1

La haine des médias contre Éric Zemmour devient grotesque

Aujourd’hui je suis tombé sur des articles, des tweets vomissant Éric Zemmour. Ces écrits soulignent clairement la panique qui saisit les auteurs.

Je n’ai jamais vu de tels torrents d’injures, de dégueulis verbaux sur un personnage qui ne s‘est pas encore déclaré que je sache, même si je pense  désormais qu’il ne peut pas faire autrement que de se présenter à cette élection majeure qu’est l’élection d’un nouveau Président digne de ce nom.

En effet, nous ne pouvons pas vraiment dire que nous avons été gâtés ces dernières années.

Macron crâne d’œuf

Je passerai sur la catastrophe Mitterrand qui dira, après Maastricht, qu’il aura été le dernier vrai président de la République. Avec quelque avancées sociales fort onéreuses pour faire avaler la pilule, il y eut en fait 14 ans de trahison à tous les niveaux. À décharge, il faut bien admettre que la grande majorité des Français ignorait qui était ce type au passé trouble.

Giscard et beaucoup d’autres savaient qui était vraiment François Mitterrand. Ils n’ont pas voulu se salir les mains et c’est bien dommage. Ce fut une lâcheté première. Étudiant, Mitterrand  était un militant de l’Action Française de Maurras, un royaliste, un patriote, mais aussi et à cette époque, un antisémite déclaré.

Durant la guerre, il ne s’est pas distingué. Il a été fait prisonnier, s’est évadé et a rejoint le maréchal Pétain, comme beaucoup d’ailleurs. Vichy lui confia la mission de liaison avec les prisonniers restés en Allemagne. On peut s’étonner qu’un ancien prisonnier évadé ait été mis en avant, à la barbe des nazis, sans que ceux-ci ne disent rien. Décoré de la Francisque, il jura fidélité au maréchal Pétain.  

Je passerai sur ses demandes assidues auprès de Charles de Gaulle pour avoir un poste dans le futur gouvernement de la Libération. Le mépris du Général en réponse fit germer dans cet esprit retors une lourde haine.

Je passerai également sur les différents postes ministériels sous la IVe République pourrie, qui fut à son grand désespoir évacuée dans les chiottes de l’histoire, par le même Charles de Gaulle en 1958, d’où une haine encore plus exacerbée. Il y eut aussi ce misérable et faux attentat de l’Observatoire à Paris, pour que personne ne l’oublie. Bref, il a fini par être Président grâce à la trahison de Chirac. 14 ans de démolition de la France.

Puis vient le tour de ce Jacques Chirac. Traître à tous ses amis gaullistes. Celui qui les sacrifia pour un poste de Premier ministre sous Valérie Giscard d’Estaing.  

Par la suite, Chirac devint le premier maire de Paris, créa le RPR, fit son appel de Cochin sur le patriotisme, la France souveraine, son indépendance, sa haine de l’Europe supra-nationale, pour finalement mettre à la poubelle ses pseudo-convictions, et faire de la lèche à Mitterrand qui, in fine, l’adouba en tant que candidat d’une droite émasculée. 12 ans d’égarement du Président Chirac.

Vient Nicolas Sarkozy qui lui, aura trahi Chirac en 1995, puis plus grave, en tant que Président, le référendum de 2005 sur la Constitution européenne. (5 ans)

Passons sous silence le ridicule François Hollande (5 ans) et nous voilà avec un Emmanuel Macron, (5 ans) champion du « En même temps » qui lui, aura vomi sur la France, sa culture, son histoire en lui niant toute sa réalité. 

Bref, avec Giscard, cela fait 48 ans de trahisons de la France et des Français.

Les prochaines élections seront soit un grand bol d’air pour la France et les Français, soit une noyade assurée.

Une image résumé par un tweeter « Un cavalier qui surgit hors de la nuit Court vers l’aventure au galop Son nom, il le signe à la pointe de l’épée D’un Z qui veut dire Zemmour ». Alors vous me direz que rien n’est sûr, qu’il y aura un sergent Garcia qui viendra mettre des bâtons dans les pattes de Tornado.

Si c’est de Bertrand que vous parlez, alors là, je vous sors l’arme fatale en image.

Sergent Garcia-Bertrand et le Z

Ce n’est pas les haineux gauchistes, ou certains « auteurs compositeurs algériens«  ayant fait leur trou dans les salons macronistes de la République, ces Français de papiers, tous les Caliméro télévisuels, les victimaires assoiffés de subventions et autres traîtres en demande permanente de « repentance » et de « réparations », qui empêcheront les Français de faire un choix dans leur propre intérêt.

Voici, pour conclure, une réflexion simpliste, imbécile de l’un d’eux, celle d’un raciste indigéniste au sujet de Sonia Mabrouk jugée trop complaisante pour Éric Zemmour. Bien entendu, c’est sous couvert de l’anonymat. Nous le savons tous, ce n’est pas le courage qui étouffe les hyènes des réseaux sociaux.  

Elle ne pousse pas les interviewés dans leurs retranchements, elle les pousse dans la fosse à purin zemmourienne. Europe 1, la radio néo-fasciste. La simple écoute vaut complicité. Asphyxions les médias Bolloré par le boycott et la pression sur les annonceurs.

On appréciera à leur juste valeur ces démocrates bidons, et les vrais terroristes contre la liberté d’expression.

Vive la France, vive l’Empereur, vive Zemmour !

Gérard Brazon