La légitimité démocratique de l’action du général Piquemal

1793

N’en déplaise aux militants de gauche en pleine confusion mentale dès lors qu’un militaire est sur le devant de la scène (1), l’action du général Christian Piquemal, ce samedi à Calais, ne relève pas d’un tempérament putschiste. Elle relève au contraire d’une philosophie très chère à la gauche, la désobéissance civile, initiée par le philosophe américain Thoreau en 1849.

Selon le philosophe Rawls « La désobéissance civile peut être définie comme un acte public, non violent, décidé en conscience, mais politique, contraire à la loi et accompli le plus souvent pour amener un changement dans la loi ou bien dans la politique du gouvernement. En agissant ainsi, on s’adresse au sens de la justice de la majorité de la communauté … ».

Parmi les cas de désobéissance civile exécutés en France, on peut évoquer les paysans du Larzac dans leur lutte contre l’extension du camp militaire entre 1971 et 1981 refusant d’être expropriés, les arrachages de plants transgéniques (OGM) avec le soutien de la Confédération paysanne de José Bové, les occupations de logements vides par l’association Droit au logement, etc. Les acteurs en sont souvent des altermondialistes ou des anarchistes.

Un cas lié à l’immigration s’est déjà produit. Il fut initié pour empêcher le gouvernement Raffarin de lutter efficacement contre l’immigration clandestine. Celui-ci avait eu la velléité de faire emprisonner ou condamner à de fortes amendes toute personne facilitant le séjour d’immigrants irréguliers. En réaction, relayé grâce à la complaisance des médias mainstream, parut en mai 2003 le « Manifeste des délinquants de la solidarité », qui appelait à désobéir à cette loi qui datait de 1945. Et comme à l’habitude, Chirac & consorts renoncèrent face aux pro-migrants fossoyeurs de notre patrie.

Tous ces cas de désobéissance civile initiés par des militants de gauche, ont toujours bénéficié de la complaisance des politiciens de gauche. Qu’ils correspondent réellement à une aspiration à davantage de justice ou non (ce n’est pas la question ici), ils ont un point commun. Ils cherchent à satisfaire aux demandes d’un nombre extrêmement restreint d’individus.

Dans le cas du général Piquemal, de Loïc Perdriel président du mouvement Pegida France, et de la centaine de braves qui les accompagnait, il en va tout autrement. Il s’agit de satisfaire, excusez du peu, à la demande de la majorité du peuple français.

le-general-christian-piquemal

Près de 70 % des Français pensent qu’il y a trop d’immigrés. Près de 60 % disent n’avoir confiance « ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays ». Pour autant nos gouvernants ne réagissent pas et font tout pour ne pas interroger la nation sur une de ses préoccupations essentielles.

Tout à l’inverse, les médias nous inondent d’une propagande vantant invariablement les mérites et la richesse d’une immigration heureuse et de toute façon de l’inéluctabilité de ce déversement migratoire. On donne, à de rares plages horaires, 2 ou 3 os à ronger à Eric Zemmour ou Alain Finkielkraut pour dire que si, si, regardez, eux disent le contraire, c’est donc que tout le monde peut s’exprimer, donnant ainsi l’illusion que nous serions encore en démocratie. Et c’est tout !!!

Concernant la politique de l’immigration, 70 % des Français ne disposent pas de 70 % du temps de parole. Tous les indices alarmants des désastreux choix politiques concernant l’immigration, mis en avant depuis longtemps par des penseurs prévoyants, ont été pourtant bien confirmés en cette année 2015 désastreuse. Mais non, le gouvernement Valls, plonge un peu plus dans l’autisme, méprisant les inquiétudes de 70 % des Français, y incluant de nombreux électeurs de la gauche.

Face à la question de l’immigration qui engage l’avenir de la civilisation française, un débat national s’impose. Et un débat en démocratie, cela signifie un débat contradictoire, pas des sermons à sens unique sur la soi-disant plus-value de l’immigration. Pas un débat expédié en une journée, mais de longues discussions et authentiques échanges avec la population pendant plusieurs mois.

Si nous étions en démocratie, sur un tel enjeu, la nation serait consultée par référendum. A tout le moins les opposants à l’immigration auraient accès à la télévision, à la radio, à la presse écrite nationale ou régionale. Oui, si nous étions en démocratie. Pourtant ce n’est pas le cas, ces accès sont clos. Alors que devons-nous en déduire ?

Sans la possibilité du référendum, sans l’accès aux médias, voilà pourquoi le dernier recours est de manifester (avec la pétition) afin que le peuple français sache qu’il est sain d’agir afin de mettre fin à toute nouvelle immigration, que c’est la solution par laquelle il faudra passer si on veut que le mode de vie auquel sont attachés les Français puisse survivre. La manifestation est le moyen de faire savoir au citoyen qu’il n’est pas le seul à ne plus vouloir d’immigration supplémentaire, qu’il ne doit donc pas culpabiliser, contrairement à l’objectif recherché par les médias afin de le museler.

Et quand un préfet à la botte de ce gouvernement liberticide décide d’interdire ce dernier moyen d’exprimer sur la place publique son droit à la liberté d’expression, que restait-il à Piquemal et aux militants qui l’accompagnaient ? Le droit à s’insurger. Ce droit qui est prévu dans l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Cet article rappelle que face à un gouvernement qui bafoue la démocratie, le citoyen a un droit : la résistance à l’oppression.

drapeau-francais-france

C’est ce que ceux du 6 février à Calais ont entrepris. Ils se sont insurgés contre ceux qui bâillonnent l’expression collective des patriotes résistant à l’invasion migratoire. Ils l’ont fait de manière non violente comme l’avait annoncé au préalable le général Piquemal.

Ceux de Calais, avant-garde de la nation française, avaient et ont la légitimité de la nation. Ceux de Calais ont la légitimité du droit à exercer leur liberté d’expression. Ceux de Calais ont la légitimité d’exercer le droit de tout peuple à disposer de lui-même, à lutter pour obtenir sa survie.

Et pour cela, ils ont bien fait d’accomplir un acte illégal, en désobéissant à ce préfet. Car le gouvernement devrait être plus vigilant. Sa légalité sera remise en cause si son cynisme inique se poursuit en piétinant allégrement la liberté d’expression de ses citoyens.

Jamais acte de désobéissance civile accompli en France ne fut autant justifié que celui de ce samedi 6 février 2016. Car il ne concerne pas qu’un nombre très réduit de citoyens, il engage l’avenir de la nation entière.

Jean Pavée

PS : le fait, que depuis dimanche, Piquemal semble se déballonner pour des raisons encore difficilement décelables, ne change rien à la pertinence de son intervention à Calais.

(1) De Gaulle en fit les frais en 1958, lors de son retour au pouvoir. Les socialistes, à l’image de Mitterrand l’accusant de vouloir instaurer une dictature. Puis, alors que les années suivantes, cette accusation était démentie par les faits, Mitterrand, en 1964, accusa la nouvelle constitution de représenter un « coup d’état permanent ».

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. Comme un « pavée » dans la marre, arrêtons de trouver des excuses à ce sombre militaire, nous avons été roulés dans la farine du général 4s, nouveau sauveur et président du Cercle des citoyens-patriotes. Nous nous sommes lamentablement fourvoyés en pensant qu’enfin un militaire et ancien chef de la Légion, prenait faite et cause pour nous et contre le « politiquement correct ambiant », que nenni, il nous l’a mis bien profond, alors Jean Pavée, passons à autre chose et renvoyant ce vieillard à son potager et à ses petits enfants(qui aujourd’hui le regardent différemment, un peu comme un vieux traître à la Patrie)

    • Roma je ne sais quoi, si vous voulez distribuer des bons points et des mauvais points aux uns et aux autres, commencez par faire preuve de courage en écrivant sous votre vrai nom. Ce sera un bon début et on pourra alors penser que vous lutterez réellement pour empêcher le pays de sombrer.

      L’article a été écrit dans sa quasi totalité avant que Piquemal se soit dédit. Mais je l’ai achevé, comme je l’explique en PS, parce que ce qui compte, c’est que cette action ait eu lieu. Bien sûr, cela aurait eu plus de panache, et le message aurait eu le mérite d’être plus clair, si Piquemal n’avait pas trahi les attentes placées en lui.

      • (la suite) ….. Maintenant, l’objectif de l’article, comme la plupart de ceux qui paraissent sur RL, est aussi de donner des arguments aux lecteurs. Et dans le cas précis, il s’agit de pouvoir répliquer à des gens dans le fantasme du méchant fn, qui vous diraient que l’action du 6 février relevait d’un putsch, ou était illégale ou non démocratique ou que sais-je encore !, que cette action avait au contraire une motivation démocratique.

        L’objectif n’est-il pas d’agrandir nos partisans. A moins que vous ne restiez qu’avec des gens qui pensent comme vous. Dans ce cas là, bougez-vous, sortez de votre petit train train, et allez convaincre autrui.

        • L’objectif de Piquemal après analyse des faits et réactions n’a rien d’une motivation démocratique, il nous a tous roulé dans le purin, il vient aussi de ridiculiser le fn et l’ensemble des sympathisants et militants qui œuvres honnêtement(et je ne parle pas des cadres et dirigeants), mais de ceux qui croient sincèrement en ce parti.
          Votre objectif de vouloir agrandir vos partisans, ne doit pas vous pousser à accepter n’importe qui au prétexte qu’il aurait une grande gueule et un « bonnet » rouge! Et lorsque l’on se trompe, il est honorable de l’admettre.
          En ce qui concerne mon train train, sachez Jean Pavée, que je dois très sûrement me bouger le popotin un peu plus que vous!
          Un militant Frontiste depuis de nombreuses années, qui attend de vos nouvelles pour pouvoir « débattre » de vive voix!

      • Sacré Jean Pavée, si vous faites une petite recherche dans vos archives ou auprès de Cyrano, vous y trouverez mes coordonnées. Concernant votre article, j’ai essayé de rester gentil et poli, mais très clairement et sans fioritures, il est à chier(même en PS). Ce que vous appelez »action », n’a servi qu’à décrédibiliser une partie des Calaisiens et les problèmes qu’ils subissent journellement, ainsi que les patriotes. R.L a trop souvent tendance à croire que le prochain Martel sera un général 2s. Cette personne a renié sa parole et ses engagements(si il en a eu un jour), sachez Jean Pavée que j’ai passé l’ âge de distribuer des bons points et des images, maintenant, pour le courage, je reste à votre entière disposition sur le terrain que vous choisirez et donc j’attends avec impatience votre retour.
        Suite…

  2. Je suis d’accord, malgré le déballonnage de Piquemal, cela fera date. C’est comme un signal donné.

  3. Un putsch?
    Surtout pas, à la loyale! Même si le camp d’en face fait de la politique par mensonge , dissimulation et ruse (« simule et dissimule » disait Mazarin), il espère justement ce type de faute pour noyauter ou neutraliser la seule opposition qui vaille.Les manoeuvres ont déjà commencé pour abuser encore une fois le citoyen et le préparer à la soumission et l’installer dans le très provisoire confort intellectuel de cette soumission.PEGIDA et les formations patriotiques se doivent de rester irréprochablement démocratiques, anti nazies, anti communistes mais bien évidemment et en connaissance de cause anti-islamisation (et cela passe bien par l’immigration!) sans cesser de tenir bon.
    Un technique imparable aussi sera de bien montrer le caractère non démocratique et biaisé des actions adverses et de le publier régulièrement.Pas besoin de généraux mais de bon sens et d’intelligence.

  4. Pour info quand meme, en ne tenant pas compte des actes scelerats du FN, on peut dire que faire gagner le FN a des elections, c’est comme etre seul dans l’equipe et jouer avec des ballerines et un ballon carré contre une equipe de foot americain au complet… Meme en reve, nos ennemis politiques baiseront toujours les elections a leur avantage…

  5. c’est fini les coups d’etat, en attendant, tes copains socialos revent quand meme de faire un enorme coup d’etat si le fn arrivait aux commandes… Mais y arrivera t’il un jour, a mon avis non, vu que les vrais problemes de la france ne sont meme plus a l’ordre du jour au FN, parti pour qui le patriotisme est consideré comme du terrorisme (dixit MLP en personne)…

    Avec le FN helas, nous ne sommes pas rendu, il ne reste plus qu’a ce que le peuple FDS ne prenne les armes pour planter les tetes de tous les traitres qui nous gouvernent et ceux qui les aident, au bout de grandes piques…

    Vive la France.

  6. heyyy ouaisss tous les coups sont permis pour faire barrage au FN
    Marine Le PEN n’a t’elle pas promis si elle était élue en 2017, elle réinstaurerait et ferait appliquer la loi sur la haute
    trahison?

    • MLP a aussi promis de donner la nationalité (avec CNI platinum) a tous les residents non francais si elle gagnait… Et ca, c’est impardonnable !!!!!

Les commentaires sont fermés.