La mafia des faux vaccins qui rendent maboul 

Les langues se délient dans le milieu médical, hors de France en tout cas, et des faits troublants apparaissent au grand jour…

Face à la multiplication des témoignages, les « institutionnels » ne peuvent plus nier les relations de causalité entre les prétendus vaccins et les phlébites, embolies,  myocardites, AVC et dérèglements hormonaux.

Et depuis peu, on commence à disposer d’études synoptiques sur l’étendue des troubles psychiatriques provoqués par les mixtures de Big Pharma.

Certes des praticiens ont observé des dégradations des neurotransmetteurs produisant des comportements aberrants, inhabituels et inquiétants. Et l’apparition de nouvelles maladies à prions, liées à la protéine spike trafiquée, qui transforme en éponge le système nerveux central. Mais il est difficile de mesurer l’ampleur d’un phénomène qui met parfois plusieurs semaines ou mois à se déclarer…

D’autant que les médicastres appointés par les labos esquivent la question en prétendant que les troubles d’anxiété, les dépressions et les déficiences cognitives observées ne sont pas dus aux « vaccins » mais à l’effet neurotoxique du virus. Et là, ils se tirent une balle dans le pied ! Maintenant qu’il apparaît clairement que les piqués sont davantage covidés que les lucides, et développent des pathologies plus graves que ceux infectés naturellement.

Le syndrome d’Hubris par contagion

C’est le plus visible et le plus fréquent. Il s’agit d’une perte du sens des réalités, avec intolérance à la contradiction, impulsivité, surestimation de sa propre image et abus de pouvoir.

Le psychiatre Jonathan Davidson l’a théorisé après l’avoir observé chez des médiocres brusquement promus à un poste élevé qui, s’imaginant devoir cet avancement à leurs seuls mérites, font preuve d’une fierté extrême, d’une confiance excessive dans leur valeur et d’un mépris total pour les autres.

Lorsque le malade mental devient chef d’État un peu par hasard comme Hitler,  Ceausescu, Pol Pot, Kim Jong Un ou Macronescu, il éprouve une telle impression d’omnipotence qu’il se croit omniscient, infaillible et invincible.

Par un mimétisme simiesque, des individus qui approchent un tel personnage, ou simplement s’en réclament, sont tentées de l’imiter. En adoptant ses postures, ses grimaces et ses tics de langage. Ils en retirent une intense satisfaction par procuration en s’identifiant à leur idole. Certaines démences sont contagieuses.

Avec la pseudo-pandémie du covidus macronibus, les merdias ont réussi à valoriser les piqués à un point tel que les esprits les plus médiocres se sont imbibés de cette espèce de mélange de mégalomanie et de paranoïa qu’affichent les médicastres de cour – animateurs télé à plein temps. Les mougeons en répètent les sentences en se donnant l’air inspiré. Inconsciemment ils copient la suffisance de leurs maîtres.

Quiconque, non vacciné, subit dans son environnement des moutruches vaccinés addicts à la télé, a pu constater chez ses parents, amis ou voisins des changements de comportement bizarres et contraires à la nature humaine.

Une hyperactivité entrecoupée de phases d’aboulie, des tremblements ressemblant au Parkinson les rendant dangereux au volant,  des propos accusateurs traitant les non vaccinés d’assassins, souvent assortis d’un refus de laisser entrer chez eux leurs parents ou leurs enfants, ni même de les voir de loin. Le tout assorti d’une gloriole imbécile les conduisant à se vanter d’être une « élite éclairée » alors que c’est exactement l’inverse,

Ces gens-là sont fort désagréables. Mais ils ne sont pas les plus frappés.

Des vaccinés très fragilisés

Si quelques médicastres émules de Véran s’enferment dans le déni et la dissonance cognitive, attribuant au virus et non aux prétendus vaccins « certains signes de stress » (sic) d’autres médecins et chercheurs français et étrangers rapportent une tout autre histoire.

Selon une équipe de neurologues du Massachusetts General Hospital et de la Harvard Medical School, les « vaccins » Covid-19 peuvent précipiter le développement d’un FND functional neurological disorder ou trouble neurologique fonctionnel.

Un trouble neuropsychiatrique caractérisé par des symptômes tels qu’une faiblesse dans les membres, un manque de coordination, des mouvements saccadés, des tremblements, des pertes d’équilibre et des spasmes faciaux, ainsi que des difficultés d’élocution.

Ces symptômes caractérisent un trouble cérébral qui se situe à l’intersection de la neurologie et de la psychiatrie, selon les chercheurs. Le FND est une perturbation des mécanismes normaux du cerveau qui permettent de contrôler le corps et la parole, et peuvent être perturbés par des événements physiques ou émotionnels, tels qu’un  traumatisme de terreur, une menace constante ou une vaccination imposée, perçue comme une forme de viol. On n’est pas loin du stress post-traumatique.

Variants covidiots et pathologies canada dry

Ainsi des FND se rapprochent du syndrome de Guillain-Barré, une affection neurologique qui amène le système immunitaire du cobaye à endommager ses cellules nerveuses, avec élocution difficile et paralysies parfois définitives.

D’autres, à cause des prions, se rapprochent de l’encéphalite spongiforme plus connue comme la maladie de la vache folle. L’origine des prions est différente (mixtures expérimentales et non alimentation du bétail) avec un développement plus rapide, mais le cerveau est détérioré de la même manière.

Un autre syndrome, semblable à celui de Gilles de la Tourette mais non héréditaire, peut s’installer peu après la piquouse.

Le sujet « vacciné » peut développer toutes sortes de tics faciaux et gestuels, rabâcher des propos obscurs et incohérents (écholalie) et entrecouper des stases de dépression profondes par des phases agitées de coprolalie ou répétition mécanique de propos orduriers ou scatologiques.

À le voir et à l’entendre, on le prendrait pour un islamo-gauchiste en crise !

Il y a encore un syndrome proche de celui dit « de Diogène » accumulation compulsive d’objets hétéroclites, parce que le sujet ayant perdu ses repères, privé de contacts avec le monde extérieur et confronté à une difficulté d’approvisionnement momentanée ou imaginaire, craint de manquer de tout et anticipe. L’achat désordonné et excessif de papier toilette, loin de prêter à rire, devrait être un sujet d’inquiétude.

Entre débiles légers et fous furieux

Selon des experts du King’s College, plutôt pro-vax en général mais très réservés à l’égard des substances anti-covid 19 : 55 % des 18-55 ans ont souffert d’étourdissements et de pertes d’équilibre dès la première injection. Et après la deuxième, on a relevé 65 % d’amnésies partielles, de délires paranoïaques, et de comportements agressifs  pouvant devenir autodestructeurs.

On cite le cas d’un étudiant en droit de 22 ans qui, jusqu’alors n’avait présenté aucun signe de trouble mental, enfermé dans sa salle de bains après la deuxième piquouse, convaincu que la mafia avait mis un contrat sur sa tête. Lorsque ses colocataires ont forcé la porte après avoir tenté en vain de le raisonner, il a sauté du troisième étage.

Dans le même ordre d’idées, une enseignante de 30 ans fraîchement bi-vaccinée, sans antécédents psychiatriques,  disait entendre des voix intérieures lui ordonnant de massacrer ses élèves à la hache, avant de se suicider. Heureusement, les gamins terrorisés purent s’enfuir, mais avant de sombrer dans une profonde apathie, elle eut le temps de blesser deux collègues qui tentaient de la maîtriser.

Les pro-vax diagnostiquèrent une schizophrénie, peut-être héréditaire, à laquelle, sans doute, elle offrait un terrain favorable. Mais la probabilité est grande que cette schizophrénie, comme les cancers potentiels ou endormis, révélés ou réveillés par les poisons de Big Pharma, ne se soit jamais déclarée sans les mélanges étranges  qu’on avait injectés à cette malheureuse.

Des psychiatres soulignent le caractère aigu, imprévisible et violent de ces crises qui peuvent survenir à tout moment, sans signe annonciateur.

« En à peine un mois, dit l’un d’eux, on a vu à Boston dans la même rue, une immolation par le feu, trois suicides par pendaison, deux tentatives d’empoisonnement médicamenteux, une défenestration et un adolescent barricadé dans un ascenseur où il attendait la fin du monde. Tous ces gens avaient cédé à la pression sociale pour subir les vaccinations covid. »

Parmi les dommages collatéraux imputables à la pression sociale renforcée par des milices sanitaires néo-nazies, il y a cette famille non vaccinée suicidée après avoir été dénoncée par un employeur. On peut craindre que ce genre d’actes de désespoir se multiplie chez ceux à qui on a tout enlevé, travail, vie sociale, soins médicaux, loisirs, dignité, et qui verront dans la mort la seule échappatoire pour ne pas être des cobayes.

Sévère condamnation de la part de l’inventeur des vaccins à ARNm

Robert Malone né en 1959 est médecin, virologue et chercheur. Il a inventé le principe des vaccins à ARNm il y a 30 ans. Ses brevets ont été rachetés par les labos qui voulaient neutraliser cette concurrence.

Puis avec les grippes porcines, aviaires et le covidus macronibus, Big Pharma a redécouvert les principe de l’injection d’ARN messager infecté par des fragments du coronavirus encapsulés dans des nanoparticules lipidiques.

Ces fragments iront ensuite se loger dans les cellules saines du cobaye, y compris dans celles qui ne risquent pas d’avoir été infectées. Cette action reprogrammant les cellules saines pour qu’elles produisent elles-mêmes, en théorie, des copies de fragments du virus dans l’espoir de déclencher des anticorps.

Or les nanoparticules d’ARNm ne restent pas localement au site de ponction dans le tissu musculaire, comme supposé et revendiqué par les fabricants, mais vont dans les organes avec des concentrations parfois dramatiques, où elles sont transférées de cellules en cellules et absorbés en continu, causant des dégâts irréparables.

Récemment, Malone est alerté par un médecin canadien qui lui raconte les effets indésirables qu’il a vus chez certains de ses patients, et constate que les observations rapportées par les médecins ont été balayées d’un revers de main par les instances officielles. Désordres organiques autant que psychiques, tous niés en bloc !

Pour Robert Malone, la protéine Spike du « vaccin » est cyclotoxique. Elle ne se limite pas à créer des dommages cardio-vasculaires. Elle s’accumule dans les organes vitaux et, quand elle atteint le cerveau, elle peut rendre complètement dingo.

Les médias aux ordres du NWO le traitent de « complotiste » comme on accusait de sorcellerie les gêneurs au Moyen Âge. Tandis que des wikipèdes qui n’ont pas le dixième de ses diplômes parlent de « désinformation sans bases scientifiques ».

Ces philistins ont même dépouillé Malone de la paternité de son invention, l’attribuant à une certaine Katalin Karikó actuellement vice-présidente de BioNTech  RNA Pharmaceuticals. Une boîte raccordée à Orgenesis, une holding de biotechnologie spécialisée en thérapies cellulaires et géniques, dont le PDG s’appelle Heiko Von Der Leyen, mari d’Ursula  qui veut piquer toute l’Europe.

Ursula et Heiko, les Bonnie and Clyde de la mafia des faux vaccins.

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

 

 

 

 

 

image_pdfimage_print
24

13 Commentaires

  1. Une injection chimique ne peut en aucun cas être nomée « Vaccin » c’est une supercherie criminelle.

    • l’OMS a changé la définition du vaccin et a modifié la définition d’une pandémie en supprimant les expression très grand nombre de malades et grand nombre de morts.
      ainsi avec seulement 144 morts, l’OMS a pu déclarer le covid comme pandémie mondiale !
      la nouvelle définition de la pandémie permet à l’OMS d’en créer une chaque semaine !

  2. Perte du sens des réalités, avec intolérance à la contradiction, impulsivité, surestimation de sa propre image et abus de pouvoir ? De vrais disciples de MACRON ! PLUS JAMAIS CA !

  3. Bientôt les rues seront emplies de zombies !!!! ça ne se passera plus seulement au cinéma…..

  4. Pour reprendre un de vos paragraphe :
    Mais celui-là, où vraiment le situer ?

    « Entre débiles légers et fous furieux »…

    https://www.lefigaro.fr/vox/politique/injures-de-cohn-bendit-contre-le-pr-raoult-le-mepris-et-l-intolerance-du-gauchisme-culturel-20200330

    FIGAROVOX/TRIBUNE – L’ancien élu écologiste Daniel Cohn-Bendit a demandé ce matin au professeur Didier Raoult de «fermer sa gueule». Anne-Sophie Chazaud se demande d’où il parle, et appelle à un débat public serein au sujet de la chloroquine.

    • cohn bendit ?

      c’est pas lui qui dit aux gosses : « ouvre ta gueule » ?

      ce pédophile notoire a fuit son pays et s’est fait naturaliser français il y’a 3 ou 4 ans seulement car il ne pouvait plus apparaitre en public sans qu’on lui rappelle son passé pédophile !

      passé ?
      est ce qu’un pédophile peut vraiment cesser de l’être ?

      la Rance , pays d’accueil des pédophiles et des musulmans dont le prophète a eu comme femme Aicha 6 ans, celle qu’il a le plus appréciée selon les haddiths ( les livres saints officiels relatant la vie du « saint homme » décapiteur, polygame, exciseur et pédophile)

  5. Ursule et son mari sont des gens de sac et de corde. L’UE montre son vrai visage avec une corrompue compulsive comme Mme Van der Layen. Iront-ils un jour en taule?

  6. en parlant de mabouls j’ai lu un texte qui disait à peu prés ceci :

    les personnes qui refusent l’injection cela les rend fous
    alors ils prennent des mesures folles pour les contraindre
    mais ces mesures folles en réveillent d’autres
    cela les rend encore plus fous
    ils prennent des mesures encore plus folles
    qui en réveillent encore davantage
    ce qui les rend… en boucle

    donc , non vax , tenez bon !
    grâce à vous ils se dévoilent chaque jour davantage !

    l’UE veut supprimer le code de nuremberg et planche sur la vaxxination obligatoire pour tous (déclaration de sa présidente)

  7. Il y a plusieurs mois que j’ai fait remarquer sur ce site des changements de comportements des personnes qui se sont fait innoculer ce poison. Il n’y a pas longtemps encore, en me rendant à la pharmacie, j’ai remarqué les tics faciaux de la pharmacienne.
    Nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

  8. Et tout ça pour un virus chinois qui a commencé comme une mauvaise grippe et finit avec Omicron comme un rhume c’est à dire des pathologies qui se soignent logiquement avec des produits courants comme le traitement de Raoult ou l’Ivermectine, comme le prouvent les pays qui ne vaccinent pas et ne confinent pas (Cameroun, Côte d’Ivoire, certains Etats de l’Inde)
    Les injezctions multiples de pseudos vaccins ne confèrent pas l’immunité et ont pour seule qualité de cumuler les rétrocomissions des décideurs, qui trahissent leurs populations et méritent le sort des traitres en temps de guerre

  9. c’est sûr : le premier des effets secondaires c’est bien la folie furieuse qui atteint tous les vaccinophiles excités !

Les commentaires sont fermés.