La littérature indigéniste : la fragilité blanche…

Publié le 9 juin 2021 - par - 10 commentaires - 809 vues
Traduire la page en :

 

Récemment, j’ai lu Fragilité blanche de Robin Di Angelo, théologienne du racialisme. Quelle lecture indigeste ! L’auteure ne présente rien de nouveau. Elle passe son temps à dire aux Blancs qu’ils sont racistes, mais avec une nuance cruciale : ce n’est pas de leur faute.

Dans sa logique, l’éducation de l’enfant blanc est un fléau. La « blancheur » s’apprend sans effort. Le racisme se transforme d’un péché honteux à éviter en une tache de naissance. Les Caucasiens (Occidentaux) ont été créés malades et on leur ordonne de se rétablir. En d’autres termes, on vous attire en pardonnant préventivement vos défauts ; puis exige que vous vous soumettiez à un programme de guérison sans fin sous peine de subir les flammes de l’enfer.

On expie la culpabilité en disant aux Blancs qu’ils ne sont pas responsables de leur racisme, puis on les invite à adopter l’antiracisme comme remède sous peine d’ostracisme. Un élément clé du programme est l’élimination d’une série de comportements normaux lorsqu’ils parlent du sujet précis avec les « racisés » : le silence, la défense, le retrait et la certitude. Bien sûr, le soumis compétent peut vouloir éviter le silence, la défense, le retrait et la certitude.

Mais comment éviter l’argumentation ?

Il ne vous reste alors que l’accord enthousiaste.

Di Angelo affirme implicitement que nous sommes une masse homogène d’opinions arrêtées avec peu, voire aucune, diversité de pensée. Elle a besoin que les « non-blancs » pensent comme une unité, sinon sa thèse s’effondre. Parfois, elle frise le racisme ; ce qui est assez cocasse pour une antiraciste. Elle fut la première à proposer des sessions de formation à la diversité. Les formateurs enseignent que la méritocratie est un mythe. Le daltonisme de même. Ce sont des séances d’endoctrinement politique.

Si cette déformation est une déception, elle n’est pas une surprise. La folie victimaire est à son paroxysme. Cette essayiste — si on peut l’appeler ainsi — est une sociologue. Son travail s’effectue dans un lieu obscur. La décolonisation s’applique à tout, pas seulement à la sociologie. La mentalité de l’année zéro.

Hassan Ejaaibi

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
lionel malein

Je n’aimerais pas être le miroir de Robin di Angelo ; cette hyper-complexée doit cracher dessus chaque fois qu’elle s’y regarde tellement elle déteste la blancheur de sa peau. Et si elle me demandait en face de me haïr moi-même autant qu’elle se hait ; c’est sur sa gueule bien blanche que mes crachats tomberont et cette illuminée pourra en témoigner dans son prochain bouquin si le coeur lui en dit. Son complexe d’infériorité, elle peut se le fourrer où je pense.

Heraklite

Cette haine des blancs contre eux-mêmes est sidérante. On veut se voiler la face en prétendant qu’elle ne serait que l’apanage de minorités pleines de ressentiment et belliqueuses. Mais rien n’est plus faux. Je l’affirme à nouveau:tout est possible grâce à la majorité pétrie de masochisme chrétien. Plus le paganisme sera effacé dans et par le christianisme, plus le masochisme augmentera. Notre seconde renaissance sera à nouveau un retour vers les sources païennes greco romaines et sûrement pas une renaissance du christianisme en Occident. L’avenir du christianisme est dans les pays du tiers-monde s’il parvient à s’imposer face à l’islam, même si on ne sait ce qu’il donnera avec ou sans sa dimension païenne. Voilà pourquoi un jour ou l’autre le pape sera noir, le cardinal Sarah ou un autre.

Requiem

Les grecs devenuent faibles et masochistes en se mêlant à des races orientales ont été balayés en 30 ans par les romains avides de sang et de gloire qui avaient écrasés les carthaginois qui avaient manqué les exterminer. Z’ont fait pareil aux gaulois..
Ces mêmes romains devenus faibles et masochistes en se prélassant dans le luxe avec des races orientales ont été “conquis” par le christianisme bêlant.
Charles le boucher des saxons, dont les ancêtres avaient adoptés le christianisme bêlant, a écrasé en 30 ans des tapettes qui adoraient des arbres.
Gréco-romain vaut autant que judéo-chrétien. Les forts ont assimilé la “culture” des plus faible et se sont affaiblis ensuite.
Mais ya de la pédophilie dans les 2 cas. Je vois mal les tapettes païennes aussi robustes que les spartiates.

ARthur68

“Mais y a de la pédophilie dans les 2 cas.”

En ce qui concerne les cas de pédophilie, en France il représente moins de 0,5% du clergé, quel pourcentage dans votre milieu ?

Heraklite

Ça ne tient pas debout ce que vous racontez. Déjà les grecs, y compris les spartiates, sont des orientaux selon vos propres critères, païens aussi. Ensuite, toutes les civilisations ont un cycle de vie et ce sont les dissensions en interne qui provoquent leur chute. Ça a été vrai des grecs après la mort d’Alexandre comme de l’empire romain. Ensuite c’est Philippe de Macédoine qui soumet les cités états grecs. Alexandre son fils qui bâtit un empire eurasiatique. Les gaulois, ce peuple de tapettes qui adoraient les arbres, ont saccagé Rome et aurait pu la conquérir. C’est Jules César qui conquiert la Gaulle. Mais surtout vous montrez que ce sont des païens qui ont fait l’Occident. Exactement ce que je dis.

Requiem

Les grecs s’étaient affaibli depuis la guerre du péloponèse en se massacrant joyeusement.
Pour ça que les macédoniens les ont embouqué. D’ailleurs après les historiens utiliseront le terme de gréco-macédoniens, le nom du faible étant au début.
Les tapettes gauloises comme carthaginoises ou grecs-macédoniens (Pyrrhus) ont failli conquérir les romains mais n’ont jamais réussi.
Les romains étaient militaristes et disciplinés, qualités qu’ils ont perdu en se mêlant aux grecs et autres peuplades orientales dégénérés.
Votre paganisme de synthèse avec des vikings panse-à-bière et des pédophiles fans de Sparte ne sauvera pas la race blanche.

Heraklite

Mais je ne cherche pas à inventer une nouvelle idéologie puisque je suis contre l’idéologie. Je parle d’enracinement et d’anticorps pas pour fuir dans le passé mais me projeter dans le futur. Il n’y a pas de synthèse à faire. Il suffit de comprendre que nous sommes le produit d’une synthèse. Vous pensez aussi que je veux éradiquer le christianisme ? On ne défait ni ne refait le passé. On s’en sert comme d’une fondation, d’un tremplin. Quant à votre lecture de l’Antiquité elle est déjà fausse. Vous ne savez même pas que la pédérastie antique était un rite de passage préparant au mariage. Elle n’a rien à voir avec l’homosexualité qui est une construction plus tardive. Sauver la race blanche ? Kezako ? Les arabes, les tchétchènes sont des blancs. Je parle surtout de la France.

Heraklite

Sinon vous me donnez encore raison. Ce sont bien les dissensions en interne qui affaiblissent une civilisation et la rendent vulnérable face à des agresseurs qu’ils soient internes ou externes. Désolé de vous le dire mais votre vision de l’Histoire à base de tapettes est idiote. Les pratiques homosexuelles existaient dans l’Antiquité et elle était le fait d’hommes puissants, rois, empereurs, généraux, … Philippe II était aussi grec qu’un athénien ou un thébain. Il avait des mignons. Ça ne l’a pas empêché de soumettre les cités états grecques. Alexandre, Cesar, … Mais bon je ne peux pas lutter contre les bigots qui pensent que la sexualité d’un homme le définit. Et au fond je m’en branle. Tout ça me distrait surtout.

ARthur68

“Masochisme chrétien” (sic) Le masochisme n’a rien à voir avec le christianisme ! Pourriez-vous développer votre thèse ?

Heraklite

Vraiment ? Aussi bien sur le plan symbolique (agenouillement, repentance, pénitence) que sur le plan des pratiques (cilice et discipline, coprophagie mystique, …), le christianisme est imprégné de masochisme. D’ailleurs ces pratiques se retrouvent sur le plan sexuel. Libre à vous de considérer que la mortification et l’humiliation sont une voie de rédemption ou de communion avec un homme crucifié et que tout ça va de soi, sans en passer par un arsenal théologique imbitable.

Lire Aussi