La Licra n’a toujours rien compris au « populisme » français

Publié le 25 juin 2012 - par - 839 vues
Share

Une fois de plus, la Licra un communiqué d’un vide sidéral, sans aucune analyse politique, et uniquement destiné à faire culpabiliser les électeurs patriotes.

Rien que le titre en dit long sur la confusion mentale du rédacteur : « l’entrée de l’extrême droite alerte sur l’avancée du populisme ». On pourrait faire le titre inverse « l’entrée du populisme alerte sur l’avancée de l’extrême droite » sans que cela ne change une virgule au communiqué. En confondant les notions d’« extrême droite » et de « populisme », la Licra ne fait qu’une association d’idée destinée à marquer le lecteur. L’extrême gauche ou Mélenchon ou Sarkozy sont tout autant « populistes », mais il faut associer ce mot au seul FN, de manière à faire croire que lui seul est démagogique et… populiste !

La Licra : « Après le score de Marine Le Pen à l’élection présidentielle, l’entrée à l’Assemblée nationale de députés du Front national (FN) consacre l’avancée des thèses les plus populistes en France et, plus largement, dans une Europe en crise. »

Donc c’est bien la faute à la « crise » si on a des députés « Rassemblement bleu marine »  (2 seulement, ce n’est pas un drame, mais c’est déjà trop pour la Licra), ou si des mouvements nationaux et identitaires fleurissent partout en Europe. La Licra se garde bien de pousser l’analyse plus loin sur « la crise », comme si tous les électeurs du Front national n’étaient que des idiots n’y comprenant rien et n’ont pas compris que ce se joue dans l’hyper-classe mondialisée.

La Licra : « Alors que le second tour des législatives clôt la séquence élective de 2012, la Licra relève trois premiers enseignements de ces scrutins :
– Notre pays connaît une radicalisation de sa pensée politique, un discours valorisant l’entre soi et suscitant la xénophobie. Les propos anxiogènes qui ont été régulièrement tenus n’ont eu de cesse de renforcer ces sentiments dans l’opinion. »

On en revient au mythe du « sentiment d’insécurité » sous la gauche au pouvoir : ce n’est pas la situation de nombre de Français qui est « anxiogène » mais les propos des politiques. Cassons le thermomètre ! De plus la Licra prend de nouveau les Français pour des imbéciles, en laissant penser que ce sont des propos politiques qui « renforcent ces sentiments dans l’opinion ». C’est exactement le contraire : c’est un vécu au jour le jour qui pousse des politiques (à l’UMP par exemple) à ce que la Licra appelle une « radicalisation » et qui n’est que le constat d’une réalité remontant de la base. Quant à l’« entre soi » et la « xénophobie », c’est deux manières de diaboliser des électeurs qui ne pensent qu’à sauver leur art de vivre à la française face à une colonisation de peuplement, colonisation qui trimbale son lot de tribalisme et de problèmes. La « xénophobie » n’a rien à voir là-dedans : ce n’est pas parce que je condamne l’islam ou les prières de rue que je suis « xénophobe ». Je n’ai rien contre les musulmans, mais qu’ils fassent leurs simagrées en terre d’islam, ailleurs que sous mes fenêtres.

La Licra : « La remise en cause du Front républicain marque la fin d’un consensus entre les partis sur ce qui doit avant tout nous réunir, c’est à dire les valeurs universelles des Droits de l’Homme ; il valide de fait la normalisation du FN, que nos dirigeants politiques avaient su  marginaliser lors de ces 30 dernières années. »

Eh oui, c’était mieux avant, quand Mitterrand a aidé à médiatiser le FN pour mieux diviser la droite. Mais ce que refuse de reconnaître la Licra, c’est que nombre de diagnostics du FN étaient pertinents, et donc il est normal qu’une frange de l’UMP, patriote et républicaine, reconnaissent in fine que le FN avait raison avant les autres, ou du moins reprenne son discours pour décrire une vraie réalité.

La Licra : « Aucune vision d’un projet de lutte contre le racisme n’a été clairement exprimée pendant ces 6 derniers mois alors que l’intolérance grandit au sein de la population (*) et que la France fait face à une augmentation des actes racistes et antisémites (**).
(*) enquêtes CNCDH 2010 et 2011
(**) chiffres Licra 2010, 2011 et 2012 »

Il est amusant de voir la Licra s’appuyer sur des « enquêtes » de la CNCDH, qui n’est qu’un organisme d’Etat totalement aux mains des « antiracistes » professionnels (Mrap, SOS-Racisme, Licra, etc.) et qui évidemment fait de la promotion pro domo. Idem pour les « chiffres Licra », qui n’ont aucune valeur puisque la Licra se montre de bout en bout totalement subjective et partisane.

Et qu’est-ce que la Licra appelle « intolérance » ? On aimerait bien savoir si c’est le fait de voir des tchadors et des kamis dans les rues de nos villes, de la part de gens qui sont totalement « intolérants » face à nos valeurs et notre art de vivre.

La Licra : « « La Licra appelle à la création d’un ministère chargé de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations » déclare Alain Jakubowicz, président de la Licra. »

C’était dans l’air lors des campagnes électorales, et Dominique Sopo était déjà sur les rangs. Mais à quoi bon un « ministère » spécialisé, qui en plus ferait de la discrimination contre le « racisme anti-blanc » ou « anti-Français », alors que nous avons déjà un arsenal législatif plus que suffisant ? Autant faire un ministère du sexisme, de l’homosexualisme et que sais-je encore.

La Licra : « Face à cette situation, la Licra repart dès demain en campagne auprès des 577 députés élus pour leur présenter ses « 50 propositions pour une France plus fraternelle » qui avaient été soumises il y a quelques semaines aux principaux candidats à la présidence de la République. »

Je vous rappelle mon article « Enorme bide de la Licra dans son appel anti-FN ».

La Licra avait envoyé à 6040 candidats une « charte » pour battre le FN par un désistement systématique sur le « candidats républicains » (comme si le FN n’était pas républicain), et seulement 50 députés (0,8%) ont répondu positivement, selon le propre aveu de la Licra… Quel bide !

Et gageons que les nouveaux élus ne vont pas signer en masse les « 50 propositions pour une France plus fraternelle » de la Licra, pour ne pas se mettre à dos les Français électeurs qui en ont plus que marre de cette Licra qui ne représente qu’elle-même et qui vient nous donner de civisme.

Et rappelons que nombre de membres Lica, ancêtre de la Licra, a participé largement à la collaboration avec les nazis, et que les « collabos » étaient surtout de gauche…

[dailymotion] www.dailymotion.com/video/xcl56g_zemmour-sur-petain_news[/dailymotion]

www.dailymotion.com/video/xcl56g_zemmour-sur-petain_news

Cela mériterait un peu de modestie de la part d’une Licra toujours prête à défendre l’islam et ses clercs.

Djamila GERARD

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.