La Libre Pensée fait sa propagande proburqa en Grande-Bretagne

Abonnée à la lettre d’infos hebdomadaire de la NSS (National Secular Society)(1), la plus grande organisation de défense de la « laïcité » britannique qui regroupe environ 6000 membres, quelle ne fut ma stupeur lorsque j’ai découvert, dans leur numéro du vendredi 25 septembre, un article exposant les arguments de la Libre Pensée contre l’interdiction du voile intégral en France.
Il faut savoir que la NSS est très proche de la Libre Pensée (je ne connais pas l’historique de ce rapprochement) mais les lecteurs britanniques n’ont droit qu’à un aspect du débat qui est du coup honteusement déformé.
J’ai réagi immédiatement par un texte argumenté jugé trop long pour être publié. Après quelques échanges courtois mais vifs avec Terry Sanderson, le responsable de la NSS et auteur de tous les articles de leur lettre d’infos, il a accepté de publier ma réponse en version courte dans l’édition du 2 octobre.
Je lui ai aussi proposé de le mettre en rapport avec d’autres organisations défendant un point de vue opposé à celui de la Libre Pensée afin d’offrir à ses lecteurs une vision plus équilibrée du débat… Il n’a pour l’instant pas accepté l’invitation. Toutefois, il y a à nouveau un petit article dans le numéro du 2 octobre sur le sujet, où des maires français de diverses tendances s’expriment sur cette éventuelle interdiction ; on y trouve en particulier le point de vue d’André Gérin, mais malgré tout sans qu’il soit précisé qu’il est communiste – difficile à « avouer » après l’article précédent où la droite était seule « coupable » de cette « proposition farfelue »…
Je vous livre ici les traductions de l’article en question et de ma réponse.
Vous remarquerez que le titre de l’article, les extraits choisis et les omissions volontaires (limitant cette demande d’interdiction à des groupes et politiques de droite…) montrent le parti pris de Terry Sanderson, et sont faits pour amener les lecteurs britanniques à partager la vision de la Libre Pensée…
Je vous précise aussi qu’au sein de cet article, il y avait un lien vers la résolution complète de la Libre Pensée traduite en anglais (avec d’ailleurs quelques erreurs ce qui rend le discours de la Libre Pensée encore plus confus, les pauvres lecteurs anglophones devant être stupéfaits de découvrir la « subtilité » des Français sur la différence entre sphère et espace publiques ou privés…).
Or ce lien amène sur le site de l’IHEU, l’Union éthique et humaniste internationale (rien que ça…) basée à Londres et qui regroupe plus d’une centaine d’associations laïques, rationalistes, humanistes, athées etc de plus de 40 pays.
Je pense qu’il est temps de réagir, de ne pas laisser la Libre Pensée se prendre pour la voix officielle des laïques français, et de faire savoir au reste du monde que les défenseurs de l’interdiction du voile intégral en France ne sont pas tous de sombres fachos… non ?

Laurence Vuillemot
Article de la NSS britannique :

Les libres penseurs français défendent le port de la burqa en privé mais confirment qu’elle doit rester interdite dans la vie publique


L’association française de libres penseurs, la Libre Pensée, a décidé, lors de son congrès national, de s’opposer à l’interdiction du port de la burqa dans la vie privée – une proposition récemment faite par des hommes et femmes politiques français.
Même si la Libre Pensée soutient l’interdiction faite par l’état français aux professeurs et agents du service public de porter des vêtements religieux, elle déclare que porter de tels vêtements en privé doit rester une affaire de choix personnel.
L’association réagissait ainsi à une campagne médiatique lancée dans le courant de l’année par des groupes et politiques de droite qui ont appelé à l’interdiction totale de la burqa dans les rues de France. Le President Sarkozy a soutenu cette proposition.
Dans sa résolution, la Libre Pensée a déclaré : « Nous avons été très surpris de voir Nicolas Sarkozy se draper ainsi dans le manteau de la laïcité. Alors que cela fait des années qu’il insiste sur la « place nécessaire » de la religion dans la société et la vie publique. »
Une commission parlementaire a été mise en place et publiera son rapport dans quelque temps.
La Libre Pensée déclare que la laïcité en tant que principe s’applique aux institutions, pas aux individus : « Dans cette acception, il est logiquement républicain et laïque d’interdire tout signe d’appartenance religieuse à l’École publique et pour les agents du service public. En revanche, la loi n’a pas à dicter les modes vestimentaires dans le domaine privé, ou tout autre comportement, tant que ceux-ci ne sont pas une menace pour la vie d’autrui. On ne peut lutter contre une forme de totalitarisme en la remplaçant par une autre. »
Elle poursuit : « Il est indéniable que le port imposé de la burqa ou du niqab est un symbole de l’oppression. Mais en quoi le port de la soutane pour les prêtres, de la robe de bure pour les moines, de la robe et de la cornette pour les religieuses, du schtreimel, du spodik ou du caftan pour certains juifs est-il moins oppressif que le port de la burqa pour certaines musulmanes ? »
Sur Radio 3, le mercredi 30 septembre à 23h, Philip Fox lira l’essai de la journaliste française Agnès Poirier où elle pose la question de ce que Voltaire, le père de la « laïcité » (en français dans le texte) – la version française du sécularisme – dirait sur ce débat qui a lieu dans son pays sur l’éventuelle interdiction de la burqa. Vous pourrez le réécouter sur « Listen Again » sur le site de la BBC pendant 7 jours.
Ma réponse:
En tant que citoyenne française et libre penseur, j’aimerais répondre à votre article intitulé « Les libres penseurs français défendent le port de la burqa en privé mais confirment qu’elle doit rester interdite dans la vie publique » paru dans le Newsline de la semaine dernière.
S’agissant d’un débat interne à la France, je n’entrerai pas dans des détails qui pourraient ne pas intéresser vos lecteurs. Mais je pense qu’il est important qu’ils sachent que, en premier lieu et malgré le nom qu’ils se sont donné (la Libre Pensée) cette organisation à laquelle vous vous reférez n’est en aucune façon la « voix officielle » de tous les libres penseurs, laïques, humanistes et athées français – loin de là.
Pire, ils ont déclaré quelque chose d’entièrement faux : cette interdiction de la burqa et du niqab des rues de France n’est pas uniquement défendue par des hommes et femmes politiques de droite. Au contraire, le débat a été lancé par 58 députés de tous les partis avec à leur tête … un communiste (très à gauche, s’il est besoin de le préciser..) André Gérin.
J’ai été également stupéfaite d’apprendre que les rues de France étaient désormais devenues « domaine privé ». Car l’objet du débat est bien celui-là : interdire les burqas et niqabs des rues de France et autres endroits publics, mais bien évidemment pas (comme une des premières références de votre article « s’opposer à l’interdiction du port de la burqa dans la vie privée » le sous-entend) dans aucune des activités privées des musulmans. Il y a ici une confusion volontairement entretenue, et je trouve cela très dérangeant car cela n’offre pas une présentation neutre du débat.
N’oubliez-pas non plus qu’en France, à l’inverse je crois de la Grande-Bretagne, tout individu doit être en mesure de prouver son identité, même s’il ne fait que se promener dans la rue.
Il y a donc une sorte de tolérance envers quelques personnes pour des raisons religieuses qui n’est, à mon sens, aucunement justifiée puisque la religion a été exclue en 1905 des affaires et de l’espace publics.
Il y a également cette comparaison absurde faite par la Libre Pensée entre la burqa et les vêtements des religieuses ou des moines : mais comment quelqu’un avec un peu de jugeotte peut-il adhérer à cette comparaison entre des gens qui ont choisi de consacrer leur vie à servir leur dieu et en ont fait leur « travail quotidien » (souvent dans des endroits fermés comme des monastères – et sans d’ailleurs jamais avoir à cacher leur visage dans la rue), et des femmes transformées en fantômes passant furtivement dans les rues et cachant leur féminité à cause des diktats d’une quelconque religion ?
Je suis convaincue que cette loi sera adoptée tôt ou tard, malgré l’opposition d’une minorité. Alors les femmes qui se battent dans de nombreux pays, souvent au risque de leur vie, pour le droit de ne PAS porter cette horrible prison de tissue, se sentiront enfin entendues et soutenues, même si ce n’est que par un seul pays, le pays où les Lumières sont nées.
(1)site de la NSS : www.secularism.org.uk

image_pdf
0
0