdes coraniques. Qui étaient les salopes?

  10. La seule chose à laquelle j’objecte, dans cet article, c’est l’idée que le fascisme a changé de camp. Il n’en est rien. Le fascisme a toujours été de gauche, que ce soit celui de Mussolini, d’Hitler ou d’autres.

    Il a toujours été absent du discours et des idées de droite. Croire le contraire, c’est céder à la dictature de la bien-pensance totalitaire qui qualifie de fasciste tout ce qu’elle n’aime pas. La gauche est peut-être un peu plus fasciste maintenant qu’elle ne l’a été dans un passé récent, mais non, le fascisme n’a pas changé de camp

    • C’est ce que je voulais dire. Merci. Parce que si même dans notre camps on pense que le fascisme est de droite, c’est grave.

  11. Nous ne sommes plus en démocratie depuis 2007 quand les députés ont annulé le référendum négatif de 2005 sur la ratification du traité de Lisbonne concernant la constitution européenne ! Du jamais vu jusque-là !

    • tout a fait d’accord ! c’est a Bruxelles que tout ce décide,les présidents élu en France ne font que de la figuration et passe pour des maires gérant des villes,d’ou l’idée de se débarrasser de l’UE actuelle,comme l’ont tres bien fait les anglais….le bon référendum au bon moment.Mais je ne m’inquiéte pas trop cette UE finira par s’écrouler d’elle méme,il faut juste attendre le début du chaos civilisationnelle et debut de guerre civile entre peuples européens et ces blattes de migrants,aprés l’ont y verra plus clair.

  12. le terme de fascisme est complètement dévoyé .
    il vaudrait mieux parler de tyrannisme à propos de la gauche ; la tyrannie de la révolution française est l’inspiratrice de toutes les dictatures de gauche , dont le national socialisme hitlérien ;

  13. Tout çà est si vrai. Moi à 93 ans, j’ai vécu une grande partie de ces périodes. La gauche oublie son passé trouble. Et ils voudraient donner leur des leçons. Révolution

  14. Dans tout cela, je suis toujours surpris de la connivence voire de la complicité immorale de la pseudo droite avec les gauchistes.
    Depuis quand asséne-t-on que la plupart des collabos étaient de
    gauche, dont Laval ?
    Seulement depuis l’avènement d’Internet. Auparavant seuls les royalistes avaient le courage de le dire.
    A l’âge de 15 ans, lecteur fervent du « Quid » je savais que Mitterrand avait reçu la Francisque, c’était écrit noir sur blanc dans cette encyclopédie. Il a fallu attendre son second mandat pour que cette information soit portée à la connaissance du grand public.
    Quelle tartufferie !

    • Quand Mitterrand a reçu la francisque, il était dans la mouvance Action Française ou Cagoule.

    • Tout ce qui vire à l’extrême est nocif et entraine à des dérives ignobles. Les esprits éclairés se gardent bien de trop s’engager. « En toute chose il faut savoir raison garder. »

  15. J’approuve totalement ce que vous écrivez. J’aurais aimé écrire ce que vous avez écrit mais je manque de culture politique et de talent d’écrivain…
    Déjà Churchill avait commencé à prevenir le monde de ses dérives :
    « Les fascistes de demain s’appelleront eux même antifasciste .
    (Winston Churchill)
    Félicitations…

  16. Le national socialisme ne serait-il plus de gauche ? Et le nazisme d’Hitler c’était quoi alors ?

    • Les régimes communistes issus des mouvances trotskistes, léninistes, stalinistes puis versions asiatiques, tel chez Mao et les khmers rouge ont été des dictatures sanguinaires et génocidaires, au même titre que le national socialisme en Allemagne. La gauche socialo communiste, en est en quelque sorte l’héritière, lors comment s’étonner que cette idéologie ne redevienne pas progressivement une dictature que ses adeptes endoctrinés qui la pensent « seule » vérité sont incapables de remettre en question.

  17. Très bon résumé de ces minorités nuisibles : gauchistes, islamo-compatibles, anarcho-autonomes… qui veulent la destruction de notre Nation, de l’État central, de notre Culture, de nos Valeurs, de notre Laïcité. Totalitarisme éclaté mais réel danger de mort pour nos Libertés.
    Leurs actions violentes, encouragées par le laxisme hollando-macroniste, a les mêmes objectifs que la finance mondialisée : la mort du Patriotisme, de la Souveraineté Nationale, de NOTRE IDENTITÉ NATIONALE, au seul profit des communautarismes grouillants.
    Qui va se saisir du Drapeau Bleu Blanc Rouge et prendre la tête de la Lutte de reconquête de la France Citoyenne ?
    E Zemmour est le seul à se prévaloir de ces valeurs.
    Mais il reste seul. Il ne pourra porter SEUL le Combat pour la RECONQUÊTE !
    Où sont les militants de M LePen, les collabos de LR, les braillards de dupont la division, de philippot la manif anti vaxx, de tous ces révolutionnaires en pantoufles ?

    • Sur la tyrannie « sanitaire », MLP, Dupont-Aignan et surtout Philippot sont quand même plus clairs que Zemmour. Pas photo !

      • Les deux zozos sus mnommés sont « à côté de la plaque »!
        Pire, dupontaignan, non vacciné, a été contaminé par son épouse, atteinte de la COVID et il a continué à participer à des réunions publiques; Ce n’est que lorsque les symptômes sont apparus, que le « cas contact » Dupontaignan a enfin fait savoir qu’il était contagieux. Avec des gugusse de ce genre, au civisme absent et à l’esprit de solidarité « foireux », la République est « mal barrée ». Il est vrai que le dupont en question n’a jamais caché qu’il roulait pour lui seul.

  18. cela fait plus de 40 ans que le phénomène a commencé notamment avec « sos racisme » véritable fascisme islamo-collabo de premier ordre – l’excellent livre de GWG résume tout ce qu’il faut se rappeler sur ce fascisme de gauche qui nous empoisonne mais qui n’a rien d’étonnant puisque par essence même la gauche est totalitaire

  19. « Le fascisme a changé de camp » ???? Pourquoi, il s’est un jour trouvé en dehors de la gauche ? C’était quel jour ?

  20. Le futur en marche.. et d’aucuns, « intellos verbeux ou technocrates arrogants » se pensent être des « progressistes ». La société actuelle (en France en tous cas) est entrain de s’effondrer sous les coups de boutoirs de centaines de milliers de fanatiques, aux idées chaotiques et totalement confuses. La société Française est progressivement sapée de l’intérieur par les dérives du totalitarisme idéologique, issus majoritairement des diverses mouvances extrémistes « gauchistes », indigénistes, religieuses, et communautaristes ainsi que d’une minorité d’ultra droite fachiste.
    Pas un de ces agités ne pensent une seconde au futur qu’ils préparent pour leurs propres descendants.

  21. répéter les mensonges gauchiste est navrant
    le fascisme était d’ultra-gauche, et les anti fa ont toujours combattu la Droite
    dans le même genre, on a l’apocryphe et pourtant elle tourne et bien d’autres

  22. La différence entre le nazisme et le communisme, c’est que le premier est un totalitarisme de gauche nationaliste et génocidaire et le second un totalitarisme de gauche internationaliste et encore plus meurtrier. Ce sont l’endroit et le revers d’une même médaille gauchiste tyrannique. Nazisme et communisme, ce sont les deux frères jumeaux monozygotes barbares de la même gauche abjecte et meurtrière. Le titre de l’article est erroné : la gauche n’a jamais été tentée par le totalitarisme, elle l’incarne, elle le personnifie, elle en est la figure hideuse, tueuse, menteuse, tricheuse. On ne discute pas avec la gauche génocidaire; il faut la liquider. Point.

    • Je souscris totalement. Je ne comprends pas cette idée que la deviendrait totalitaire en soi, elle l’est par définition et l’a prouvé sous le communisme, le fascisme et le nazisme. Ce sont les filles tarées du Robespierriste.

    • Je souscris totalement. Je ne comprends pas cette idée que la gauche deviendrait totalitaire en soi, elle l’est par définition et l’a prouvé sous le communisme, le fascisme et le nazisme. Ce sont les filles tarées du Robespierriste.

    • Justement à l’époque, nationalisme et internationalisme s’opposaient. Le nazisme était opposé au bolchevisme comme au capitalisme par nationalisme et sur une base antisémite puisque le bolchevisme était imputé au prolétariat juif et le capitalisme à la bourgeoise juive. D’ailleurs, Herzl avait lui aussi fait ce type d’analyse. Le nazisme c’est bien l’extrême droite qui a éliminé les communistes et les socialistes en Allemagne. Bref ce que vous dites n’a aucun sens ni historique ni idéologique. C’est du révisionnisme classique d’extrême droite. D’ailleurs le nazisme n’est revendiqué aujourd’hui que par des groupuscules d’extrême droite ou l’islam le plus radical qui relève d’une extrême droite étrangère.

  23. les gauchos ne disposent d’aucune culture cohérente parce qu’ils n’ont pas encore réussi à trouver un terme éclairé pour remplacer le mot facho qu’ils n’utilisaient jusqu’ici que quand ils sont dans l’opposition, ce qui fait que même une fois le pouvoir obtenu (la plupart des intervenants officiels sont socialistes), ils se trouvent dans l’incapacité de se forger un discours qui ne soit pas d’opposition à un pouvoir.

  24. Fabien Roussel est un immense et abjecte gros porc communiste ! Il faudrait interdire sa secte génocidaire, assise sur un Himalaya de 100 millions de cadavres de victimes innocentes de ces néo-barbares sanguinaires. Que des communistes génocidaires viennent donner des leçons de morale est indécent et relève de la provocation politique. Fabien Roussel, et sa secte apocalyptique de gros porcs communistes criminels et de bouchers psychopathes, doivent être jugés et condamnés pour apologie d’idéologie responsable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et pendus ou fusillés, comme le furent les dignitaires nazis à Nuremberg.

    • Prends du Lexomil, ça ira mieux. Sinon, merci, j’ ai beaucoup ri. Ah, je suis Communiste, je ne suis pas gros et j’ adore les porcs, des bêtes très intelligentes.

  25. démocratie ? l’Empire Grec s’est planté tout seul à cause d’athènes et sa prétendue démocratie qu’il voulait imposer de force à tous les Peuples Grecs dont la Sparte évidemment.

  26. Benito Mussolini,socialiste notoire, a créé le PNF parti national faciste en 1921, donc fondateur du facisme et joseph Goebbels a en 1931 dit « le national-socialisme est la gauche allemande » – deduction le fascisme n’ a pas changé de camp mais renait de ses cendres

  27. Le fascisme a toujours été socialiste.
    Le système bureaucratique tentaculaire de cette république socialop-maçonnique porte en son ventre mou et distendu les parasites insatiables de privilèges indus tirés du lait étatiK fourni par les fruits du travail d’un secteur privé racketté.
    J’ai regardé Hanouna sur le web pour EZ.
    J’ai pu voir la violence,la vulgarité des époux garrido-corbière quand la soupe ne leur est pas servie.
    De cette gauche j’ai pu voir les haines bouffonnes, la purulence despotique envers EZ par leur angoisse de perdre l’approvisionnement de leur gamelle de parasites.
    Traité qqun de « bourgeois » c’est du registre communiste mr corbière.
    Prestation réussie de Stanislas.
    Zemmour Président.

    • « Une bonne partie de l’antifascisme d’aujourd’hui, ou du moins ce qu’on appelle antifascisme, est soit naïf et stupide soit prétextuel et de mauvaise foi. En effet elle combat, ou fait semblant de combattre, un phénomène mort et enterré, archéologique qui ne peut plus faire peur à personne. C’est en sorte un antifascisme de tout confort et de tout repos. Je suis profondément convaincu que le vrai fascisme est ce que les sociologues ont trop gentiment nommé la société de consommation, définition qui paraît inoffensive et purement indicative. Il n’en est rien. Si l’on observe bien la réalité, et surtout si l’on sait lire dans les objets, le paysage, l’urbanisme et surtout les hommes, on voit que les résultats de cette insouciante société de consommation sont eux-mêmes les résultats d’une dictature, d’un fascisme pur et simple. » Pasolini

      Mais bon, le fascisme ce n’est pas la consommation…

  28. Le fascisme est sorti des tranchées de la guerre de 14.

    Alors vous vous êtes du sorti du supermarché de la bobobranlette.

    Pôôôvre souchien pavlovisé par les antifas. Ta servilité sémantique légitime ton gland remplacement de petit psittacidé aplatventré.

    « Croyant à la décadence, je ne pouvais croire à autre chose qu’au fascisme qui est preuve de la décadence parce que résistance consciente à la décadence, avec les moyens déterminés par cette décadence même. » Drieu La Rochelle

  29. Justine Trudeau : « Indépendamment du fait que nous attaquons vos droits fondamentaux… ou que nous limitons vos droits fondamentaux, et que la Charte dit que c’est mal, nous allons quand même aller de l’avant et le faire !
    C’est essentiellement une échappatoire qui permet à une majorité d’outrepasser les droits fondamentaux d’une minorité… ».
    https://qactus.fr/2021/12/20/canada-j-trudeau-dit-quils-ont-une-echappatoire-pour-enlever-vos-droits-et-quils-vont-le-faire/

  30. L’origine du fascisme c’est le socialisme, Hitler, Mussolini, Pinochet étaient socialistes, l’extrême droite ce sont les ROYALISTES.

  31. Les dictatures les plus sanguinaires sont pratiquement systématiquement de gauche : Commençons par la terreur révolutionnaire, puis arrivons au XX° siècle avec le national-socialisme d’adolf le communisme de staline, de Mao et de Pol-Pot avec leurs centaines de millions de victimes.
    Pour rappel, cerise sur le gâteau, Pinochet avait été nommé général en chef par Allende, car de gauche …

  32. Les dictatures les plus sanguinaires sont pratiquement systématiquement de gauche : Commençons par la terreur révolutionnaire, puis arrivons au XX° siècle avec le national-socialisme d’adolf le communisme de staline, de Mao et de Pol-Pot avec leurs centaines de millions de victimes.
    Pour rappel, cerise sur le gâteau, Pinochet avait été nommé général en chef par Allende, car de gauche …

    • Chappe, eh bien la bêtise crasse le dispute à l’ ignorance. Il est vrai que les deux font souvent bon ménage. Alors pour votre info, et juste en ce qui concerne l’ Amérique Latine, les usa ont été les maîtres d’ oeuvres de l’ installation des dictatures. Il est notoirement connu que pine hochet à été propulsé par la CIA. Hélas, il faut tout de même le dire, Allende à fait la courte échelle à son bourreau. Pine hochet était tellement socialiste qui il à fait assassiner ou mettre en prison des milliers de militants Socialistes, Communistes, Syndicalistes.
      En Europe, on a eu Salazar, Franco, les colonels Grecs, des militants bolcheviks, hostiles au capital, comme chacun sait…
      Et je ne vous parle même pas de toutes les dictatures en Afrique, au moyen Orient, en Asie, installées ou soutenues par les grandes puissances, usa, France, etc…

  33. Voir l’article, du ministre de la Propagande du Troisième Reich hitlérien, le Dr. Joseph Goebbels, paru dans le journal berlinois national-SOCIALISTE, Der Angriff du 16 juillet 1928, intitulé : « Warum sind wir Sozialisten » (Pourquoi nous sommes des SOCIALISTES). Pour que cesse l’imposture émétique et le détournement du champ sémantique et historique nauséabond de la gauche marxiste culturelle, liberticide, totalitaire et génocidaire. Nazisme, communisme, socialisme, gauchisme = même fosse septique idéologique d’assassins de masse. On ne dialogue pas avec la gauche génocidaire. Il faut la liquider. Point.

Les commentaires sont fermés.