La justice Taubira : policiers agressés inculpés, racailles libérées…

Publié le 16 octobre 2014 - par - 3 654 vues
Share

AutocollantTaubira

Il n’est pas une journée où, à cause de quelques verdicts judiciaires ahurissants, nos compatriotes, pour reprendre une formule d’Eric Zemmour, ne reconnaissent plus la France.

Ainsi, ce mardi 14 octobre, devant le tribunal correctionnel de Marseille, avait lieu le procès d’un policier qui, le 12 décembre 2010, en état de légitime défense, avait tiré avec son flash-ball sur un Algérien, qui venait de le blesser à la tête :

Un policier devant la justice pour un tir mortel de flash-ball

http://www.europe1.fr/societe/un-policier-marseillais-en-proces-pour-un-tir-mortel-de-flash-ball-2259673

Les faits avaient eu lieu le 12 décembre 2010. La police avait été appelée en urgence dans un foyer du 15e arrondissement de Marseille, où Mustapha Ziani, un Algérien de 43 ans, avait agressé à coups de couteau son voisin de chambre. Arrivé sur les lieux accompagné de deux collègues, le fonctionnaire de police avait trouvé face à lui un homme dans un état d’extrême agitation, refusant de répondre aux injonctions répétées de se rendre, selon l’enquête.

Mustapha Ziani, qui souffrait de troubles du comportement, s’était emparé d’un mug et l’avait jeté à la figure du policier. Alors qu’il s’apprêtait à récidiver avec un autre objet, le fonctionnaire de police, déjà touché à la tête, avait fait usage de son flash-ball, l’atteignant au thorax. En le tirant sur le sol, un autre fonctionnaire de police était parvenu à menotter Mustapha Ziani, qui se débattait encore. C’est à ce moment que la victime s’était effondrée, victime d’un arrêt cardiaque. Il était mort le lendemain à l’hôpital.

Si nous étions dans un pays normal, il n’y aurait même pas procès, et le policier aurait été décoré. Eh bien, nous sommes dans la France de Hollande-Taubira, et cela change tout. Dès le début du procès ce matin, le procureur de la République (probablement membre du Syndicat de la Magistrature, ou proche) a demandé le renvoi de cette affaire devant la cour d’Assises. Il a estimé que la qualification juridique retenue ne pouvait être celle d’homicide involontaire, mais celle de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner :

Tir mortel de flash-ball par un policier : le procureur demande le renvoi aux assises

http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/10/14/un-policier-aux-assises-pour-tir-mortel-de-flash-ball-571424.html

Voilà la mentalité de ces traîtres qui infestent les prétoires : accabler et calomnier tout policier (et plus largement tout honnête citoyen) qui a osé se défendre face à un criminel !

Pour ces personnage, les policiers n’ont donc pas le droit d’utiliser leur arme de service, ni leur flash-ball, ni leur taser… même s’ils ont été frappés à la tête par un criminel qui vient de poignarder quelqu’un ! Autant leur demander de se laisser assassiner, pour complaire aux bobos-collabos pro-racailles taubirophiles !

Pourtant, le flash-ball est une arme utile, comme le prouvent les événements de ce lundi 13 au soir, dans le quartier toulousain de Bellefontaine (où une mosquée est en construction), où des racailles ont attaqué des policiers, forçant ces derniers à se défendre avec leurs flash-balls.

Toulouse : caillassés, des policiers font usage du flashball dans le quartier de Bellefontaine

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/2014/10/14/toulouse-caillasses-des-policiers-font-usage-du-flashball-dans-le-quartier-de-bellefontaine-570904.html

Des policiers ont dû faire usage du flashball lundi soir, vers 23 heures, en tentant d’interpeller le conducteur d’un scooter qui avait refusé d’obtempérer, selon une source policière. Le scooter a pris la fuite au moment du contrôle et les policiers l’ont ensuite retrouvé un peu plus loin. Mais au moment de le contrôler, le conducteur leur a foncé dessus et a de nouveau pris la fuite. Plusieurs personnes qui se trouvaient à proximité ont ensuite lancé des projectiles sur les policiers qui ont dû faire usage à plusieurs reprises de flashball. 

Le syndicat Unité SGP-FO Police souligne que « ce ne sont pas moins de 10 agressions ou rebellions qui ces derniers jours ont occasionné des blessures sur des fonctionnaires de police. Le constat alarmant se réitère et s’amplifie chaque jour davantage. Les récentes dispositions relatives à la contrainte pénale ne semblent pas étrangères à ces comportements offensifs puisque le sentiment de totale impunité des délinquants prévaut lors de chaque contrôle ou interpellation« .

Pendant ce temps, on apprend qu’à Nice, un voleur a porté plainte contre le policier qui l’a blessé lors de son interpellation, suite à un tir de flash-ball en état de légitime défense, là aussi :

Le voleur blessé au Flash-Ball à Nice porte plainte

http://www.nicematin.com/menton/le-voleur-blesse-au-flash-ball-a-nice-porte-plainte.1943577.html

Ziani et un complice venaient de voler un scooter à Menton qu’ils avaient ensuite chargé dans leur véhicule. Une patrouille de la brigade anticriminalité les a pris en chasse. Les policiers niçois les ont relayés. Au volant, Ziani grille tous les feux et finit par percuter deux voitures en stationnement (dont un véhicule de police). Un policier fait usage d’un flash-ball après de multiples sommations pour stopper cette course folle. Une vitre latérale explose sous l’impact d’une balle en caoutchouc. Jonathan Ziani est blessé par les éclats de verre. Il se présente lundi avec un pansement devant ses juges. Il sollicite un délai pour préparer sa défense. D’autant qu’il a, de son côté, déposé plainte contre les policiers.

Mais à ce jour, malgré ses blessures, le jeune homme doit répondre de vol, de refus d’obtempérer, de violences sur policiers et de dégradations de véhicules. Le procureur Funel suggère un maintien en détention en attendant le procès fixé le 19 novembre. Légionnaire jusqu’en février 2013, actuellement sans emploi, Jonathan Ziani est finalement placé sous contrôle judiciaire. Une décision dictée surtout par la nécessité d’un suivi médical.

Donc un dangereux criminel, qui a foncé délibérément sur un véhicule de police rempli de policiers, le percutant violemment, au risque de blesser ou tuer ces derniers, est laissé en liberté, et porte plainte contre ceux-ci — pendant que le policier qui a tiré sur un musulman égorgeur se retrouve menacé des Assises !

Elle est belle, la Justice française, sous la présidence de Hollande et le règne de Christiane Taubira à Beauvau !

Jeanne Bourdillon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.