La guerre du loup fait rage entre lecteurs de RL

Publié le 14 septembre 2019 - par - 1 279 vues
Share

 

Sur la réintroduction des loups en France.

Monsieur Dru, retraité à la Guadeloupe, ne me semble pas vraiment bien placé pour défendre la réintroduction du loup dans nos montagnes, à l’instar de nos bobos écolos des villes…
12 000 animaux d’élevage tués par ce prédateur, un jeune de 16 ans attaqué dans un village alpin dernièrement.
Ils veulent tout simplement remettre le sauvage là où l’humain, un être de la nature comme le loup, a pu se créer un cadre de vie en communion avec la nature justement.
Derrière cela il y a la volonté de faire disparaître le mode de vie des éleveurs, subventionnés, râleurs, chasseurs, traditionalistes, à qui nous devons toutes les savoureuses productions tirées de leur cheptel, pour en faire des parcs naturels visités par les hordes de touristes qui les regarderont depuis la fenêtre de leur cars roulant au diesel.
Mr Dru doit être aussi, je pense, pour la réintroduction massive des rats dans les villes, du moustique dans le Languedoc Roussillon, des poux dans la tête de nos chérubins, des cafards et des punaises dans les habitations.

Christian P

///////////////

Sur le même sujet

« L’homme n’est pas Dieu »…

Laissons donc l’irrationnel à ceux qui en ont besoin et revenons à nos moutons.

J’ai récemment regardé, à la télévision, un documentaire sur la région du lac de Salagou, et un berger expliquait le rôle de ses chèvres dans l’entretien de la garrigue qui, grâce à elles, restait une garrigue « ouverte » permettant la diversité de la flore en créant plusieurs étages de végétation.

Les troupeaux ont aussi un rôle à jouer dans l’entretien de la nature et ne sont pas que des réserves de nourriture lâchées sans surveillance par des propriétaires uniquement soucieux de rentabilité économique.

Il ne s’agit pas d’éradiquer le loup mais de le cantonner dans des lieux où il ne fera pas concurrence à son prédateur. Encourager sa prolifération, c’est se retrouver un jour dans des situations qui ne relèveront pas que du « folklore populaire ». Celui-ci n’est jamais sans fondement.

Rosalie

///////////

Toujours sur le même sujet, une réponse de l’une de nos contributrices.

Bonjour Gérard

S’il vous plaît, pourriez-vous communiquer mon article à monsieur Philippe Dru au sujet du loup.  Le loup qui sert au rewilding, une idéologie qui consiste à concentrer les humains dans les villes et rendre la nature aux animaux dans le but de transformer tout l’arc alpin en grande réserve naturelle sur le modèle du YellowStone.

http://ripostelaique.com/pour-remplacer-les-blancs-mode-demploi.html

http://www.atsenzagp.org/it/467-la-questione-dell-adesione-ad-un-progetto-di-parco

Le Grand Remplacement ? Vous n’avez pas encore tout vu… Allez voir ces liens et l’article de Georges StoffelLes coulisses complexes du retour à l’état sauvage au travers de la création de parcs et la réintroduction des grands prédateurs”.

http://www.atsenzagp.org/it/467-la-questione-dell-adesione-ad-un-progetto-di-parco

Même si vous ne comprenez pas l’italien, vous comprendrez les illustrations !

Voilà ce dont il s’agit : Pour remplacer les Blancs il suffit d’implanter des Non-Blancs. J’allais dire « pour remplacer des moutons il suffit d’implanter des loups », c’est un peu ça ! Pour remplacer la civilisation des Blancs… Il y a plusieurs stratégies, entre autres, en finir avec nos agriculteurs qui perpétuent notre paysage rural historique. Vous remplacez les coquelicots et les bleuets dans les blés par l’agriculture industrielle, l’élevage industriel, les fermes 1 000 vaches et 10 000 cochons et 100 000 poulets gérés par 1 technicien qui commande des machines et votre bocage, il est foutu.

Mais il y a plus subtil ! Ça s’appelle le « rewilding » ce qui signifie le « re-sauvagement » autrement dit retour à l’état sauvage de la nature. On fait comment ? C’est très simple selon « L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature » http://www.iucn.ch/index_fr.htm

C’est qui ? Allez voir leur site, tout le monde y est : “Nos oiseaux”, “Pro natura”, “ Bird Life”, “WWF”, même “l’Office fédéral de l’environnement”, et “Chasse Suisse” et “le Réseau des Parcs Suisses”… Vraiment allez voir http://www.iucn.ch/francais/membres.htm

Mais me direz-vous la protection de la nature ce n’est pas bien ? Et les nichoirs pour les oiseaux en péril ? Mais si ! Moi aussi je mets des graines de tournesol sur mon balcon pour les mésanges quand il neige et gèle… Et alors ?

Eh bien, il faut remonter à la “Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe” conclue à Bern le 19 septembre 1979 (évidemment en étroite liaison avec le Conseil de l’Europe) et entrée en vigueur en Suisse le 1er juin 1982… https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19790241/index.html

Que dit cette convention ? Un tas de trucs formidables dont la protection des habitats, conservation des espèces, espèces migratrices, etc. suivent les listes des flores, faunes, oiseaux, reptiles, poissons, etc., même les éponges, protégés. Jusque-là pas de problème tant qu’il s’agit du triton alpin ou de la schimmelmannia schousboei -S. ornata…?

Le bât commence à blesser quand il s’agit des « grands prédateurs » c’est-à-dire de la protection des loups, lynx et ours.

Au début on disait que le loup allait reconquérir naturellement les régions européennes, un peu style génération spontanée. Ensuite on a parlé d’élevages de loups en Italie. Et puis tout d’un coup un loup est apparu ici ou là… Ben oui, un soir un loup s’est dit, « tiens, je vais m’faire un p’tit jogging de 500 bornes vers le Nord… » Les mauvaises langues ont suggéré que maintenant les loups voyagent aussi en hélico… Ensuite on a parlé de « réintroduction des grands prédateurs ».

Des ours sont arrivés de l’Est, puis dans le Nord de l’Italie et puis dans les Grisons… C’est très cruel car ces bêtes finissent par circuler dans les villages où ils cherchent de la nourriture dans les poubelles et, au final, on les abat.

En 1995 ( ?) j’ai assisté à une conférence du professeur Boitani « le papa des loups ». À la fin de sa conférence, j’ai demandé pour quelle raison nos ancêtres, qui connaissaient la nature mieux que nous, en étaient arrivés à exterminer les loups ? Le prof  Boitani m’a regardée, ébahi, et m’a répondu « ça je ne sais pas… » ! Alors je lui ai répondu « C’est très simple : les loups mangent et les humains, eux aussi mangent, et donc le loup est un concurrent de l’homme. Le loup mange non seulement les moutons, mais aussi le gibier qui, en période de crise comme pendant la guerre 40-45 constitue les dernières ressources quand tout le monde a faim. »

Alors tout le monde a rigolé…

Exemple : quand j’étais petite, juste après la guerre, nous n’avions pas de canards, ni d’oies sauvages sur nos étangs, aujourd’hui en Flandres, tous les plans d’eau sont envahis. Mais, si « quelque chose arrive » et si les gens ont faim, ils vont prendre la nourriture où elle se trouve. Ainsi après la guerre dans les Alpes, le nombre de chamois avait drastiquement diminué… la « faim » justifie les moyens, et le loup est un concurrent de l’homme.

Dans son article Georges Stoffel explique encore plus : « Quand on a signé très ingénument la Convention de Bern, qui comprend la protection du loup, personne ne pouvait en imaginer les conséquences ! (à part le fait que gouverner c’est prévoir… si on avait demandé au plus analphabète des paysans ou même aux gosses de maternelle, ils auraient répondu “les loups ça mange les moutons” )

En Suisse on suppose qu’il y a entre 30 et 50 loups. La situation est plus grave en France avec 300 loups et 10 000 attaques mortelles par an. L’économie alpestre suisse signifie 560 000 hectares d’alpages soit 1/3 de la superficie agricole utile. 7 300 exploitations alpestres gèrent 600 000 bêtes soit 100 000 tonnes de lait dont 60 % est transformé en 5 200 tonnes de fromage.

Ça n’est pas rien !

Depuis quelques décennies des zones protégées et des parcs naturels sont essaimés sur tout le territoire (ce qui implique des couloirs de passage de l’un à l’autre) selon la stratégie internationale de l’UICN.

Cela signifie non seulement l’introduction des grands prédateurs, mais aussi la création de zones tout à fait protégées où on ne peut plus exercer aucune activité. Ainsi dans les réserves intégrales on ne peut plus toucher un brin d’herbe, ni même les arbres morts car ils constituent un habitat important pour la biodiversité.

(Toujours selon Stoffel, écoutez ça :) « Parallèlement “une nouvelle classe” s’empare de la gestion de la nature c’est-à-dire de la « domination des ressources naturelles ».

 Entre autres, « l’UICN qui est un lobby conspirateur dans le domaine des sciences virtuelles et de la planification, qui a un budget annuel de 100 millions de francs. Il s’y ajoute des donations et des soutiens financiers de l’ordre de milliards. Depuis 1992, il s’agit de  90 milliards pour 4000 projets… »

Le rewilding vise les zones peu habitées comme l’Arc alpin dans lequel le rôle du loup est de pousser l’économie alpestre à la faillite pour y créer des zones vides destinées à redevenir sauvages…

Cet arc alpin couvre la Slovénie, Italie, Autriche, Allemagne, Suisse et France et, grâce au rewilding, forme un immense parc naturel sauvage sur le modèle américain du Yellowstone, avec l’abolition de l’agriculture et de la chasse, et un ultérieur dépeuplement des vallées…

Donc il faudra concentrer la population qui augmente dans les villes que vous construirez en hauteur avec la végétalisation des murs et des toits… Et, si le changement climatique diminue la neige, le ski sera remplacé par la randonnée écologique et la cure thermale…

Allez voir les liens, vous comprendrez qu’il s’agit vraiment d’un « plan »  à long terme qui, encore une fois, entraîne un changement non seulement de la population mais aussi du territoire.

Le WWF a été fondé en 1961 comme d’autres ONG qui datent de la même époque et suivent, toutes, le même genre d’idéologies bancales. Exemple : lutter contre la surpêche dans les océans, mais pas contre celle des cormorans qui déciment les poissons dans nos lacs et rivières, ni contre les pies, corneilles et corbeaux qui déciment les petits oiseaux/animaux.

Le rewilding aggrave le déséquilibre causé par la prolifération humaine : 2,5 milliards en 1950, 7,5 milliards aujourd’hui : plus il y a d’humains moins il y a d’espace sauvage ; augmenter en même temps humains et espaces sauvages, c’est lancer deux trains en sens contraire sur la même voie, ça finit par faire boum…

Mais, faites bien attention car si “quelque chose arrive”, comme pendant toutes les guerres, et les Présidents français ne nous disent-ils pas que nous sommes en guerre ? Le premier problème pour la population c’est d’avoir de la nourriture. Or si nous laissons détruire notre agriculture et en plus nous laissons des grands prédateurs nous concurrencer, (directement quand ils tuent nos animaux et indirectement quand ils poussent nos exploitations agricoles à la faillite) nos problèmes s’aggravent.

Reconstituer les troupeaux, déboiser les alpages, refaire pousser l’herbe sur les pâturages, réacquérir les connaissances professionnelles nécessaires à la gestion des cultures, de l’irrigation, du bétail et même du bois de chauffage, re-maîtriser les techniques de conservation etc. tout cela prend des années ! Ajoutez-y les caprices climatiques avec des sécheresses suivies d’inondations… Dur, dur de faire pousser des laitues surtout quand on en a oublié les astuces…

Bref… un train peut en cacher un autre, ainsi la Convention de Bern qui protège les lichens protège aussi les grands prédateurs au détriment de notre agriculture. Vous avez dit Grand Remplacement de notre population, ajoutez-y Grand Remplacement aussi de notre environnement.

Anne Lauwaert

///////////////////

Sur l’islamisation

Bonjour chers camarades,

Je vous suis depuis quelques années en plus d’avoir eu une fois l’honneur de publier un article par rapport le pape François et un attentat islamiste qui a eu aux Etats Unis qui à tué des Argentins .

Bref courage malgré que n’avons plus la possibilité de laisser nos commentaires mais je comprend parfaitement que c’est une tâche hyper difficile l’important est de continuer ce combat pour sauver la France et l’Occident contre le fascisme islamiste.

Je  me suis battu aujourd’hui contre un Français de souche qui à traité de RL de fasciste, le typique français dhimmi collabo qui affirme quelque chose sans même prendre le temps de réfléchir ou se renseigner  .

En outre pour terminer j’aimerais que RL puisse publier plus d’articles en relation avec les chrétiens d’Orient qui sont toujours encore aujourd’hui, persécutes, discriminés et tués en terre d’Islam, serait important pour démontrer que pourra arriver dans une France islamisé dans 20 ou 30 ans.

Cordialement mes chères amis de Riposte Laïque

Marcel A

///////////////////

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.