La logique de l’erreur de la pseudo-culture socialiste

florangemecaniquePierre Bourdieu cite Auguste Comte (Cours de philosophie positive, édition Garnier) dans son livre « Le métier de sociologue » : « Tout ce qu’on en peut dire de réel, quand on l’envisage abstraitement, se réduit à des généralités tellement vagues qu’elles ne sauraient avoir aucune influenceToutes nos connaissances doivent être fondées sur l’observation… C’est pour avoir méconnu ce fait essentiel que nos psychologues (politiciens, à la façon de Hollande) sont conduits à prendre leurs rêveries pour de la sciencePourtant, c’est par l’étude des applications régulières des procédés scientifiques qu’on pourrait parvenir à se former un bon système d’habitudes intellectuelles, ce qui est pourtant le but essentiel de la méthode » (en politique).

Le propos peut s’appliquer sans aucune modification aux discours de Hollande à la télé. C’est ce qui permet de « saisir la logique de l’erreur » permanente dans la politique politicienne de Hollande-ça-va-mieux.

« (Tout ce qui peut prendre les apparences) d’une polémique ad hominem tient seulement aux limites de la compréhension des conditions de l’erreur. (La science politique doit) trouver un instrument (scientifique pour) préciser la connaissance de l’erreur (de Hollande) et des conditions qui la rendent inévitable… »

On comprend que la caste politiko-médiatique puisse colporter, dans un souci de propagande, sans aucune critique, mais avec un sentiment religieux, les discours de Hollande-ça-va-mieux, même les plus faux.

Pourtant, Hollande-ça-va-mieux aurait grand besoin d’être aidé, au lieu d’être flatté et encensé par les larbins de l’Élysée, parce qu’il ignore tout de « la force politique de l’idée vraie et de l’idée juste« , alors que le discours de Hollande-ça-va-mieux est lui-même pris dans des rapports de forces politiques qu’il ignore.

La vulgarisation du discours politique à la télé est soumise aux lois de la diffusion politiko-médiatique et à ses conditions de compétence. Malgré cela, ce qui est nécessaire pour valider les discours de Hollande-ça-va-mieux à la télé n’est jamais mis en œuvre par ceux qui auraient pourtant le plus d’intérêt à le faire.

Hollande-ça-va-mieux, dans ses discours à la télé, a tout contre lui. Ce sont surtout les lenteurs de sa pensée qui le font bavarder, le plus souvent, « après la bataille« , comme dans la stupide affaire Leonarda.

Hollande-ça-va-mieux croit pouvoir continuer à tromper les électeurs car il ne dit à son public « que ce qu’il croit que les gens veulent entendre« . De là, le soupçon de compromission de la politique politicienne de Hollande-ça-va-mieux se retourne contre ses discours politiques. Hollande continue à dire les chose les plus improbables et les plus déraisonnables dans le contexte économique et social déplorable où elles sont dites.

La politique politicienne de Hollande-ça-va-mieux est définie négativement par ce contre quoi elle se définit, c’est-à-dire contre la réalité et contre tout ce qui est dit par les défenseurs de la politique « légitime ». Mais ce n’est pas tout : Hollande-ça-va-mieux ne sort pas indemne de vouloir faire de la politique politicienne en faisant l’économie d’une analyse de la politique et des intérêts bien compris de la politique « légitime ».

Le discours de Hollande-ça-va-mieux sur les sans-dents est chargé d’allusions méprisantes contre le petit peuple, les pauvres et les petits-retraités, qui survivent difficilement. C’est le problème du réajustement des petites retraites dont il se débarrasse en disant qu’il est le fait de « préoccupations petites-bourgeoises« .

Si les formes de contestation à la télé des frondeurs-fraudeurs le dérangent bien souvent, c’est parce qu’elles vont contre les dispositions profondes et les intérêts médiocres de Hollande, l’homme d’appareil.

Mais c’est surtout le fait que les mouvements politiques et syndicaux, parce que, ayant l’expérience de la politisation et de la mobilisation politique dans les classes dominées, ont bien du mal à comprendre les stratégies fumeuses de Hollande-ça-va-mieux visant toujours à politiser, c’est-à-dire à idéologiser à gauche, le chômage de masse, la consommation en berne, la compétitivité en chute libre, le travail dissimulé, etc.

Le peuple de France sait que la Droite nationale, une fois débarrassée définitivement du socialisme mafieux et accapareur d’inspiration soviétique de Hollande-ça-va-mieux, est aujourd’hui en possession des armes politiques vitales pour le redressement de la société française. La ligne Bleu-Marine sait se défendre contre la tyrannie idéologique de l’État-PS. Elle mettra fin à la domination politique des idéologues socialistes d’obédience soviétique, et à la domination de la gaucho-sphère dans la pseudo-culture socialiste dévoyée.

Les activistes-enseignants veulent faire croire que la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF- LGBT à l’école primaire ferait partie de la « culture anarcho-socialiste« . Il s’agit d’une pseudo-culture voulant mettre à distance la vraie culture populaire par des provocations sexuelles éhontées et incessantes.

La pseudo-culture socialiste dévoyée croit pouvoir imposer une déconstruction sexuelle invertie de la vraie culture populaire. C’est pourquoi, la pseudo-culture socialiste est une contre-culture de déconstruction. Malgré cela, la véritable contre-culture devrait donner des armes contre les formes faussement culturelles de la domination socialiste, contre les formes avancées de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF- LGBT à l’école primaire, contre la violence politique des idéologues professionnels qui infiltrent toutes les institutions de la république de Hollande. Ces idéologues professionnels s’accommodent facilement des dogmes socialistes par une sorte de culte du déni de la réalité, ce qui empêche toute forme de rationalisation scientifique contre l’idéologie dominante, et contre les usages socialistes dévoyés de la science politique.

Il s’agit pour la ligne Bleu-Marine d’assurer la mise en œuvre politique des armes de défense contre la domination symbolique de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby GOF- LGBT à l’école primaire.

Il faudra, en toute logique, faire entrer la « vraie culture populaire » dans la culture politique, ce que la domination par la mystification de la fausse « culture anarcho-socialiste« , sous la forme de la culture politique d’obédience soviétique, empêche… Et c’est pourquoi, la déglingo-culture grassement subventionnée aux frais des contribuables, pour amuser les gogos pseudo-intellos-bobos socialistes, finira aux oubliettes de l’Histoire.

Et c’est pourquoi, le vrai peuple de France ne désespère pas que la ligne Bleu-Marine puisse bientôt entreprendre ce travail très nécessaire de reconstruction et de réhabilitation de la « vraie culture populaire » en France.

Thierry Michaud-Nérard

image_pdf
0
0