La légalisation de l’euthanasie est une boîte de Pandore

Publié le 21 mai 2019 - par - 61 commentaires - 1 041 vues

Les humanistes en peau de lapin veulent croire (ou l’affectent) qu’euthanasier c’est servir la « dignité «  de l’homme en phase critique…

Les droits de l’homme-euthanasié, encore un bel oxymore !

Le concept de « dignité » – instrumentalisé pour clore le bec, culpabiliser sans argumenter –  est à considérer avec une méfiance légitime dès lors que cette « dignité » revendiquée par les adhérents du camp du Bien, s’applique essentiellement aux malades en phase terminale ou supposés tels et bien peu aux vivants.

Les atomes de la masse, « ceux qui ne sont rien », étant exclus de tout droit à vivre dans la dignité. Qu’ils se démerdent ! Qu’ils se prennent les Flashs-Balls dans la g… s’ils ne sont pas contents de leur traitement indigne !

Qu’ils attendent d’être en état de dépendance et de vulnérabilité suffisante pour accéder enfin à ce « droit à la dignité », cette compassion élitaire intéressée… Car ce dont il s’agit c’est d’un droit ultime que les « gouvernances », dans leur grande générosité, aspirent à concéder aux « masses », si possible d’office : le « droit de mourir dans la dignité » !

Le moment pour « bénéficier » de ce « droit » étant difficile à évaluer, l’application de cette peine de mort aux innocents est vaste.

En Belgique, où l’euthanasie est légale, le corps médical accepte même de l’appliquer à des enfants, des dépressifs. Au point que les usagers de la médecine – à commencer par ceux qui y travaillent, c’est dire…- n’ont plus du tout confiance dans les médecins, les hôpitaux.

Les parents de Vincent Lambert vivent un cauchemar, celui de l’assassinat programmé de leur fils, par l’État Français, qui vise ainsi à engager la légalisation de l’euthanasie.

D’aucun opposeront à ce point de vue la demande d’euthanasie formulée par des membres de la famille. Par exemple des héritiers. Ou bien un époux ou une épouse, qui aurait hâte de dénouer le lien conjugal pour en renouer un autre. Et pourquoi, de nos jours où la liberté de divorcer est totale, faudrait-il que l’époux soit euthanasié pour que le conjoint puisse jouir d’un nouvel amour ?

Qui fait l’ange fait la bête. Nos ploutocrates gouvernants, soixante-huitards et post-soixante-huitards excellent en la matière. Mais leurs oreilles pointues, leurs dents longues et leur queue obscène dépassent aujourd’hui tellement de leur froc que ça commence sacrément à se voir…

L’euthanasie banalisée ouvre à des pratiques horrifiques.

Par exemple quand un malade plutôt pauvre et sans famille aura le malheur d’arriver dans un hôpital en même temps qu’une notabilité en besoin d’organes, on peut prendre le pari que les arrangements iront bon train.

On sait que pendant la guerre du Kosovo, les Albanais vendaient – au fur et à  mesure des besoins – les organes de leurs prisonniers serbes.

On sait qu’en Russie, avant l’arrivée de Poutine au pouvoir, les SDF russes, que les autorités laissaient mourir de froid dehors, étaient ramassés sur les trottoirs au petit matin par des labos qui traitaient leurs cadavres comme matière première pour vendre des greffons divers, notamment des cornées, fabriquer de la poudre d’os pour la chirurgie… pour alimenter très probablement le marché international, en manque de donneurs. Qu’on ne se fasse pas d’illusion, la vie des pauvres ne vaut plus rien pour nos ploutocrates gouvernants.  Mais dès lors qu’ils sont morts et pour peu que l’opinion public s’y fasse (la propagande faisant son travail « d’accompagnement »), que le marché soit revêtu du sceau de la légalité, le corps des pauvres deviendra un objet formidable de profit.

Ce traitement industrieux des cadavres des pauvres ne vous rappelle pas un peu les heures les plus sombres… ?

Comme le dit sans état d’âme un cardiologue athénien : « Pourquoi les pauvres (« qui ne sont rien », ne l’oublions pas,  NDLR) ne contribueraient-ils pas à la santé des riches ? ».

Les ploutocrates qui ont inscrit l’euthanasie au programme de la mondialisation sont très pressés de la mettre en pratique. C’est pour eux un paramètre de premier plan pour gérer les « masses », dont ils se sentent légitimés à disposer selon leurs intérêts, comme d’un troupeau. Un troupeau, qu’ils peuvent conduire à l’auge comme à l’abattoir.

L’euthanasie des gueux est en effet une perspective économique urgente car indispensable à la survie du Système : c’est la retraite la moins chère !
C’est aussi la solution la moins chère pour les plus vulnérables, les malchanceux de la vie, de la santé, devenus improductifs, inutiles.

Trop onéreux de les laisser en vie…

Encore un reste de charité chrétienne, incompatible avec la modernité comptable, que nos ploutocrates veulent au plus vite dégager !

Coup de théâtre ce matin : La cessation de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert qui avait été commencée d’autorité par un médecin du CHU de Reims ce lundi 20 mai, au grand dam de ses parents et de leurs soutiens  –  vient d’être reprise !

Victoire en appel !

https://lalettrepatriote.com/la-cour-dappel-ordonne-la-reprise-de-lhydratation-et-de-lalimentation-de-vincent-lambert/

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/gagne-avec-les-manifestants-lors-de-lannonce-de-la-reprise-des-traitements-de-vincent-lambert-107190?actId=ebwp0YMB8s0EMZLY1WvTN3V1qzzpVLXuLyr5FYI13OqqeeE5xfPT96IyNGYl1-Y5&actCampaignType=MAIL&actSource=430

Rappelons que depuis 2013, Vincent Lambert n’a bénéficié d’aucun soin (kinésithérapie, sortie extérieure en fauteuil et autres stimulations nécessaires). Depuis 6 ans il est confiné dans sa chambre d’hôpital, ses visites surveillées (mieux que les parloirs des prisons). Un hôpital aux méthodes carcérales qui est prêt à accepter l’ordre (émanant d’où ?) d’euthanasier le malade mais qui refuse de le confier à un hôpital qui se propose de lui prodiguer tous les soins nécessaires.

Ce refus de transférer Vincent Lambert dans un hôpital qui lui offre cet accueil humain, conforme à la dignité humaine, est un aveu que le but est de faire du « cas Vincent Lambert » une ouverture du droit à euthanasier les handicapés, les grands malades, les faibles…

Derrière les larmes de crocodile des belles âmes qui manifestent tant de hâte à légaliser l’euthanasie, se profilent des preuves tangibles de leur inhumanité.

Faire mourir en privant de nourriture et d’hydratation est la preuve que le malade peut survivre sans soins. C’est un meurtre pur et simple. S’il est ordonné par voie institutionnelle, c’est un meurtre d’État.

Nul doute que c’est ce devant quoi nos institutions viennent – sans doute temporairement – de reculer.

Et comme le malheur des uns fait le bonheur des autres dans une société post-chrétienne qui, ce faisant, régresse au niveau des sociétés barbares, sans doute y a t-il déjà des structures médico-commerciales qui se réjouissent de pouvoir bientôt disposer d’un nombre conséquent d’organes propres à assurer la satisfaction de la demande !

On pense à tout dans une société totalitaire, ploutocratique, détachée de toute humanité depuis qu’elle s’est convertie à la religion de la jouissance et du mercantilisme.

Faut-il s’étonner que ces « gouvernances » déshumanisées organisent le grand remplacement des populations chrétiennes par des populations qui adhèrent à la loi du plus fort. Celle qui leur sera administrée.

Victor Hallidée

 

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
le Franc

qui a intérêt à tuer ? pas les Blancs.

Orphéann

aujourd’hui, à ce sujet, j’ai eu un dialogue surréaliste avec mon échographe… elle prétendait que c’était inhumain de forcer à vivre ainsi quelqu’un dans le coma. Je lui dit que Vincent Lambert est conscient, qu’il communique avec le regard, qu’il respire de façon autonome. Elle me répond qu’il est sous soins palliatifs. Ce à quoi je lui réponds qu’en donnant à boire et à manger à mes enfants, je subviens à leurs besoins vitaux, mais que je ne leur administre pas de soins palliatifs, la nourriture et l’eau ne pouvant pas être considérés comme tels. Elle me demande alors “mais vous savez que le maintenir en vie ainsi, ça coûte 2500€/ jour à la société?”… j’ai pris le temps de répondre qu’il vit par lui-même, il est simplement nourri et hydraté par d’autres…

Carole.

Partant de là, s’il faut éliminer ceux qui coûtent cher à la société pour leur maintien en vie, il va y avoir un sacré dégraissage : sidéens (contagieux par dessus le marché), parkinsoniens, alzheimer, cancéreux, cardiaques et j’en passe …

katastrov

Je suis content de lire cet article, je dis cela depuis longtemps autour de moi a propos de Vincent, mais personne ne semble comprendre que si on tue cet homme, demain se sont les pauvres, les chômeurs, les retraités, malades, qui seront exécutés.

Alain Bobo

Je pense que ce n’est pas si grave que ça. Attali a besoin d’un autre cerveau, il met en avant l’euthanasie pour pouvoir changer le sien et au besoin celui de ….. merde je ne me souvient plus de son nom ….

Martel

Vu la gueule d’Attali, il ferait bien de se faire euthanasier !!

Carole.

Il n’a plus figure humaine … ça doit coûter cher en réparation.

Marnie

Il est quand même à préciser qu’entre l’euthanasie et la sédation il y a pas mal de distance. Tout n’est pas blanc mais tout n’est pas noir non plus. Le désir profond d’un être doit quand même prévaloir sur un acharnement thérapeutique..
La loi affirme que toute personne a le droit à une fin de vie digne et accompagnée du meilleur apaisement possible de la souffrance. Elle autorise notamment, dans certains cas bien définis, le recours à une sédation profonde et continue jusqu’au décès.

Robert

Votre article est basée sur la différence entre “demander soi-même son euthanasie” et “demander l’euthanasie pour quelqu’un”, ce qui est très différent mais peut être facilement confondue dans une loi en effet (par exemple dans le cas de tutelle). Pour moi, la première assertion devrait être autorisée sauf si on est contre l’autodétermination de l’humain. C’est la seconde en revanche qui pose problème et qui pourrait donner lieu à des lois très très dangereuses.

Jonathan

Et la preuve qu’il y a danger, c’est que tous les commentaires émis qui vont dans le sens d’une fin de vie de Vincent se rattachent justement à cette seconde option (“demander l’euthanasie pour quelqu’un)… qui d’ailleurs n’est même plus une “demande”, mais clairement une exigence !
Il y a de quoi être inquiet.

Robert

Tout à fait. Aujourd’hui on demande l’euthanasie pour un grand malade au sens propre, demain pour un patriote adhérent au RN et considéré comme grand malade…

Sophie Durand

Complètement OK avec cet article. Il est clair que les partisans de l’euthanasie, fanatisés, vont beaucoup trop loin. C’est flagrant dans le cas de Vincent Lambert, qu’on ne soigne pas du tout et qui n’entre donc pas dans le champ de l’acharnement thérapeutique.
Les possibles dérives de l’euthanasie se voient déjà clairement. Dont la chasse impudique aux organes sains, l’euthanasie des faibles et des sans défense, et pourquoi pas, la quête anticipée de l’héritage…

Jonathan

C’est même plus grave que cela car derrière la question de l’euthanasie se profile celle de l’eugénisme.
De la même manière que les merdias s’étaient mis à parler du jour au lendemain de la burka pour faire passer la légalisation du voile, et qu’on nous bassinait chaque jour aux infos avec les pédophiles pour faire passer l’homosexualité comme quelque chose d’honorable, divers indices – tels les propres du démoniaque Attali à ce sujet – permettent de supposer que le battage médiatique autour du cas VL pourraient bien n’être que l’arbre qui cache la forêt.

Parlervrai

Votre mauvaise foi est effrayante.

barbot

Bravo!!! et mille fois d’accord pour s’opposer vigoureusement au Triangle des Assassinns !

Mike732

Un tissu de conneries votre article.

Jonathan

On peut en dire autant de vos arguments.

Georges

Vous avez vu le beau film d’Almodovar, “Parle avec elle” ?
Merci Victor pour cet article qui remet les pendules à l’heure.

ANGSTER PIERRE

Bravo, vous êtes quelqu’un de bien, cela fait du bien de vous lire

Soazig

Vous avez raison Monsieur, j’ai de suite penser aux organes de Vincent que ces charognards avaient sans aucun doute déjà ciblés..Car rappelons le..Vincent est parfaitement sain..tous ses organes sont bons à “prendre” pour ces nazis..

Ivan Greindl

Cela vous surprendra sans doute, cher M Hallidée, mais en… Belgique (à côté de toutes les erreurs politiques invraisemblables qui y sont commises), l’euthanasie, autorisée en 2002, ne *semble pas* être une boîte de Pandore. Elle est bien encadrée (trois médecins) et on n’enregistre pas d’abus ‘officiels’. En particulier, pour les patients qui souffrent sans espoir de rémission et souhaitent abréger leurs souffrances, la solution semble la plus… humaine !

Jonathan

C’est bien compréhensible, mais l’euthanasie est une porte ouverte sur quelque chose de bien pire. Pour l’instant, ça ne se voit pas, car les choses évolueront lentement et insidieusement.
C’est dans cinquante ans qu’il faudra en reparler.

Orphéann

de même que l’IVG était sensé être bien encadré, pour les filles ayant subi inceste ou viols… y a-t-il 250 000 victimes d’inceste ou de viol par an en France depuis 45 ans? sans doute pas. en revanche, il y a environs 9 millions de bébés qui n’ont pas eu le droit de naître. Des bébés français, blancs. Et on nous dit que notre peuple vieillissant a besoin de l’immigration de masse… cherchez le paradoxe, vous trouverez le sataniste!

guimi

Ce grand débat ne permet pas de régler de manière simple des situations assez abominables, à savoir simplement pouvoir mettre fin à une agonie. Il ne s’ agit pas de cas de conscience, de cas compliqués, mais de cas très fréquents que nous connaissons tous:
agonie patente avec râles, infections, déjections (faut-t-il parler des odeurs et des couleurs?) qui dure de quelques heures à quelques jours, dans l’ indignité la plus totale, et l’ impossibilité de mettre fin à cette agonie, juste d’ empêcher les souffrance et l’ accélérer en faisant semblant que non….
Je pense que pouvoir écourter une agonie (fin de vie connue et avérée) sera une énorme avancée pur les patients, leur famille et les soignants.

Arthur 68

L’euthanasie, le droit de vie et de mort sur le bas peuple fait partie de l’idéologie maçonnique.
Il est certain que sa légalisation serait une incroyable régression de la part de ceux qui s’autoproclament progressistes.

Jonathan

Toute l’idéologie de gauche n’a jamais reposé que sur des mensonges. Elle est en elle-même le mensonge. Elle est l’essence du mensonge.
Et ces termes de “progressistes” que s’arrogent systématiquement ces sales gauchistes et de “progrès” pour désigner la destruction sociale qu’ils génèrent en est peut-être la plus éloquente illustration.

François BLANC

Faudrait peut-être citer le cas de cette allemande qui vient de sortir de 27 ans de coma

Aux Armes Citoyens

Vous avez parfaitement raison et j’adhère totalement à vos propos.
Et concernant le cas de V. L., les soins qui ne lui sont pas prodigués (stimulation, etc…) ainsi que le refus de son transfert dans un centre adapté, me laisse sans voix.
Merci d’y avoir apporter ces précieux détails.

Aux Armes Citoyens

Qu’attali commence par se faire euthanasier, qu’il se donne en exemple, qu’il commence par lui-même. Il ne se regarde pas, ce vieux crabe ? Il donne à gerber avec sa barbe dégoûtante, mal entretenue et certainement puante.
attali, le donneur de morale, de leçon, le futuriste dégoûtant, devrait lui-même se mettre en scène dans une euthanasie consciente, médiatisée, commentée, argumentée et on verra la suite…
En attendant, il nous coûte la peau des fesses, mais l’euthanasie ne rapporte pas d’argent à la victime, n’est-ce pas ?
Quel gros et sale con !

patphil

moi, vieux crétin, je ne voudrait pas rester sans connaissance dans un lit pendant dix ans!

Arthur 68

Premièrement on n’argumente pas avec des insultes —
D’autre part, votre réponse et contradictoire — Si vous étiez réellement sans connaissance, (ça n’est pas toujours le cas d’ailleurs dans les cas de coma), justement vous ne souffriez pas —–

HARGOTT

Où est l’insulte? C’est lui, qu’il traite de crétin: cela s’appelle de l’autodérision, pas “insulte”. Et il a le droit de dire qu’il préfère être mort plutôt qu’un légume maintenu artificiellement. Où est la “contradiction?” Il parle en vivant, il sait que qu’est la vie, ce qu’est la mort: et il décide, en toute conscience!

Aux Armes Citoyens

Souffririez…

Parlervrai

Lambert souffre, lui. Ca change votre position ? Non.

Ivan Greindl

@patphil – Quelle curieuse façon d’exprimer votre opinion ! Insulter n’apporte rien au débat. Proposez-nous plutôt des arguments cohérents. Merci.

Caroline ARTUS

suite :
en réalité, si on voulait faire une comparaison, comme pour le Pacs (j’ai approuvé) qui ne devait jamais déboucher sur le mariage homosexuel, que le mariage homo ne devait pas entraîner l’adoption ni PMA ni GPA, on nous a parlé de non acharnement thérapeutique (je suis pour) alors qu’en fait, il s’agit bien, à terme, pour l’Etat de se débarrasser de ceux dont ils jugeront la vie “indigne”. Vous avez bien fait de rappeler les propos ignobles d’Attali. Il est donc aussi criant de vérité qu’il s’arroge le droit de décider de qui doit vivre, qui doit mourir. Lourds handicapés, embryons et foetus jetés à la poubelle (la loi Veil posait pourtant un cadre) mais… pas de peine de mort pour les assassins irrécupérables. Bravo pour votre très bel article plein de sensibilité, Victor !

Victor Hallidée

Merci, Caroline, pour votre lecture attentive et les compléments très intéressants que vous y apportez !
Les « gouvernants », qui croient avoir atteint le zénith de la modernité, ont en fait considérablement régressé. Comme les barbares, ils éprouvent du mépris et de la haine, un désir de mort envers les plus vulnérables, les victimes, les gens qui souffrent.
Et comme nous pouvons le constater, ils éprouvent compréhension et indulgence envers les violents, les criminels, les barbares qui ne respectent que la loi du plus fort. Miroir et affinités…
Sachez que j’apprécie beaucoup vos articles. Bien amicalement à vous.

Caroline ARTUS

Votre obstination à poster votre commentaire me touche énormément, Victor. Oui, c’est un retour à la barbarie, une régression abominable, c’est une idéologie de mort qui hait les “sans-dents”, “ceux qui ne sont rien”, qui veut éliminer les plus faibles, les plus vulnérables, les improductifs mais surtout pas les criminels…C’est tout à fait réciproque, moi aussi j’aime beaucoup vos articles, la forme, le fond, tout m’intéresse et me plaît. A très bientôt. Avec toutes mes amitiés. Caroline

Victor Hallidée

Bonjour Caroline ARTUS, j’ai posté deux commentaires – plus détaillés que celui-ci – qui répondaient aux vôtres. Postés sans succès. Je ne comprends pas pourquoi. Quoi qu’il en soit, permettez-moi d’aller à l’essentiel : vous remercier pour vos commentaires et vos précieux compléments d’information. Bien cordialement.

Victor Hallidée

Merci Caroline ARTUS, pour votre lecture attentive et vos informations qui apportent un étayage complémentaire pour démontrer la déshumanisation à laquelle a abouti l’idéologie libérale libertaire soixante-huitarde ! Sachez que j’apprécie beaucoup vos articles.
Bien cordialement.

Caroline ARTUS

“Ce refus de transférer Vincent Lambert dans un hôpital qui lui offre cet accueil humain, conforme à la dignité humaine, est un aveu que le but est de faire du « cas Vincent Lambert » une ouverture du droit à euthanasier les handicapés, les grands malades, les faibles…” C’est tellement criant de vérité, Victor Haliidée.

La famille a été prévenue de l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation par email ( !!! ) ce qui va aussi dans le sens de la déshumanisation totale. Quand on a compris que Vincent Lambert n’est pas en fin de vie mais “seulement” lourdement handicapé, il n’ y a plus aucun doute possible : on va vers une société “euthanasiante” et on peut se demander si tous ceux que l’Etat décrétera “inutiles” ne sont pas d’ores et déjà condamnés…

Parlervrai

Vincent Lambert ne requiert aucun soin. Dès lors que lui apporterait un autre hôpital ?

Jonathan

Il existe des structures adaptées à son cas, contrairement au CHU où il se trouve. La demande de transfert a été faite et ré-itérée depuis belle lurette, mais se heurte à un refus d’autant plus inexplicable qu’il n’est pas expliqué.

Kriel

Vous avez parfaitement raison

Philippe@9.3

Votre raisonnement financier est assez bizarre. Si l’euthanasie coûte moins cher, alors vous devriez conclure que la culture de mort-vivant est une manne financière pour certains…
Personnellement, je m’inquiéterait plutôt que les mort-vivant soient préférés aux vivants par le grand capitalisme. Vivants qui sont ceux qui paient au passage. Votre probable inversion des valeurs humanistes me consterne.

Michel

Le vieux crabe Attali (qui devrait être euthanasié depuis longtemps) ne vient pas chez nous. Il serait sûr de repartir les pieds devant.

Aux Armes Citoyens

Michel et Necas,
+100000000000000.
C’est le cas du mec qui ne se voit pas vieillir.
On touche aux autres, mais pas à sa personne.
“Touche pas à moi, euthanasie l’autre en face”.
Enfin, le slogan n’est pas terrible, quelqu’un pourra mieux faire, mais c’est un peu ça : faire aux autres ce qu’on ne veut pas qu’on nous fasse…

. Dupond 1

Aux Armes Citoyens
Attila sait ce qui est bon pour nous et bon pour les (((()))) c’est un grand humaniste car en nous désinguant il nous empeche de souffrir inutilement et permet du meme coup d’avoir une main d’oeuvre compététitive pour la tribue . Attila se veut immortel pour pouvoir donner de bons conseils le plus longtemps possible ….

Jonathan

Et dans l’intérêt de la planète entière, il faudrait peut-être s’intéresser à lui.

Carole.

Après avoir lu ceux de Schubert et de L. Droit, quel réconfort de lire votre article, M. Hallidee. C’est vous qui avez raison. Vous avez bien vu l’horreur qui peut se cacher sous de fausses bonnes intentions..

Victor Hallidee

Merci Carole, votre compréhension me réconforte.

Wolf

Le diable est dans les détails…

Aux Armes Citoyens

???????????
Plus d’explications, svp, seraient bien venus.
Merci.

Aux Armes Citoyens

Carole,
Les autres se sont précipités tête baissée, gavés par les journalopes, ils vous diront qu’ils ont pensé par eux-mêmes, mais c’est faux, ils se sont fait gaver le cerveau et donc, ont pondu des articles honteux !

Jonathan

Exactement ! C’est ce que j’ai tenté d’expliquer dans le commentaire que j’ai fait à l’article de Laurent Droit : tous ceux se prononcent en faveur de l’euthanasie de VL commettent la même erreur, ils restent dans le pathos, dans le sentimentalisme, parce qu’ils sont sous l’influence des merdias sans s’en rendre compte, et ils sont incapables d’embrasser ce problème dans tous ses aspects.
Et c’est en raison de cette influence des médias sous laquelle ils se trouvent qu’ils commettent toutes sortes d’inexactitudes : ayant pris le message merdiatique pour argent comptant, ils ne sont même pas renseignés sur l’affaire elle-même !

Fenris wolf

Oui Shubert m’as profondément déçu sur ce point :-/

Jonathan

J’ai ressenti exactement la même chose !
Cela montre que ces auteurs, même s’ils sont patriotes, ne pourront jamais être entièrement dans le vrai dès lors qu’ils restent tributaires de leur république (c’est le cas de ces deux auteurs) et de l’idéologie gauchiste qui lui est sous-jacente…

Agosti

Il est temps pour ATILA de s’appliquer à lui meme ce qu’il propose aux “gueûx”
Il a depuis longtemps déjà dépassé la limite de péremption dont il parle…
Alors au travail ….

Aux Armes Citoyens

Agosti,
C’est trop top !
En une phrase, vous avez parfaitement résumé le cas attali.
Je ne lui ferais pas cet honneur de l’appeler Attila.
Il faudra lui trouver un sobriquet digne de sa misérable, perfide et dégoûtante personne…

Jonathan

“démoniaque” est une épithète peut-être moins croustillante mais nullement imagée et qui me semble qualifier au sens propre du terme ce personnage, franc-maçon initié dans les degrés supérieurs de cette secte ouvertement anti-chrétienne et secrètement luciférienne.

Jonathan

Et dans son cas à lui, je ne verrais pas d’inconvénient à “l’aider” comme ils disent…

Lire Aussi