La liberté d’expression et la défense de nos valeurs : un long combat

Ce qui est très irritant avec les réseaux sociaux, ce n’est pas la nature ni la teneur des messages qui y sont dispensés. Bien sûr, certains propos véhiculés sur le net par ces corbeaux pas toujours très bienveillants, peuvent ne pas vous convenir, ne pas vous plaire, voire vous choquer profondément. Mais, nous Français, le savons bien, la liberté est à ce prix, et il faut savoir accepter, de bonne ou de mauvaise grâce, ces discours que souvent nous n’aimons pas, et il faut leur répondre sans prendre de gants.

Ainsi à titre personnel, il n’est pas un seul jour où je ne me suis senti déconcerté par des attaques que j’ai subies en tant que Français, en tant que Blanc, en tant que pied-noir, depuis mes jeunes années de la communale. Cela ne me plaît pas, mais c’est la loi démocratique de la libre expression et je l’accepte venant des autres comme j’aimerais qu’on y consente, à l’égard de ce que je dis.

Non, ce qui est très agaçant, en revanche, c’est la manière dont sont gérés ces entrelacs où circule la pensée de chacun. Quand je dis « gérés » c’est, d’ailleurs, un bien grand mot pour définir leur action. Il ne s’agit, en effet, comme acte, que d’un procédé qui se limite à censurer, à bannir, à ostraciser, ceux qui précisément font usage d’un droit constitutionnel essentiel qui est celui de l’expression des idées… Surtout quand elle déplaît à la pensée unique, que je définirais plus loin, mais à laquelle ils adhèrent par conformisme et surtout par opportunité malsaine et forcément illégitime, puisqu’elle se veut hégémonique et à terme, exclusive.

Mais au fond qui sont ces « ils » ?… Des fantômes inconnus, libres de condamner sans se justifier ou si mal… Bien sûr, il y a Mark Zuckerberg le père de FB, pas si honnête que cela, on le sait par sa biographie… Mais lui ne s’intéresse pas à la vie de son monstre, il est préoccupé de sous, de gros sous… Donc nous nous battons contre des ombres insaisissables et dangereuses.

Ainsi, moi qui n’ai jamais été condamné par aucune instance, ni administrative, ni judiciaire, ni consulaire, pas même par un arbitrage associatif quelconque, je me trouve aujourd’hui, interdit d’expression par FACEBOOK. Je suis ainsi boycotté, suspendu, rejeté, éliminé, au nom d’une charte qu’ils ont établie seuls, dans le domaine restreint du champ de leur prérogative abusive, exclusive et arbitraire. On prétend que j’y aurais souscrit. Cela est aussi faux que votre supposé acquiescement qui interviendrait  lorsque vous validez un petit contrat d’achat d’un lave-linge sans lire les clauses inscrites tout à la fin et dans une police ridiculement petite destinée en fait à cacher l’existence de cette exigence léonine et outrancière.

Oh ! je sais, je ne suis ni le premier, ni le dernier, dans ce cas.  Mais on a beau savoir que cela existe, il n’empêche que le jour où cela vous arrive, cela paraît fort désagréable, insensé et parfaitement abusif.

Ainsi donc, la sentence est tombée. On m’a dit « vieux gamin pervers irrévérencieux et politiquement non conforme » vous serez suspendu durant 24 heures pour votre discours de HAINE… « HAINE »… Rien que ça !

Or, et c’est là que nous touchons au fond, car tout ce qui précède, même si cela est important, demeure de pure forme, or donc qu’ai-je dit, ou plutôt qu’ai-je écrit, qui mérite la réprimande et la punition voulue comme afflictive ?

Répondant au post d’une amie montrant les atrocités dont ont été capables les gens du FLN durant les années de feu en Algérie, j’ai écrit : « avec les muzz, il en est toujours ainsi, viol et barbarie à l’égard de la vie humaine ». L’article auquel je répondais montrait notamment un homme atrocement mutilé et exposé comme un animal chassé et massacré. J’ajoutai me souvenir des images de ces pilotes jordaniens enfermés dans des cages et livrés aux flammes qui les consumaient lentement. D’autres dans des cages étaient immergés et se noyaient sous des yeux avides de sensations fortes face à ces châtiments prononcés et perpétrés, disaient leurs bourreaux, au nom d’Allah !

Si l’on vient me chercher pour l’usage du qualificatif de « muzz », je réponds naturellement que ce déterminant vaut bien celui de « catho » assez fréquemment usité ou celui de « laïcard » encore plus détestable. Ce serait donc un faux procès.

Car, pour le reste, tout ce que j’ai dit est absolument factuel et vérifiable… Faudrait-il encore vouloir le faire, ce qui ne prendrait que peu de temps et d’efforts, et surtout faudrait-il être honnête, or je crois que celui qui m’a banni ne l’est pas beaucoup.

Mon jugement sur ces choses est vieux comme la date de mon bac.

La lecture du coran est fort édifiante au sujet des moyens recommandés pour traiter les « infidèles », comme ils disent. Elle est instructive aussi dans le sens où elle dévoile sans ambiguïté les ambitions de cette religion dont nombreux s’accordent à dire précisément qu’elle n’en est pas une, mais qu’elle est plutôt un traité de politique, une instrument judiciaire et un code de comportement au sein de la vie civile de la grande communauté des musulmans, dont ils souhaiteraient qu’elle englobe l’ensemble du genre humain.

« Le Fanatisme ou Mahomet »…Ce n’est pas de moi. C’est une tragédie de Voltaire écrite il y a presque 3 siècles, mais déjà  interdite par un arrêt du Parlement de Paris. Décidément nos gouvernants, qu’ils soient de l’ancien ou bien du régime décadent et absurde d’aujourd’hui, ont des prévenances avec ce rite exotique qu’ils n’ont avec aucun autre, voire avec la France elle-même.

On cache pudiquement ce que pensaient tous nos grands esprits. Denis Diderot a écrit: « l’islam est l’ennemi de la Raison ». Alfred de Vigny ne dira rien de différent, et son œuvre  sera nettement imprégnée de sa défiance à l’égard de l’islam, jusqu’à la colère vengeresse : « L’Islam est le culte le plus immobile et le plus obstiné ». Je pourrais en citer un grand nombre encore et pas des moindres, Fénelon, Houellebecq, Montaigne, Pascal, tous refusent et réfutent ce dogme.

Aucun d’eux, j’en suis convaincu, n’aurait goûté l’expansionnisme islamique et sa négation grandissante de la culture occidentale !

On cache donc ces discours – en revanche, on n’hésite pas à vilipender la France et les Français, même lorsque l’on est président de la République. Le dernier de la longue liste de ces idolâtres n’a pas hésité à dire depuis une terre musulmane que la France était coupable d’un crime contre l’humanité, au seul motif de sa présence en Algérie, présence ô combien bénéfique pour cette terre si inhospitalière et pauvre à l’arrivée en 1830 des soldats de Charles X.

Mieux, son ministre à l’ambition démesurée va se recueillir devant le mausolée des soldats du FLN, assassins de soldats français et du peuple uni Harkis/Pieds-noirs.

On ouvre les antennes de radio et de télévision, on donne accès aux colonnes des grands journaux, à des éditorialistes qui n’ont de cesse que de détruire ce pays et ses ressources. Rokhaya Diallo, connue pour ses positions racialistes, n’est, elle, jamais censurée. Elle est, au contraire, promue par les médias et le pouvoir.

En ce qui me concerne, ceux qui me connaissent savent tout le mal que je pense de cet abandon de notre civilisation au profit de l’autre, celle qui s’est juré depuis ses origines de dominer le monde. Ils savent aussi que je ne cesserai jamais de dire mes idées au nom de la liberté d’expression et de la défense du monde de mes aïeux, la France éternelle.

Ils peuvent, s’ils le veulent, me bannir de leur tissu mensonger à vie, cela m’est bien égal.

Jean-Jacques FIFRE

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. sur la photo ???
    c’est Dupond-Moretti travesti en Moukère ???
    que le Yéti assure bien ses arrières parce que avec tous
    ces barbus islamonazis d’enculeurs de chèvres au QI de bouc
    ces tarés de dégénérés consanguins pourraient bien le prendre
    pour l’une de leurs chèvres !

  2. Personne ,jamais ,pas plus Staline que Mao ou Hitler, n’a réussi à encager une pensee.Soljenitsine par sa plume,à defie l’ empire sovietique,,le Dalai Lama s’ opposera aux Chinois autant qu’ il en aura la force,la puissance de l’esprit est plus forte que la mort,rien ne peut l,’endiguer ou le contraindre.On peut emprisonner un homme,le torturer,le faire taire,mais rien ni personne ne peut empêcher une idée de circuler ,de se répandre,d,essaimer,et,finalement ,de s’imposer.

  3. Il n’est pourtant besoin que de peu de réflexion pour que le coran retourne au rayon de contes pour enfants attardés. Allah le tout puissant, incapable d’avoir un comportement adulte, serait un fou réclamant la mort de ceux qui ne croient pas en lui. Il serait une sorte de Moretti, libérant les assassins sans penser aux victimes. Et ses fidèles, une bande jouant la taqiya dans les mosquée pour accéder aux lots de pucelles du paradis boxon. Leur vie éternelle ressemblera à leur vie de con. Les crétins Élyséens laissent s’épanouir la haine qui a conduit les massacres perpétré en France c’est la débilité Akbar. Les mesurettes appliquées contre la oumma d’assassins sont ridicules. Cette saloperie devrait être expulsée de France et alors miracle, 80% des prisons serait inoccupé.

  4. je crois que tout cela est dépassé depuis que j’ai entendu l’ex président du rugby club de toulon (au nom fort peu suédois) dire qu’il fallait emp^écher zemmour de « penser » !rien de moins ! les journaleux et experts du plateau télé ne lui ont pas demandé s’il préférait le coutelas ou la kalachnikov!

Les commentaires sont fermés.