La honte : Cazeneuve supplie Boubakeur de l’aider à maintenir l’ordre !

cazeneuvejihadNous commencerons cet article par un de ces psychodrames économiques à cinq, six ou huit partenaires évoquant davantage une partouze dans un hôtel qatari de Paris qu’une saine joute entre compétiteurs non chargés aux dérivés de l’opium.

http://www.lesechos.fr/journal20141104/lec2_entreprise_et_marches/0203909431487-les-biscuits-bn-et-delacre-tombent-dans-lescarcelle-du-turc-yildiz-1060634.php

Rappelons au passage, puisque le Turc triomphant possède les chocolats Godiva qu’une dame de Coventry (Angleterre encore chrétienne) portant ce prénom fut promenée nue sur un cheval vers les années 1000 pour, si mes souvenirs sont bons, une obscure histoire d’impôts trop lourds. À vérifier, le temps me manque.

Le fait est : un fleuron de la gastronomie française, déjà fortement mondialisée reconnaissons-le, franchit les Dardanelles pour un séjour à Topkapi, entre loukoums façon siège de Vienne et « erdoganeries » tendance mort-aux-Kurdes. Faut pas craquer maintenant, BN ! Brave petit biscuit né sur les bords de la libre Loire et désormais croqué au harem du Sultan par celles qui prennent jour après jour le voile sous l’amicale pression de la famille régnante. On compte sur toi pour t’évader bien vite. Pour aller où ? Je n’en sais rien, moi. Au large des côtes d’Orient si possible. Loin. Et qui sait, mouiller un jour dans un bol de lait sur le quai Turenne. Va savoir.

http://www.fdesouche.com/534891-dalil-boubakeur-ministre-linterieur-demande-notre-aide-etablir-securite-en-france

Là, c’est Sobieski soi-même demandant aux Turcs de mettre enfin un peu d’ordre dans la capitale autrichienne encerclée. On sourit moins, parce qu’il s’agit du point central de la déchéance française. Le ministre le plus puissant du pays demande l’aide d’un tragediante-comediante de force 10 pour remettre de l’ordre là où il en n’en est ouvertement plus capable. Il est fort possible que dans la quête nationale du record de plongée en apnée, nous ayons atteint là un point qui, s’il n’est peut-être pas encore de non-retour, signifie l’imminence des embolies, bulles cérébrales, asphyxies aiguës et ruptures vasculaires propres au genre.

Et Monsieur Boubakeur de se tortiller sur sa chaise comme un spermatozoïde approchant sa cible. Grandiose exercice de takkia. Bravo l’artiste, encore une fois. Quel talent !

Explorateurs du pire, nous sommes entrés en Absurdie, royaume où rien ne tient debout sauf l’invraisemblable. Une souris en panique demande à un gros matou ronronnant l’asile entre ses griffes. À ce compte-là, il faut d’urgence obtenir du solitaire morne et glacé qui conduit nos destinées une refonte radicale de son gouvernement. Déjà, une marocaine s’occupe de mettre à bas les derniers fondements d’un enseignement millénaire un temps considéré comme le meilleur de la planète. La nomination d’un ministre de l’Intérieur algérien s’impose sans délai. Ces gens-là ont maté des fauves assoiffés de sang dans les années 90. Des pros.

Aux Affaires Étrangères, nous suggérons, avec toute la déférence qu’impose la génuflexion au pied du monarque, un ennhadien de Tunis, vous savez, l’un de ces modérés que le Général Lévy, dans un coup de rein demeuré fameux, avait placé aux commandes de l’ancien protectorat. Celui-là saura parler aux Turcs, aux Hazaras d’Afghanistan, aux Ouigoürs de Chine et même aux écoliers maliens de Montreuil.

Ainsi munie de l’essentiel flanqué de quelques comparses puisés à la source du gaucho-bobo-mao-bléno bien de chez nous, la France ressuscitée à l’EPO pourra affronter les défis que lui lance une modernité appuyée sur les piliers de la sagesse que sont la multi-culturalité, le métissage obligatoire, le rap au sang de mouton et la sourate invitant les Vrais Croyants à toujours faire en sorte de dominer le koufar. D’une tête.

Jean Sobieski

image_pdf
0
0