1

La justice veut museler les vérités dérangeantes d’Eric Zemmour

Merci à Pascal Praud,  le premier à avoir invité Eric Zemmour dans son émission matinale de CNews,  L’heure des Pros. La cour de Cassation a en effet annulé la condamnation qui frappait l’essayiste.

Peut-être n’est-il pas inutile de rappeler pour quel motif  Eric Zemmour a été condamné. Dans une interview au journal italien Corriere della Sera, pour la sortie de son livre Le Suicide Français en octobre 2014,  Eric Zemmour déclarait :

« les musulmans ont leur code Civil, le coran, ils vivent entre eux, dans les banlieues… Cette situation de peuple dans le peuple nous conduira au chaos ou à la guerre civile. »

Ces propos lui ont valu une condamnation pour provocation à la discrimination, la haine et la violence, condamnation confirmée en appel.

Eric Zemmour apporte quelques  précisions sur les motifs de la cassation : l’interview a été donnée dans un  journal italien, les tribunaux français ne sont donc ni concernés ni compétents. Par quel artifice ont-ils donc instruit l’affaire ? Il existe une version française du journal italien donc consultable en France avec toutes les possibilités d’erreurs et d’approximations dans la traduction comme cela a été le cas avec l’emploi par le journaliste du mot déportation attribué à tort à Eric Zemmour.

Le débat tourne à la passe d’armes avec Clément Viktorovitch, qui oppose les limites du droit à la volonté de liberté totale d’expression à l’anglo-saxonne, que préconise Zemmour. Deux conceptions de la démocratie s’affrontent.

Le débat descend nettement de niveau avec la féministe de service Fatima Benomar, co-fondatrice de l’association Les effrontées :  Zemmour insiste pour appeler son interlocutrice Mademoiselle. Le temps est mieux employé à aborder d’autres sujets. Un musulman peut-il être athée ? Fatima Benomar cite son propre exemple.

C’est l’occasion pour Eric Zemmour de définir ce que l’on entend par religion, ce même terme recouvrant des réalités différentes. Une foi dans le christianisme, une sagesse dans le bouddhisme, un ensemble de règles dans le judaïsme et l’islam. Autrement dit, il distingue spiritualité et orthopraxie.  Le Coran fait donc concurrence au code Civil.

Le niveau du débat est sans doute trop élevé pour le chanteur Cali, invité sur le plateau pour faire la promotion de son roman  dont le titre Seuls les enfants savent aimer  laisse déjà augurer du pire. Le romancier débutant, chanteur engagé à ses heures, battu à deux reprises à des élections locales – grâce soit rendue aux électeurs – qui peine à articuler une phrase, demande  de manière ridicule à Zemmour de se repentir pour les injures qu’il aurait proférées à l’égard de Youssoupha en particulier et des rappeurs en général, puis à court de souffle et de vocabulaire, déclare ne pas vouloir être complice en restant une seconde de plus sur un plateau aussi mal fréquenté. Son départ piteux n’émeut personne.  Cali savait pertinemment que Zemmour était invité. Le chanteur  ne cherche qu’à faire un buzz facile, commente Pascal Praud, agacé par ses manières.

L’attitude puérile du chanteur en mal de buzz est d’autant plus affligeante qu’elle contraste avec l’enjeu du débat : au-delà de la question de la liberté d’expression, le problème est celui de la fragmentation, de la communautarisation, de la libanisation de la France.

Zemmour énonce clairement le problème qui se pose : la France peut-elle survivre en ayant en son sein deux sociétés aux règles différentes voire opposées.

http://www.fdesouche.com/944209-eric-zemmour-francais-refusent-de-vivre-selon-modeles-quimposent-nouveaux-arrivants

Les deux autres invités du plateau, journalistes au Point et Valeurs Actuelles,  partagent dans les grandes lignes la vision pessimiste de Zemmour.

Ce qui nous ramène à notre point de départ. Une  Justice répressive qui traque  le jeu de mot, le dérapage dans les sujets désormais interdits, qui poursuit l’opposant jusqu’à l’étranger, pour faire taire à tout prix celui qui procède à l’état catastrophique des lieux, une institution qui tente de camoufler les fractures au sein de la société française en réprimant toute parole qui les met en évidence, est le symptôme d’une société déboussolée, en pleine déconstruction.

Florence Labbé