La gauche reproche à l’UE de « protéger le mode de vie européen »

Publié le 12 septembre 2019 - par - 917 vues
Share
«Protection du mode de vie européen»: le nom du portefeuille immigration à la commission passe mal
.
Tollé général chez nos bobos mondialistes. Devant le nouvel organigramme de la Commission européenne, on se pince le nez.
.
L’indignation est à son comble depuis que la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a rebaptisé le portefeuille relatif aux questions migratoires  « Commission dédiée à la protection du mode de vie européen » !
.
Protéger notre mode vie face aux exigences communautaristes ? Mais c’est pire qu’un blasphème. C’est un véritable sacrilège qui déshonore l’Europe, c’est un clin d’œil à l’extrême-droite qui pue le racisme à plein nez.
.
« C’est la résurrection du sinistre « ministre de l’immigration et de l’identité nationale » de Nicolas Sarkozy, déclare Raphaël Glucksmann.
.
« J’ose espérer qu’il ne s’agit pas d’une compromission avec l’extrême-droite, populiste, identitaire et nationaliste », ajoute le sénateur PS Rachid Temal.
.
Chez les écologistes, même combat : « Une abomination de la nouvelle Commission européenne… à vomir ! »
.
Du côté de Bruxelles, on se défend comme un bœuf qu’on mène à l’abattoir, sans la moindre conviction. « La protection de notre mode de vie européen fait référence aux valeurs européennes, à savoir la tolérance, l’accueil, l’asile ».
.
Bref, la présidente de la Commission européenne se sent coupable du pire crime qui soit et fait amende honorable. Notre mode de vie européen se résume donc à la tolérance (le plus souvent à sens unique), à l’accueil et à l’asile ! Difficile de faire pire dans la soumission au politiquement correct.
.
Une fois de plus les grands prêtres de la religion mondialiste ont imposé leur loi.
.
Les mêmes qui prônent le droit à la différence des minorités, afin de protéger leur identité, refusent ce droit élémentaire aux peuples européens. Ce qui est légitime pour ceux qu’on a accueillis est un délit chez les natifs. Mais cette justice à deux vitesses ne choque personne.
.
La tolérance, c’est toujours à sens unique, comme le racisme. Les Français se voient peu à peu dépossédés de leur pays mais ils n’ont qu’un seul droit : se taire. C’est la démocratie vue par les ayatollahs du politiquement correct.
.
Le populisme, c’est à dire la défense du peuple souverain, c’est la lèpre, comme chacun sait.
.
La défense de son identité, pour un Français de souche, c’est du racisme. Quant au nationalisme, c’est de la xénophobie porteuse de guerre.
.
En 14-18, un patriotisme un peu chancelant pouvait mener devant un peloton d’exécution. En 2019, un patriotisme un peu trop affirmé mène directement à la prison. Les jeunes de Génération Identitaire en ont fait l’amère expérience.
.
Les valeurs de la République, dont se gargarisent nos élus à longueur de temps, ont décidément bien changé. Nos aïeux les Poilus, ces héros, doivent se retourner dans leur tombe.
.
Bref, tout ce qui anime un patriote amoureux de son pays, a des relents de nazisme. Il y a un salaud d’extrême-droite chez tout citoyen qui refuse de voir la France se transformer en pays du tiers-monde.
.
Des pans entiers du territoire se transforment en mini-califats, où le racisme anti-Blancs s’exprime ouvertement. Le rejet de la France et de la République, le refus de la culture occidentale sont de plus en plus manifestes chez les jeunes de banlieue, mais tout cela est mis sous le tapis.
.
Le refus du vivre-ensemble, on le voit avant tout chez les immigrés qui chassent les familles juives et les sous-chiens de nos banlieues, jadis havres de paix.
.
L’ex-ministre de l’Intérieur nous prédit une guerre civile dans les cinq ans si rien ne change. Mais s’en inquiéter, c’est du racisme.
.
Pascal Bruckner a raison de dire que « La société multiraciale sera une société multiraciste ». Le processus s’achèvera par une  « guerre de tous contre tous ».
.
Ceux qui aujourd’hui se targuent de défendre le camp du Bien en tapant sur les populistes, ne font que semer les germes de la guerre civile. Gérard Collomb a raison, mais qui l’écoute ?
.
Les lanceurs d’alerte prêchent dans le désert. Seul un embrasement généralisé du pays ouvrira les yeux des élites et du peuple avachi. Le réveil n’en sera que plus brutal, hélas.
.
Jacques Guillemain
Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.