La géothermie, un trésor français          

   

Le sous-sol  français est riche en granite, un vrai réacteur nucléaire naturel, et la géothermie y sera donc beaucoup plus favorable que dans les pays voisins.          

On continue à nous imposer des éoliennes dont l’énergie est intermittente – cause de pollution augmentée ! – et horriblement chère. Elles sont nocives pour la santé animale comme humaine. Comment justifier cette obstination alors que, par exemple, la géothermie (1) commence à fournir  une énergie propre éternellement renouvelable et peu coûteuse à l’humanité ?  À des milliers d’endroits sur toute la planète, endroits souvent marqués par le volcanisme, le magma est à peu de profondeur. Après avoir atteint fortuitement ce magma à seulement 2 km de profondeur, les Islandais ont réussi à l’exploiter.(2)

Le magma, roche liquide, ici à 900°C, alimente un échangeur qui produit de la vapeur sous pression. On obtient ainsi un rendement très élevé en électricité et il n’y a pas de risque d’épuiser la source.

Après cette réussite technique, au départ un peu due au hasard, les Islandais tentent maintenant de réussir méthodiquement cette opération et de fournir 50 000 kWh électriques de manière rentable, stable, prévisible et à la demande. Ce qu’ils font peut être fait un peu partout ! On peut opposer cette réussite à la catastrophe éolienne : 10 000 milliards d’euros auront été perdus d’ici 2020 sans autre utilité que la satisfaction des promoteurs et de leurs actionnaires. Banques, politiciens, certaines personnes qui se croient écologiques participent à la « fourniture » d’une énergie imprévisible, intermittente et où  chaque kWh imposé est subventionné à 80 %. Ces subventions que chaque citoyen paye doivent être déboursées en permanence !

Imaginez tous les progrès dans le domaine des sources d’énergie du futur qu’on aurait pu faire avec ces 10 000 milliards, milliards perdus pour l’humanité.

Aujourd’hui, 11 000 mégawatts d’électricité sont fournis par la géothermie qui exploite les sites les plus favorables. Il s’y ajoute de nombreux chauffages urbains. C’est l’équivalent de 11 centrales nucléaires. Cette puissance double chaque décennie depuis un siècle. Les progrès techniques et des matériaux utilisés sont très prometteurs à l’heure actuelle. Les sites les plus favorables sont mis en valeur et rentabilisés par l’électricité produite. Précisons encore que l’éolien a besoin de centrales thermiques nécessaires à l’équilibrage de sa production fantaisiste… et plus il y a d’éoliennes et plus cette dépendance s’aggrave. Le prix du kWh éolien augmente sans cesse avec l’augmentation du nombre d’éoliennes (!) et ce prix dépasse aujourd’hui de 5 fois le prix réel de production des kWh  les plus concurrentiels !! Le prix du kWh géothermique est concurrentiel.

Heureusement, lentement mais sûrement, les centrales géothermiques se multiplient. Des sociétés comme ORMAT (3) développent des techniques pour extraire des kWh électriques d’un maximum de sources de chaleur disponibles. Ces sources sont disponibles en grande quantité mais à des températures relativement basses. À Mol en Belgique, la Région flamande finance un forage destiné à exploiter un réservoir d’eau chaude, réservoir  atteint par un premier forage. La puissance thermique est évaluée à environ 15 000 kW et la puissance électrique espérée de 1 500 kW… pour le moment. (4)

Avec 4 000 forages dans le Limbourg, la Flandre serait alors autonome en électricité ! A Mons, de nombreux immeubles sont déjà chauffés par la géothermie (5). Malheureusement, les progrès dans le domaine des énergies saines, propres et abondantes de l’avenir se font au ralenti : presque tous les moyens financiers sont dévorés par le lobby éolien mondial. On peut espérer que les premiers succès de la géothermie, applicables un peu partout sur terre, mettront fin à  cette hémorragie. Ces succès feront quand même des 200 000 éoliennes actuelles une preuve cuisante, ruineuse pour les prochaines générations, de cette parole de Saint Thomas d’Aquin : «  La convoitise a quelque chose d’infini. »

Claude Brasseur

(3) www.ormat.com

image_pdfimage_print

42 Commentaires

  1. Ouh là là, les connaissances de M. Brasseur sur la géothermie sont quelque peu incomplètes. Dans le Bassin Parisien la géothermie n’a rien à voir avec le granit pour la simple raison qu’il n’y en a pas. Nous sommes dans un bassin sédimentaire….
    Et le fait qu’il n’y ait pas pléthore de sites exploitant la géothermie n’a rien à voir avec l’éolien !! Il faut des conditions géologiques favorables et point barre, jamis vu des projets géothermie en compétition avec de l’éolien.

    • Peut-être parce que l’éolien remplis très bien et pour longtemps les poches des actionnaires ? Et pensez donc, une énergie quasi gratuite , éternelle et non polluante, quelle catastrophe pour les banquiers !

    • Il n’y a aucun lien entre éolien et géothermie! Et la géothermie n’est – évidemment – pas facilement réalisable partout sur la planète.

  2. tres cher ami, le soucis de rtouver des solutions techniques existe. on a partout dans le monde de bons techniciens. mais de l autre cote, ceux qui peuvent finacer ces projets, ont besoin de l aval des politiques, qui eux veulent se sucrer au poassage.

    coment m expliquez vous que le japon ai choisi le nuke pour produire son electricite alors qu ils sont assis sur la ceinture de feu qui leur permettrai meme de produire et exporter cette electricite au dela de son territre. Guatemala; perrou

  3. Merci pour cet article. J’en redemande !

    En ce qui concerne l’énergie houlomotrice, savez-vous si la ferme houlomotrice commandée par le Portugal à une société écossaise a vu le jour ?

    Et savez-vous où en sont les recherches sur la différence de température entre eaux océaniques de surface et de profondeur ?

    Mais pour les éoliennes, de grâce, on a compris votre point de vue ! Parlons plutôt de ce qui peut être fait dans les domaines que vous encouragez !

    • Le houlomoteur Pelamis, bien qu’ayant atteint la phase commerciale, n’a pas résisté à la violence des tempêtes. C’est aussi le cas de ses « collègues » en tous genres! On attend le « petit » génie – non une entreprise énorme où les responsabilités sont diluées – qui est peut-être le couple Hubert Quinet et Ingvald Straume…

      • J’ai « googlé » Hubert Quinet et Ingvald Straume, mais je n’ai trouvé que le titre d’un article, et pas l’article…

        « Hubert Quinet et Ingvald Straume ont conçu des houlomoteurs aptes à résister aux tempêtes. Ces houlomoteurs ont aussi la qualité d’avoir une … » (2 octobre 2012)

    • Ah ! Au sujet de l’Islande, j’ai regardé votre lien, et il s’agit donc de géothermie à très haute température.

      Mais dans mon enfance déjà, l’Islande générait son énergie en géothermie, basse température je suppose. J’ai trouvé peu de documents sur internet. En savez-vous plus sur les techniques employées en Islande ? Et Larderello ?

  4. Honnêtement je ne sais pas. Le potentiel géothermique de la France est assez faible. Hors Guadeloupe ou j’habite, il n’y a qu’une seule et unique centrale géothermique en France, du côté de l’Alsace avec une turbine qui dégage seulement 5kwatt d’énergie. Ce qui n’est pas beaucoup. Les turbines de la centrale géothermique de Guadeloupe déploient 25Kwatt si je me souviens bien. A voir, mais il n’y a pas le même potentiel en France.

    • Le potentiel est là! Il faut l’exploiter… et je sais que cela n’est pas facile, je sais aussi que les techniques progressent.

  5. Georges Claude avait mis au point un système d’énergie thermique des mers dans les années 1930, mais visiblement toutes ces technologies consomme: soit beaucoup d »énergie pour en produire, soit produise trop peu d’énergie et sont tributaire de facteurs environnementaux défavorable, voire insurmontable. Même le forage de pétrole en très haute mer à très grande profondeur est plus aisé et plus rentable que toute ces technologies. Ça va fortement coincer quand le pétrole va commencer à manquer.

  6. Au nom de l’écologie, ces crétins défigurent nos plus beau paysages en érigeant des tours monstrueuse couronnées d’immenses ventilateurs aussi inutiles que coûteux, sans compter les milliers de tonnes de béton qui sont nécessaire à ces moulins affreux !

    S’ils veulent des éoliennes, et bien qu’ils les construisent là où le courant produit est utilisé : dans les villes ! Paris. On abat la tour Eiffel qui ne produit RIEN, mais qui consomme un maximum de courant pour y ériger 20 éoliennes.

    • Elle représente un % de plus en plus réduit de notre consommation alors que tous les sites sont équipés

    • le palais de windsor est uniquement branché non sur le réseau mais sur deux hydroliennes!
      dans les années 1970 j’ai pu constater que deux villages écossais étaient électrifiés par hydroliennes! mais là pas de bénéfices aux oligarques mondialistes!

    • Pratiquement toutes les réserves sont déjà utilisées en France.

      Restent les mini-centrales, centrales au fil de l’eau, etc.

  7. Commençons par le plus évident.

    Pour diminuer de 25% nos énergies polluantes diminuons de 25% notre population parasite.

    Virons les 15 000 000 de colored de France.

    Ça nous fera économiser 75/100 Mds €/an

    • @Francois Desvignes : c ‘ est la solution la plus rationnelle et la plus urgente : diminuer la population mondiale , ça diminuera les consommations , les gaspillages , les pollutions , et ça permettra à notre planète de respirer !! Chacun chez soi , et les cochons seront bien gardés !!!!

  8. Les «  »éoliennes », c’est un peu comme « le réchauffement climatique et le GIEC « , un dogme qui ne peut être critiqué, un peu comme Mahomet, ou l’immigration, le pouvoir nous dit « c’est bien  » fermez vos gueules et circulez ya rien à voir !
    Et en France, ,lorsque qu’une connerie ne fonctionne pas, c’est parce qu’il n’y en a pas assez donc il faut mettre le paquet. (comme le communisme avant et maintenant l’UE)

    • LE problème est le manque de responsabilité de nos « responsables »: aucun n’a jamais à payer pour les bêtises qu’il commet! Situation tragique que décrit parfaitement Nassim Nicholas Taleb dans « Risquer sa peau ».

      • de N. Taleb j’ai lu « le cygne noir »… mais bon, c’est lourd, très très lourd trop pour moi, qui suis quand même un scientifique de niveau respectable… donc je n’en ai pas lu d’autres.

  9. Monsieur Brasseur, bien que vous soyez Belge, j’apprécie beaucoup vos articles pleins de bon sens et surtout étayés scientifiquement,… ces scientifiques qui nous manquent tellement au gouvernement, style Allègre qui s’est fait viré vite fait, car il avait un raisonnement scientifique.

    • J’aime le  » bien que vous soyez Belge  » ! Si j’étais Belge je ne sais pas comment je le prendrais.
      Mais vous avez raison, monsieur Brasseur est appréciable.

        • Bah, c’était plutôt sympa… un Brasseur de bonne bière Belge, .. le « bien que » n’était qu’une histoire… Belge..dont acte ! il faut bien rigoler un peu, la vie est tellement triste en ce moment !

    • Allègre ? Oui, il savait peut-être raisonner scientifiquement, mais il savait aussi mentir comme un arracheur de dents !

    • Non seulement il avait un raisonnement scientifique, mais il disait les choses trop crûment et il n’y a que la vérité qui blesse

  10. … » l’éolien a besoin de centrales thermiques nécessaires à l’équilibrage de sa production fantaisiste… » … FAUX !! En Belgique , que vous semblez bien connaître , les excédents , produits par l ‘ éolien et le photo-voltaïque pendant la journée , servent à remplir le bassin supérieur de la « centrale » de COO ! COO est un « accumulateur » d ‘ énergie , comme il en existe en France — Isère — constitué d ‘ un bassin supérieur et un bassin inférieur .

  11. (suite) La nuit , la production des centrales nucléaires permet de remplir , via des pompes , le bassin supérieur . Le jour , selon les besoins , on inverse la manœuvre : l ‘ eau descend et fait tourner des turbines qui produisent l ‘ électricité ! Ce n ‘ est pas de centrales thermiques « compensatoires » qu ‘ on a besoin , mais d ‘ ACCUMULATEURS d ‘ énergie , je ne parle pas des batteries électriques , des techniques existent et sont testées de-ci de-là : air comprimé , dénivellation de terrai

  12. la géothermie ne paye pas grassement les oligarques mondialistes, donc à éviter! d’ailleurs l’es ministre écolo hulot en faisait il grand cas?

  13. Cher Monsieur Brasseur. Infini Merci pour cette réponse à mon questionnement récent.
    Le GIEC et ses séides (dont Hulot) investissent à perte sur « l’Energie aléatoire ».
    L’Energie « éternelle » est sous nos pieds et dans les Océans.
    Vous ne prêchez pas un convaincu, mais plutôt un Con vaincu par la bêtise des lobbyes !
    L’Homme disparu, Rats et Insectes en profiteront encore !!!!
    Un mot sur votre expérience Hydrolienne ? Bien à vous.

    • J’ai participé à la mise au point d’un houlomoteur. (Le texte le concernant a peu de chances d’intéresser les lecteurs). Cherchant des expériences récentes… je ne trouve RIEN: domaine qui semble mort. Pas assez intéressant pour certaines poches?
      PS. Ne parlez pas de « la bêtise des lobbies » (qui s’enrichissent!!) mais plutôt de la bêtise du citoyen moyen qui se laisse plumer.

      • Si, si, le texte concernant votre houlomoteur a des chances d’intéresser les lecteurs.

        • Pas sûr! J’envoie mon texte – déjà ancien – à la rédaction et soit ils publient, soit ils vous le font parvenir.

  14. Et la tour aérothermique de l’ingénieur Edgard NAZARE (1914-1998) ne pourrait elle pas devenir aussi un « trésor Français » ?

    • Il existe des installations domestiques subventionnées par l’Etat et aussi de gigantesques centrales électriques testées dans les déserts. Il semble que l’on reste assez loin des seuils de rentabilité…
      Un trésor français? Des sociétés comme PopUp House (bureau d’architectes à Marseille) multiplient les immeubles qu’il ne faut pas chauffer… mais refroidir avec p.ex. un « puits provençal ». Là, on gagne sur tous les plans.

  15. « Les Islandais… tentent.. de fournir 50 000 kWh électriques … à la demande ». Je n’aperçois pas ce que cette phrase -claire sur le plan rédactionnel- signifie sur le plan technique.

    • « A la demande » signifie « quand on en a besoin » et non… quand le vent souffle! N’oublions pas que les éoliennes sont complétées par des sources d’énergie polluantes quand il n’y a pas assez de vent… dans ma région 85% du temps. On y installe des éoliennes!!!

Les commentaires sont fermés.