La haine de l’autre dans les manuels scolaires musulmans !

Publié le 5 mars 2020 - par - 16 commentaires

Le journaliste de la chaîne allemande ARD (chaîne du service public allemand), Constantin Schreiber, a analysé plus de 100 manuels scolaires d’Afghanistan, d’Iran, d’Égypte, des Territoires palestiniens et de Turquie. Il a eu beaucoup de mal à rassembler toute cette documentation. En les analysant, il a constaté que dans les pays islamiques, les manuels scolaires ne servent pas seulement à l’éducation, mais aussi comme moyen d’endoctrinement. M. Schreiber parle même de « lavage de cerveau ».

L’enseignement dans les pays islamiques peut être défini comme un processus de formation et de transformation sociale, intellectuelle, culturelle, morale et spirituelle en vue de l’approfondissement et la diffusion des valeurs de l’islam.

Les textes ne sont pas uniquement d’ordre religieux, ils peuvent aussi être utilisés à des fins politiques. Par exemple, les textes critiquent les pratiques religieuses soufies et chiites et qualifient les juifs et les chrétiens d’« incroyants » avec lesquels les musulmans ne devraient pas s’associer. Un livre afghan indique que les chrétiens et les juifs sont le peuple de l’enfer. L’Occident y est généralement décrit comme islamophobe. Les manuels scolaires turcs, palestiniens et égyptiens sont moins religieux, mais beaucoup plus nationalistes.

M. Constantin Schreiber explique tout ça dans un entretien qu’il a donné à Bild.


Les pays où l’intolérance se trouve dans les emplois du temps — Bild du 3 mai 2019

Ses livres sont des best-sellers : avec son rapport sur les mosquées où les religieux prêchent la haine en Allemagne (« Inside Islam »), le présentateur du journal télévisé « Tagesschau », Constantin Schreiber1 (39 ans), a déclenché un grand débat dès 2017.

Pour son nouveau livre — Kinder des Koran : Was muslimische Schüler lernen (« Les enfants du Coran : Ce que les élèves musulmans apprennent ») — Schreiber a traduit et analysé plus de 100 manuels scolaires de pays musulmans. Il se pose la question de savoir quelle est la vision du monde véhiculée par les manuels scolaires en Afghanistan, en Iran ou en Égypte.

Ce qui y est enseigné là-bas touche également l’Allemagne : depuis 2014, près de deux millions de personnes sont venues en Allemagne — dont une grande partie en provenance de pays musulmans. Les résultats de Schreiber sont déprimants : de nombreux manuels véhiculent la haine des Juifs et des mécréants et justifient leurs allégations par l’islam.

La conclusion amère de Schreiber : « L’aide financière allemande contribue à la production et à la diffusion de contenus antisémites dans les écoles afghanes2 ».

Extraits des livres scolaires :

Afghanistan, livre de religion, 10e classe : « En particulier les Juifs (…) ont changé le droit, en raison de préjugés et vengeance, pour détourner les croyants du droit chemin (…) ». L’auteur explique : « Les Juifs sont représentés comme fourbes et dangereux ». Aux élèves il est enseigné que les Juifs veulent égarer intentionnellement les musulmans : un cliché antisémite typique du Juif perfide et malveillant.

Égypte, livre d’histoire, 6e classe : « Israël a profité des occasions et a impliqué les pays arabes dans une guerre à laquelle ils n’étaient pas préparés ». Le livre présente toujours Israël comme agresseur — ici la guerre des Six Jours en 1967. Le fait réel est que l’Égypte se préparait depuis des années à une guerre contre Israël. Le dirigeant de l’Égypte, Gamal Abdel-Nasser, promettait déjà en 1965 d’entrer en Israël « sur un sol imprégné de sang ».

Iran, livre d’éthique, 9e classe : « Une femme musulmane jouit de plus de respect et de droits qu’une femme non musulmane ». On cite une prétendue Allemande (Dörte) qui s’est convertie à l’islam. Lorsque Schreiber a contacté une femme du nom de Dörte, qui parle sur le net de sa conversion à l’islam, c’est un homme turc qui répond — il gère un « site web islamique extrêmement conservateur ».

Afghanistan, Livre de la religion, 10e classe : « Ceux qui appellent à Dieu (les musulmans) sont le meilleur peuple. ». Schreiber explique : « Le livre divise le monde en bons et mauvais, et les bons sont les musulmans et les mauvais les autres ».

Afghanistan, Livre de religion, 10e classe : « Ceux qui croient en d’autres dieux que Dieu n’ont aucune raison de le faire. Ils méritent donc d’être châtiés ». Le manuel scolaire prône sans cesse une attitude hostile envers les soi-disant « infidèles », c’est-à-dire les personnes d’autres religions.

Afghanistan, Livre religieux, 10e année : « Si les lois (…) des dirigeants sont contre la loi de Dieu, alors personne ne doit leur obéir ou les suivre ». La phrase est dirigée directement contre les démocraties occidentales. Schreiber explique : « De toutes façons, les musulmans n’ont pas à suivre les dirigeants non musulmans. En dernier ressort, les commandements religieux doivent s’appliquer, pas les lois des hommes ».

Iran, Livre d’éthique, 9e année : « Un vêtement approprié de la femme (hijab) protège sa beauté du regard des hommes lubriques et de leur cupidité ». Une vision du monde doublement erronée : les femmes devraient se couvrir parce que les hommes ne pourraient pas contrôler leurs pulsions. Dans les textes, les femmes sont toujours belles et dignes de protection et les hommes sont toujours concupiscents, explique un expert.

Un directeur d’école préoccupé par l’enseignement de l’islam en Allemagne

L’islam est également enseigné dans les écoles allemandes. Selon une enquête menée par le service de presse « Intégration 3 » au printemps 2018, 800 écoles à travers l’Allemagne proposent une instruction religieuse islamique pour 55 000 élèves.

Le but des leçons : enseigner aux enfants musulmans un islam qui fonctionne conformément à la Constitution et à la démocratie. Mais est-ce que cela fonctionne ? « Tous les programmes et supports doivent être approuvés par les autorités cultuelles respectives », affirme Hans-Peter Meidiniger, directeur de l’association des enseignants depuis le 1er juin 2017.
Pourtant, il est inquiet : « L’autre question est de savoir ce qui se passe en classe. Tous ceux qui enseignent l’islam dans les écoles allemandes n’ont pas acquis leurs qualifications pour cela dans les universités allemandes ».

La demande de Meidinger : « L’État a une responsabilité particulière à cet égard. Il doit s’assurer que tout ce qui se passe dans l’école soit basé sur la Constitution ».


Résumé du livre « Kinder des Koran : Was muslimische Schüler lernen » (Ce livre n’est pas disponible en français).

Celui qui veut comprendre les sociétés musulmanes doit analyser les valeurs que véhiculent les manuels scolaires. Quel rapport y a-t-il avec les autres religions, par exemple avec le judaïsme, qu’enseigne-t-on dans ces livres ? Quelle est l’image de la femme qui est mise en avant ? La religion ne joue-t-elle vraiment qu’un rôle que dans l’éducation religieuse ou imprègne-t-elle aussi les autres matières ?
Constantin Schreiber, journaliste de télévision et expert de la région, a passé à la loupe les manuels scolaires de cinq pays islamiques. Il y a constaté des falsifications historiques, de l’antisémitisme, une mythomanie de l’Islam et un rejet de l’Occident.

Les manuels scolaires font partis des fondements les plus importants qui façonnent une génération, et c’est ce qui rend les recherches de Constantin Schreiber si pertinentes. Les commentaires de l’auteur sont également basés sur les discussions qu’il a eues avec des experts ; dont un psychologue, un pédagogue et un professeur d’enseignement scientifique. Les analyses qui en résultent sont factuelles, convaincantes, voire déprimantes : les manuels examinés sont chargés idéologiquement et encouragent la misogynie, la haine des Juifs et d’Israël et la suspicion envers les personnes d’autres confessions. L’Allemagne, en tant que donateur important pour l’éducation dans ces pays, ne semble pas vérifier si son aide financière n’est pas détournée de son but initial.


Notes :

1 Constantin Schreiber est un journaliste allemand travaillant pour des chaînes de télévision de langue allemande et arabe. Adolescent, Schreiber a appris l’arabe tout en passant du temps en Syrie. Il est licencié en droit et a travaillé comme journaliste pour le journal libanais Daily Star de 2006 à 2007.

2 L’Allemagne a accordé en 2018 62,5 millions d’euros d’aide au développement à l’Afghanistan dont une partie a été utilisée pour imprimer des livres scolaires qui incitent à la violence et à l’extrémisme.

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Charles

Croire les âneries débitées en l’unité de temps, ne sommes nous pas un peu poires en France ou bien le boa constrictor n’est pas suffisamment énorme ?

POLYEUCTE

J’ai la “chance” d’avoir en face de chez moi, la seule Ecole coranique de l’Ouest parisien.
Ecole maternelle catho privée à mon arrivée. Vendue à l’Iran par de Charette et Pasqua.
Ouverture d’une contrepartie à Téhéran ! J’attends toujours…
Police, Vigipirate et le toutim…
Fenêtres ouvertes en été ? Portraits de Khomeny… Foulards pour les gamines, prières.
Je n’ai pas accès aux bouquins… Mais j’ai mon idée…

Philippe@9.3

La démarche de ce journaliste démontre une certaine réticence… Tous ces manuels scolaires s’inspirent du coran, ‘seule vérité scientifique’.
Oui, une femme musulmane a plus de droit qu’une non musulmane, qui n’en a aucun dans leur référentiel. Ca n’est pas une contre vérité.

malein

En fait une femme musulmane a 2 droits primordiaux selon le Coran, le 1er est d’ouvrir sa bouche d’égout pour roter et le 2ème est d’ouvrir sa cheminé pour permettre à son mari de la ramoner.

Clovis

Excusez moi Johan, mais vous me donnez le sentiment de découvrir l’eau chaude !
Vous écrivez ci-dessus :
“… Les textes ne sont pas uniquement d’ordre religieux, ils peuvent être utilisés à des fins politiques…”
Mais, c’est partie du problème de la doctrine édictée par le Coran !
Il ne s’agit pas d’une simple religion, mais bien de textes qui régissent l’intégralité de la vie des Musulmans !
Et là est toute la problématique de cette secte…
Il ne s’agit pas de la simple croyance en un Dieu…
Y est prônée la nullité de la femme, le crime contre les non-croyants, l’égorgement, le viol, l’amputation, etc…
Récemment, je me suis acheté le Coran, car mieux que les commentaires lus ici et là, il faut en lire des passages !
E di fiant !…
Lisez… vous n’allez pas être déçu !

Johan Zweitakter

Bonjour Clovis,
je vous remercie beaucoup pour l’intérêt que vous portez à mon article sur les manuels utilisés dans les pays musulmans. Comme vous avez pu le constater, il s’agit principalement de la traduction d’un article paru dans Bild.
Selon vous je viens de « découvrir l’eau chaude ! ». Pour vous rendre compte que tel n’est pas le cas, je vous encourage à (re) lire mon article intitulé «Convaincre un monde incrédule que le cauchemar a déjà commencé» publié en 2016. Vous constaterez alors que si vous, vous venez d’acheter un Coran récemment tel n’est pas mon cas. Mais vos remarques sur la religion musulmane sont pertinentes et totalement fondées, quand à celle me concernant je vous propose de lire mes autres articles à l’adresse : https://ripostelaique.com/author/johan-zweitakter.

Reconquista

Le coran n’est pas le pire. Les hadiths, la sunna et la charia sont bien plus criminogènes

Reconquista

Ces manuels sont conformes à l’islam qui nie l’humanité des croyants ou non des autres religions (ce sont des porcs ou des singes!!). La lutte contre l’islamisation sera difficile et meurtrière car ils ne laisseront jamais modifier le contenu des textes fondateurs (Momo le pro fête était chef de guerre, pédophile, esclavagiste, misogyne, massacreur de juifs et j’en passe). Ce sera la guerre car si nous ne la faisons pas pour les chasser, c’est eux qui nous la ferons pour nous convertir, nous réduire à l’état de dhimmie ou nous exterminer. Les clés? la démographie, la trahison des ambitieux qui nous dirigent et notre lâcheté. Les peuples à sang chaud comme les grecs commencent à faire ce qu’il faut. Il nous faut des « couillus » à la tête de l’état et pas des lopettes de la finance.

Geneviève Boyer

Bonjour. Si nous essayons de survoler l’histoire des contenus des manuels scolaires chez nous en France, il est flagrant qu’ils représentent une transition vers de moins en moins d’histoire de France et de plus en plus de récits flattant l’islam.

Pin

“Coluche” Le verbe aimer
Combien de fois le verbe «AIMER» figure dans le Coran ?
Et, si possible, le numéro de la Sourate… dans lequel «aimer» est cité ?

Dans le Coran, le terme « GUERRE » est employé 9 fois

Celui de «SUPPLICE » 12 fois,

« INFIDÈLE» revient 47 fois

Le verbe «TUER» et ses conjugaisons 65 fois,

Le terme «FEU» (de l’enfer pour les mécréants) 150 fois,

Johan Zweitakter

Bonjour,
le mot amour figure dix fois dans le Coran traduit par Jean Grosjean (c’est un Coran agréé par l’Arabie Saoudite) :
2, 165 – 2, 177 – 3, 14 – 11, 90 – 12, 30 – 19, 96 – 21, 90 – 76, 8 – 89, 20 – 100, 8.
Je vous concède que ce mot s’adresse principalement à Dieu et très peu à son prochain et surtout pas à un mécréant !
Quelques exemples :
[Coran 2, 165] Or les croyants sont les plus ardents en l’amour d’Allah.
[Coran 3, 14] On a enjolivé aux gens l’amour des choses qu’ils désirent : femmes, enfants, trésors thésaurisés d’or et d’argent, chevaux marqués, bétail et champs.
[Coran 11, 90] Mon Seigneur est vraiment Miséricordieux et plein d’amour.
[Coran 19, 96] A ceux qui croient et font de bonnes œuvres, le Tout Miséricordieux accordera Son amour…

Michel Lapaix

Superbe, avec riposte laïque, nous progressons avec discernement dans l’étude de l’islam, avec faits, chiffres, données objectives.

denfer VICTORIA

À Saint-Denis, le programme du candidat PS Mathieu Hanotin est accessible dans un
« français facile à lire et à comprendre ».
Son équipe a missionné l’union des (établissements de service d’aides par le travail) de l’Oise afin de traduire son texte via cette méthode qui permet de rendre les informations plus simples au plus grand nombre.
Car le candidat souhaite se battre pour un « territoire 100 % inclusif. » « Il m’arrive régulièrement sur les marchés que certaines personnes refusent les tracts et me disent : Je ne sais pas lire »
Il parle de ces électeurs « qui peuvent voter mais qui ont du mal avec le français
http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/municipales-a-saint-denis-mathieu-hanotin-ps-traduit-son-programme-en-francais-simplifie-02-03-2020-8270646.php

patphil

le vivre ensemble chez eux c’est niet!
le vivre ensemble chez nous, c’est niet
qu’attendent les zélites ouest européennes pour se rendre compte de la réalité ? que nous soyons submergés ? gaulois réfractaires, allez voter !

Louis

Le vivre ensemble oui mais sans eux. Votre disque est rayé patphil. On sait tout cela. Voter effectivement oui comme depuis 48 ans pour le FN/RN une fois de plus mais cela ne suffira pas.

Jean-Louis

Très courageux ce journaliste. Vaut-il garder son job dans la chaîne d’etat allemande?

Lire Aussi