La logique raciste des rappeurs de La Marche, et le silence de la collabosphère

Dans leur clip en lien étroit avec le film La marche, les rappeurs  se sont attaqués à Charlie Hebdo, au nom de la défense de l’islam.

Pour comprendre le caractère raciste et violent de la chanson de ces rappeurs, il faut analyser la vision de l’autre dans le Coran. L’autre dans la logique de l’islam, est par définition l’infidèle et le mécréant qui a refusé de se soumettre à la loi d’Allah.

Et si ce mécréant refuse la loi du silence et s’autorise à critiquer l’islam, en tant qu’idéologie totalitaire et conquérante, alors il devient celui qui veut « faire taire la Parole d’Allah ». Il devient alors l’ennemi de Dieu, de Mahomet et de sa communauté. Les membres de cette communauté considéreront comme un devoir sacré de combattre cet ennemi : cela fait partie de prescriptions de leur religion, tels que Dieu les a impérativement ordonnées dans le Coran.

Le rejet de l’autre, cet infidèle qui refuse de se soumettre à Allah et s’autorise à critiquer sa Parole, est stipulé avec une précision hallucinante. On ne prendra que quelques versets, pour souligner comme le Coran définit la « communauté de Mahomet » et le rejet de l’autre.

 

  • La communauté de Mahomet (S3, V110-112) :

« Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les hommes : vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre (les chrétiens et les juifs) croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers….

Où qu’ils se trouvent, ils sont frappés d’avilissement »

 

  • Le racisme par la déshumanisation de l’autre :

(S9, V28) : « Ô vous qui croyez ! (Sachez que) les infidèles ne sont qu’impureté.(ou souillure ou immondice)»

(S8, V55) : « Les pires bêtes, auprès d’Allah, sont ceux qui ont été infidèles et qui restent mécréants. »

(S5, V 59-60) : « Ô chrétiens et juifs ! …la plupart d’entre vous sont des pervers…Puis-je vous informer de ce qu’il y a de pire, en fait de rétribution auprès d’Allah ? Celui qu’Allah a maudit, celui qui a encouru Sa colère, et ceux dont Il a fait des singes, des porcs,… ceux-là ont la pire des places et sont les plus égarés… »

(S7, V166) : « Puis, lorsqu’ils (les juifs) refusèrent (par orgueil) d’abandonner ce qui leur avait été interdit, Nous leur dîmes : “Soyez des singes abjects”. »

 

  • La haine et la violence envers les infidèles :

 

(S5, V51) : « Ô croyants ! Ne prenez pas pour amis (ou alliés) les Juifs et les Chrétiens; ils sont amis (ou alliés) les uns des autres. Et celui d’entre vous qui les prend pour amis (ou alliés), devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes. »

(S4, V144) : « Ô croyants ! Ne prenez pas pour amis (ou alliés) les mécréants au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Allah une preuve évidente contre vous ? »

(S60, V4) : Dites : « Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul. »

 

  • Envers les infidèles, la traitrise et le meurtre sont permis :
  • (S3, V28) : « Que les croyants ne prennent pas, pour amis (ou alliés) des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux. Allah vous met en garde à l’égard de Lui-même. »

(S4, V89) : «Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’amis (ou alliés) parmi eux, jusqu’à ce qu’ils rejoignent le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur. »

 

 

Du sommet de l’Etat jusqu’aux petits enfants, le racisme musulman enseigne les versets coraniques :

Allah a fait des juifs  les descendants des singes et des cochons.

La haine de l’autre va jusqu’à la demander  son anéantissement en rappelant les paroles de Mahomet : « la fin du monde n’arrivera pas avant que les musulmans ne tueront les juifs jusqu’à ce que les rescapés de ces derniers se réfugient derrière les pierres et les arbres qui appelleront alors le musulman en disant: « O musulman! O serviteur d’Allah! Voilà un juif derrière moi, viens le tuer! » »

La logique raciste des rappeurs défenseurs de la Parole d’Allah, et le silence de la collabosphère

Ces quelques citations du Coran montrent à l’évidence le lien entre les prescriptions coranique et la nature raciste de menaces proférées par ces rappeurs.

On voit bien à travers ces citations, que le rejet de l’autre va de l’exclusion, au refus d’amitié en passant par la traitrise et la violence. Toutes ces méthodes sont légitimées au nom de la religion.

Ainsi, que ce soit dans le livre sacré de l’islam, dans les prêches des imams, les discours des hommes politiques ou dans les chansons de rappeurs français, traiter des personnes ou des ensembles de personnes de « singes », « cochons » ou « chiens » est un « acte de foi » et un « fait culturel ».

Là où nos responsables politiques au sommet de l’Etat s’étranglent d’indignation devant des attaques au cœur de la République quand une personne humaine est traitée de singe ou de guenon, on ne trouve que silence quand un racisme est aussi nauséabond que ce qu’il condamnait il y a à peine une semaine.

La seule explication, c’est que le racisme des rappeurs musiciens de La Marche, est proféré contre les ennemis de l’islam. Ce racisme a une légitimité, parce que sacralisé par la Parole divine dans le Coran.

Ce racisme et les incitations à la haine proférés au nom de l’islam, ont une sacralité et une légitimité qui les met au-dessus des lois de la République.

Et tout ce que compte la collabosphère comme journalistes, éditorialistes et moralistes bienpensant, se courbe, se proterne et finit à plat ventre devant la menace islamiste.

Rappelons-nous Jean-Marc Ayrault, qui tonnait : « Il ne faut rien laisser passer. J’ai exprimé à Christiane Taubira ma solidarité immédiatement lorsque j’ai lu ces propos racistes, parce qu’ils sont racistes. […] Il faut être d’une très grande clarté, d’une très grande netteté, d’une très grande fermeté. »

Même fermeté à l’Élysée : « Le président de la République a renouvelé son soutien à Christiane Taubira face à la gravité extrême des insultes racistes qui ont été proférées à son endroit. Il a appelé à la plus grande fermeté et la plus grande vigilance en la matière.»

Sans oublier la « Standing ovation » réservée à Taubira par les parlementaires de gauche le 30 octobre 2013.

Et finalement, on a eu droit à des messes audio-visuelles d’auto flagellation pour cette « France raciste » et ce climat nauséabond qui a accompagné la libération de la « parole raciste » !!!! Le spectre des années noires qu’a connues la France, avec le retour de la «bête immonde».

Et aujourd’hui, devant le même racisme accompagné de menace d’autodafé, nos responsables  politiques font semblant de ne rien voir, ne rien entendre, et tout honte bue, détourne hypocritement le regard.

Quant à la collabosphère des associations  subventionnées par les deniers du citoyen, les medias aux ordres et les moralistes à sens uniques, elles atteignent par leur silence assourdissant les sommets de l’ignominie.

Alors que les « associations antiracistes » gardent un silence obstiné, les médias de la collabosphére ne reculent devant aucune indécence : ils ne trouvent pas de mots ni d’images assez percutantes pour promouvoir le film La Marche et ses clips musicaux.. Et la palme revient à ce haut lieu de la collabosphére : le Nouvel Observateur. Il a l’indécence, d’absoudre totalement les organisateurs de cet évènement de la moindre pensée raciste et de la moindre incitation à la violence. Mais en plus, il a l’audace de renverser les rôles en jouant sur l’émotif et la victimisation : oublié le racisme nauséabond des rappeurs liés aux organisateurs du film La Marche.

Au contraire, il n’est question que du climat xénophobe et raciste répandu en France, envers ces cinéastes qui œuvrent pour «l’amitié et l’antiracisme » !!!

Sur Le Nouvel Observateur du 26 novembre 2013, Sophie Grassin intitulait ainsi son article sur la sortie du film La Marche :

« La Marche » : « le discours xénophobe s’amplifie », déclare l’équipe du film.

( http://cinema.nouvelobs.com/articles/28505-interviews-la-marche-le-discours-xenophobe-samplifie-declare-l-equipe-du-film )

Et on ne peut terminer cette analyse, sans citer le commissaire politique Renaud Delly, et sa vision de collaborateur de l’islamisation de la France.

Sur ce même Le Nouvel Observateur, il n’y va pas de main morte, en intitulant son article :

 

« La France, une grande puissance arabo-orientale »

( http://tempsreel.nouvelobs.com/debat/20131126.OBS6974/la-france-une-grande-puissance-arabo-orientale.html )

L’interlocuteur de Renaud Dely nous apprend qu’ «en fait, la peur qui se focalise aujourd’hui sur l’islam n’est qu’une nouvelle forme de rejet de l’Arabe.». Ainsi, pour ces penseurs-commissaires-politiques, toute critique de l’islam est un racisme dirigé contre les arabes. En tant qu’idiots utiles de l’islamisme, ces collabos relayent la propagande de l’Organisation de la Conférence Islamique qui veut instaurer le délit de blasphémer l’islam en tant qu’acte raciste condamné par les instances internationales.

Et de toute façon, ils partagent tous les deux cette vue idyllique de l’avenir de la France :

«Un jour, nous écrirons un grand manuel scolaire d’histoire qui sera le même à Dakar, Alger et Pointe-à-Pitre. Nous serons alors capables de digérer cette histoire… ensemble. Ce livre, « la France arabo-orientale », est une manière de commencer à écrire cette histoire commune. »

Ce jour où Renaud Dely rêve d’une idyllique France arabo-orientale, coupée définitivement de ses racines chrétiennes, rattachée au monde arabo-musulman et régie par la Sharia et les préceptes de Coran.

Zohra Nedaa-Amal

 

image_pdf
0
0