La loi du 3 janvier 1973, l’UE et le génocide européen

L’UE vise à détruire les États-nations et les peuples européens

Vladimir Boukovsky, dissident soviétique : « l’UE ressemble à l’URSS« .

La dictature européenne menace la France - LE BLOGUE DE ...

Angela Merkel, chancelière allemande, prix Coudenhove-Kalergi 2010 : « Les États-nations doivent se préparer aujourd’hui à abandonner leur souveraineté. Les États-nations souverains ne doivent pas écouter la volonté de leurs citoyens lorsqu’on arrive aux question sur l’immigration, les frontières ou même la souveraineté pure. » (extrait de discours cité par le journaliste Pierre Jovanovic dans sa revue de presse du 7 janvier 2019 –  lien de l’extrait cité).

Entre nazisme et communisme, on ne va pas choisir. L’Union européenne présente des traits communs à l’un ou l’autre de ces totalitarismes.

Comment la loi du 3 janvier 1973 asservit la France et les Français

Je vous invite à voir, quand vous aurez le temps, l’ensemble de cette vidéo qui porte en réalité sur la loi du 3 janvier 1973 ainsi que sur les conséquences très douloureuses et meurtrières qu’a cette loi sur l’économie actuelle.

Jovanovic y explique comment l’Europe a été vendue aux banques américaines. L’État français ne peut plus emprunter qu’à des banques privées. Celles-ci prêtent à la France des pétrodollars, qui sont créés magiquement par la planche à billets américaine et basés sur du vent puisque le dollar n’est plus indexé sur l’or depuis les accords de Bretton Woods (1971), enfin presque du vent puisqu’il lui reste sa valeur d’échange international à cause notamment du fait que le pétrole se paie en dollars (crise pétrolière de 1973) et que le commerce se fait majoritairement en dollars.

Avant ce nouveau système monétaire Bretton Woods et cette loi de 1973, l’État français lançait un emprunt et les citoyens français pouvaient souscrire des bons du trésor rémunérés à tant de % par an. Ce qui fait que les Français possédaient leur dette et le gouvernement français n’était pas contraint par ses créanciers dans sa politique. Ou plutôt seuls les Français avaient le pouvoir en dernier ressort sur la politique française. De plus, les intérêts que l’État versait se retrouvaient dans la poche des Français et donc ne sortait pas de France.

À l’inverse, avec cette loi du 3 janvier 1973 que l’on doit à l’agent américain Giscard d’Estaing, les banques américaines ont pris le contrôle de l’économie française et la politique française. Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne, est un ancien de Goldman Sachs, mais aussi Peter Sutherland, ainsi que notre très cher président Emmanuel Macron, prix Charlemagne 2018. Jean-Claude Juncker, prix Coudenhove-Kalergi 2014, est issu du milieu bancaire luxembourgeois, plaque tournante de l’évasion fiscale des grands patrons et multinationales.

La France subit un appauvrissement constant depuis 50 ans dû notamment au fait que les intérêts des emprunts nationaux sortent de la poche de l’État français, donc des Français, pour aller enrichir les banques américaines, ce qui fait que l’État français doit recourir de plus en plus massivement à l’emprunt pour finir ses fins de mois. Cercle vicieux.

Une autre vidéo sur la loi du 3 janvier 1973 : entretien entre Pierre Jovanovic et Pierre-Yves Rougeyron

Remarque : Cette loi du 3 janvier 1973 est abrogée, c’est désormais l’art. 123 du TFUE (ex-article 101 TCE) qui empêche le Trésor public d’emprunter directement à la Banque de France : « Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. »

Immigration, islamisation… et guerre mondiale

Les Français sont forcés de financer l’immigration de colonisation et l’islamisation pour enrichir les multinationales, plaire à l’Axe du Mal USA-pétromonarchies-UE et détruire leur propre pays

Pour finaliser l’asservissement de la France – mais tous les pays de l’UE et de l’OTAN sont concernés – la France doit en vertu de sa soumission aux USA et aux pays producteurs de pétrole accueillir, loger, nourrir, blanchir massivement une population extra-européenne ethniquement, culturellement et religieusement différente afin de créer les conditions d’un éclatement du peuple de souche, au moyen si besoin d’une immense guerre, ce qui permettra enfin d’éradiquer la nation et le peuple français et d’intégrer les membres dispersés et survivants à une entité supranationale totalitaire et esclavagiste.

Certains parlent de plan Kalergi concernant cette politique d’invasion migratoire. Voici ce qu’il en est de ce fameux plan Kalergi :

Christine Tasin, Il n’y a pas et il n’y a jamais eu de plan Kalergi

L’Imprécateur, Le prétendu « plan Kalergi » de destruction de l’Europe

Cette immigration permet entre-temps de faire baisser les salaires en entretenant une armée de réserve du capital, d’éclater la cohésion nationale, de diviser les luttes sociales entre lutte des classes et lutte des races, de permettre aux élites mondialistes et aux cadres supérieurs d’avoir une main d’œuvre de services moins chère que la main d’œuvre française ainsi qu’un réservoir électoral de plus en plus puissant pour voter pour le parti immigrationniste du moment (Mitterrand, Chirac, Hollande, Macron ; ça a foiré avec Sarkozy mais celui-ci s’est avéré être également un traître immigrationniste).

Tout cela aux frais des contribuables français. L’immigration coûte 115 milliards d’euros par an aux Français aujourd’hui, selon l’économiste Gérard Pince.

Cette destruction de la France passera éventuellement par une guerre ethnique et religieuse, de moins en moins improbable, à la manière de l’ex-Yougoslavie, afin de hâter la création des eurorégions

Cette guerre peut malheureusement démarrer à tout moment à partir de maintenant. Il suffit d’une étincelle et d’un vent fort. Par exemple, ce pourrait être l’assassinat de Tommy Robinson par un musulman lors d’un de ses meetings électoraux, suivi de vengeances de la part de Britanniques excédés avec escalade de part et d’autre. Cela peut être un attentat dans une mosquée pour répondre aux milliers d’agressions musulmanes subies impunément dans toute l’Europe. Si l’incendie prend dans un pays, il est assez probable qu’il se propage à toute l’Europe et que des gouvernements extra-européens s’en mêlent.

Il faut donc étudier comment les USA et les pays alliés de l’OTAN mènent ou ont mené leurs dernières guerres impérialistes : Yougoslavie, Irak, Libye, Ukraine, Syrie. Aideront-ils les patriotes français ou les islamonazis ou les deux ? En 1999, la France a bombardé les Serbes, qui refusaient l’islamisation de leur pays

Une telle guerre est nécessaire aux États-Unis pour effacer ses dettes abyssales : 240 000 dollars de dettes par habitant (dette de la France : 36 000 euros/hab.). Sachant cela, on comprend mieux aussi l’empressement des Américains à aller piller le pétrole vénézuélien.

Pour compléter cette approche, je conseille de consulter l’article :

En marche… vers le chaos ! La France vers une situation à la vénézuélienne, préparez-vous !

 

Rebâtir la France, sauver les Français : votez RN

Les mots d’ordre pour éviter la 3e guerre mondiale et rebâtir la France dans tous ses aspects consistent donc à :

– juger et éliminer les banksters, les multinationales traîtres et leurs chiens de garde des médias

– rétablir des médias libres ou du moins le plus libres possibles, réguler l’économie et le système financier en reprenant des bases saines et favorables à la France et aux Français

– expulser les colonisateurs étrangers, transformer toutes les mosquées en centres de formation ou locaux d’association

– sortir de l’UE (Frexit) et retrouver la souveraineté politique, économique, monétaire et civilisationnelle, rétablir les frontières.

Pour commencer, il s’agit de concentrer la force de frappe en un seul point aux prochaines élections européennes avec le vote utile Rassemblement National (RN), et ce quels que soient nos doutes ou nos a priori légitimes sur ce parti.

Car le but pour le parti patriote est de faire absolument au moins 25 %, voire même 30 % et d’être largement devant le parti présidentiel mondialiste En Marche (vers la destruction de la France). Les autres partis doivent être écartés car ils sont soit islamocollabos (du PC jusqu’à LR et UPR), soit trop insignifiants pour peser dans la balance (DLF, Ligne claire).

Voici deux argumentations très bien faites qui justifient de préférer le vote RN par rapport aux votes LR, DLF ou UPR ou autres pour sauver la France :

-- Christine Tasin, Européennes : pourquoi je ne voterai ni pour Renaud Camus ni pour Florian Philippot

– Jacques Guillemain, Il n’y a pas le choix, pour que Macron soit battu, il faut voter Marine !

Gaulois réfractaires qui avez envie de transmettre la France en héritage à vos enfants et petits-enfants et non un champ de ruines, portez un coup sévère aux islamocollabos et aux mondialistes en votant pour la liste Rassemblement National emmenée par Jordan Bardella et comme son allié Matteo Salvini, envoyez promener Juncker et Macron.

Julien Martel

image_pdfimage_print

19 Commentaires

  1. Surement que ARTE va nous passer nuit et brouillars sans discontinuer jusqu’au 27mai au cas ou on aurait oublié que c’est le RN qui a édifié les barbelés des camps d’extermination ….Seulement voila si autrefois on pouvait dire « français vous avez la mémoire courte » maintenant avec le « net » la mémoire revient comme par anchantement
    https://www.youtube.com/watch?v=nwS0E1N1OCg

  2. La loi de 1973 n’est pas un accident de parcours mais la solution alors que s’achevaient les trente glorieuses : financer les aides sociales et le train de vie de l’Etat aprés l’ére de désindustrialisation ( post 83)… sinon on aurait dû se contenter d’une croissance réelle mais famélique de 1% par an, gros maximum…

  3. l’ue n’est pas l’europe, mais une entreprise pour nous suicider

  4. Je pense que beaucoup d’entre nous aimeraient savoir ce qui s’est dit entre Marine et Salvini, Orban, Poutine. Car il est de son devoir de présidentiable de prendre les devants dans ce qui nous apparaît comme probable dans l’avenir, c’est à dire au moins la guerre civile, si nous ne voulons pas finir comme l’ex Yougoslavie et Marine comme Miloseviks. Poutine interviendra t’il de lui même si la France est bombardée par les USA? Pas sûr.

  5. Ne jamais oublier que la guerre, depuis 1945, est la 1ère ressource économique des US.

  6. L’état en déficit ne pouvait se prêter de l’argent à
    lui-même, sous peine d’engendrer de la monnaie de singe. Les emprunts aux particuliers nous ont coûté à termes la peau des fesses.
    Il fallait réduire les dépenses et éviter d’en engendrer de nouvelles avec l’immigration.
    On a fait l’inverse, avec les conséquences que l’on sait.

    • Rocard dit que si on avait pas eu cette loi, on serait endetté à 16 % seulement et non à 100 %. Donc il y en a un de vous deux qui se gourent. C’est à discuter, car Rocard est peut-être un tocard. Jill est peut-être débile. Julien Martel est peut-être une brêle.
      Je vais revoir la question; car je n’ai suivi essentiellement que Jovanovic et ai délaissé d’autres points de vue.

      • La loi de 73 a permis à l’Etat de vivre à crédit , à l’heure où au mitan des années 70, les trente glorieuses arrivaient à leur terme et où les Français majoritairement n’auraient pas accepté une baisse drastique de neuf niveau de vie…

      • Rocard n’a pas précisé comment on arrivait à
        16% au lieu de 100.

  7. Tres mauvais article, faux d’ailleurs. Charles Gave l’a dit, Delamarche la semaine dernière, c’est pas cette loi qui détruit la France.
    C’est les politiciens qui distribuent de l’argent emprunte pour se faire réélire.
    Emprunter a sa banque centrale a taux zero, veux dire que la monnaie perds de sa valeur !
    Si vous fabriquer de l’argent pour acheter du petrol, vous pensez que le Qatar va accepter votre monnaie, alors qu’il sait tres bien, que cela vaut rien, c’est juste du papier que vous imprimez.

    • Si l’Etat emprunte auprès des entreprises françaises et citoyens français, je ne vois pas pourquoi on emprunterait à la banque centrale à taux zéro. Les bons du trésor peuvent être rémunérés à 1, 2, 3, 4, 5 % etc.
      Je pense que les gens préféreraient ça à un livret A à 0,75 alors que l’inflation est à 2 % (officiellement). Jovanovic parle de 7-8 %.

      • Emprunter a des entreprises françaises ou français ? qu’elles difference a emprunter a des banques privées ? qui vous prêtent l’argent que les français ont deposes. Si vous avez une assurance vie, les intérêts viennent d’ou ? l’assurance a prêter de l’argent a l’état, et vous en reverse une partie. C’est donc bien les français qui récupèrent une partie des intérêts payer par l’état.
        Je suis d’accord 0,75 d’intérêt sur un livret A c’est de l’arnaque, compte tenu que cela fait 40 ans que l’état français n’a pas un budget en équilibre.
        On prête a des taux élevés quand quelqu’un est peu fiable, et des taux faibles quand on est sur d’etre rembourser, personnellement je prêterais jamais 1 centime a la France, vu qu’ils sont incapable d’avoir un budget en équilibre depuis 40 ans.

    • Alors effectivement, quand on dépense plus que ce que l’on gagne, ça coule le budget. Il n’y a pas que la loi du 3 janvier 1973 qui détruit la France. Mon article est un peu grossier si j’ai dit cela.
      Je sais que Gave et Delamarche sont pas d’accord avec ce diagnostic de Jovanovic. J’aurais dû en parler.
      Comme je suis moins calé (c’est un euphémisme) que Jovanovic ou Gave ou Delamarche, je ne peux que comparer les arguments de chacun.
      Jovanovic m’a convaincu. Mais Gave est excellent, donc je vais revoir tout ça.
      En attendant, vous avez la possibilité d’écrire un article ici même pour réfuter ce que je viens de dire ou plutôt directement ce que dit Jovanovic, parce que je suis certain d’avoir fait des erreurs de formulation, voire de compréhension de ce qu’il dit.

      • Ce qui détruit la France, c’est sa désindustrialisation accélérée car ainsi, on ne vend plus , ou très peu, de produits à haute valeur ajoutée…

        • Oui et non, c’est plus complique.
          3000 ingénieurs Apple a 3000 euros/mensuel, ont une très haute valeur ajoute (pour l’état, ils payent un max d’impôts) , mais économiquement moins d’impact économique que les 2,1 millions d’employés de Foxcon qui fabriquent les tel en Chine.
          2,1 millions d’employés qui mangent, qui s’habillent, qui vont chez le médecin, qui voyagent … qui gagnent le smic 250 euros/mois ont plus d’impact économique que les 3000 ingénieurs, malgré que qu’aucuns de ces smicard chinois ne payent d’impôts, ils gagnent pas assez pour en payer.
          En France, il n’y a pas un seul truc qui tiennent debout, il faut tout changer.

      • M. Gave a parfaitement raison, je suis a 99% d’accord avec lui (je fais le meme métier que lui) on en arrive aux meme résultats.
        La France a besoin d’acheter a l’extérieur, et si vous payer avec des euros que vous imprimez dans votre cave, l’acheteur va vous refuser, il sait tres bien que vos bout de papier n’ont pas de valeur.

        • Ah oui et les 2600 tonnes d.or de la France, c.est su pipi de chat ?

  8. En synthèse, on a transformé des dévaluations libératoires coûteuses en dettes accumulées coûteuses. Au choix !
    Qui comprendra ?

  9. « Entre nazisme et communisme, on ne va pas choisir. »

    Réponse des Polonais à la question :
    Quelle est la différence entre le communisme et le nazisme ?
    Ils ne parlaient pas la même langue !!

    Tout est dit et eux ont eu le « privilège d’expérimenter les deux …

Les commentaires sont fermés.