La malédiction d’Alep s’abat sur l’Etat Islamique

Publié le 8 avril 2015 - par - 10 225 vues
Share

 Islamic-State-Raqqa-flesh-eating-disease-567597

On connait le pin d’Alep, le savon d’Alep. Il y a aussi le bouton d’Alep.

Sous le titre L’État Islamique peut-il être anéanti par une maladie qui ronge la chair ? L’État Islamique affronte un nouvel ennemi, le Daily Express rapporte qu’une épidémie de leishmaniose sévit à Raqqa et dans sa région. Cette maladie à prédominance cutanée, connue sous le nom de bouton d’Alep, est due à un parasite unicellulaire transmis par un phlébotome, une variété de moucheron de 2 à 3 mm de longueur. Le bouton d’Alep avait quasiment disparu. Il revient en force dans la Syrie en guerre.

L’autoproclamé État Islamique (EI) est actuellement la proie d’une épidémie et des membres de l’EI ont été rapportés infectés. Des efforts ont été faits pour prévenir d’une plus grande extension de la leishmaniose cutanée qui est hautement virulente dans le bastion de l’EI à Raqqa, à 160 kms à l’est d’Alep.

Il a été rapporté que l’État Islamique a fermé les bureaux des organisations qui essayaient de combattre la maladie.

Quoique des organisations aient commencé à combattre la maladie, il est devenu impossible de continuer la lutte après l’annonce par l’EI de la fermeture de leurs bureaux dans la ville.

L’EI a aussi saisi les équipements et arrêté les fonctionnaires qui tentaient d’aider à combattre cette affection qui peut être mortelle.

Le premier cas de cette maladie, causée par des parasites protozoaires, a été découvert en septembre 2013. Vers la fin du premier semestre de 2014, on dénombre 500 personnes infectées, selon le site d’activistes «  Raqqa est égorgée en silence ».

Plus d 2.500 cas de la « maladie qui ronge la chair » ont été enregistrés au nord-est de Raqqa. 100.000 cas selon The Sun.

Phlebotome%20F2

Phlébotome

Cette maladie est diffusée par des insectes attirés par les décombres et les déchets qui sont pléthore en temps de guerre. Elle peut être fatale et entrainer des dommages corporels significatifs chez les sujets affectés.

L’EI, dit-on, a une force armée qui compte entre 3.000 et 5.000 hommes résidant à Raqqa pour renforcer ce qu’ils appellent le califat.

Cette information survient après les déclarations de l’Organisation Mondiale de la Santé sur l’écroulement du système de santé en Syrie signifiant que la maladie s’étend rapidement à travers tout le pays, déjà affligé par la violence de la guerre.

On peut bien dire que la malédiction d’Alep est tombée sur l’État Islamique.

Bernard Dick

 

Au 06/04/2015, nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :

TERRORISME 25509 ATTAQUES-06-04-2015

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.